Randstad Holland


Hausarbeit, 1999

19 Seiten, Note: 19/20


Gratis online lesen

Randstad Holland

0. INTRODUCTION

Le terme de « Randstad Holland » fut introduit dans les années 1930 et désigne la région des Pays-Bas entourée par les villes d’ Amsterdam , d’ Utrecht , de Rotterdam et de La Haye où se concentre la majeure partie des activités administratives , commerciales et industrielles du pays. La Randstad ( ville de bordure ) comprend l’anneau urbain (stedenring ) en forme de fer à cheval d’un diamètre de 50 à 60 km , ainsi que les régions extérieures immédiates et la partie centrale appelée Coeur Vert, voilà pourquoi on appele la Randstad encore Greenheart Metropolis.

Dans cette partie ouest des Pays-Bas se concentre donc près de 40% de la population totale du pays ( 15.650.000 hab.) sur seulement 20% de la surface totale ( 41.863 km2 ). Dans seulement un centenaire les villes de la Randstad se sont presque soudées ensemble , voilà pourquoi on parle de la conurbation de la Randstad Holland , la conurbation étant une forme d’urbanisation résultant de la coalescence de plusieurs villes voisines dont les banlieues se sont rejointes. Mais la Randstad Holland diffère d’autres zones de concentration européens comme Londres ou Paris d’abord par le fait qu’ici les villes entourent un noyau rural et non inversément et puis de par sa nature de métropole polynucléaire ; c’est à dire que la Randstad ne correspond à aucune entité administrative, mais qu’elle est constituée de plusieures villes indépendantes ayant chacune sa propre fonction et entre lesquelles il n’y a pas de gradation hiérarchique.

Dans l’exposé suivant je vais donc , en passant par la situation géographique , les différents éléments constitutifs , la genèse et le développement de la Randstad Holland , analyser les problèmes qui se posent dans une telle concentration d’agglomérations , ainsi que la politique d’aménagement de cette région et voir finalement quelle est la situation actuelle.

1. LA SITUATION GEOGRAPHIQUE DE LA RANDSTAD HOLLAND

1.1 La région

La Randstad se situe complètement à l’ouest des Pays-Bas et y comprend la majeure partie des provinces d’Hollande-Méridionale , d’Hollande-Septentrionale et d’Utrecht ( 3 des 12 provinces néerlandaises ). Bien qu’on n’ait pas d’idée claire sur la délimitation et la population exacte de la Randstad , en général on peut dire qu’elle arbrite une population totale d’approximativement 6.000.0000 d’habitants sur une surface d’environ 8.300 km2 ( Pays-Bas: population: 15.650.000; surface: 41.863 km2 ). Dans cette région la densité de population est donc pratiquement le double de la densité nationale ; 723 hab./km2 contre 374 hab./km2. Ce glissement vers l’ouest du centre de gravité des Pays-Bas s’explique notament par la proximité de la mer , extrêmement favorable au développement commercial de la région.

1. 2 La situation géologique

La plus grande partie de l’actuelle Randstad Holland date de l’ère du Holocène , quelques parties des derniers siècles seulement. A l’ouest , le long de la mer du Nord , s’érigent les dunes , d’une hauteur moyenne de 20 à 30 mètres. Les jeunes dunes , situées directement au bord de la mer , datent seulement de 1000 apr. Chr. , les vieilles dunes , situées directement derrière datent du temps avant notre chronologie. Derrière le cordon dunaire s’étendait un grand territoire marécageux qui s’est formé après l’époque glaciaire , lorsque le niveau de la mer montait. Ils subsistaient des sols d’argiles et de tourbe , laquelle les hommes utilisaient ultérieurement comme carburant. Au nord et au sud s’étendent les bords des grands fleuves , tandis qu’à l’est on trouve les terrains sablonneux pleistozéiques. Ainsi l’existence de ces régions situées plus hautes explique déjà partiellement le site de l’actuel anneau urbain.

1. 3 Les dangers d’inondation

Environ un tiers des Pays-Bas et presque la totalité de la Randstad se situent en-dessous du niveau de la mer ou du moins pas plus d’un mètre au-dessus ; les altitudes en-dessous ne dépassent en général pas les 100 mètres. Pour se protéger contre les permanents dangers d’inondation , l’homme commencera vers 1000 avec la construction des premiers digues.

