Le rôle des sexes dans "L'Histoire de Pauline" de Mme de Staël


Dossier / Travail, 2011

11 Pages, Note: 1,3


Extrait

Table des matières

1. Introduction

2. Les Gender Studies

3. Le contexte temporel et socio-culturel

4. Les Femmes
4.1. Pauline, femme fatale ou femme fragile ? L’évolution d’un personnage
4.2. Mme de Verseuil, ou la Charité

5. Les Hommes
5.1. Le comte Édouard, ou la Moralité
5.2. Les autres Hommes : M. de Valville, M. de Meltin et Théodore

6. C onclusion

Bibliographie

1. Introduction

Dans la littérature française du XIXe siècle Anne-Louise Germaine Necker, baronne de Staël-Holstein, mieux connue comme Mme de Staël (1766-1817), a une importance très reconnue ; d’abord son salon parisien, puis sa résidence de Coppet ont été centres de discussion politique, et points de rencontre des idées libérales du siècle. Ses œuvres, comme Corinne ou l’Italie (1807) ou De l’Allemagne (1810), sont parmi les plus lues du romantisme. Mais peu d’importance a obtenu jusqu’à aujourd’hui sa production de nouvelles, la plus part écrite en jeunesse. On veut ici analyser une des Trois Nouvelles récemment republiées par Gallimard, c’est-à-dire Histoire de Pauline.

Brièvement, un résumé: cette nouvelle, parue originairement en 1795 dans Recueil des morceaux détachés, se situe dans un premier temps à Saint-Domingue (aujourd’hui Haïti), où la jeune Pauline est forcée d’épouser M. de Valville, et de lui donner sa dot. Après qu’elle a commis adultère, et que son époux est mort, Pauline aidée par Mme de Verseuil s’établit à le Havre, où elle connaît Édouard. Ils tombent amoureux l’un de l’autre, toutefois le passé de Pauline l’empêche de se marier de nouveau ; mais Édouard menace le suicide, si Pauline ne partage pas son amour : elle est donc obligée de lui céder. Malheureusement l’« histoire de Pauline » est découverte ; Édouard serait prêt à la pardonner, mais la honte est trop grève pour elle : elle tombe dans un délire fébrile et meurt, en laissant Édouard seul à devoir élever leur fils.

Dans cette mémoire on va appliquer les théories des Gender Studies (‘études de genre’) à l’œuvre de Mme de Staël, afin de trouver des traits communs aux différents personnages, et de découvrir les rôles qui y jouent les figures féminines et masculines.

On commence avec une présentation du méthode des Gender Studies ; puis on contextualise brièvement la nouvelle dans les milieux temporels et socio-culturels dans lesquels elle a été écrite ; ensuite on va réfléchir en détail sur tous les figures, divisées entre hommes et femmes. On conclura avec des considérations générales sur la nouvelle et sur la façon d’écrire de l’auteur.

2. Les Gender Studies

Les Gender Studies naissent dans les États-Unis dans les années 1970, et sont un produit des courants féministes qui ont traversé les mouvements sociaux de 1968. Entre féminisme et Gender Studies se sont toutefois développées des différences remarquables, comme montrent Angerer et Dorer.[1]

La première distinction qu’on fait dans le domaine des Gender Studies c’est celle entre ‘genre sexuel’ (mais le mot anglais ‘gender’ n’est pas exactement traduisible) et ‘sexe’, deux notions parfois assimilées, cependant tout à fait distinctes, si non opposées : ‘sexe’ indique un ensemble de caractéristiques biologiques, physiques et génétiques qui portent à définir un individu comme ‘homme’ ou ‘femme’, sans d’autre possibilité, tandis que ‘genre sexuel’ se réfère plutôt aux rôles imposés culturellement par la société, et donc pas du tout irréversibles, mais bien mutables selon les époques et les conditions extérieures.[2] Le genre sexuel par conséquent n’est pas donné à la naissance, on doit le définir et le confirmer quotidiennement grâce aux comportements et aux autres manifestations de l’apparence : on ne doit pas seulement être homme ou femme (cela ne serait que le sexe), on doit montrer de l’être, à soi-même et aux autres. Les Gender Studies s’occupent de tout ce qui concerne la construction et les manifestations d’une identité sexuelle, par exemple les modifications qu’on apporte à son naturel.

