L'image de la femme dans la littérature négro-africaine. De la construction à la reconstitution


Essay, 2016
10 Pages

Free online reading

Sommaire

INTRODUCTION

I-LITTERATURE ET SOCIETE : APPROCHES CONSTRUCTIVISTES

II- LA FEMME DANS LA LITTERATURE AFRICAINE A TRAVERS QUELQUES OUVRAGES

III- RECONSTITUTION D’UNE IMAGE A L’ERE POSTCOLONIALE : REGARD SUR LA FEMME MODERNE DANS Appelez-moi Madame OUMAROU DE LEONTINE LONGBOU FOPA
1-Le mythe de la femme de ménage comme cause du célibat
2-Beauté et intelligence : éternels ennemis
3-Mariages des ’’grandes dames’’ : Eternel Chemin de Croix.

INTRODUCTION

Lorsqu’on parle généralement de littérature Africaine, on est toujours tenté à ne se limiter rien que sur la littérature négro-africaine d’expression française, qui est fort dominée par les auteurs d’Afrique de l’ouest, centrale et quelques auteurs des territoires d’outre-mer[1], qui ont marqué la littérature transnationale par une sorte de syncrétisme lié à une oralité profonde et culturelle. Mais sous cet angle, on risquerait de falsifier ou encore de modifier le visage et la diachronie de celle-ci, en excluant tous ceux qui ont d’une manière ou d’une autre contribué à l’expression de l’Afrique en d’autres langues.[2]

D’une manière générale, la littérature Africaine peut se subdiviser sur un classement ternaire, frottée par une tradition orale qui s’est aussi fortement imposée ; il y a eu entre autre la littérature africaine écrite par les occidentaux en langues occidentales, la littérature africaine écrite par les Africains en langues occidentales, la littérature Africaine écrite par les Africains en langues africaines. Mais que ce soit l’une ou l’autre de ces différents types de littérature, il faut savoir que la femme est resté un personnage atypique, et son image est aussi diverse que les auteurs eux-mêmes. Par cet itinéraire d’abord très appuyé sur la langue de départ, qui est le français, on peut parfois remarquer une sorte d’acculturation chez certains écrivains africains ; la littérature africaine représente donc la réalité en fonction de la perception du pays de la langue d’origine : elle est donc une construction puisqu’elle est élaborée à partir des conditions socio-culturelles et même parfois cognitives. Ceci qui peut parfois aboutir à une représentation fantasmatique, due à la difficulté rencontrée par l’écrivain africain, sur le plan lexical par exemple à traduire les concepts, et les réalités typiquement africaines par lesquels le français ne lui offre aucun matériau.

En fonction de la société dans laquelle l’auteur se trouve, la réalité ressort toujours en fonction du regard du spécialiste, mais l’image de la femme a été présentée par les auteurs africains, ou plus précisément ceux de la littérature française, écrite sous forme d’un dénominateur commun. Le dénominateur commun désigne de facto un ensemble de constellations et de représentations liées au type de société et qui offre aux auteurs une certaine représentation de la femme. On peut donc se poser la question de savoir comment la femme est-elle présentée dans la littérature africaine. L’image de la femme telle que présentée par les auteurs est- elle une description, une projection ou une construction ? Partant du postulat selon lequel la littérature et la société sont deux mondes intimement liés, des lieux où les auteurs puisent généralement leur inspiration, leur motivation, leur environnement empirique, l’on peut fondamentalement prendre l’œuvre littéraire comme une construction. L’œuvre littéraire étant un produit de la société, qui ressort une réalité, on se demande si cette réalité est une découverte ou une invention. Autrement dit, l’œuvre littéraire peut-elle refléter la réalité ou alors elle la construit ? Couramment l’on pourrait tout d’abord comprendre la construction comme une création, une fabrication planifiée, intentionnelle, et même arbitraire en partie.[3]

