Les effets socio-économiques de la modernisation du marché de Ngoulemakong


Etude Scientifique, 2016

118 Pages


Extrait

SOMMAIRE

AVERTISSEMENT

DÉDICACE

REMERCIEMENTS

LISTE DES GRAPHIQUES ET TABLEAUX

LISTE DES SIGLES ET ABRÉVIATIONS

RÉSUMÉ

ABSTRACT

INTRODUCTION GÉNÉRALE 1 ÈRE PARTIE : LES EFFETS SOCIAUX ET ENVIRONNEMENTAUX DE LA MODERNISATION DU MARCHÉ DE NGOULEMAKONG INTRODUCTION DE LA PREMIÈRE PARTIE

CHAPITRE 1 : EFFETS SOCIAUX ET ENVIRONNEMENTAUX DE LA MODERNISATION D'UN MARCHÉ
Section 1 : Les effets sociaux de la modernisation d'un marché
Section 2 : Effets environnementaux de la modernisation d'un marché

CHAPITRE 2 : LES EFFETS SOCIAUX ET ENVIRONNEMENTAUX DE LA MODERNISATION DU MARCHÉ DE NGOULEMAKONG
Section 1 : Approche méthodologique
Section 2 : Les effets sociaux et environnementaux de la modernisation du marché de Ngoulemakong

CONCLUSION DE LA PREMIÈRE PARTIE 2 ÈME PARTIE : LES EFFETS ÉCONOMIQUES DE LA MODERNISATION DU MARCHÉ DE NGOULEMAKONG INTRODUCTION DE LA DEUXIÈME PARTIE

CHAPITRE 3 : LES EFFETS ÉCONOMIQUES DE LA MODERNISATION D'UN MARCHÉ
Section 1 : Les effets économiques de la modernisation d'un marché sur les activités économiques des commergants 50
Section 2 : Les effets économiques de la modernisation d'un marché sur le développement d'une collectivité territoriale 55

CHAPITRE 4 : LES EFFETS ÉCONOMIQUES DE LA MODERNISATION DU MARCHÉ DE NGOULEMAKONG
Section 1 : Les effets économiques de la modernisation du marché de ngoulemakong sur les activités économiques des commergants et producteurs
Section 2 : effets économiques de la modernisation du marché de Ngoulemakong sur le développement d'une collectivité territoriale

CONCLUSION DEUXIÈME PARTIE

CONCLUSION GÉNÉRALE ET RECOMMANDATIONS

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

ANNEXES

TABLES DES MATIÈRES

« L'université de Yaoundé II-Soa n'entend donner aucune approbation ni improbation aux opinions contenues dans ce mémoire. Celles-ci doivent etre considérées comme étant propres a leur auteur ».

 ma Grand-mère ZOMBANG NZOUA Catherine

REMERCIEMENTS

Ce travail est le résultat d'un ensemble de contributions auxquelles nous voudrons exprimer notre profonde reconnaissance. Nous tenons a remercier :

- Le Professeur ATANGANA ONDOA Henri qui a accepté diriger ce mémoire. Ses qualités et sa rigueur scientifiques, son extreme disponibilité, ses conseils et ses remarques nous ont été d'une aide précieuse et restent un acquis majeur pour notre formation ;
- Le Professeur NGO NONGA Fidoline et le Dr MINKOA NZIE pour leurs dévouements et leurs précieux conseils qui ont aidé a l'accomplissement de ce travail ;
- Mme NGA Madeleine Coordonnateur National du Programme National de Développement Participatif (PNDP), qui a permis que nous déroulions notre stage au sein de cette auguste entreprise et a M. EKEME Isaac pour ses remarques et conseils.
- L'ensemble du corps enseignant de la Faculté des Sciences Économiques et de Gestion (FSEG) de l'Université de Yaoundé II-Soa pour leur dévouement a notre formation et la qualité de leurs enseignements ;
- La famille de la promotion «Master II en Économie de l'Environnement, du Développement Rural et de l'Agroalimentaire (EDRA) 2015 ». La fraternité dans laquelle nous avons vécu, a sa place dans l'aboutissement de cette reuvre ;
- M. MANDIO BAMBOCK Christian, pour ses conseils et son assistance scientifique
- M. AKAM Rodrigue pour son assistance financière ;
- Nos sreurs Danielle, Gaëlle, Christelle, Claudia et Stéphanie et nos parents M. et Mme MPONG grâce a qui ce travail a été possible ;
- Tous ceux qui de près ou de loin nous ont apporté leur soutien et leurs encouragements

LISTE DES GRAPHIQUES ET TABLEAUX

Graphique 1 : Évolution de l'accès au logement décent

Graphique 2 : Évolution du chiffre d'affaires des commergants

Tableau 1 : Structure de l'échantillon

Tableau 2 : Répartition des répondants par sexe

Tableau 3 : Revenu (par semaine) des producteurs avant et après la modernisation

Tableau 4 : Statistique descriptive de la superficie moyenne cultivée avant et après la modernisation

Tableau 5 : Statistique descriptives des quantités de biens agricoles produits

Tableau 6 : Facilitation des échanges : moyens de transport

Tableau 7 : Disponibilité et niveau des prix des intrants agricoles

Tableau 8 : Niveau moyen des prix des produits agricoles

Tableau 9 : Statistique descriptive du chiffre d'affaires annuel des commergants avant et après la modernisation

Tableau 10 : Évolution du niveau général des prix

Tableau 11 : Évolution des recettes communes tirées de la modernisation du marché de Ngoulemakong

Tableau 12 : État des routes avant et après la modernisation

LISTE DES SIGLES ET ABRÉVIATIONS

Abbildung in dieser Leseprobe nicht enthalten

LISTE DES PHOTOS

Photo 1 : Présentation du marché modernisé de Ngoulemakong

Photo 2 : Création des points supplémentaires de décharge

Photo 3 : Embarquement des biens et personnes par voiture et moto

1 RÉSUMÉ

La présente étude porte sur les effets socio-économiques de la modernisation du marché de Ngoulemakong. Nous avons étudié les effets de la modernisation du marché de Ngoulemakong sur les commergants, les ménages, les transporteurs et les producteurs. Spécifiquement, il a été question d'estimer les effets sociaux et environnementaux liés a la modernisation du marché de Ngoulemakong d'une part ; et d'autre part d'estimer les effets économiques liés a la modernisation du marché de Ngoulemakong. Cette étude concerne le marché de Ngoulemakong durant la période d'avant modernisation de 2005 â 2008 et d'après modernisation de 2009 a 2015. La méthode utilisée pour parvenir aux résultats, repose sur la démarche hypothético-déductive. Pour ce faire, nos instruments de collectes des données ont été le questionnaire et la recherche documentaire. Il découle de cette étude que les effets sociaux, environnementaux et économiques de la modernisation du marché de Ngoulemakong sont globalement positifs, surtout en ce qui concerne les effets économiques qui ont permis l'accroissement des revenus des producteurs et des commergants et l'augmentation des recettes financières communales.

Mots clés: Effets sociaux ; effets environnementaux ; effets économiques ; modernisation ; marché de Ngoulemakong

ABSTRACT

This study focuses on the socio-economic effects of modernization Ngoulemakong market. We intend to study the effects of modernization on Ngoulemakong market traders, households, carriers and producers. Specifically, it is to estimate the social and environmental effects associated with the modernization of Ngoulemakong market one hand; on the other hand to estimate the economic effects related to the modernization of Ngoulemakong market. This study concerns the Ngoulemakong market during the period before modernization from 2005 to 2008 and after 2009 to 2015. The method used to achieve the results, based on the hypothetical-deductive approach. Thus, our tools to collect data were questionnaire and desk research. It emerges from this study that social, environmental and economic effects of the modernization of Ngoulemakong market are globally positive, especially regarding the economic effects that allowed increasing incomes of farmers and traders and increasing council revenue.

Keys words: social effects; environmental effects; economic effects; modernization; Ngoulemakong's market

INTRODUCTION GÉNÉRALE

1. CONTEXTE

La modernisation des équipements marchands et des espaces commerciaux constitue un objectif majeur pour les collectivités locales1. Le marché concentre aujourd'hui, l'essentiel de l'activité et du dynamisme du secteur commercial. Il est l'endroit ou s'approvisionne la majorité de la population urbaine et rurale, aussi bien pour les produits de première nécessité, que pour les produits manufacturés (Wilhelm, 1997c). Ainsi, le marché représente un trait d'union fondamental dans les zones rurales voire urbaines, entre les agriculteurs et les consommateurs (Tracey-White, 1997).

Traditionnellement, un marché est le lieu de rencontre entre l'offre et la demande, un mécanisme par lequel des acheteurs et des vendeurs interagissent pour déterminer le prix et la quantité d'un bien ou d'un service (Samuelson & Nordhaus, 2000). C'est aussi un regroupement a but commercial, généralement périodique et dans un lieu prédéterminé, d'agriculteurs, de marchands revendeurs et de personnes acheteuses, consommatrices ou non (Kumar, 2014). Il peut etre considéré principalement en tant qu'équipement public au sens physique du terme : un espace idéalement clos, en tous cas délimité, â l'intérieur duquel les commergants peuvent exercer leurs activités, sous contröle de l'administration et dans un cadre réglementaire. Le marché est donc un terrain, des bâtiments, des équipements périphériques, des clötures, des réseaux de fluides, quelques services ou équipements, et un gestionnaire (Filippi & Pacaud, 2006). Il est constitué des vendeurs et des acheteurs impliqués dans l'échange d'un produit (bien ou service) et influencés par les variables de leur environnement.