1. 3. 1 Les digues et les polders

Les polders sont des territoires conquis sur les lacs et les marécages , protégés par des digues contre les eaux extérieurs et gardés au sec par un pompage mécanique continu. La technique de la poldérisation s’est perfectionnée au cours du temps ; au 17ème et 18ème siècle on utilisait les moulins à vent , jusqu’à ce que au 19ème siècle on développa les machines à vapeur et à l’électricité , qui pouvaient assècher même de plus grandes surfaces. Aujourd’hui , les pompes à moteur électrique ou diesel permettent aux Néerlandais de construire des polders d’une centaine de km2.

Un des principaux polders de la Randstad est le Haarlemmermeerpolder , assèché en 1852. Ainsi ne furent non seulement crés 18.000 ha de surface cultivable , mais le danger que représentait ce lac pour les villes d’Amsterdam et Leyde fut également évincé. D’autres grands polders , même s’ils ne se situent pas directement dans la Randstad ont aussi une importance non négligeable : Beemster ( au nord d’Amsterdam , premier grand lac assèché , début 17ème siècle ) et les polders de l’ancien Zuiderzee. L’assèchement de ce dernier ( 225.000 ha ) fut entamé en 1918 , et en 1932 , il fut fermé par un grand digue et le lac d’eau douce restant constitue aujourd’hui l’Ijsselmeer.Quatre grands polders apparaissaient: polder du Wieringermeer, polder du Nord-Est ( polders utilisés pour l’agriculture ), polder du Flevoland oriental, polder du Flevoland méridional ( polders utilisés comme zone résidentielle et lieu de détente ). En 1968 , ces polders sont nommés province de Flevoland et constituent aujourd’hui une importante zone de décongestion pour la conurbation de la Randstad. La construction d’un cinquième polder est en cours , mais pas encore certaine: Markerwaardpolder.

Après qu’en 1953 la marée de ressort avait sévèrement inondé la région de delta au sud de la Randstad et causée la mort de 1800 personnes , les néerlandais ont crée le Plan Delta ( 1958-1986 ), une série impressionante de digues maritimes , afin d’éviter une nouvelle catastrophe.

2. LES ELEMENTS CONSTITUTIFS DE LA RANDSTAD HOLLAND

2.1 Les principales villes

On pourrait subdiviser la Randstad en un aile nord formé par les villes Haarlem- Amsterdam et Hilversum-Utrecht ainsi qu’en un aile sud formé par Leyde-La Haye et Rotterdam-Dordrecht. Cet anneau urbain concentre 1680 hab./km2 et comprend 4 villes principales ( Amsterdam , Rotterdam , La Haye , Utrecht ), dont les agglomérations ont un radius de 20 à 25 km et 8 agglomérations de plus de 100.000 habitants. Les différentes villes sont connectées entre eux par un vaste réseau de routes , de chemins de fer et de voies navigables.

Les quatre villes principales sont indépendantes et ont chacune sa propre identité en terme de fonction , d’ image et d’attitude des habitants envers leur domicile. En effet , pour les habitants , la notion de Randstad est vague et théorique : la Randstad reste une juxtaposition d’agglomérations et en ce qui concerne le sentiment d’appartenance des habitants , ils se sentent plutôt habitant de leur ville que de la Randstad.

2.1.1 Amsterdam

La capitale , qui est construit , relativement tard ( vers 1270 ), sur une digue barrant l‘Amstel , a aujourd‘hui une population de 710.000 habitants ( 1,2 millions dans l’agglomération ). Elle constitue un centre financier et culturel important. La ville se partage avec Rotterdam la fonction de commerce en gros , avec La Haye le rôle de capitale politique et économique. Amsterdam a également un port important , mais avec 17 millions de tonnes , le traffic maritime vient loin derrière celui de Rotterdam , qui alimente les raffineries d’Amsterdam de pétrole. Pourtant des industries variées subsistent à Amsterdam : industries de luxe ( tailleries de diamants etc. ), alimentaires , graphiques , electrotechniques et surtout métallurgiques. Les pôles tertiaires se concentrent le long des rocades autoroutières et ferrovières. Bien qu’on constate peu de ségrégation ethnique , la population de la capitale compte 32% d’étrangers venant surtout de l’Indonésie , du Surinam , des Antilles , du Maroc et de la Turquie.

