Une interprétation du poème »Colloque sentimental« de Paul Verlaine


Dossier / Travail, 2008
19 Pages, Note: 16/20
Rico Moyon (Auteur)

Extrait

TABLE

0 Introduction

1 La vie de Paul Verlaine

2 Entre l'art et le trauma

3 Colloque sentimental
3.1 Le style
3.2 Interprétation
3.2.1 Les personnages
3.2.1.1 Les >>formes<< et les >>spectres<<
3.2.1.2 Le narrateur – la troisième voix
3.2.1.3 L'atmosphère
3.2.2 L'amour maudit et la mélancolie
3.2.3 Le traitement métaphysique

4 Conclusion

5 Bibliographie

0 Introduction

Dans le présent dossier1 nous tenterons d'entamer une interprétation d'un des poèmes verlainiens les plus fameux intitulée Colloque sentimental publié en 1869.

Pour commencer, je donnerai un résumé de la vie de ce poète du XVIIé siècle jusqu'à ce qu'il acheva d'imprimer le receuil de poésie dans lequel apparut le poème en question. Par la suite, dans le chapitre 2, nous continuerons d'analyser plus profondément les passions de Verlaine qui joueront un rôle important en ce qui concerne l'interprétation du poème. Nous verrons comment la vie de Verlain changea après plusieurs coups du destin. De plus, nous analyserons aussi les experiences les plus marquantes liées à l'élaboration du poème.

Le chapitre suivant traitera du poème Colloque sentimental. Nous effecuterons une courte analyse de style utilisé par Verlain suivie par une interprétation détaillée. Pour y parvenir, nous essayerons d'inclure des événements clés autour du poète symboliste afin de s'approcher d'une explication métaphysique du poème.

Enrico Quaas, Toulouse, 30/04/2008

1 La vie de Paul Verlaine

Paul Verlaine est né le 30 mars 1844 à Metz (cf. Richer 1972: 5) et fut baptisé à l'église Notre-Dame le 18 avril. (cf. Petitfils 1981: 14) Il était le fils de Nicolas-Auguste, capitaine adjudant-major au 2ème régiment du génie (cf. Richer 1972: 5), et d'Élisa Dehée. Un an plus tard, en 1845, la famille s'installait à Montpellier, car le père de Paul y avait été muté. (cf. Petitfils 1981: 14) Paul Verlaine et ses parents passèrent les années suivantes à Montpellier, puis à Cette, Béziers et Nîme (cf. ib.: 15) avant de s'installer de nouveau à Metz en 1848 où, finalement, Nicolas-Auguste démissionna – par écrit – de l'armée (cf. ib.: 16). En 1851, la famille déménagea à Paris où, au début, Paul Verlaine se sentit perdu:

>>Le premier contact de l'enfant et de la grande ville fut désastreux: tout lui paraissait triste et laid, les façades blafardes des maisons, les pavés boueux, le jour sale, l'odeur fade de fumée et d'égout. [...] Que de voitures, de chevaux, d'omnibus, que de gens parlant haut et marchant vite !<< (Petitfils 1981: 19)

D'un autre côté, il y découvrit une personne qui compta beaucoup dans sa vie, sa nièce – Élisa Moncomble – avec laquelle il construisit une relation particulière (voir 2).2

Ensuite, Paul fut élevé dans la division préparatoire (cf. Petitfils 1981: 23) pendant deux ans où il apprit à lire et à compter (cf. Richer 1972: 9) avant de s'inscrire à l'institut Landry3 en 1853. (cf. ib.) Deux ans plus tard, en 1855, on l'intégra au groupe qui suivait aussi les cours du lycée Bonaparte. (cf. Petitfils 1981: 24) Au début de sa carrière scolaire, Verlaine était un élève obtenant de bonnes notes dans toutes les matières (cf. ib.: 25), mais en 1858, il changea. Paul, autrefois un enfant discipliné et doué, commença à composer des vers en laissant ses études de côté. (cf. ib.: 26-27) Bien qu'il s'intéressât seulement à la poésie, il fut néanmoins admis au grade de >>bachelier ès lettres<< en 1862. (Petif]ils: 33-34) Le 10 novembre 1862, il s'inscrivit officiellement à l'Ecole de Droit, mais >>en dehors de la littérature, rien ne l'intéressait<< (Richer 1972: 12). Dès lors il choisit, en 1864, un poste dans l'Administration centrale à l'Hôtel de Ville pour avoir >>d'amples loisirs pour écrire et pour aller au café<< (ib.: 13), dans des salons littéraires, en renonçant à ses études de Droit.