Parmi ces variables, le changement, la rénovation encore connus sous le nom de modernisation. Ayant une grande influence sur l'aspect général d'une société, la modernisation est définie comme un processus a travers lequel les hommes améliorent le contröle de leur environnement vital (Marwan, 2007). Pour d'autres auteurs encore, c'est l'ensemble des changements par lesquels une société améliore sa productivité et, de ce fait, le niveau de vie de ses membres (Zay, 1981). De concert avec ce dernier, la modernisation d'un marché vise a remplacer les bâtiments vétustes ou obsolètes par des installations des équipements modernes et a l'amélioration des conditions de vie des hommes sur le plan social, économique et environnemental. Cependant, celle-ci entraine d'autres innovations dans la plupart des cas, auxquelles les mentalités ne sont pas préparées sur le moment. Toute économie basée sur le développement et la modernisation ne peut etre que ponctuée de toutes sortes de crises (Schumpeter, 1974). D'une part, la modernisation d'un marché présente des effets négatifs parmi lesquels la prolifération des déchets solides et liquides, l'insécurité des commergants et des consommateurs, la spéculation sur les prix des denrées, l'insuffisance des espaces marchands due a la forte demande, les risques d'invasion de rongeurs ou d'insectes en cas de défaillance du système de ramassage et d'évacuation des ordures. Cependant, elle présente des points positifs d'autre part a savoir, l'augmentation de la capacité d'accueil des commergants, a l'accès a l'eau potable et a l'énergie électrique, a l'augmentation des revenus, a la réduction des pertes de production. La création des fonds publics, la commodité et avantages esthétiques (Tracey-White, 1997) sont des effets positifs que l'on peut également relever.

Consciente de ces différentes nuisances et points positifs induits par la modernisation d'un marché sur les populations riveraines, l'institution communale2, la commune de Ngoulemakong, a entamé une vague de changement dans les années 2005 notamment a travers la signature des accords de financement avec plusieurs partenaires au développement. Fort de ses atouts et potentialités économiques parmi lesquels une population dynamique, des vastes étendues de terres fertiles, un exécutif municipal dynamique, l'existence d'un fichier des contribuables, une foret encore fournie, riches en de nombreuses essences recherchées, (CANADEL, 2014), l'autorité communale en vue d'impulser son développement a la base et de moderniser ses infrastructures existantes, a entrepris de rénover le marché communal de Ngoulemakong dit « centre commercial de Ngoulemakong ». C'est un marché d'origine ancienne et de taille réduite, implanté au creur de la ville ou se cötoient vieillards, hommes femmes et enfants dans des activités commerciales de gros et de demi-gros dans les produits vivriers3 en majorité.

Cette démarche porte ses fruits et un important investissement voit le jour tant sur l'aspect infrastructurel que sur l'aspect socioéconomique et environnemental. Il est le fruit de la signature d'une convention de financement entre la commune de Ngoulemakong et le PNDP4 en 2005, en vue de l'accompagnement de ladite commune dans l'élaboration de son Plan de Développement Communal (PDC). En effet, le coüt total de l'opération qui s'est élevé a 79 018 000 de francs CFA a été couvert pour un montant de 67 000 000 de francs CFA par une subvention du bailleur et pour un apport en nature de 8 018 000 de francs CFA et de 4 000 000 de francs CFA restant par un apport communal de 12 018 000 francs CFA, dont 8 018 000 francs en nature, et 4 000 000 francs en numéraire Depuis fin 2008, date a laquelle la modernisation du marché s'est achevée, les commergants se sont pleinement réinstallés dans le marché.

C'est un marché composé d'un hangar central de vingt-cinq (25) stands ou se cötoient « bayam-sellam »5, mini-restaurateurs, pour la plupart composés d'hommes et de femmes. La présence des boutiques n'est pas en reste. Construites en dur, submergées par la marée des tables, barnums et étalages au sol, elles permettent aux commergants d'exposer leurs produits (riz, sucre, farine de blé, boites de conserve). L'accès a l'eau est effectif. Un point d'eau potable avec château et une borne fontaine, alimentent le marché, facilitant l'entretien du marché et permettant la réduction du risque des maladies, telles le choléra. Deux blocs de quatre latrines payantes soigneusement tenues, jouxtent le marché. Un espace de stationnement de véhicules et d'embarquement des passagers et un espace de dépöt d'ordures sont également aménagés, d'ou l'application d'une gestion durable efficiente pour la pérennisation de cet important investissement.

En effet, la gestion des infrastructures constitue aujourd'hui une priorité aussi bien pour les communes, les États, que pour les programmes d'appui au développement qui consacrent des moyens importants pour leur réalisation (Seck, 2007). Les infrastructures, leviers essentiels de développement et de croissance économique et éléments stratégiques de lutte contre la pauvreté et la faim6 nécessitent une meilleure gestion pour en garantir la durabilité et la qualité du service. Dans la pratique, la maintenance et la gestion des infrastructures constituent des questions récurrentes et un enjeu compte tenu de la dégradation rapide des infrastructures et de la baisse de la qualité des services.

En dépit des efforts réalisés pour réhabiliter, construire ou rénover des marchés comme le montre Pacaud et Filippi (2006), les conditions dans lesquelles fonctionnent les équipements restent dans la majorité des cas aléatoires. Souvent mal drainés, soumis a des inondations, pas ou peu desservis en réseaux (eau, électricité, assainissement), encombrés de décharges sauvages, les marchés connaissent des situations sanitaires parfois critiques. Ces situations sont d'autant plus préoccupantes dans le cas des marchés de produits vivriers, ces derniers pouvant etre a l'origine de la diffusion d'épidémies, notamment de maladies hydriques, d'ou l'application d'une gestion durable efficiente.

2. PROBLÉMATIQUE

Le contexte économique et social de la ville de Ngoulemakong depuis sa création, a profondément évolué. Alors que le nombre de commergants s'est fortement accru depuis la modernisation du marché, notamment dans le secteur informel, les infrastructures commerciales n'ont pas toujours pu suivre cette évolution et rencontrent aujourd'hui de nombreuses difficultés dont l'accès difficile a l'eau potable, la gestion de ces infrastructures étant de plus en plus difficile.

Ces dysfonctionnements conduisent maintenant a envisager les projets de marché en termes de gestion au-dela des questions de construction. Les enjeux sont nombreux. Ils relèvent aussi bien des questions de finances locales et de flux commerciaux que d'aménagement.

La commune de Ngoulemakong regorge d'énormes potentialités halieutiques, agricoles, institutionnelles via le dynamisme de l'exécutif municipal, relationnelle par sa multitude de partenariats internationaux et culturelles (CANADEL, 2014). Malgré ces atouts et acquis susceptibles de booster son économie, elle fait face a deux contraintes majeures a savoir: la difficulté d'écoulement des produits agro-pastoraux de la localité et la sécurité des commergants aux abords de l'axe routier. (PLANET SURVEY, 2005). La ville se positionne comme un marché d'approvisionnement non seulement des voyageurs, mais aussi des grandes 7 métropoles et des marchés frontaliers d'Abang Minko et de Kye Ossi7. Ce marché est donc une source de création d'emploi et d'intensification du commerce.

La Commune a engagé une série de réformes dans les années 2000 traduite par la modernisation du marché communal ou centre commercial qui occupe une place de choix tant sur l'aspect social qu'économique. Assurément, les activités liées au commerce au sein dudit marché se pratiquent par les couches de classe moyenne. Ce sont des vieillards, hommes, femmes et enfants. Ces derniers qui pour des raisons de vulnérabilité sociale (orphelin), se livrent aux activités commerciales pendant les périodes de vacance voire durant les périodes de classe, ce qui est déplorable, car l'éducation pour les enfants dont l'âge oscille entre 4 a 19 ans, est un droit essentiel, qui permet de recevoir une instruction et de s'épanouir dans la vie sociale8

Le marché Ngoulemakong ainsi modernisé, constitue un défi majeur pour la commune. Il sert de lieu de distribution et d'approvisionnement pour la grande partie de la population et doit faire face a cette croissance. L'augmentation rapide de la démographie combinée avec une situation économique difficile, favorise le développement d'un commerce en marge de la société : le commerce informel (Rubin, 2015). Certes ce secteur informel est créateur d'emplois, mais pour la plupart indécents.

Tout de meme, la rénovation de ce marché répond aux besoins de faciliter les échanges commerciaux entre la commune et les centres d'approvisionnement en améliorant les infrastructures de commercialisation, le cadre de travail des commergants ainsi que la conservation des produits périssables tout en assurant des revenus de la Commune (PLANET SURVEY, 2005). Mais pour quel type de transport ?

