L'apres midi d'un faune de MALLARME


Dossier / Travail de Séminaire, 2003

11 Pages, Note: sehr gut


Résumé ou Introduction

Le Faune de Stéphane Mallarmé a une longue et intéressante genèse. Conçu au départ comme intermède héroïque (1865) et passant par un deuxième état qui est l’Improvisation d’un faune (1875), la version définitive du poème paraîtra en avril 1876 dans une édition de luxe illustrée par Manet sous le titre de L’après-midi d’un faune. Et c’est cette version, une églogue comme Mallarmé précise, qui est le plus difficile à comprendre. « Ce poème renferme une très haute et très belle idée, mais les vers sont terriblement difficiles à faire [...] », dit le poète lui-même à propos du poème. Lui, qui a mis au point également : « [C]e n’est point avec des idées que l’on fait des vers....C’est avec des mots. »
Trois repères principaux déjà que l’auteur nous indique et qui nous aideront à trouver les traits importants de notre étude de l’expression langagière : Il nous faudra – entre outre bien évidemment – analyser le vocabulaire et les vers, voire le mètre. En plus, on essayera de trouver ce qui n’est pas tout de suite « visible » (sachant qu’un poème tient beaucoup de sa lecture à haute voix pour faire entendre la rime, le mètre et le rythme) dans le texte. Mallarmé, un des pionniers de l’art poétique du XXe siècle, a commencé à écrire le Faune après avoir travaillé sur l’Hérodiade à propos de laquelle il dit : « [C]ette œuvre solitaire m’avait stérilisé ». Communs est l’emprunt des scènes, figures et motifs qui révèlent la tradition greco-latine. D’autant plus, le poète renforce son refus d’un « art pour tous » par son travail de « [p]eindre, non la chose, mais l’effet qu’elle produit ». C’est un écart qui s’ouvre : réalité et rêve, recours à la tradition poétique et en même temps la tentation de sa transformation tout en gardant l’unité d’un poème.
Notre piste de lecture sera cet effet de division qui unie en même temps de différents niveaux langagière : « Mon crime, c’est d’avoir [...] divisé » tout en gardant l’unité classique d’un poème écrit en alexandrins. Nous allons d’abord analyser ce qui nous semble le plus évident, c’est-à-dire le repère temporel, le corpus graphique et la rime, pour étudier dans une deuxième partie le mètre et le rythme de l’extrait. La troisième partie sera consacrée à l’étude syntaxique et sémantique.

Résumé des informations

Titre
L'apres midi d'un faune de MALLARME
Université
Université Sorbonne Nouvelle Paris III  (Lettres Modernes)
Note
sehr gut
Auteur
Année
2003
Pages
11
N° de catalogue
V26219
ISBN (ebook)
9783638286275
Taille d'un fichier
476 KB
Langue
français
Mots clés
MALLARME
Citation du texte
Elisabeth Hecht (Auteur), 2003, L'apres midi d'un faune de MALLARME, Munich, GRIN Verlag, https://www.grin.com/document/26219

Commentaires

  • Pas encore de commentaires.
Lire l'ebook
Titre: L'apres midi d'un faune de MALLARME



Télécharger textes

Votre devoir / mémoire:

- Publication en tant qu'eBook et livre
- Honoraires élevés sur les ventes
- Pour vous complètement gratuit - avec ISBN
- Cela dure que 5 minutes
- Chaque œuvre trouve des lecteurs

Devenir un auteur