Une petite introduction à la Morphologie


Travail d'étude, 2000
10 Pages

Extrait

Une petite introduction à la Morphologie
Table des matières
1. La flexion, la composition et la dérivation ... 1
2. La ,,morpheme based morphology" et
la ,,lexeme based morphology" ... 3
3. Le lèxeme, le morphème et l´allomorphie ... 5
4. De catégories morphologiques lexicales et flexionnelles ... 7
5. Homonymie, Polysémie, Synonymie,
Monosémie, Allomorphie, Morphème zéro ... 7
6. Le séparationisme ... 9
7. Bibliographie ... 10
1.
La flexion, la composition et la dérivation
Il y a trois types d´opération morphologique; la flexion (la morphologie flexionnelle),
la dérivation (la morphologie dérivationnelle) et la composition.
La flexion: il y a les opérations qui ne donnent pas de mots noveaux (l´ajout de
marques du pluriel, de terminaisons verbales, etc.), l´ajout d´un affixe ne crée pas un
noveau lèxeme (avec un changement au niveau grammatical, genre, nombre, personne,
etc., sans altération du sémantisme de la racine lexicale), les flexions verbales corres-
pondent à la conjugaison, les suffixes flexionnels ne créent pas de mots noveaux mais
de différentes formes d´un même mot, les suffixes flexionnels indiquent le temps, le
mode, la personne, le genre, les morphèmes flexionnels ne changent pas la nature syn-
taxique d´une racine lexicale.
Par contre la dérivation (la morphologie dérivationnelle) ainsi que la composition
représentent des processus de formation de mots qui donnent de mots nouveaux.
- 1 -

La composition: il y a des opérations qui donnent de mots nouveaux qu´on catégorise
comme composition, dans la composition deux ou plusieurs racines se combinent entre
elles, ici on distingue entre les bases libres et les bases liées; les bases lexicales, qui
correspondent en général à de noms, peuvent exister de façon autonome (ex.
cuisine),
on parle alors de bases libres, il existe aussi de bases qui ne sont pas elles-mêmes de
mots autonoms y qui peuvent se trouver seulement dans des formes plus complexes
(ex.
bio-), on parle alors de bases liées, en français, presque touts les mots composés
(composés) sont de noms y prennent la forme (N+N)
N
(,,bouton-pression),(N+Adj)
N
(,,feu rouge"),(V+N)
N
(,,chauffe-eau") et (N+Prep+N)
N
(,,ceinture de sécurité"), la
composition de noms consiste à creer un nouveau lèxeme à partir de deux compo-
sants autonomes, la tête du mot composé définit la classe grammaticale et la séman-
tique du composé, les traits grammaticaux et les traits sémantiques se propagent dans
la structure syntagmatique du mot composé et ainsi déterminent sa classe grammati-
cale et sa sémantique, en français, la tête d´un composé se trouve en général à gauche,
dans quelques cas, la tête se trouve à droite, c´est le cas de ,,libre-échange", qui est une
sorte d´échange, dans d´autres cas, surtout parmi les composés qui mettent ensemble
deux noms, l´identification de la tête est plus complexe, ainsi, un ,,chirurgien-dentiste"
est en même temps un chirurgien et un dentiste, dans tous ces cas, on trouve une tête
à l´intérieur du mot composé, on parle alors de composés endocentriques, ce qui veut
dire que la tête est à l´intérieur du composé, il existe cependant d´autres cas où la tête
n´est pas dans le composé, ainsi, un ,,chauffe-eau" n´est ni un chauffe ni une eau, dans
ce cas, la tête du composé est à l´extérieur, en quelque sorte, ainsi, un ,,chauffe-eau"
est ,,un appareil qui chauffe l´eau", on parle alors de composés exocentriques.
- 2 -

La dérivation: il y a les opérations qui donnent de mots noveaux (l´ajout de suffixes,
de préfixes, etc.) qu´on classe dans la morphologie dérivationnelle, la création d´un
noveau lèxeme par l´ajout d´un affixe apporte un changement au niveau sémantique
(les suffixes peuvent apporter un changement au niveau de la catégorie grammaticale),
les affixes dérivationnels permettent la création de mots nouveaux (dérivés) qui fonc-
tionnent syntaxiquement comme un mot simple, un préfixe dérivationnel change rare-
ment la catégorie grammaticale de la racine lexicale alors qu´un suffixe dérivationnel
change le plus souvent la catégorie grammaticale, les suffixes dérivationnels, en plus
d´altérer le sémantisme de la racine lexicale, ont une influence sur la catégorie gram-
maticale, les morphèmes dérivatifs amènent une dérivation syntaxique du mot qu´ils
forment, i.e., ils en changent la nature syntaxique, la fonction principale de suffixes
dérivationnels consiste à rendre possible le passage d´une classe grammaticale dans
une autre avec des conséquences sèmantiques, les suffixes dérivationnels entraînent
un changement de sens et/ou changement de catégorie, les préfixes dérivationnels ont
une fonction surtout sémantique et entraînent un changement de sens mais pas change-
ment de catégorie.
2.
La ,,morpheme based morphology" et la ,,lexeme based morphology"
Selon l´approche de la ,,Sign Base Morphology" avancée par Saussure (1916) (désigné
aussi la ,,morpheme based morphology" par Aronoff (1994)) le morphème représente
la plus petite unité porteuse de sens (la plus petite unité de forme et de sens), i.e. que
chaque morphème est indivisible tout en ayant un sens particulier, le morphème com-
prend deux types d´unités, i.e. le lèxeme (le morphème lexical) et le morphème (le mor-
phème grammatical), toutes les unités, qu´elles soient lexicales ou grammaticales, sont
assimilées au morphème qui se trouve être l´unité minimale, selon l´approche de la
,,Sign Base Morphology" le morphème (c.a.d. le morphème lexical ainsi que le mor-
phème grammatical) est analysé comme un signe langagier, selon cette approche chaque
signe langagier est constitué d´un signifiant (la représentation phonologique) et d´un
signifié (les attributs sémantiques), chaque morphème (c.à.d. le morphème lexical ain-
si que le morphème grammatical) dispose d´une entrée lexicale où sont spécifiés ses
traits sémantiques (sa champ sémantique), sa catégorie grammaticale, sa nature syn-
taxique et ses possibilités combinatoires, ainsi selon l´approche de la ,,Sign Base Mor-
- 3 -