Selon CANADEL (2014), les conditions générales de transport laissent a désirer. Le mauvais état des véhicules (motos et voitures), la surcharge des passagers et des bagages et la dégradation du réseau routier communal entrainant le mauvais état des routes constituent des goulets d'étranglement au développement. Les services de transport sont offerts par les motos taxis et quelques taxi-brousses9. Les moto-taxis sont pour l'essentiel composés de jeunes. Ils assurent plus de 80% du transport de personnes et de biens, selon la délégation départementale des transports de la Mvila.

La mise en reuvre de cet investissement dans l'optique d'un fonctionnement durable, est confrontée par ailleurs a plusieurs obstacles parmi lesquels la mauvaise foi de certains commergants récalcitrants a s'acquitter des frais liés a la location des locaux du marché, l'incivisme fiscal, la défectuosité du réseau routier communal (CANADEL, 2014). Cependant, au-dela des aspects positifs de la modernisation d'une part au rang desquels l'amélioration du cadre de travail des commergants, la construction des latrines a fosses ventilées, l'augmentation d'offre en comptoirs, la réduction du risque des accidents de circulation, la commercialisation des produits agricoles dans un environnement propice, a l'abri des intempéries, et la création d'emploi, les aspects négatifs sont relevés d'autre part. C'est ainsi que prolifération des déchets au travers du marché, insalubrité, risque d'accident de circulation, accès difficile des personnes socialement vulnérables aux infrastructures du fait du déficit des rampes d'accès pour handicapés se mélangent. Il semble donc légitime de se poser la question centrale de savoir Quels sont les effets sociaux, environnementaux et économiques liés a la modernisation du marché de Ngoulemakong ?

De cette question centrale, nous pouvons dégager deux (02) questions subsidiaires.

- Quels sont les effets socio-environnementaux associés a la modernisation du marché de Ngoulemakong ?
- Quels sont les effets économiques causés la modernisation du marché de Ngoulemakong ?

3. OBJECTIFS

L'objectif de notre recherche est de mettre en relief les effets sociaux, environnementaux et économiques de la modernisation du marché de Ngoulemakong. De fagon spécifique, nous allons :

- Estimer les effets socio-environnementaux liés a la modernisation du marché de Ngoulemakong ;
- Estimer les effets économiques de la modernisation du marché de Ngoulemakong.

4. HYPOTHÈSES DE RECHERCHE

Dans le but d'atteindre les objectifs sus-jacents, nous formulons l'hypothèse principale ainsi qu'il suit : Les effets sociaux, environnementaux et économiques de la modernisation du marché de Ngoulemakong sont globalement positifs.

De l'hypothèse précédente découlent deux (02) hypothèses spécifiques que nous formulons de la manière suivante :

- La modernisation du marché de Ngoulemakong a entrainé la prolifération des déchets et l'accroissement du taux de scolarisation ;
- La modernisation du marché de Ngoulemakong a contribué a l'amélioration du chiffre d'affaires des commergants et des recettes communales.

5. REVUE DE LA LITTÉRATURE

En effet, la modernisation d'un marché s'accompagne d'effets une fois l'implantation de l'investissement, comme l'affirme Edwards (2000).

Dans le meme ordre d'idée, les effets issus de la modernisation d'une infrastructure en l'occurrence d'un équipement marchand comme le pense PLANET SURVEY (2005), sont rattachés au volet social, économique et environnemental.

Effets sociaux de la modernisation du marché de Ngoulemakong

Dans une étude menée dans les marchés de Phnom Penh (Cambodge), Rood Woko (Burkina Faso) et Mahajanga (Madagascar), Granjux (2013) relèvent les effets sociaux de la modernisation desdits marchés. Soulignant d'entrée de jeu que ces effets sont en « grande majorité positifs », les auteurs montrent que la modernisation des marchés s'accompagne de l'amélioration des conditions de travail des commergants par l'amélioration des conditions d'hygiène, l'amélioration des espaces de vente, l'aménagement des commodités (les latrines et douches) et l'entretien quotidien. L'augmentation de la capacité d'accueil des commergants n'est pas en reste. Ils montrent également que la modernisation s'accompagne aussi de l'amélioration des conditions de vente des commergants tant pour ceux informels que pour les ambulants intégrés dans le marché. L'accès a l'eau potable, la sécurité des biens et des personnes, l'accès a l'énergie électrique sont d'autres effets mis en exergue. Cependant, les effets sociaux ne sont pas que positifs. Les auteurs notent entre autre qu'en l'absence des mesures particulières d'accompagnement, la modernisation des marchés participe a l'éviction de certains commergants.

Poyau (2005), s'appuyant sur le marché de Clouatcha en Cöte d'Ivoire, présente les effets sociaux de ce dernier. Il ressort de ces effets, une amélioration des conditions de sécurité des personnes et des biens, due a un marché « gardé et éclairé jour et nuit » et un personnel accrédité qui dispose d'un poste de surveillance. L'accès a l'eau potable et a l'énergie électrique est aussi relevé tout comme l'aménagement d'un lieu pour « les ablutions et les prières des usagers musulmans ».

Vue sous l'angle social, Tracey-White (1997) pour sa part montre que les effets de la modernisation sont liés a la disponibilité de l'électricité, a l'accès a l'eau potable, a l'amélioration de la santé publique car « les marchés sont de hauts lieux pour la propagation des maladies transmissibles par les aliments ou par l'eau ».

Pour Rubin (2015), les effets sociaux d'un marché modernisé sont liés a l'accès a l'eau potable nécessaire pour l'entretien des toilettes, le nettoyage des aliments, des installations des ventes et pour la prévention des incendies. Ainsi pour l'auteure, l'eau doit se trouver a une distance réduite pour favoriser le nettoyage. L'accès facile au marché est autant aussi relevé. En effet, un marché modernisé fournit un accès facile tant pour les commergants que pour les clients. Les commergants pouvant décharger facilement leurs marchandises et les clients accédant aisément a une place de stationnement. Elle conclut en montrant que l'inaccessibilité facile a l'intérieur du marché diminuerait le chiffre d'affaire des commergants.

Pour Sardan et Alou (2009), l'amélioration du cadre de travail des commergants passe par les mesures d'hygiène, car pour ceux-ci, c'est un droit d'évoluer dans un espace propre. Une telle responsabilité étant du ressort de la commune en charge du marché.

Une chose est certaine, plus les locaux d'un commerce et les installations mises a dispositions sont agréables, plus les commergants (travailleurs) auront plaisir a venir travailler chaque matin. Mettre un point d'honneur a proposer des cadres propices a l'épanouissement passerait par des locaux propres, des rangements adaptés et fonctionnels, l'accès a l'eau potable et l'énergie électrique (AIDEOCHOIX, 2016).

Les effets environnementaux de la modernisation du marché de Ngoulemakong Tracey-White (1997) montre que les effets de la modernisation d'un marché sur le plan environnemental, sont liés a la commodité pour les usagers en ce sens que les commergants sont mieux installés et protégés des intempéries, les acheteurs font leur choix sur la base de produits présentés de fagon plus hygiénique. Il souligne également comme point positif, l'amélioration du système de ramassage des déchets. Par ailleurs, non loin des effets positifs, l'auteur présente les effets négatifs. C'est ainsi qu'il ressort tour a tour le risque d'inondation pour les eaux mal canalisées, la pollution de la nappe phréatique du fait du déficit d'un système d'évacuation et d'un réservoir capable d'absorber les eaux de surface, une invasion de rongeurs ou d'insectes et la propagation des épidémies.

Selon une étude menée par Filippi et Pacaud (2006), les effets environnementaux, rattachés a la rénovation d'un marché sont liés a l'amélioration de la sécurisation des biens et des personnes sur le site du marché, a l'amélioration des conditions d'hygiène et a l'amélioration générales des conditions d'assainissement.

Granjux (2013), en se référant sur une étude réalisée sur les marchés de Mahanjanga et de Phnom Penh, démontre l'impact de la modernisation desdits marchés. Pour le marché de Mahanjanga, les effets environnementaux sont ancrés dans la prise en charge correcte et régulière du marché via le nettoyage, le ramassage des déchets. En ce qui concerne le marché de Phnom Penh, les effets environnementaux sont liés a la gestion des inondations, a l'amélioration de l'assainissement et de la collecte des déchets, a l'amélioration de l'hygiène a l'intérieur des marchés, a l'amélioration de la sécurité routière et des déplacements urbains dans le centre-ville.

Poyau (2005) quant a elle, montre que l'instauration d'un réseau d'évacuation des eaux usées et la disponibilité des collecteurs d'ordures sont quelques effets notoires. Pour sa part, Rubin (2015) souligne la mise en place d'un système de poubelles afin de garantir la gestion des déchets et de limiter leur propagation : « les marchands déversent leurs déchets dans ces poubelles, qui sont ensuite acheminées vers des bennes plus importantes pour finalement etre transportées jusqu'aux décharges grâce a des camions ».