2.1.1.1 L’aéroport de Schiphol

La concentration principale du tourisme se situe à Amsterdam et ses environnements , ceci grâce à la proximité de l’aéroport d’Amsterdam qui fut construit en 1917 et agrandi régulièrement dès lors. Aujourd’hui Schiphol subit une croissances formidable par rapport aux autres aéroports de l’Europe avec 19 millions de voyageurs en 1992. L’aéroport et les firmes qui s’y sont implantées occupent environ 32.000 personnes , ce qui fait de Schiphol le principal pôle d’emploi de la Randstad en dehors des villes.

Malgré le fait qu‘en 1992 l’écrasement d’une Boeing 747 sur un quartier d’Amsterdam a montré que l’aéroport se situe trop proche des zones de densité urbaine , la construction d’une cinquième piste a été décidé en 1993. De même, une lutte contre le bruit est aujourd’hui devenu nécessaire bien que les coûts soient trop hauts pour réaliser des projets efficaces.

2. 1. 2 Rotterdam

Rotterdam arbrite une population de 596.000 habitants ( 1.000.000 hab. dans l’agglomération ) et est surtout connu pour son activité de port maritime.

2. 1. 2. 1 Le port de Rotterdam

Premier port mondial ( presque 300 Mt par an ) , il se situe sur 30 km sur la Nouvelle Meuse et peut être divisé en trois parties. Après l’ouverture du Nieuwe Waterweg en 1872 , qui donne l’accès directe à la Mer du Nord , le port ne cesse de s’étendre : à l’est on trouve le Botlek ( années 1950 ) , puis l’Europoort ( années 1960 ) , et finalement la plus récente Maasvlakte ( années 1970 ). Aujourd’hui Rotterdam constitue la plus grande zone d’industrie des Pays-Bas , notamment à cause de sa diversification des acvtivités portuaires , qui fut nécessaire après la crise pétrolière de 1973 ; raffinage du pétrole ( SHELL en 1936 , Exxon , BP…) , chimie , charbon , minerais , chimie alimentaire , conteneurs , automobiles , construction navale , métallurgie.

Rotterdam conserve donc sa double fonction de port de transit alimentant l’arrière pays rhénan ( les raffineries d’Amsterdam , d’Anvers , de Limbourg et de la Ruhr sont en grande partie alimentés par Rotterdam ) et de port industriel , activité aujourd’hui dominante.

Doc.1 : Transbordement de marchandises du port de Rotterdam. Source : Diercke Handbuch , 1989, Westermann.

2. 1. 3 La Haye

Bien que Amsterdam constitue la capitale du pays , La Haye , avec une population de 445.000 habitants ( 700.000 dans l’agglomération ) en exerce la plupart des fonctions politiques et administratives. Ici , on trouve la plus grande concentration de bureaux des Pays-Bas ( au milieu des années 1990 un nouveau grand complexe à proximité du centre a été achevé ). Mais La Haye constitue une métropole complète avec ses industries , ses sièges sociaux nationaux et internationaux , ses services aux entreprises et le port de pêche ( le second des Pays-Bas ) ainsi quie la station balnéaire de Scheveningue , qui fait partie de la commune.

2. 1. 4 Utrecht

La quatrième des principales villes compte 234.000 habitants ( 540.000 dans l’agglomération ) et constitue , à cause de sa lkocalisation centrale , le noeud routier et ferroviaire ( site du directoire général des Chemins de Fer ) de la Randstad ( congrès , messes ).Utrecht est un foyer religieux (évêché ) , universitaire ( depuis 1636 ) et possède également une tradition industrielle ( textile , métallurgie , chimie , agro-alimentaire , constructions mécaniques et électroniques ).