La représentation de la réalité se construit selon les conditions concrètes biologiques, cognitives et socioculturelles, qui élaborent aux individus sociaux dans leur environnement social et naturel.[4] Par ailleurs il ne faudra tout de même pas extrapoler en assimilant la construction (ou constructivisme) au réalisme, en tant que courant littéraire, ce qui sera une sorte d’analogie évidente et facile. Pourtant les deux réalités ne sont pas très éloignées, sauf que le réalisme répond à une philosophie de la création et de l’écriture littéraire, un courant de pensée, voire même un mouvement, un paradigme ; alors que le constructivisme, théorie de la construction, peut se manifester chez tout auteur, à toutes les époques, mais reste tout de même un paradigme.[5] Plusieurs interrogations, qui se consacrent sur la relation existante entre le réalisme et le constructivisme, sont qualifiées par Weber[6] de questions traditionnelles et certaines, telles que : La réalité est-elle une invention ou une découverte ? L’outil de communication (média) reflète-t-elle la réalité ou bien elle la construit ? Représentons-nous quelque chose ou sommes-nous à priori des constructions ? Enfin la réalité est-elle construite ou bien illustrée ? Telles sont les questions qui pourraient d’une manière ou d’une autre nous amener à mener des réflexions sur les produits issues essentiellement des créations littéraires et artistiques.

Le but de cet article n’est pas d’étudier toutes les ouvres littéraires africaines d’expression française, ou encore tous les personnages féminins de la littérature africaine, mais présenter à travers certains ouvrages essentiels qui pourrons nous ressortir la femme africaine, puisqu’il s’agit d’elle, dans diverses sociétés africaines –modernes et patriarcales-, les héroïnes et leurs rapports avec les évènements du récit. Nous espérons démontrer cela à partir d’une analyse constructiviste, qui nous montrera comment une œuvre est d’abord une construction sociale avant d’être une peinture de la société dans laquelle l’auteur(e) vit et veut nous faire vivre. Une dernière partie va tenter de démontrer la reconstitution de cette image qui réapparait autre, dans une société africaine influencée désormais par la mondialisation et l’émancipation des idées à l’ère postcoloniale. Ceci pour montrer l’éloignement de cette fixité qui a longtemps renfermé les auteurs dans ce carcan qui n’est rien d’autres que le colonialisme. A la fin il sera question d’éluder un certain nombre de pratiques obscures qui jusque-là restaient méconnues dans la sphère littéraire.

I-LITTERATURE ET SOCIETE : APPROCHES CONSTRUCTIVISTES

Le lien entre la littérature et la société est aujourd’hui devenu incontestable. Mais ce lien peut parfois se heurter à la conception des genres. Ainsi que ce soit la littérature féministe, souvent qualifié de littérature sexuée ou même de littérature sexiste, ou encore un autre type de littérature, les genres répondent le plus souvent à un système lié à la vie de l’auteur et son milieu de vie. Les genres sont des constructions sociales, si l’on s’en tient à l’affirmation de Simone de BAUVOIR, une figure du féminisme en France, « on ne naît pas femme ; on le devient ». À cette assertion, on se demande ce qu’on entend par construction sociale et comment elle procède. L’image de la femme est donc d’après BAUVOIR un résultat au lieu d’être une réalité figée et stable.

La représentation de la réalité se construit selon les conditions concrètes biologiques, cognitives et socioculturelles projetant aux individus sociaux dans leur environnement social et culturel les représentations de la réalité.[7] Pour rester dans le sillage de la littérature africaine, on considère que les auteurs Africains –hors mis le sexe- présentent la femme en fonction des unités externes ou internes à celles-ci et les structures sociales qui peuvent façonner leur regard lors de la construction de l’image de la femme dans leurs œuvres.