Les effets économiques de la modernisation du marché de Ngoulemakong Granjux (2013) montre dans leur étude que les effets économiques de la rénovation d'un marché sont liés a l'amélioration du chiffre d'affaire des commergants, a l'amélioration des recettes municipales et a la création d'emplois. Pour les auteurs, cette modernisation présente pareillement un effet d'entrainement sur les commerces environnants via une évolution de la clientèle touristique de 30% et de la clientèle locale de 70%. L'amélioration des dessertes, de l'organisation commerciale et de l'aménagement des stationnements figurent dans la liste des effets économiques. Tout de meme, les effets attendus ne sont pas toujours au rendez-vous. En s'appuyant sur l'étude menée au marché de Rood Woko a Ouagadougou, il présente la rentabilité financière limitée des recettes due a la baisse consentie des loyers de 25%, aux difficultés de recouvrements (52%) et aux charges élevées de fonctionnement.

Pour Filippi et Pacaud (2006), abordant le pan des effets économiques, ils montrent que la rénovation des marchés est une « source de revenu pour les commergants, une source non négligeable de recettes financières pour les communes » ceci respectivement par la vente des denrées et autres produits par les commergants et le recouvrement des redevances et des patentes pour la commune.

Dans une étude conduite par Valleur et al. (2009) en Tanzanie, prenant l'exemple du marché de Nyandira, les auteurs présentent les effets positifs économiques de la modernisation des marchés a savoir, l'augmentation des produits vendus. De 2004 a 2008, ils montrent que la production de tomates et de haricot a fortement augmenté respectivement de 90 000 kilogrammes (kg) a 850 000 kg et de 0 a 290 000 kg. De plus, les auteurs ne se limitent pas la. Ils montrent sous un autre angle que la modernisation génère des revenus pour le marché, en tant qu'organisation. En prenant pour référent les années 2004 a 2008, fort est de constater une évolution exponentielle des revenus. Il ressort un passage de 1 900 000 TZS a 19 000 000 TZS10, une véritable performance économique.

Pour la BAD11 (2013), la modernisation des infrastructures marchandes assure une meilleure circulation des personnes et des marchandises et contribue ainsi a la reprise économique, ceci passant par le désenclavement des zones rurales via l'aménagement de pistes de dessertes et la construction des ouvrages d'art. Le désenclavement des zones de production est une mesure permettant de favoriser le développement local et de faciliter les échanges commerciaux. Il contribue a l'amélioration de la sécurité alimentaire grâce a l'accroissement de la production agricole.

La modernisation des infrastructures marchandes est essentielle pour augmenter l'accès des producteurs aux marchés d'intrants agricoles comme l'affirme Pinstrup-Andersen & Shimokawa (2008) car elle stimule l'économie pour vitaliser les villes rurales, accroit la demande du consommateur dans les zones rurales et facilite l'intégration des zones rurales moins favorisées.

Wilhelm (1997a) pour sa part, montre que les marchés modernisés mal gérés, engendreraient beaucoup de perte. Cependant, le rendement économique de ceux-ci, pourrait etre beaucoup plus élevé si une mauvaise gestion était maitrisée. L'auteure indique que, l'amélioration de la gestion des marchés est aujourd'hui une question clé pour les collectivités locales: Il leur est impératif d'améliorer le rendement de leurs redevances afin de faire face a leurs obligations de service public12.

Pour Tracey-White (1997), il n'y a aucun intéret de moderniser un marché si cela ne se traduit par des effets économiques positifs. C'est ainsi qu'il relève tour a tour comme effets, la réduction des pertes de production du fait de l'évacuation rapide des produits agricoles sur le marché, l'amélioration du fonctionnement du marché et surtout pas le moins négligeable, l'influence sur la production agricole.

- La réduction des pertes de production Les effets de la modernisation d'un marché se justifient au sens de l'auteur, par une « réduction des pertes de production », du fait que les produits agricoles sont évacués plus vite et qu'ils sont mieux acheminés vers des lieux de vente améliorés. Dans son étude, il évoque une réduction des pertes de production en valeur de l'ordre de 6 a 10%, aux opérations de récolte, a la manipulation des produits et a leur transport depuis la zone de production jusqu'au lieu de vente.

Un autre grand motif de perte est le chapardage, qui peut se traduire par des dommages bien plus importants que d'autres types de pertes. La limitation efficace de ce phénomène passe par la construction des clötures et par la mise en place d'autres mesures sécuritaires telles un meilleur gardiennage.

- L'amélioration du fonctionnement des marchés L'un des effets économiques présentés par l'auteur renvoie au bon fonctionnement d'un marché. En effet, l'amélioration du fonctionnement d'un marché modernisé se traduit par de substantielles économies pour ses responsables. Une meilleure répartition des stands et l'élimination des embouteillages font que les commergants ont alors la possibilité d'augmenter leur chiffre d'affaires tout en diminuant leurs frais d'exploitation, ce qui permet aux responsables d'augmenter les prix de location des stands et des redevances. Par ailleurs, ramener le prix de location des stands et les redevances a un niveau plus normal sans accompagner cette augmentation d'avantages sensibles pour les commergants (meilleur entretien, services plus nombreux ou de meilleure qualité), il faut s'attendre a ce qu'ils s'y opposent avec véhémence. Toute amélioration a prévoir doit donc comporter, pour les commergants, une réduction de leurs frais d'exploitation, sinon ils risquent d'augmenter leurs prix de vente pour compenser ces frais supplémentaires

- L'influence sur la production agricole Les effets économiques de la modernisation des marchés tels que relevés par l'auteur, stimulent la production agricole du fait qu'elle crée de nouvelles possibilités de débouchés, fonctions de l'évolution démographique et des revenus. Cette croissance « induite » est particulièrement importante pour les petits producteurs qui n'ont que les marchés comme seul, ou du moins principal, canal de distribution. L'amélioration des marchés permet aux producteurs d'améliorer l'efficacité de leur écoulement pour pouvoir se maintenir compétitifs face a une distribution de masse de produits plus économiques.

6. MÉTHODE

Nous nous attelons dans cette étude a mettre en relief les effets socio-économiques liés a la modernisation du marché de Ngoulemakong. Pour atteindre notre objectif, la recherche documentaire constituera le point de départ de notre étude. La méthodologie sera basée sur la démarche hypothético-déductive qui consiste a élaborer une ou plusieurs hypothèses, de les tester, d'affirmer ou de les infirmer ( Dépelteau, 2000). Ces hypothèses seront testées par une méthodologie qui fera recours a l'analyse statistique descriptive. De ce fait, les effets de la modernisation du marché de Ngoulemakong seront mis en exergue.

Les données utilisées pour cette étude sont de source primaire. Elles concernent l'ensemble des commergants du marché de Ngoulemakong, les ménages de l'espace urbain de Ngoulemakong, les producteurs et les responsables communaux et administratifs. Ces données couvrent la période de mars a Juin 2016. Elles sont issues des enquetes de terrain menées par nos soins.

7. ORGANISATION DU TRAVAIL

Le questionnement de ce travail est de savoir quels sont les effets sociaux, environnementaux et économiques de la modernisation du marché de Ngoulemakong. Pour mettre en relief ces effets, nous avons choisi comme cible les commergants, les producteurs, les transporteurs, les ménages et les responsables communaux et administratifs. Pour mener a bien notre étude, deux parties seront analysées :

- Partie première : Les effets sociaux et environnementaux de la modernisation du marché de Ngoulemakong;
- Partie deuxième : Les effets économiques de la modernisation du marché de Ngoulemakong.

1 ÈRE PARTIE : LES EFFETS SOCIAUX ET ENVIRONNEMENTAUX DE LA MODERNISATION DU MARCHÉ DE NGOULEMAKONG

INTRODUCTION DE LA PREMIÈRE PARTIE

Le marché constitue un centre de création de richesses et un vecteur de croissance économique important. La modernisation des marchés ou la construction de nouveaux équipements, suivant les objectifs d'amélioration de l'hygiène et de la salubrité, de soutien de l'activité économique et souvent de dynamisation des recettes communales, constitue une priorité des collectivités territoriales décentralisées (Wilhelm, 1997c). En effet, une des fonctions sociales des marchés est la rencontre et l'échange entre les citadins. Les marchés modernisés sont des lieux d'approvisionnement pour toutes les couches sociales, et donc des lieux d'interactions fortes entre des communautés et individus différents (Henry & Poisbeau, 2015). Ils sont le support de réseaux de clientèle et de solidarité entre commergants : les relations de marchandage qui s'y tissent, jusqu'a l'acheteur final, sont constitutives d'une sociabilité parfois porteuse d'une identité locale et urbaine particulière. Ce sont des points emblématiques de la vie des habitants en ville et des lieux d'intégration possibles pour les nouveaux arrivants, au meme titre que les gares routières. Toutefois, l'émergence de centres commerciaux13 destinés a des consommateurs de classes aisées tend a transformer les fonctions et représentations sociales des marchés modernes.

La modernisation d'un marché joue un röle déterminant dans le mouvement des archipels commerciaux et contribue a fagonner la localité a travers ses impacts tant sur l'aspect social, que sur l'aspect environnemental.

Sur l'aspect social, les effets sociaux associés a la modernisation d'un marché, constituent un ensemble de conséquences a la fois positives et négatives des faits anthropiques, structurelles, et organisationnelles qui ont pour impact le changement du bien- etre des hommes pris collectivement. Sur l'aspect environnemental, les effets liés a la modernisation d'un marché sont relatifs a l'ensemble des modifications qualitatives, quantitatives et fonctionnelles de l'environnement (négatives ou positives).