2. 1. 5 Les autres agglomérations

A côté des quatre noyaux ptincipaux de la Randstad , il y existent encore d’autres agglomérations de plus de 100.000 habitants. Ici domine la fonction résidentielle, même si ces villes participent aux activités tertiaires nationales et internationales de la Randstad.

- Haarlem, à l’ouest d’Amsterdam , est la capitale de la province d’Hollande- Méridionale et compte 150.000 habitants ( 214.000 dans l’agglomération ).
- Dordrecht, avec 110.000 habitants ( 210.000 dans l’agglomération ) , reste un centre de batellerie et d’industries variées , à l’ouest de Rotterdam.
- Leyde, qui se situe avec 110.000 habitants ( 190.000 dans l’agglomération ) au nord de La Haye , fait preuve d’une forte concentration intellectuelle ( université , maison d’édition ).
- Amersfoort a attiré , à cause de sa localisation favorable à l’est d’Utrecht , in grand nombre d’implantations industrielles et des sociétés de services aux entreprises.
- Zaanstad se situe au nord d’Amsterdam et compte 133.000 habitants ( 141.000 dans l’agglomération ).
- Haarlemmermeer a dépassé les 100.000 habitants en 1992.

Il existe encore quelques autres villes de plus de 100.000 habitants , mais qui constituent des villes-satellites. ( voir 4.4 )

Parmi les agglomérations de plus de 50.000 habitants comptent :

- Hilversum, au nord d’Utrecht , compte 95.000 habitants et est important à cause de sa fonction de centre de télécommunication ( installation de la radio et de la télévision ) .
- Delft, avec 90.000 habitants a une réputation internationale àcause de son université polytechnique.
- Vlaardingen et Schiedam , tous les deux 70.000 habitants , sont devenus des banlieues de Rotterdam.
- Gouda représente , avec plus de 70.000 habitants , la seule ville importante au centre du Coeur Vert
- Alphen-aan-den-Rijn au centre du Coeur Vert dépasse aujourd’hui une population de 60.000 habitants.
- Velsen situé au nord de Haarlem sur le canal de la Mer du Nord compte 60.000 habitants.

2. 2 Le Coeur Vert

Le Coeur Vert constitue la partie centrale de la Randstad , entourée par l’anneau urbain , et qui compte six communes prépondérant urbaines: Gouda , Alphen , Woerden , Waddinxveen , Boskoop et De Ronde Venen ,En 1990 le ministère de l’aménagement a fixé les limites officielles du Coeur Vert , voilà pourquoi on peut dire qu’il compte 673.000 habitants ( 470/km2 ). La population a augmenté entre 1990 et 1994 de 0,9% et se trouve aujourd’hui toujours au-dessus du niveau moyen du pays. Depuis 1996 il existe un conseil d ’ administration pour le Coeur Vert , qui essaie d’éviter le meilleur que possible l’urbanisation de la région et de préserver le caractère rural. Les principales entorse à sa protection furent l’extension de l’aéroport de Schiphol et la création de la ville de Zoetermeer ( ville-satellite de La Haye ). 70 communes se situent totalement ou partiellement dans le Coeur Vert ,où l’utilisation du sol est à 13,3% urbaine, à 83.1% agricole ( 160.000 ha ) et 3,6% sont réservés à la recréation.

Tabelle de l’utilisation du sol pour des buts agricoles ( 1994 ) :

Abbildung in dieser Leseprobe nicht enthalten

2. 3 Les trois secteurs répartis dans la Randstad

La Randstad représente la partie des Pays-Bas où se concentre la majeure partie des activités des trois secteurs. En 1986 , les emplois étaient distribués entre les secteurs de telle façon : 6 % dans l’agriculture , 32 % dans l’industrie et 62 % dans les services.

2. 3. 1 Le secteur primaire : l’agriculture

Les Pays-Bas constituent le plus grand exportateur mondial de produits laitiers ( spécialemenemt de fromage ), de viande de porc et de fleurs. A l’intérieur de l’Europe ils prédominent les autres pays dans les exportations de légumes et de viande de volaille. Les Pays-Bas couvrent le marché mondial des plantes en pot pour la moitié , celui des fleurs coupées pour un tiers.