phology" chaque morphème (c.à.d le morphème lexical ainsi que le morphème gram-
matical) représente une relation directe et arbitraire (biunivoque) entre la forme phon-
ologique, le contenu sémantique et la fonction grammaticale, ainsi les lèxemes et les
morphèmes grammaticaux exhibent les mêmes propriétés définitoires, il en résulte
un traitement uniforme des lèxemes et des morphèmes grammaticaux en ce qui con-
cerne l´application des processus de formation des mots de la dérivation et de la flexion
(c.à.d. de la dérivation de traits morphologiques lexicaux et flexionnels), les lèxemes
ainsi que les morphèmes grammaticaux disposent d´une entrée lexicale avec de propres
traits morphologiques lexicaux et flexionnels, la dérivation et la flexion (c.à.d. la déri-
vation de traits morphologiques lexicaux et flexionnels/la modification de traits mor-
phologiques lexicaux et flexionnels par de règles dérivationnels) ne sont pas séparées
de l´affixation (c.à.d. de la réalisation phonologique de traits morphologiques lexicaux
et flexionnels par l´attachement des affixes dérivationnels et flexionnels à la racine
lexicale), la dérivation de la signification sémantique et de la fonction grammaticale
et la réalisation du marquage morphologique de la signification sémantique et de la
fonction grammaticale représentent un seul et même processus grammatical, les mor-
phèmes ne se lient pas aléatoirement mais selon de règles morphologiques et morpho-
phonologiques, le sens des unités est considéré comme un phénomène annexe.
Selon l´approche de la ,,lexeme based morphology" (Aronoff (1994)) c´est seulment
le lèxeme qui représente la plus petite unité porteuse de sens (la plus petite unité de
forme et de sens), i.e. que chaque lèxeme est indivisible tout en ayant un sens particu-
lier, le morphème (c.à.d. les affixes dérivationnels et flexionnels) ne représente pas
la plus petite unité porteuse de sens et ne constitue pas une unité de forme et de sens,
contrairement au morphème le lèxeme dispose d´une entrée lexicale où sont spéci-
fiés ses traits sémantiques (sa champ semantique), sa catégorie grammaticale, sa na-
ture syntaxique et ses possibilités combinatoires, ainsi selon l´approche de la ,,lexeme
based morphology" c´est seulement le lèxeme qui représente une relation directe et
arbitraire (biunivoque) entre la forme phonologique, le contenu semantique et la fonc-
tion grammaticale, ainsi les lèxemes et les morphèmes n´exhibent pas les mêmes pro-
priétés définitoires, il en résulte un traitement différent de lèxemes et de morphèmes
en ce qui concerne l´application des processus de formation de mots de la dérivation
et de la flexion (c.à.d. de la dérivation de traits morphologiques lexicaux et flexionnels
de lèxemes), contrairement aux morphèmes les lèxemes disposent d´une entrée lexi-
- 4 -
Fin de l'extrait de 10 pages

Résumé des informations

Titre
Une petite introduction à la Morphologie
Université
University of Hamburg
Auteur
Année
2000
Pages
10
N° de catalogue
V185941
ISBN (ebook)
9783867469906
ISBN (Livre)
9783656991779
Taille d'un fichier
577 KB
Langue
Français
mots-clé
morphologie
Citation du texte
Magister Markus Mross (Auteur), 2000, Une petite introduction à la Morphologie, Munich, GRIN Verlag, https://www.grin.com/document/185941

Commentaires

  • Pas encore de commentaires.
Lire l'ebook
Titre: Une petite introduction à la Morphologie


Télécharger textes

Votre devoir / mémoire:

- Publication en tant qu'eBook et livre
- Honoraires élevés sur les ventes
- Pour vous complètement gratuit - avec ISBN
- Cela dure que 5 minutes
- Chaque œuvre trouve des lecteurs

Devenir un auteur