La femme dans "Au Bonheur des Dames" d'Emile Zola. Une cible du commerce moderne?


Dossier / Travail, 2015
13 Pages, Note: 2,3

Extrait

1. Introduction

Dans le roman Au Bonheur des Dames 1 d'Emile Zola, paru en 1999, mais mis en jour en 2009, à Paris, il s'agit de la croissance et de la structure d'un grand magasin, Bonheur des Dames, qui était une innovation typique du Second Empire et pour le commerce moderne du XIXe siècle. Zola présente la croissance et la structure du Bonheur des Dames à l'aide de la protagoniste Denise Baudu, qui s'installe avec ses deux frères à Paris pour demander le soutien de son oncle et pour travailler. De plus, le roman raconte le déclin des petits magasins et boutiques à Paris à cause des grands magasins, comme Bonheur des Dames. C'est pourquoi l'oncle de Denise Baudu n'a pas la possibilité de l'aider, puisque avec le déclin de sa boutique, il a déjà des difficultés de nourrir sa propre famille. Mais Denise trouve quand même rapidement un travail chez la concurrence de son ocnle, à savoir au Bonheur des Dames, dont elle est fascinée dépuis le premier moment où elle l'a vue .

Comme le titre du roman, Au Bonheur des Dames, d'Émile Zola nous déjà montre, les femmes jouent un rôle très important dans l'histoire et dans le système de commerce présenté dans le roman . Alors , il se pose la question de savoir, si la femme au Bonheur des Dames est-elle la cible du commerce moderne. Quels éléments dans le roman rendent la femme une cible de ce nouv système de commerce? Pour répondre à cette question, il faut premièrement savoir ce qu'est le commerce moderne du XIXe siècle. Ensuite, nous analyserons le système de commerce dans Bonheur des Dames. Dans le troisième chapitre, nous examinerons la femme au Bonheur des Dames en tant que cible du commerce moderne en considérant dans un premier temps la situation des clientes, pour en venir à au conditions des vendeuses. De plus, nous jetterons un regard sur le rôle des hommes du roman et au personnage de la protagoniste, Denise Baudu. À la fin, nous répondrons finalement á la question de savoir si la femme au Bonheur des Dames est la cible du commerce moderne du XIXe siècle en donnant une conclusion finale.

2. Le commerce moderne du XIXe siècle

La révolution commerciale la plus importante du XIXe siècle est l'industrialisation. Selon Jaques Lacour-Gayet (1952), il y a une « décisive transformation de la vie économique, provoquée par l'événement capital du XIXe siècle : [donc] le développement de la grande industrie »2. Aussi y avait-il un progrès des moyens de transport, comme par exemple le bateau à vapeur, les locomotives, l'automobile et, à partir de 1837, l'hélice. Ces moyens n’existaient pas seulement en France, mais se trouvaient également à l’étranger. non seulement les moyens de transport se sont développés, mais aussi de grands ports de commerce du monde ont vu une métamorphose. Il ajoute, que « la chaîne de transports intercontinentaux […] se mit en place pour satisfaire les besoins nouveaux des économies en voie d'industrialisation »3. En outre, il y avait de nouveaux moyens de communication. Selon l'article L' â ge industriel: la r é volution des transports et du commerce 4 de la page web assistance scolaire personnalis é e, les réseaux de communication les plus importants sont le poste-timbre et le télégraphe. Ces derniers ont aidé à faciliter le « développement du commerce à longue distance »5. Une autre nouveauté du commerce moderne du XIXe siècle est, selon Belisaire (2015)6 la croissance de l'agriculture et de l'industrie. Les prix étaient bas et il y avait un grand choix de produits. Aussi, la consommation et les biens de consommation ont augmenté.Ainsi, les premiers grand magasins ont ouvert, dont Au Bonheur des Dames est un exemple très typique comme nous verrons au chapitre suivant. Selon Lacour-Gayet, « les conditions de la vie des peuples civilisés changent »7 positivement et il parle d'une « véritable révolution qui s'accomplit »8. En 1860, il s'est effectué la fondation de la libéralisation des échanges internationals, que soutenait aussi l'augmentation du commerce moderne et mondiale. Alors, « l'élan commercial dépasse ce que le monde avait jamais connu »9 jusqu'au XIXe siècle.

2.1 Le grand magasin Bonheur des Dames

Comme mentionné ci-dessus, le Bonheur des Dames est un grand magasin très typique du système de commerce du XIXe siècle. Avec ses grands rayons dans ce bâtiment gigantesque, le Bonheur des Dames forme une concurrence trop grande pour les petites boutiques qui l'entourent. Comme les autres grands magasins nouveaux, il s'agit d'un « magasin[...] de Nouveautés réunissant dans tous leurs articles choix le plus complet, le plus riche et le plus élégant »10, avec des masses des produits pour « [d]es rendus et [une] baisse des prix [qui] entraient dans le fonctionnement classique du commerce moderne »11 du XIXe siècle. Cela est déjà évident au début du roman, quand Denise Baudu fait sa première rencontre avec un de ces grands magasins : « […] cette maison énorme pour elle, lui gonflait le cœur, la retenait, émue, intéressée, oublieuse du reste »12. La jeune fille est fascinée par ce bâtiment magnifique, dont « [d]ans le pan coupé donnant sur la place Gaillon, la haute porte, tout en glace, montait jusqu'à l'entresol, au milieu d'une complication d'ornements, chargés de dorures. Deux figures allégoriques, deux femmes riantes, la gorge nue et renversée, déroulaient l'enseigne : Au Bonheur des Dames. Puis, les vitrines s'enfonçaient, longeaient la rue de la Michodière et la rue Neuve-Saint-Augustin, où elles occupaient, outre la maison d'angle, quatre autres maisons, deux à gauche, deux à droite, achetées et aménagées récemment. C'était un développement que lui semblait sans fin […] »13.