L’élevage bovin se concentre surtout à l’est et au centre de la Randstad , l’agriculture se fait le plus souvent dans les polders. Les cultures maraîchères sous serre dominent le Westland, la région au-dessous de La Haye , bien qu’ici l’horticulture ne subsiste que sous la protection de la politique d’améagement. La bulbiculture se situe le long de la côte sur 3000ha de Haarlem à Leyde sur les vieilles dunes et constitue la seule branche de l’agriculture qui attire chaque année des milliers de touristes. Autour d’Aalsmeer , au sud d’Amsterdam , règne la production des plantes en pot et des fleurs coupées. Ici on tire profit de la proximité de l’aéroport de Schiphol , puisque 80 % de cette production périssable est exportée. Enfin la région de Boskoop s’est spécialisée dans l’élevage d’arbres et d’arbustes d’ornement.

2. 3. 2 Le secteur secondaire : lindustrie

Dans la Randstad se situent les industries les plus variées ( voir les chapitres sur les différentes villes ) , mais la principale zone industrielle est notamment le port de Rotterdam avec sa position primaire mondiale de raffinage de pétrole et de site de l’industrie pétrochimique. L’industrie du fer et de l‘acier se concentre à Velsen-Ijmuiden , où 1918 a été construit une grande usine métallurgique et une aciérie. C’est aussi la région d’Amsterdam et de ses environnements qui arbrite le plus grand nombre d’emplois dans l’industrie.

2. 3. 3 Le secteur tertiaire : les services

La domination de la Randstad reste écrasante dans le secteur tertiaire ; jadis représenté seulement par le commerce et les transports , elle bénéficie aujourd’hui d’une infrastructure de qualité avec notamment le port de Rotterdam et l’aéroport Schiphol , qui manoeuvrent très bien le fait que 40 % de la production est exporté.

2. 4 Les ressources naturelles des Pays-Bas

Les disponibilités des Pays-Bas en matières premières et en sources d’énergie sont limitées. Leur seul gros atout était la découverte au début des années 1960 du gaz naturel (4ème production mondiale )dans la province du Groningue , qui les a aidé a surmonter les 2 chocs pétroliers dans les années 1970. Des gisements de charbon ont été découvert au Limbourg et des dépôts de pétrole dans le nord-est et l’est du pays. Les seules ressources de la Randstad furent la tourbe , utilisée comme carburant et dont l’exploitation creusait des lacs , ainsi que le sel qu’on obtenait en brûlant la terre qui jadis était recouvert par la mer et en prenant aux cendres le sel contenu.La pêche maritime des Pays-Bas est pauvre , bien qu’il existent quelques ports de pêche dans la Randstad , notamment Ijmuiden , Scheveningen et Urk.

3. LA GENESE DE LA RANDSTAD ET SON DEVELOPPEMENT JUSQU’AU 20. SIECLE

3. 1 De l’an 1200 jusqu’au 19ème siècle

A partir de l’an 1200 la construction de villes dans les marécages de l’actuelle Randstad fut favorisée par le développement technique dans le domaine des digues. Les premières villes se formèrent à l’ouest sur les dunes ( Haarlem-La Haye ) , à l’est sur les sables pléistocènes ( Hilversum-Utrecht ) , au nord et au sud le long des rives ( Amsterdam-Rotterdam ).La structure spatiale dépendait fortement de l’eau ; partout se formèrent des systèmes de canaux afin d’éliminer l’eau supplémentaire et qui en même temps servaient de voies de navigation.

Au 16ème et 17ème siècle on construit une voie de navigation intérieure reliant Dordrecht , Gouda et Haarlemmermeer ainsi qu’une voie aux pieds des dunes. Le long de ses voies se formèrent des villes commerçantes.Un peu plus tard , lorsque la navigation sur la Mer du Nord et le Zuiderzee gagnait en importance , les villes se situant à l’embouchure de ces eaux assistant à un essor rapide. Dans la deuxième moitié du 17ème siècle ce développement freina jusqu’au 19ème siècle.