Par suite de cette variabilité et multidisciplinarité (et même à cause de leur jeunesse, qui a jusqu’à maintenant empêché la formulation d’une théorie précise et universellement acceptée, en laissant leur formation un terrain de dispute) les Gender Studies peuvent être employés dans tous les domaines des sciences humaines et sociales, de la politique à la religion :[3] appliqués à la littérature, ils essaient de trouver des aspects qui témoignent qu’il s’agit d’une écriture féminine ou masculine, en analysant les personnages selon le rôle qu’ils jouent dans le déroulement de l’intrigue : c’est-à-dire que les femmes peuvent occuper rôles comme Femme, Mère, Fille, Amante, Sœur, etc., alors que les hommes peuvent être Maris, Pères, Fils, Amants, Frères, Chevaliers, etc. Comment ces rôles sont définis : c’est cela qui détermine si on peut parler d’une écriture liée aux genres sexuels ou pas.

Enfin on doit registrer en Allemagne dans les années 1970-1980 la naissance d’un domaine de recherche nommé Frauenbildforschung (‘recherche d’une image de la femme’). Silvia Bovenschen[4], la plus importante représentante de ce mouvement, affirme que la femme est sans histoire et sans tradition, parce qu’elle n’a aucun rôle dans l’histoire de la culture et de la littérature, et est toujours prisonnière des mêmes stéréotypes : elle peut en effet être présentée ou en qualité de femme fatale, provocante et sensuelle, ou bien en qualité de femme fragile, faible et titubante.

[...]


[1] Cf. Marie-Luise Angerer/Johanna Dorer (éd.): Gender und Medien. Theoretische Ansätze, empirische Befunde und Praxis der Massenkommunikation. Ein Textbuch zur Einführung. Wien: Wilhelm Braumüller Verlag 1994, 11.

[2] Cf. David Glover/Cora Kaplan: Genders. London [et al.]: Routledge 22009 (The New Critical Idiom), 8-15.

[3] Cf. Philomena Essed [et al.] (éd.): A Companion to Gender Studies. Malden [et al.]: Blackwell Publishing 2005 (Blackwell companions in cultural studies, 8), qui contient essais sur plusieurs aires d’application.

[4] Cf. Silvia Bovenschen: Die imaginierte Weiblichkeit. Frankfurt am Main: Suhrkamp 1979.

Fin de l'extrait de 11 pages

Résumé des informations

Titre
Le rôle des sexes dans "L'Histoire de Pauline" de Mme de Staël
Université
Johannes Gutenberg University Mainz
Note
1,3
Auteur
Année
2011
Pages
11
N° de catalogue
V191230
ISBN (ebook)
9783656159667
ISBN (Livre)
9783656159780
Taille d'un fichier
385 KB
Langue
Français
mots-clé
histoire, pauline, staël
Citation du texte
Matt Distel (Auteur), 2011, Le rôle des sexes dans "L'Histoire de Pauline" de Mme de Staël, Munich, GRIN Verlag, https://www.grin.com/document/191230

Commentaires

  • Pas encore de commentaires.
Lire l'ebook
Titre: Le rôle des sexes dans "L'Histoire de Pauline" de Mme de Staël



Télécharger textes

Votre devoir / mémoire:

- Publication en tant qu'eBook et livre
- Honoraires élevés sur les ventes
- Pour vous complètement gratuit - avec ISBN
- Cela dure que 5 minutes
- Chaque œuvre trouve des lecteurs

Devenir un auteur