Quels sont les effets sociaux et environnementaux de la modernisation d'un marché ? Une meilleure compréhension desdits effets sur le plan positif et négatif est nécessaire. Cette première partie vise a montrer l'impact social et environnemental de la modernisation d'un marché.

Il s'agira donc dans cette partie d'estimer dans un premier temps les effets sociaux puis dans un second temps les effets environnementaux de la modernisation d'un marché dans le chapitre 1. Ensuite, nous estimerons dans le chapitre 2, les effets sociaux et environnementaux de la modernisation du marché de Ngoulemakong.

CHAPITRE 1 : EFFETS SOCIAUX ET ENVIRONNEMENTAUX DE LA MODERNISATION D'UN MARCHÉ

Abbildung in dieser Leseprobe nicht enthalten

INTRODUCTION

La modernisation des équipements marchands selon Filippi & Pacaud, (2006) est au creur des préoccupations des villes d'Afrique subsaharienne depuis plusieurs décennies. Elle repose sur le remplacement des bâtiments vétustes ou obsolètes par l'installation des équipements modernes et l'amélioration des conditions de vie des hommes sur le plan social et environnemental. Ces équipements souvent dotés d'une forte valeur symbolique, remplissent une fonction sociale et environnementale irremplagables. Quels sont les effets sociaux et environnementaux de la modernisation d'un marché ? Afin de répondre a cette interrogation, il sera question de présenter les effets sociaux de la modernisation d'un marché (section 1) d'une part et les effets environnementaux de la modernisation d'un marché d'autre part (section 2).

SECTION 1 : LES EFFETS SOCIAUX DE LA MODERNISATION D'UN MARCHÉ

Il n'y a pas grand intéret a moderniser les marchés, si cela ne se traduit pas par des effets positifs (Tracey-White, 1997). Assurément, la modernisation d'un marché s'accompagne des effets une fois que celui-ci est fonctionnel. Il sera donc question de présenter les effets sociaux positifs puis les effets sociaux négatifs de la modernisation d'un marché.

I.1 : Effets sociaux positifs de la modernisation d'un marché

L'une des principales finalités de la modernisation d'un marché est la production des effets sociaux positifs dans son ensemble. Assurément, ces effets sociaux peuvent s'articuler autour de l'accès a l'eau potable, l'accès a l'électricité, l'offre relative en comptoirs de commercialisation, les rampes d'accès pour personnes handicapées, l'accès a l'éducation, la création des associations des commergants et l'aspect genre.

I.1.1 L’accès â l'eaupotable

L'accès a l'eau potable constitue l'un des effets positifs de la modernisation d'un marché dans une localité. En effet, l'eau est nécessaire dans les marchés pour plusieurs raisons : pour les équipements sanitaires (toilettes), le nettoyage des aliments et des installations de vente et pour la protection contre les incendies (Rubin, 2015). Pour cela, elle doit se trouver a une distance réduite a pied pour favoriser le nettoyage. Il faut alors placer le forage dans les alentours immédiats du marché et prévoir que celui-ci soit entouré d'une dalle de propreté en béton pour éviter que l'eau ne se salisse. Il est également souhaitable d'envoyer circuler les excès de pompage dans les collecteurs du site du marché pour les rincer au lieu de les évacuer directement vers le déversoir du système d'égout.

L'approvisionnement en eau potable dans les marchés comme le montre Tracey-White (1994) est nécessaire pour permettre aux commergants tout comme aux acheteurs, de s'y abreuver. Il est également nécessaire au lavage des produits vivriers. Si un approvisionnement par des conduites est disponible, il sera normalement utilisé, bien que certaines améliorations des canalisations puissent devoir etre nécessaires afin de servir le site. Souvent, la seule solution pratique pour l'approvisionnement en eau potable pour un marché consistera dans l'utilisation de pompes pour les puits, avec un château d'eau sur le site

I.1.2. L'accès â l'électricité

L'accès a l'énergie électrique constitue également une partie capitale des effets sociaux positifs de la modernisation d'un marché. La disponibilité de l'énergie électrique est donc essentielle d'une part pour des raisons sécuritaires et d'autre part pour des motifs de prolongation de l'horaire d'ouverture jusque dans la soirée (Tracey-White, 1997). En outre, il permet la conservation des denrées périssables via l'alimentation des réfrigérateurs ou des chambres froides.

L'approvisionnement en électricité est un élément important pour un marché car il permet une pleine et süre utilisation des installations du marché. Les plus grands sites de marché, devront etre approvisionnés en haute-tension par leurs propres moyens (généralement 11 kV), et c'est pour des raisons économiques que l'approvisionnement est souvent vertical, monté sur pylönes. Un transformateur est nécessaire, généralement de 300 kVA, qui peut etre du type bipolaire monté sur un bâtiment ou placé a l'intérieur de celui-ci.

1.1.3. Offre relative en comptoirs de commercialisation

La modernisation d'un marché vise a remplacer les bâtiments vétustes ou obsolètes par des installations des équipements nouveaux. Parmi ces équipements, l'offre relative en comptoirs de commercialisation. En effet, un comptoir de commercialisation est un lieu physiquement clos, spécifiquement dédié au produit ciblé, équipé en infrastructures de stockage, d'embarquement et de débarquement des produits (Populin & Dardel, 2013). La modernisation d'un marché augmente la capacité totale de ce dernier très souvent d'un tiers ou d'un double de places, permettant de réintégrer tous les opérateurs initiaux. Outre une amélioration de leur cadre de travail (marchés plus salubres et fonctionnels), cette modernisation leur permet également de travailler plus sereinement. Enfin, les conditions de stockage diminuent désormais les pertes de marchandises. Ces facteurs expliquent que seule une très faible proportion de 5 % des commergants envisagent d'abandonner ce secteur d'activités a moyen terme (Granjux, 2013). Elle donne la possibilité aux différents commergants d'exposer leurs marchandises et en offrant les commodités de sécurité desdites marchandises.

1.1.4. Les rampes d'accès pour personnes handicapées

La modernisation d'un marché s'accompagne également de la construction des rampes d'accès pour personnes handicapées. En effet, l'aménagement des rampes d'accès pour personnes handicapées dans un marché, est un facteur d'intégration pour ceux-ci selon Heyrman (2007). Elles permettent aux personnes a mobilité réduite et aux malvoyants de franchir une marche ou un obstacle en dépassant les escaliers et d'accéder facilement aux différents bâtiments dont les établissements accueillant du public.

1.1.5. L'accès â l'éducation

Les responsables municipaux sont soucieux de répartir équitablement l'effort de modernisation sur l'ensemble du territoire et de satisfaire les aspirations des populations dans tous les domaines dont l'éducation. L'impact social de la modernisation d'un marché sur l'accès a l'éducation a été mené. Tout de meme, la modernisation d'un marché contribue a l'amélioration de l'accès des enfants des commergants a l'éducation, du fait des revenus qu'ils tirent de la vente des produits marchands. (Nafti & Garba, 2011)

1.1.6. La création des associations des commergants

La modernisation d'un marché donne également lieu a la création des associations des commergants. Pour la plupart de ces associations a but non lucratif, elles prennent part a la gestion des activités du marché, comme le fait constater la BAD (2009) dans une étude menées en République Centrafricaine. Ces associations sont chargées de la gestion des points d'eau, des latrines, de la collecte des fonds visant a entretenir les infrastructures, la salubrité dans les marchés et a sensibiliser les usagers.

Par ailleurs, elles sont une courroie de transmission entre les commergants et les collectivités locales dans la négociation d'acquisition des places dans les marchés (Poyau, 2005) et meme du recasement des commergants ambulants (Ndiaye, 2010) et (Cordonnier, 1987).

1.1.7. L'aspect genre

Les femmes assurent la quasi-totalité des activités du petit commerce et l'essentiel des travaux agricoles et d'élevage. En plus des tâches ménagères, elles sont encore faiblement impliquées dans la gestion et le contröle des ressources en raison des pratiques sociales, politiques, juridiques et culturelles discriminatoires. La modernisation d'un marché vise et met l'accent sur la parité Hommes-Femmes, et contribue a corriger le déséquilibre existant dans ce domaine. Comme le souligne la BAD (2009), elle permet aux femmes très actives dans le commerce, d'augmenter leurs revenus au niveau des marchés (au moins 300 emplois permanents seront créés dont 80% pour les femmes). La modernisation permet aussi la promotion d'une représentation effective des femmes dans les associations des usagers et dans les comités de gestion.

I.2 : Effets sociaux négatifs de la modernisation d'un marché

Les effets sociaux de la modernisation d'un marché sont aussi négatifs. Il convient de relever tour a tour, au regard de certaines caractéristiques, l'impact social négatif de la modernisation d'un marché sur l'accès a l'éducation, les conditions sanitaires, l'accès a l'eau potable, l'accès a l'électricité, l'offre relative en comptoirs de commercialisation, l'accès aux rampes d'accès pour personnes handicapées, l'accès aux latrines et l'aspect genre.