3. 2 Les années après la révolution industrielle

La révolution industrielle de l’Europe de l’ouest se fait remarquer dans la Randstad à partir de la deuxième moitié du 19ème siècle avec la construction de chemins de fer et de nouveaux canaux , reliant mieux encore Amsterdam et Rotterdam à la mer.La crise agraire à la fin du 19ème siècle provoque une vaste migration de la campagne vers la Randstad et il se forment des quartiers d’ouvriers désolants autour des centre-villes , qui aujourd’hui font l’objectif principale des renovations urbaines.

4. LA POLITIQUE D’AMENAGEMENT DU TERRITOIRE DE LA RANDSTAD

4. 1 Les débuts

Depuis 1901 , toute ville de plus de 100.000 habitants est obligée de fixer un plan d’aménagement , mais on est encore loin d’une véritable politique d’aménagement de la Randstad, bien qu’elle s’avérera être nécessaire bientôt.

Après 1920 , les activités industrielles ainsi que résidentielles augmentent , notamment à cause de l’utilisation de plus en plus répandue de la voiture et de l’électricité. Ce développement économique est freiné pendant la Seconde Guerre Mondiale , où de grandes parties de la Randstad , et surtout Rotterdam , sont détruites.

4. 2 L‘organisation

Une loi de 1965 octroie la responsabilité de la politique de l’aménagement à l’administation centrale , aux provinces , et au communes. L ’ administration centrale fixe les bases de la polititique et surveille celle des provinces et des communes. Les provinces peuvent fixer des plans de développement pour des parties de leur région et surveillent les mesures d’aménagement des communes. Les communes fixent les plans d’utilisation des superficies et doivent fixer des plans de construction pour toute zone non bâtie. ( Ainsi on n’obtient une licence de construction que si les plans correspondent à ces plans de construction ).

Les citoyens ont aussi leur mot à dire ;d’abord il y a publication d’un croquis de plan sur lequel tout le monde est invité à communiquer son opinion. En tenant compte de ces prises de position , le plan finale est fixé.

4. 3 La politique d’aménagement après la Seconde Guerre Mondiale

Après la guerre vient une période de reconstruction , qui est accompagné d’une rapide croissance de la population , de l’économie et de l’industrie , surtout de celle du port de Rotterdam. On cherche vite à combler le déficit de logements résultant des destructions de la guerre et de la croissance de la population , malheureusement en attribuant plus de valeur à la quantité qu’à la qualité. La politique d’aménagement de l’immédiat aprèsguerre vise à promouvoir la migration vers les villes puisqu’ici la reconstruction économique se manifeste le plus clairement.

4. 3. 1 Les années 1950

Dans les années 1950 , on constate que cette politique conduit a une surpopulation des villes , amenant avec soi de graves problèmes de traffic , de logement , de pollution et un manque d’aires de détente. Voilà pourquoi l’objectif principal consiste maintenant à freiner la croissance des villes en la dirigeant à l’extérieur de la Randstad. Cette problématique fut l’objet des deux rapports : L ’ ouest et le reste des Pays-Bas ( 1956 ) et Le d é veloppement de l ’ ouest des Pays-Bas ( 1958 ).

4. 3. 2 Les années 1960 et 1970

Au début des années 1960 se montre que cette politique n’a pas le succès que prévu. Le processus de la suburbanisation , de l’extension des villes dans leurs environnements , s’agrave. Au lieu de s’installer dans les régions en dehors de la Randstad , la population augmente dans les petits villages autour des grandes villes ( surtout des familles ) et surtout dans le Coeur Vert et diminue dans le centre des villes ( Entre 1965 et 1985 , Amsterdam perd 170.000 habitants , Rotterdam 130.000 , La Haye 120.000 et Utrecht plus de 45.000 ). Ceci entraîne , à côté d’une destruction des zones rurales , l’apparition d’un mouvement pendulaire entre les logements dans le Vert et les lieux de travail qu’on trouvait toujours dans les villes. Le Deuxi è me rapport sur l ’ am é nagement du territoire aux Pays-Bas de 1966 vise le principe de la décentralisation , c’est-à-dire de diriger la croissance de la population vers le nord de l’Hollande-Méridionale , les polders du Flevoland et dans la région du Delta ( au sud de Rotterdam ). Afin d’éviter des constructions supplémentaires dans le Coeur Vert et une trop grande concentration dans les villes , on cherche à mener la croissance de la population vers un nombre réduit de noyaux.