L’œuvre littéraire peut donc être compris du point de vue constructiviste, comme instrument de la construction sociale, comme l’affirmait Stefan WEBBER en divisant le constructivisme.[8] On ne va pas ignorer la touche du féminisme, qui a aussi marqué la littérature africaine et surtout postcoloniale. Ce mouvement, qui a envahi toutes les sphères littéraires du monde, a permis aux auteures de s’insurger contre la pensée traditionaliste et classique. Malgré la présence de certaines Auteures de la Migritude[9], les représentations discursives des femmes, ou encore des femmes africaines, dans les œuvres littéraires peuvent s’articuler autour des structures et les conditions de créations ainsi que les faits sociaux. À partir de ces éléments constitutifs et constructifs, on se demande comment les œuvres littéraires peuvent-elles contribuer à cette mise en scène de l’autre, soit la femme ? Mais si la femme est restée présenter comme l’autre, c’est peut être due au faite que la société dans laquelle elle vie, la longtemps exclue la sphère de décisions et des responsabilités, ce qui influence le pinceau des artistes. Nous tenterons à ressortir l’appréhension du statut de la femme dans la littérature Africaine à partir de quelques ouvrages. Mettre en exergue la construction de la réalité ainsi que sa reconstitution.

II- LA FEMME DANS LA LITTERATURE AFRICAINE A TRAVERS QUELQUES OUVRAGES

Nous avons choisis ici deux ouvrages pour notre étude parce qu’ils illustrent la vie des femmes africaines dans différents types de société : les sociétés traditionnelles patriarcales et les sociétés modernes. Nous verrons que malgré l’univers dans lequel l’auteur met la femme, il présente toujours celle-ci sous une forme qui peut être qualifiée de stéréotypée. Ainsi, le roman de Calixthe BEYALA, Les honneurs perdus et l’ouvrage de Francis BEBEY, puisque ces deux nous ressortent la femme dans différents types de sociétés, nous aiderons à dévoiler cette réalité. La présence de plusieurs stéréotypes s’identifie à travers l’analyse de quelques personnages : le stéréotype de la Mère merveilleuse, celle qui accepte et sacrifie tout, celui de la fille urbaine qui vit dans une société moderne qui contraste souvent avec la prostituée et non pas celle éclairée après avoir embrassé la culture occidentale et moderne. On pourra donc retrouver dans Les honneurs perdus plusieurs images.

L’histoire d’une jeune fille au nom de Saïda, seule fille d’une famille musulmane et vivant dans un bidonville de la ville de Douala, présente une sorte d’exclusion de la femme dans la société. Surtout dans une culture très patriarcale ou elle grandit, les hommes dirigent les familles et les affaires publiques. Ici, le fait de naître fille est comme une malédiction, car la femme étant réservée seulement aux tâches ménagères et destinée au mariage. Mais l’arrivée de Saïda dans une société moderne (Paris) transforme le mode de vie de celle-ci et elle devient une « prostituée », puisqu’elle cherche entre temps un toit en vain et perd sa virginité qu’elle avait gardée pendant près de 50ans, au profit d’une vie désordonnée, malsaine pour quelques sous ou un moyen de survie. Saïda présente l’image d’une femme qui n’a pas de valeur, dont le destin est scellé dès la naissance parce qu’elle vit dans une société musulmane et patriarcale où la préférence des fils est dominante et désavantageuse pour les filles ; les filles ne sont pas importantes parce qu’elles appartiennent au sexe féminin[10]. On a d’autres stéréotypes dans le roman comme : la mère de Saïda- une femme ratée parce qu’elle n’accouche pas de fils d’une part, d’autre part les femmes serveuses dans les grands restaurants de la ville, prostituées, mais qui affichent une image dualiste : méprisables mais admirées. Une fille intellectuelle (par la maîtrise de l’anglais en tant que des intellectuels à cette époque-là), mais prostituée par son identité de laisser faire, et résistant toutefois au patriarcat.[11]

Du côté de Francis BEBEY, qu’on a tenté parfois d’appeler le romancier de la femme[12], le droit de la jeune fille d’aimer et de choisir librement son époux, son désir de sortir de la bassesse –ou encore de son complexe d’infériorité et de sexe faible- de son origine pour chercher des satisfactions matérielles dans un monde où le matérialisme devient de plus en plus grande valeur de l’existence, l’angoisse des vieilles mères vis-à-vis de l’inconduite de la jeune génération « écervelée », la jalousie, l’infidélité, la promiscuité constituent le fil qui tisse la vie des personnages féminins dans l’œuvre de BEBEY.