I.2.1 L’accès â l'éducation

Du point de vue social, les effets négatifs de la modernisation d'un marché sur l'accès a l'éducation concerneraient essentiellement les enfants scolarisables des commergants ou les enfants en âge scolaire exergant une activité commerciale. D'après les travaux de Tracey- White (1997), il est difficile pour les commergants de concilier commerce et éducation de leurs enfants. En effet, la plupart des commergants se font aider par leurs enfants pendant les périodes de congés voire pendant les périodes de classe, une situation difficile pour ces enfants qui ne peuvent pas étudier correctement et s'épanouir (Diop I. , 2011). Pourtant au sens de l'ONU14, l'accès a l'éducation pour tous les enfants en âge scolaire sans discriminations est un droit.

1.2.2. L'amélioration des conditions sanitaires

Les marchés sont de principaux regroupements de grandes foules dont certaines pathologies se propagent rapidement, en l'occurrence des épidémiques (choléra) dues au défaut d'hygiène installant ainsi des risques sanitaires. (Ndiaye, 2010). Les consommateurs sont les premières victimes de cette faible prise en compte des mesures hygiéniques de base et de la mauvaise qualité des aliments. L'hygiène déplorable des aliments provoque des intoxications et les marchés pourraient etre le foyer d'épidémies. Ces problématiques de santé publique sont une urgence qu'il convient de résoudre le plus rapidement possible (Rubin, 2015). De plus, la dégradation des infrastructures est quelques fois la cause de l'insalubrité qui règne sur les marchés impactant négativement sur la santé publique des commergants et des consommateurs.

1.2.3. L’accès a l'eaupotable

L'accès a l'eau potable n'est pas toujours au rendez-vous des effets escomptés de la modernisation d'un marché. Plusieurs études recommandent la proximité de l'eau du marché dont celle de Rubin (2015), Tracey-White (1994) et Wilhelm (1997b) pour faciliter l'approvisionnement d'une part et l'entretien du marché d'autre part. Mais, pour des raisons de relief accidenté, difficile est la construction d'un point d'eau potable a proximité d'un marché, ce qui est une entrave pour les commergants et l'entretien du marché. De plus, Selon Tollens (1997), l'eau potable peut se raréfier dans certains marchés modernisés en raison des coupures ou de la régulation des heures d'approvisionnement due a la forte demande d'eau.

1.2.4. L’accès â l'électricité

L'énergie électrique est essentielle au fonctionnement d'un marché, l'accès a cette énergie est nécessaire au fonctionnement des activités de vente, de conservation des denrées périssables. Pourtant, la plupart des infrastructures marchandes selon les travaux de Wilhelm (1997a), sont mal alimentées en réseau électrique chez les uns et inexistantes chez les autres. Ce qui pousse ceux-ci a se raccorder directement au poteau électrique, enlevant la protection du disjoncteur. De ces branchements irréguliers, naissent des incendies.

Comme le relèvent Henry & Poisbeau (2015), le phénomène d'incendie apparait très courant dans les marchés d'Afrique subsaharienne. Ainsi sur un certain nombre d'années, un recensement non exhaustif voit apparaitre : en 2009, l'incendie du Grand Marché de Niamey au Niger (déja victime d'un incendie en 1982 et 2001) et du marché Mont-Bouët de Libreville au Gabon ; en 2011, l'incendie du marché Matoto a Conakry en Guinée ; en 2012, l'incendie du Petit Marché de Niamey au Niger, du Marché d'Abobo a Abidjan en Cöte-d'Ivoire et du marché Mont-Bouët a Libreville au Gabon ; en 2013, l'incendie du marché central de Bujumbura au Burundi et du Marché central de Douala au Cameroun ; en 2014, l'incendie du Marché Rose de Bamako (déja victime d'un incendie en 1993) et du Grand Marché de Lomé au Togo, pour ne citer que ceux-la.

Les effets sociaux négatifs liés a l'accès a l'énergie électrique ne se limitent pas qu'aux incendies. Dans cette liste, figure également les coupures intempestives d'électricité. Celles-ci sont un caillou dans la chaussure des commergants en général et des poissonniers, des meuniers, coiffeurs en particulier, qui dépendent fortement de cette source énergétique.

1.2.5. L'offre relative en comptoirs de commercialisation

Offrir des comptoirs de commercialisation, des places de marché aux commergants est l'un des buts recherchés par la modernisation d'un marché. Moyens d'exposition et de vente des marchandises, les comptoirs construits a l'intérieur des hangars de marché, permettent aux commergants d'etre a l'abri des intempéries. Cependant, cet équipement ne bénéficie pas a tous. En effet, certains marchands, du fait de l'insuffisance des comptoirs de commercialisation, sont évincés sans mesures particulières d'accompagnement, malgré des options pour leur relogement, initialement prévues dans les scénarios de modernisation du marché (Granjux, 2013).

I.2.6. Rampe d'accès pour personnes handicapées

Les mesures de protection et de promotion des personnes handicapées, imposent que les bâtiments rénovés ou en phase de rénovation soient congus en tenant compte de l'accessibilité de ceux-ci auxdits bâtiments au sens de la loi n°2010/02 avril 2010. (Nguimbous, 2013). Ces mesures passent par la construction des rampes d'accès, édifice qui favorise l'accès des personnes socialement vulnérables aux marchés. Et pourtant, cette mesure sociale, est faiblement prise en compte dans les marchés modernisés et rare sont ceux qui font l'exception a cette règle.

1.2.7. L'accès aux latrines

L'accès aux latrines est une recommandation des partenaires au développement a l'instar de la Banque Mondiale dans la mise en reuvre des infrastructures socio-économiques et environnementales. La construction des latrines dans un marché moderne en son sens, est un impératif car bénéficie et permet aux commergants et consommateurs de se soulager. Seulement, dans certains marchés modernisés, son entretien pose problème. L'accès a l'eau est difficile. Comme souligne Rubin (2015), les latrines sombrent dans un piteux état. Les frais prélevés pour son exploitation temporaire sont généralement trop chères pour inciter a leur utilisation, ce qui amène les vendeurs et acheteurs a utiliser les abords du marché comme dépotoir en plein air. Des odeurs nauséabondes empestent le marché et ses alentours causant des nuisances au cadre de travail des commergants et au cadre de vie des populations riveraines et a l'environnement en général (Ndiaye, 2010).

1.2.8. L'aspect genre

Meme lorsqu'il a été recommandé d'intégrer les femmes dans les projets de modernisation d'un marché, cette intégration s'est avérée minime, voire faible (Henry & Poisbeau, 2015). Pourtant, les femmes jouent un röle majeur dans la commercialisation. A cet effet, Oyep (1997) prenant le cas de Yaoundé, affirme que: « Au niveau des acteurs du commerce, l'expérience de Yaoundé révèle la prépondérance des acteurs de sexe féminin et leur grande habilité a maitriser les circuits de distribution avec des moyens relativement modestes au départ ». A ce propos, il semble essentiel de citer les travaux de Pittin (1984) sur le röle des femmes au Nigeria, Bonnardel (1988) sur le travail des femmes a Saint-Louis du Sénégal et surtout celui de Bosch et Helleman (1985) sur les femmes commergantes de Bobo- Dioulasso au Burkina Faso.

SECTION 2 : EFFETS ENVIRONNEMENTAUX DE LA MODERNISATION D'UN MARCHÉ

La modernisation d'un marché de par ses fondations, améliore les conditions de vie et de travail des commergants. Le comportement de ces derniers, les infrastructures offertes, influencent l'environnement du marché. Il convient a partir des travaux portant sur ce concept, de relever les effets environnementaux positifs et négatifs.

II.1 : Effets environnementaux positifs de la modernisation d'un marché

Plusieurs effets positifs issus de la modernisation d'un marché qui impactent sur le cadre de vie des commergants et des consommateurs. Il semble donc nécessaire d'aborder ces effets a partir des indicateurs avec pour point d'ancrage, les travaux théoriques.

II.1.1. Réduction des risques

Le risque est une notion difficile a cerner mais de fagon générale, il renvoie selon Vincenti (1999), a « la menace qu'un évènement ou une action ait un impact défavorable sur la capacité d'une entité a réaliser ses objectifs avec succès ». Réduire un risque au sens de Baddache et Charles (2006), consiste a mettre sur pied des stratégies visant a limiter les risques et les dommages. Non loin de cette approche, le risque pour L'IFACI15 (1994) est « un ensemble d'aléas susceptible d'avoir des conséquences négatives sur une entité et dont le contröle interne et l'audit ont notamment pour mission d'assurer autant que peut se faire la maitrise ». Au regard de ce qui précède, réduire les risques revient a limiter les effets négatifs qui pourraient en découler.

En effet, la proximité de la route est un facteur qui favorise un marché (Le Bris, 1984). Bon nombre de marchés modernisés jouxtent les abords de la route. Des mesures sécuritaires telles que la construction d'une clöture pour assurer la sécurité des biens et surtout des personnes (Tracey-White, 1997), l'édification des ralentisseurs de vitesse (dos d'âne) sont quelques exemples des effets environnementaux positifs qui assurent la circulation des commergants. L'auteur accentue ces propos en indiquant qu'un rétrécissement de la chaussée centrale contribue a la réduction des risques relatifs aux accidents de circulation aux abords des marchés.