Malheureusement on constate dans les années 1970 que cette politique de même ne semble pas réussir non plus : la décentralisation ver le nord et le sud ne se fait pas et les constructions dans le Coeur Vert continuent. On rejete ceci sur le manque d’un instrument capable de faire passer de façon effective les mesures fixées. Un Troisi è me rapport est publié en trois parties dont la deuxiéme ( 1976 : Rapport sur l’urbanisation ) est le plus important. Il prévoit d’importantes renovations dans les principales villes ( surtout les quartiers du 19ème et des premiers décennies du 20ème siècle ) afin d’éviter de nouvelles émigrations des villes et la construction de 14 villes d’expansion ( voir 4.5 ). La troisième partie du rapport ( 1977 : Régions rurales ) s’occupe du Coeur Vert , en lui octroiant pour la première fois des fonctions de loisir et de détente , ainsi que de protection de l’environnement.

4. 4 Le tournant : la politique d’aujourd’hui

Dans les années 1980 , l’émigration dans les villes avait stagnée et un grand nombre de logements étaient construits dans les villes d’expansion. Le mouvement pendulaire cependant s’était accru , surtout à cause d’une suburbanisation constatée dans le domaine du travail ( voir 4.6 ). En 1988 parut le Quatri è me rapport sur la politique d ’ am é nagement aux Pays-bas qui proposa de resserrer le rôle des villes d’expansion et de renforcer les renovations des grandes villes ainsi qu’une construction renforcée de logements dans les villes et ses alentours immédiats. Ces constructions doivent se faire sur des petits terrains non encore bâtis et sur des anciens terrains d’industrie , de port et de casernes. On s’imagine ainsi une réduction du traffic , une utilisation plus forte des moyens de transport publics et la protection du Coeur Vert. En 1990 paraît un rapport complémentaire qui désigne environ 20 régions ( régions VINEX ) qui se trouvent toutes en dehors du Coeur Vert et dans lesquelles doivent être construit les logements encore nécessaires dans la région de la Randstad jusqu’à l’an 2005.

4. 5 Les villes d’expansion

C‘est dans les années 1970 que la politique des villes de décongestions s’avère nécessaire pour arrêter l’urbanisation à l’improviste des régions rurales. Les principales villes d’expansion , lesquelles doivent être agrandi d’un minimum de 6.000 logements dans les dix ans à suivre, sont Zoetermeer, à l’est de La Haye , qui malheureusement se situe en plein Coeur Vert et a été aggrandi à partir de 1966. Puis il y a Almere, qui se situe au sud-ouest du Flevoland et constitue avec Lelystad une ville de dégongestion pour le nord de la Randstad. D’autres noyaux d’extension , qui , comme Zoetermeer , Almere et Lelystad , doivent croître d’avantage jusqu’à l’an 2000 sont Spijkenisse et Haarlemmermeer. Lorsque dans les années 1980 fut fixé l’endiguement de la politique de ces villes-satellites , ceci concerna surtout les villes d’Alkmaar , de Hoorn , d’Hellevoetsluis , de Nieuwegein et de Huizen.

4. 6 Les migrations alternantes

Le phénomène des mouvements pendulaires apparu avec la mobilité croissante de la population qui ainsi a pu s‘implanter à partir des années 1960 de plus en plus dans les zones vertes. Le traffic entre le lieu de domicile et le lieu de travail s’est encore accru à partir des années 1970 , lorsqu’un grand nombre de firmes se sont installées en dehors des villes ( terrains plus grands et moins chers ). Ainsi se sont développés des migrations alternantes dans deux directions : d’un côté on a les gens qui habitent dans les zones rurales et qui ont leur lieu de travail dans la ville et, de l’autre côté ceux qui habitent en ville et qui travaillent dans les alentours. Une étude de 1997 a montrée que 50 % des gens utilisent leur voiture pour se rendre au travail et pour retourner , 28 % y vont à pied ou sur la bicyclette et les autres 22 % utilisent les transports publics. Le résultat de ceci sont des routes bouchées , de la colère , une perte de temps et une pollution de l’air. Les autorités cherchent à propager le transport public , mais doivent dorénavant développer les infrastructures routières.