Dans les cafés, il fit la connaissance de beaucoup de poètes contemporains et, en même temps, commença à prendre goût aux apéritifs, c'est-à-dire l'absinthe. (cf. ib.: 13)

Au cours de ses rencontres, Verlaine fit la connaissance de Louis-Xavier de Ricard, le fondateur de la Revue du Progrès moral, scientifique et artistique (cf. Petitfils 1981: 40) dans laquelle apparut en août 1863 son premier poème, Monsieur Prudhomme. (cf. Richer 1972: 13) Par la suite, Paul Verlaine écrivit deux études critiques en 1864 (cf. ib.: 14), dont une sur Charles Baudelaire, qui joua un rôle important pour sa formation poétique (voir 2).

Un ans plus tard, le 30 décembre 1865, son père mourut, frappé d'une congestion cérébrale. (cf. Petitfils 1981: 55) En 1866, Verlaine acheva d'imprimer les Poëmes saturniens (cf. ib.: 60) dans lesquels il exprima, entre autres, ses sentiments sur ce qu'il s'était passé les années antérieures (cf. Bivort 2007). Mais en 1867, il fut frappé par le destin lorsque sa nièce, Élisa Dujardin,4 mourut. Il s'enivra trois jours de suite, d'abord avec des bières, plus tard, à Paris, avec de l'absinthe, la »fée verte«. (Petitfils 1981: 63) La même année, après avoir écrit d'autres poèmes, il rendit visite à Victor Hugo à Bruxelles. En 1868, il continua à publier des poèmes dans les journaux (cf. ib.: 66ff.) Finalement, il publia, en mars 1869, les Fêtes galantes, un receuil de poésie que le poème Colloque sentimental conclut et que nous étudierons ensuite plus en détail. A cet égard, il sera nécessaire d'inclure quelques circonstances clées de la vie de Paul Verlaine en ce qui concerne ses relations avec le monde extérieur ainsi que de ses experiences qui affirmèrent sa passion pour la poésie et la peinture.

[...]


1 A partir de Bornecque, Jacques-Henry (2007): Lumières sur les Fêtes galantes de Paul Verlain. Saint-

Genouph: Nizet, p. 140.

2 Bernadet (2007: 12) parle de >>l'amour incestueux pour Élisa Moncomble<<

3 Aujourd'hui Condorcet (cf. Richer 1972: 9)

4 Née Moncomble (cf. ci-dessous)

Fin de l'extrait de 19 pages

Résumé des informations

Titre
Une interprétation du poème »Colloque sentimental« de Paul Verlaine
Université
Université Toulouse II - Le Mirail  (Département Lettres Modernes 125)
Cours
Littérature française des XIXé et XXé siècles
Note
16/20
Auteur
Année
2008
Pages
19
N° de catalogue
V126455
ISBN (ebook)
9783640323678
ISBN (Livre)
9783640321636
Taille d'un fichier
576 KB
Langue
Français
Annotations
Hausarbeit, eingereicht an der Université Toulouse II- Le Mirail am 30/04/2008. Ergebnis: 16/20 Punkten, 16 oder mehr Punkte = "Très bien", -&amp,gt, 3% der Studenten erreichen 16 oder mehr, ECTS: "Excellent"
mots-clé
Paul Verlaine, Verlaine, Poème, Gedichtanalyse, Gedichtinterpretation, Analyse, Interpretation, 19. Jahrhundert, Frankreich
Citation du texte
Rico Moyon (Auteur), 2008, Une interprétation du poème »Colloque sentimental« de Paul Verlaine, Munich, GRIN Verlag, https://www.grin.com/document/126455

Commentaires

  • Pas encore de commentaires.
Lire l'ebook
Titre: Une interprétation du poème »Colloque sentimental« de Paul Verlaine


Télécharger textes

Votre devoir / mémoire:

- Publication en tant qu'eBook et livre
- Honoraires élevés sur les ventes
- Pour vous complètement gratuit - avec ISBN
- Cela dure que 5 minutes
- Chaque œuvre trouve des lecteurs

Devenir un auteur