II.1.2. La gestion des déchets

Un déchet au sens de la loi cadre relative camerounaise portant gestion de l'environnement (1996), est « tout résidu issu d'un processus de production, de transformation ou d'utilisation, toute substance ou tout matériau produit ou, plus généralement, tout bien meuble ou immeuble abandonné ou destiné a l'abandon ». La gestion des déchets au sens de cette meme loi, renvoie a toutes les mesures pratiques permettant d'assurer que les déchets sont gérés d'une manière qui garantisse la protection de la santé humaine et de l'environnement, contre les effets nuisibles que peuvent avoir ces déchets En général, la modernisation d'un marché donne place a une intense activité commerciale qui produit des déchets. Assurément, au-dela de la production des déchets, Rubin (2015) montre que la modernisation d'un marché favorise l'entretien du marché par des nettoyeurs employés par le marché ou par les marchands eux-memes qui transportent les déchets jusqu'a une décharge centralisée. Un système de poubelles mis en place permettant aux marchands de déverser leurs déchets dans ces poubelles, qui sont ensuite acheminées vers des bennes bacs plus importantes pour finalement etre transportées jusqu'aux décharges grâce a des camions. Non loin de la, Granjux (2013) pense également que l'amélioration du système de drainage et d'évacuation des déchets est l'un des moyens de gestion des déchets au sein d'un marché.

II.1.3. Voies d'écoulement des eaux

Le drainage des eaux de surface est probablement le service le plus important a considérer dans la modernisation des infrastructures marchandes (Tracey-White, 1994). Il se manifeste par la construction des rigoles autour du hangar de marché et des boutiques et des gouttières permettant la canalisation des eaux de pluie et de ménage qui limite ainsi la destruction du site par l'effet d'une érosion fluviale.

II.1.4. La protection contre les intempéries

Un bâtiment fermé protégeant les commergants d'un soleil ardent ou d'une pluie diluvienne, d'un vent poussiéreux est l'effet positif de la modernisation d'un marché sur le plan environnemental. Ceci passe par l'édification des bâtiments dans un marché qui ne vise pas qu'a protéger les personnes, mais aussi les biens, comme le constate Tollens (1997). En effet, les intempéries constituent non seulement pour les commergants une contrainte a la pratique harmonieuse de leurs activités de vente, mais aussi pour les consommateurs en quete d'effectuer des opérations d'achats.

II.2 : Effets environnementaux négatifs de la modernisation d'un marché

Les marchés modernisés tant appréciés par les principaux acteurs impliqués, sont des lieux de prolifération de plusieurs nuisances ou risques. En effet, ils sont des lieux de rencontres commerciaux engendrant de nombreux impacts négatifs qui mettent l'ensemble des acteurs et des populations riveraines dans des états souvent défavorables ou inquiétants voire critiques. (Sewane, 2012). Il semble dont nécessaire de s'étendre sur les effets environnementaux négatifs que cause la modernisation d'un marché.

11.2.1. Gestion des déchets

Le problème des déchets se pose avec acuité dans les marchés africains en général. L'insuffisance d'équipements, de moyens financiers, de matériels adéquats et l'absence de civisme ou l'insouciance des populations combinés, font des marchés des endroits insalubres et a risque pour la santé des populations. (Diop, 2011). La plupart des marchés modernisés sont les lieux de consommation, du petit déjeuné jusqu'au diner, tout se fait sur place. La restauration dans les gargotes du marché et la vente de fruits et légumes consommables sur place sont de grandes activités productrices de déchets.

La modernisation d'un marché, au regard des activités qui s'y déroulent, donne ainsi lieu a d'énormes quantités d'ordures de toutes sortes (déchets organiques, sachets plastiques, cartons...) compromettant ainsi la salubrité dans les marchés et dans les domiciles environnants (Sewane, 2012).

De plus, l'amoncellement de déchets organiques attire les insectes et les rats, qui nuisent a l'hygiène du marché. Une mauvaise gestion des déchets induit l'apparition de décharges sauvages en dehors des marchés, ou meme a l'intérieur de ceux-ci (Rubin, 2015).

Pour Henry & Poisbeau (2015), l'existence de dysfonctionnements dans la collecte des déchets peut rapidement aboutir a l'apparition de dépotoirs représentant un danger sanitaire pour les commergants et leurs clients. Sans système de régulation, les allées peuvent etre encombrées et empecher toute évacuation rapide

11.2.2. Voies d'écoulement des eaux

Certains marchés modernisés n'échappent pas a l'inexistence des voies d'écoulement d'eau. Cette inexistence s'expliquerait par l'endommagement des canalisations ou alors, du fait de leur non construction. Et pourtant, les systèmes d'évacuation et de collectes des eaux usées selon OMS et al., (1976) sont d'une importance capitale. Pour Sam (2013), l'inexistence des mesures de drainage contrölé d'eau, entraine durant les saisons pluvieuses, la création des marres d'eau facilitant le pullulement d'insectes et des bactéries préjudiciables a la santé. La stagnation des eaux usées dans les caniveaux bouchés par manque de curage des apports d'érosion ou des dépöts de déchets solides n'est pas en reste, comme le souligne Diop (2011).

II.2.3. La pollution

- Pollution sonore

Nonobstant les infrastructures qu'elle offre, la modernisation d'un marché donne aussi naissance a de nouvelles activités : vente d'appareils électro-ménagers, vente d'appareils de sonorisation, multiplication des coins gastronomiques, offre de service d'animation, offre de service de transport et bien d'autres. Pour certaines activités, a l'instar des activités liées au transport, la pollution sonore est notoire du fait des véhicules effectuant des allers et retours (Diop, 2011) soit pour l'embarquement ou le débarquement des passagers. Ndiaye (2010) et Sewane (2012) pour leur part, pensent également que la pollution sonore issue des vendeurs a la recherche des clients faisant usage des mégaphones ou des porte-voix, est un effet négatif de la modernisation des marchés.

- Pollution olfactive

Non loin de la pollution sonore, la pollution olfactive. En effet, la défectuosité des réseau d'évacuation des eaux usées et des eaux de pluie posent fréquemment des problèmes d'insalubrité. La remontée des eaux usées en surface dégagent une odeur nauséabondes qui pollue l'atmosphère du marché. (Diop, 2011)

II.2.4. Accès aux latrines

L'accès aux latrines, symbolise une prise en compte des aspects environnementaux dans un marché modernisé. Généralement, celles-ci sont jugées trop insuffisantes (Populin & Dardel, 2013) ou trop chères pour inciter leur utilisation, ce qui amène les usagers a utiliser les abords du marché comme toilettes en plein air (Rubin, 2015). L'accès aux latrines dans ce cas, constitue un effet environnemental négatif.

Il importe toutefois de noter que les effets environnementaux négatifs de la modernisation ne se limitent pas a la cherté de son prix comme le montrent certaines études. Assurément, la raréfaction de l'eau pour l'entretien desdites latrines, engendre également la fréquentation des friches par les usagers du marché servant de toilette (Filippi & Pacaud, 2006).

II.2.5. La réduction des risques

La réduction des risques revet un caractère et une importance majeure dans la modernisation d'un marché. En effet, une faible prise en compte de la réduction des risques par les autorités municipales aurait des conséquences néfastes sur l'environnement global des marchés. Pour Gnammon-Adiko (1997), la circulation automobile, le non-respect de la législation sur la charge utile, la priorité et les vitesses autorisées occasionne des embouteillages, des pertes de produits, voire des accidents mortels. Elle précise par ailleurs que les commergants et les manutentionnaires faisant un usage anarchique des voies adjacentes autour des marchés gagneraient pour leur sécurité car pour la plupart, entravent la circulation et aggravent l'insalubrité, faisant preuve d'indiscipline dangereuse lorsqu'ils n'utilisent pas les quelques édicules et bacs a ordures mis a leur disposition.

CONCLUSION

Ce chapitre nous a permis de mettre en exergue sous un angle théorique les effets sociaux et environnementaux positifs et négatifs de la modernisation d'un marché. Au terme de celui-ci, il ressort que la modernisation d'un marché sur le plan social, joue un röle majeur tant pour les commergants que pour les consommateurs. Elle permet l'amélioration du cadre de travail des commergants en leur offrant des commodités dont bénéficient les consommateurs. Ces commodités sont : l'accès a l'eau potable, accès a l'électricité, l'offre relative en comptoirs de commercialisation. Par ailleurs, sur le meme plan, elle influence négativement la scolarisation des enfants en âge scolaire car ceux-ci prennent part aux activités commerciales. Sur l'aspect environnemental, la modernisation d'un marché produit également de nombreux effets positifs et négatifs. Pour les effets positifs, fort est de relever la maitrise de la réduction des risque en ce qui concerne les accidents de circulation due a la proximité des marchés de la route, une gestion efficace et efficiente des déchets. Pour les effets négatifs, la pollution a la fois olfactive et sonore est au rendez-vous. L'utilisation des abords du marché comme toilettes en plein air par les usagers du marché n'est pas en marge des effets négatifs. Cependant, dans un cas spécifique, ces effets observés sont-ils les memes ? Il nous semble opportun d'aborder ces effets dans le cas de la modernisation du marché de Ngoulemakong.