4. 7 Les zones tampon

Un autre atout fondamentale de la politique d’aménagement de la Randstad est la construction de zones tampon , qui est développée à partir des années 1960 et doit veiller à éviter le phénomène de la conurbation complète. Ces zones sont protégées contre les constructions et ont souvent une fonction de loisir et de détente comme la zone Spaarnwoude entre Amsterdam et Haarlem ( 2700 ha ) , mais ils peuvent également avoir une fonction partiellement ou totalement agricole.

5. LES PROBLEMES D’ENVIRONNEMENT

A part les problèmes d’aménagement résultant de la forte conurbation de la Randstad , celle-ci engendre aussi pas mal de problèmes d’environnement.

5. 1 La pollution de l’athmosphère

Celle-ci est surtout du à la densité du traffic individuel toujours croissant et aux gaz d’échappement des industries , surtout des industries pétrochimiques dans la région de Rotterdam. Voilà pourquoi lorsqu’on mesure une trop grande concentration de SO2 dans l’air , les industries averties réduisent leur émission de gaz.

5. 2 Le problème de l’eau

Aujourd’hui on rencontre dans la Randstad le problème de l’approvisionnement en eau potable , qui est surtout du à la pollution de l’eau par les villes , les pesticides de l’agriculture et par les déchets de l’industrie. Mais une autre menace pour l’eau potable est le fait que l’eau de la mer amène des sel dans l’eau potable , et la dessalure est un processus coûteux. Les solutions de la Randstad sont d’un côté la création de lacs d’eau douce lors de la poldérisation ( Ijselmeer ) , d’un autre côté l’utilisation des eaux souterraines des dunes ( Amsterdam , Haarlem , Leyde et La Haye ) , et finalement le stockage d’eau relativement propre des fleuves ( Rotterdam : eau de la Meuse ).

6. LA SITUATION ACTUELLE

Aujourd’hui la situation démographique de la Randstad est toujours croissante , due au croît naturel et à l’immigration étrangère surtout des anciennes colonies néerlandaises ( Surinam , Indonésie , Antilles ),ainsi que de la Turquie et du Maroc.La baisse de la population dans les villes a arrêtée , et le 4. Rapport sur la politique d ’ am é nagement aux

Pays-Bas chiffre le besoin de logements dans la Randstad à 485.000 pour a période de 1995-2015.On pourrait se demander si la densification maximale de l’anneau urbain suffira à absorber cette croissance.

En tout cas l’objectif principal de la politique d’aménagement du territoire de la Randstad pour le futur est la conservation du caractère rural du Coeur Vert ainsi que la concentration de la population vers les noyaux des villes , où des logements se trouvent à sa disposition.

A Amsterdam , à côté des renovations urbaines , la construction d’un nouveau quartier ( Ijburg ) avec 18.000 logements a été décidée en 1997, surtout avec le but de requérir les familles et les classes moyennes. A Rotterdam il y a toujours un grand nombre de constructions nouvelles dans les vieux ports , à La Haye surtout dans le nouveau quartier de la gare , qui , à Utrecht est soumis à un vaste projet de renovation urbaine.

19 von 19 Seiten

Details

Titel
Randstad Holland
Hochschule
Université du Luxembourg
Note
19/20
Autor
Jahr
1999
Seiten
19
Katalognummer
V100565
Dateigröße
520 KB
Sprache
Deutsch
Schlagworte
Randstad, Holland
Arbeit zitieren
Samantha Georg (Autor), 1999, Randstad Holland, München, GRIN Verlag, https://www.grin.com/document/100565

Kommentare

  • Noch keine Kommentare.
Im eBook lesen
Titel: Randstad Holland



Ihre Arbeit hochladen

Ihre Hausarbeit / Abschlussarbeit:

- Publikation als eBook und Buch
- Hohes Honorar auf die Verkäufe
- Für Sie komplett kostenlos – mit ISBN
- Es dauert nur 5 Minuten
- Jede Arbeit findet Leser

Kostenlos Autor werden