Dans Le fils d’Agatha MOUDIO par exemple, la femme se retrouve parfois partagée entre 2 traditions, deux monde ; ce qui fait d’elle un personnage ambivalent. Mais c’est la femme moderne que l’auteur voudrais peut être nous montrer avec l’image d’une femme infidèle, rejetée par toutes les belles-mères qui apprennent souvent que leur fils ont en projet de marier celle-ci. Mais le faite qu’Agatha n’a pas conçu la qualifie de femme stérile. En effet, si la mère de MBENDA s’est vivement opposée à la relation amoureuse entre son fils et Agatha ce n’est pas parce qu’elle traine une réputation de fille libre, mais parce qu’elle croit qu’elle est stérile ; La femme stérile est encore un stéréotype très ancré dans les sociétés africaines et traditionnelles au point où sa situation est une malédiction, comme d’ailleurs on préfèrerait une femme infidèle et féconde qu’une femme stérile. C’est dans ce sens qu’il faut comprendre la relation entre Agatha et le chasseur Blanc aux « dents en Or » qui lui fait un enfant métis dont le roman porte son nom. Enfin il faut aussi voir la femme chez BEBEY comme une femme qui affiche envers la religion un caractère dévot. Tante Princesse dans La poupée d’Ashanti nous fournit un exemple des filles qui vont à l’église avec des intentions douteuses. Pourtant cette dévotion latente pourrait nous dérouter et éloigner de la construction que l’auteur nous prépare afin d’appréhender l’image de la femme. Elle est la femme d’un polygame, M. TETEYA, mais vit « hors des murs » et fait la chasse aux hommes. Elle va à l’église, pas pour prier, ni écouter la bonne parole, elle y va pour repérer des hommes. On dit qu’elle est une femme de l’extérieur, voire une hypocrite qui trompe l’homme et Dieu. Par ailleurs l’image de cette femme est celle de la femme libre, hors du patriarcat, éclairée, mais une femme qui n’est pas différente d’un « chiffon social ».

Tout compte fait, toutes ces représentations de la femme dans ces ouvrages susmentionnés ne nous ont pas éloignés de ces constellations constituant le dénominateur commun de ces auteurs Africains. Il en ressort que l’image de la femme est une construction sociale, plus encore une sorte fiction qui découle de la perception de la société par les auteurs. A la suite de cette analyse on peut dégager les images suivantes : une femme pleine d’angoisse, soumise, opprimée, prostituée, infidèle ; du côté des sociétés modernes. On a aussi une femme qui n’a pas de lettre dans la main, rejetée lorsqu’elle n’attend pas d’enfants, une erreur de la nature, car le pire c’est de naître fille voire même une « créature de Satan », pour les femmes stérile ou qui n’accouche que des filles : conception liée à la pensée traditionaliste. C’est cette vision du monde qui trahit cette écriture littéraire construite à partir de ces constellations mentionnées plus haut. Toutefois quel que soit l’image de la femme présentée par les auteurs on peut dire que la femme reste la médiatrice conflictuelle entre le nouveau et l’ancien. C’est ainsi que d’autres affirment parfois que : « Une femme c’est comme un sentier. Quand tu t’y engages, il ne faut pas penser à ceux qui l’ont emprunté avant toi, ni à ceux qui pourraient y passer après toi ou encore en même temps que toi ». L’œuvre littéraire est considérée ici comme moyen de communication de transmission et d’information sur la société, donc l’auteur nous renseigner d’avantage sur les rapports entre les différents éléments constitutifs de la société traditionnelle. Mais il faudrait s’interroger sur l’image de la femme dans la société postcoloniale, qui apparait comme le corolaire de la première suscitée.

III- RECONSTITUTION D’UNE IMAGE A L’ERE POSTCOLONIALE : REGARD SUR LA FEMME MODERNE DANS Appelez-moi Madame OUMAROU DE LEONTINE LONGBOU FOPA

En Afrique ou Cameroun, le célibat des femmes d’une certaine catégorie demeure une réalité qui n’a pas suscité jusque-là beaucoup d’interrogations chez les acteurs de la plume, mais qui perdure de plus en plus dans nos sociétés modernes. Celui-ci (célibat) s’installe progressivement chez les femmes de nos jours; certainement à cause du contact immédiat avec la culture occidentale, où le statut de la femme de ménage ou femme au foyer a totalement laissé la place à celui de femme émancipée, dirigeante et responsable. Et ce choc des cultures a tendance à influer ou dominer les valeurs traditionnelles africaines, car étant mondialisées, elles subissent la présence incontestée de l’occident en nous par le biais des médias ou même de l’étude de leur philologie accrue dans les programmes scolaires africains.