CHAPITRE 2 : LES EFFETS SOCIAUX ET ENVIRONNEMENTAUX DE LA MoDERNISATION DU MARCHÉ DE NGOULEMAKONG

INTRODUCTION

La modernisation du marché de Ngoulemakong s'inscrit en droite ligne des objectifs de la commune de Ngoulemakong. Les effets sociaux et environnementaux associés a cette modernisation de fagon générale, montrent et mettent en évidence le fonctionnement de ce marché entre d'une part les commergants et les consommateurs d'autre part voire de l'administration municipale. Il est compréhensible dès lors de l'importance que revetent ces effets comme instruments d'information et comme moyens d'influencer les comportements des différents usagers.

Le présent chapitre se propose de vérifier empiriquement les effets sociaux (positifs et négatifs) et environnementaux (positifs et négatifs) de la modernisation du marché de Ngoulemakong.

Pour mener a bien ce chapitre, il nous semble donc convenable d'aborder dans un premier temps l'approche méthodologique (section 1) et dans un second temps de caractériser les effets sociaux et environnementaux de la modernisation du marché de Ngoulemakong (section 2)

SECTION 1 : APPROCHE MÉTHODOLOGIQUE

Dans cette section, nous présenterons succinctement le lieu de collecte des données, la méthode de recherche, l'échantillonnage, la technique de collecte des données, le déroulement de l'enquete et les difficultés rencontrées.

I.1 : Présentation du champ de l'étude

Abbildung in dieser Leseprobe nicht enthalten

Source: Nos propres enquètes de terrain

Photo 1 : Présentation du marché modernisé de Ngoulemakong

I.1.1. Localisation de la commune de Ngoulemakong

La commune de Ngoulémakong est localisée dans le Département de la Mvila et dans la Région du Sud. Elle est située a 107 kilomètres de Yaoundé sur l'axe lourd Yaoundé - Ebolowa, entre les 11° et 12°de longitude Est et les 2° et 3° de latitude Nord. Elle est limitée au Nord et au Nord-est par les communes de Mengueme et d'Akoéman (département du Nyong et So'o), a l'Est par la commune de Zoétélé (département du Dja et Lobo), au Sud et a l'Ouest par les communes de Mengong et de Biwong-Bane (département de la Mvila). Sa superficie est de 700 km2.

L'espace urbain de la commune est traversé par la route bitumée (Nationale N°2) qui relie la capitale politique du Cameroun (Yaoundé) et le chef-lieu de la région du Sud (Ebolowa). Il est subdivisé en quatre quartiers : Mbama, Minkongo, Nkolmessas et Omansi ; ces quartiers sont connectés par un réseau routier passablement entretenu.

I.1.2. Population

La Commune dans son ensemble a une population estimée a 18 38416 habitants, répartie dans 58 villages. La densité moyenne de la population de cette commune est de 10 habitants au Km2. Au niveau de l'espace urbain communal, la population est estimée a 3358 d'habitants constituée a la fois d'autochtones et d'allochtones1. (CANADEL, 2014).

I.1.3. Les infrastructures

- Commerce :

La ville dispose d'un marché qui est l'un des fleurons des structures communales. Il est constitué de trente (30) boutiques et d'un grand hangar pour les ventes a l'étalage. C'est cette place de marché qui abrite la gare routière juste au bord de la route.

- Agriculture :

On trouve dans la ville une pépinière SODECAO de plants de cacao. Les populations pratiquent également la culture vivrière dans les marécages et des champs de moindre importance en termes de superficie aux abords des habitations.

- Élevage, Peches et Industries animales :

L'élevage domestique des ovins, caprins, canins et de la volaille est familial et destiné a l'autoconsommation. Les activités de peche sont marginales du fait de la configuration hydrographique de l'espace urbain de Ngoulemakong. On note toutefois l'existence d'un lac municipal qui se prete a l'activité de peche a quelques enfants et d'une écloserie, fruit de la coopération entre la commune et l'ONG CANADEL.

- Transport

D'après la délégation départementale des transports de la Mvila, les services de transport sont offerts par les motos taxis et quelques voitures clandestines. Les moto-taxis essentiellement composé de jeunes, assurent plus de 80% du transport des biens et des personnes en milieu urbain et une part non négligeable de celui-ci vers les zones rurales. Les taxi-brousses quant a eux, desservent les villes de Mbalmayo, ou Ebolowa.

- Le climat

Le climat de Ngoulemakong est tropical humide, de type équatorial, avec 4 saisons bien marquées dont une grande saison des pluies (Septembre-Novembre), une grande saison sèche Décembre-Mars), une petite saison de pluies (Avril-Mai) et une petite saison sèche (Juin-Aout). La moyenne annuelle des précipitations est de 1 700 mm et celle des températures de 24,5°C17.

I.2 : Méthode de recherche

Selon Pinto et Grawitz (1964), la méthode se définit comme l'ensemble des opérations intellectuelles, par lesquels une discipline cherche a atteindre les vérités qu'elle va démontrer et vérifier. Notre étude fait recours a une approche méthodologique mixte qui associe démarche qualitative et démarche quantitative. Elle vise a caractériser les effets sociaux, environnementaux et économiques de la modernisation du marché de Ngoulemakong. Ainsi, nous optons pour la démarche hypothético déductive.

[...]


1 Au sens de la loi N° 2004/017 du 22 juillet 2004 portant Orientation de la Décentralisation au Cameroun, les Collectivités Territoriales ou Collectivités Territoriales Décentralisées, sont des personnes morales de droit public qui jouissent de l'autonomie administrative et financière pour la gestion des intérets régionaux et locaux.

2 On appelle Institution Communale, la situation structurelle et organisationnelle de la Commune en tant qu'institution

3 La notion de « produit vivrier » est complexe. Â l'origine, il s'agissait de produits cultivés par les « indigènes » pour leur nourriture. Ces produits étaient donc autoconsommés. On les appelle encore maintenant « culture de case ».

4 Programme National de Développement Participatif

5 Les «Bayam sellam» sont ces femmes qui se lèvent aux premiers chants du coq, pour se rendre dans des villages, y acheter des marchandises qu'elles revendent par la suite, approvisionnant ainsi des villes et des marchés entiers au Cameroun. Source : http://www.journalducameroun.com/article.php?aid=19103 Consulté le 2016-01-20 a 15:59:08

6 Objectifs du Millénaire pour le Développement N°1

7 Les marchés d'Abang Minko'o ou « Mondial » et de Kye Ossi sont situés respectivement dans l'arrondissement d'Ambam et limitrophe avec le département du Woleu Ntem du cöté du Gabon. Il a lieu tous les samedis. Celui de Kyé-Ossi situé â 1Km de la frontière avec la Guinée appartient â l'Arrondissement d'Olamzé (Cameroun). C'est un marché journalier qui connait sa plus grande affluence le samedi jour spécifique pour le commerce des produits vivriers.

8 Source : Droit â l'Éducation : Comprendre le droit â l'éducation des enfants | Humanium - Ensemble pour les droits de l'enfant, http://www.humanium.org/fr/comprendre-2/droit-a-l-education/ consulté 2015-11­07 22:40:40

9 Le taxi-brousse est un taxi collectif interurbain. Selon les véhicules, six a quinze passagers, voire plus, peuvent y prendre place et il ne part que lorsque toutes les places ont été vendues.

10 Shilling tanzanien (TZS). Taux de change : 1700 TZS pour 1 euro en juin 2009

11 Banque Africaine de développement

12 Cette notion de service public local, a caractère social fort, est particulièrement importante dans la période actuelle et certainement pour longtemps encore

13 « shopping mall »

14 Organisation des Nations Unies

15 Institut Frangais de l'Audit et du Contröle Internes

16 Cette estimation est tirée du recensement du Centre Médical d'Arrondissement auquel il a été appliqué le taux moyen annuel d'accroissement de la population qui est de 2.8% jusqu'en 2014.

17 Notes des rapports du SADEL

Fin de l'extrait de 118 pages

Résumé des informations

Titre
Les effets socio-économiques de la modernisation du marché de Ngoulemakong
Université
University of Yaounde II  (GREEA)
Auteur
Année
2016
Pages
118
N° de catalogue
V1024297
ISBN (ebook)
9783346429117
ISBN (Livre)
9783346429124
Langue
Français
Annotations
Travail soutenu avec la mention "Très bien"
Mots clés
Effets sociaux ; effets environnementaux ; effets économiques ; modernisation ; marché de Ngoulemakong
Citation du texte
Patrick Michel-Ange Mpong (Auteur), 2016, Les effets socio-économiques de la modernisation du marché de Ngoulemakong, Munich, GRIN Verlag, https://www.grin.com/document/1024297

Commentaires

  • Pas encore de commentaires.
Lire l'ebook
Titre: Les effets socio-économiques de la modernisation du marché de Ngoulemakong



Télécharger textes

Votre devoir / mémoire:

- Publication en tant qu'eBook et livre
- Honoraires élevés sur les ventes
- Pour vous complètement gratuit - avec ISBN
- Cela dure que 5 minutes
- Chaque œuvre trouve des lecteurs

Devenir un auteur