Non seulement l'apparence extérieure est gigantesque et extrêmement attrayant, mais aussi l'intérieur de Bonheur des Dames est arrangé de façon luxurieuse et extravagante à tel point qu'il semble presque impossible pour une femme de quitter le magasin sans avoir acheté quelque chose. Elle est manipulée par l’assortiment vaste, comme le montre le passage suivant :

« [l]e rayon [qui] avait sorti tous ses articles blancs, et [c'est] là, comme partout, une débauche de blanc, de quoi vêtir de blanc une troupe d'Amours frileux : des paletots en drap blanc, des robes en piqué, en nansouk, en cachemire blanc, des matelots et jusqu'à des zouaves blancs »14.

Alors, au Bonheur des Dames, il y a des rayons différents qui donnent l'impression qu’en entrantdans un autre rayon, les clientes entrent aussi dans un autre monde. Par conséquent, une journée au Bonheur des Dames ressemble à une excursion au parc d'attractions. L'acheteuse est enchantée et se retrouve dans un moment de bonheur . Au Bonheur des Dames, elle peut oublier tous ses soucis et obtient finalement le bonheur . De plus, elle peut acheter tout ce qu'elle désire et elle peut se laisser inspirer de tout le luxe, de la nouveauté et de la modernité. Le grand magasin est en apparence un paradis pour la femme contemporaine.

3. La femme dans Bonheur des Dames est-elle une cible du commerce moderne ?

Dans le roman Au Bonheur des Dames ce sont les femmes qui jouent le rôle le plus important. Dans le titre de ce roman, il s'agit du Bonheur. Mais est-ce que ce grand magasin est vraiement un paradis pour tous les femmes associées ? Aussi le commerce moderne du XIXe siècle laisse augure à un monde mieux, plus comfortable et plus moderne. La magnifiance du grand magasin, avec ses produits infinis pour des prix basses, attire et fascine beaucoup des femmes de son époque. Tout a un air très luxérieux et ravissant. Mais est-ce que ce grand magasin est vraiment un paradis pour toutes les femmes associées ou l'apparence représente-t-elle justement un moyen pour manipuler la femme et pour la faire par conséquent une cible du commerce moderne ?

[...]


1 Zola, Émile (1999) : Au Bonheur des Dames, Pr é sentation par Marie-Ange Fougu è re. Paris : Flammarion.

2 Lacour-Gayet, Jaques (1952): Histoire du commerce, 5. Le commerce depuis le milieu du XIXe siècle. Paris : SPID. 9.

3 Marnot, Bruno (2011) : Les grands ports de commerce fran ç aise et la mondialisation au XIXe si è cle. Paris : PUPS. 159.

4 L' â ge industriel : la r é volution des transports et du commerce. http://www.assistancescolaire.com/eleve/4e/histoire/reviser-une-notion/la-revolution-des-transports-et-du-commerce- 4hai02, consulté en 21.06.2015.

5 L' â ge industriel : la r é volution des transports et du commerce. http://www.assistancescolaire.com/eleve/4e/histoire/reviser-une-notion/la-revolution-des-transports-et-du-commerce- 4hai02, consulté en 21.06.2015.

6 Belisaire: Les transformations é conomiques de l'Europe au XIXe si è cle. http://www.philisto.fr/cours-49-les- transformations-economiques-de-l-europe-au-xixe-siecle.html, consulté en 21.06.2015

7 Lacour-Gayet (1952) : 9.

8 Lacour-Gayet (1952) : 9.

9 Lacour-Gayet (1952) : 10.

10 Yvard, Eric (2010) : De Bell ê me au Bon March é , Aristide Boucicaut : l'inventeur du commerce moderne. Verrières : L'Étrave. 24.

11 Zola (1999) : 299.

12 Zola (1999) : 50.

13 Zola (1999) : 50.

14 Zola (1999) : 473.

Fin de l'extrait de 13 pages

Résumé des informations

Titre
La femme dans "Au Bonheur des Dames" d'Emile Zola. Une cible du commerce moderne?
Université
Johannes Gutenberg University Mainz
Cours
Métamorphose de la ville
Note
2,3
Auteur
Année
2015
Pages
13
N° de catalogue
V314297
ISBN (ebook)
9783668139510
ISBN (Livre)
9783668139527
Taille d'un fichier
545 KB
Langue
Français
mots-clé
Zola, Bonheur des Dames, Métamorphose de la ville, Femme, Frauenbild, Grand Magasin, Second Empire
Citation du texte
Cilen Laura Dincer (Auteur), 2015, La femme dans "Au Bonheur des Dames" d'Emile Zola. Une cible du commerce moderne?, Munich, GRIN Verlag, https://www.grin.com/document/314297

Commentaires

  • Pas encore de commentaires.
Lire l'ebook
Titre: La femme dans "Au Bonheur des Dames" d'Emile Zola. Une cible du commerce moderne?


Télécharger textes

Votre devoir / mémoire:

- Publication en tant qu'eBook et livre
- Honoraires élevés sur les ventes
- Pour vous complètement gratuit - avec ISBN
- Cela dure que 5 minutes
- Chaque œuvre trouve des lecteurs

Devenir un auteur