Ce problème n’a certainement pas laissé indifférent l’auteure Léontine LONGBOU FOPA. En effet, elle ressort dans son roman le statut de la femme célibataire en Afrique, à travers l’histoire de Delphine AYISSI, jeune femme dotée d’un physique ingrat mais d’une intelligence exceptionnelle qui lui permettra d’intégrer le prestigieux corps de la magistrature. Dès lors, elle se lancera dans un long combat pour devenir épouse et cesser d’usurper le titre de Madame.

Appelez-moi Madame Oumarou est ce livre qui met les pleins phares sur les problèmes tant obstrués par certains auteurs, mais qui méritent d’être invités aux débats actuels. Le mariage n’étant pas forcément une fin en soi mais lorsque sa quête est assimilée à un chemin de croix, c’est là où se pose le problème. Ainsi, quels peuvent être les causes de ce célibat dans la société Africaine/Camerounaise ? Quels sont les facteurs favorisant les conditions d’une telle situation ? Ces questions permettront de parcourir cet aspect du roman de l’auteure camerounaise L.L. FOPA dans une perspective socio-culturelle.

1-Le mythe de la femme de ménage comme cause du célibat

La conception du rôle de la femme chez les traditionnalistes fait d’elle un être à côté de son mari pour l’accompagner dans les taches que celui-ci ne devrait pas accomplir.[13] Cette conception est restée longtemps dans l’imaginaire collectif de l’Africain, totalement attaché à ses traditions, ce qui fait que ce nouveau statut de plus en plus émergent dans nos sociétés est considéré comme une menace, voire un danger. Certainement un danger. Si la femme n’est plus destinée aux tâches ménagères dans le foyer, mais plutôt à des fonctions administratives, bureaucratiques, ce n’est pas non plus l’homme qui les accomplira aussi. Bien sûr, on trouvera une ménagère dans le coin pour la situation, mais elle ne remplacera jamais l’épouse. L’homme étant très jaloux de sa posture de chef de famille, de décideur ou de capitaine solitaire[14] ne laissera sous aucun prétexte sa place à sa femme, à son épouse. La femme émancipée, bureaucrate, magistrat, qui prend des décisions dures au quotidien, face à de grands hommes, pourrait avoir tendance à prolonger son métier dans le foyer conjugal. Elle fait peur. Il faut donc l’éviter pour avoir un foyer en paix, dans la tranquillité.

2-Beauté et intelligence : éternels ennemis

A côté du statut professionnel, qui fait obstacle au mariage, on retrouve aussi dans le roman un autre aspect : la beauté physique. Naturellement, le portrait physique d’une femme est toujours le premier atout, tandis que la jugeote, l’intrinsèque, viennent le plus souvent après plusieurs contacts oraux ou buccaux.[15] Par ailleurs, plusieurs observations ont montré que les personnes d’une intelligence sans pareils sont souvent dotées d’un physique ingrat, dont parle L.L. FOPA. En effet la nature ne peut pas tout vous offrir. Le mariage entre les deux est donc impossible, et l’on a le plus souvent à faire à une relation complémentaire. Complémentarité lorsque le statut social vient compenser le vide du physique.

3-Mariages des ’’grandes dames’’ : Eternel Chemin de Croix.

A côté du célibat, il y a son corollaire le mariage qui n’existe qu’après la mort du célibat, dont on fait les funérailles chez le maire ou à l’église. Les ‘’grandes dames’’[16] trouvent difficilement un conjoint en Afrique/Cameroun à cause de certains mythes, que j’ai évoqués plus haut. Ce statut crée un blocage chez les potentiels prétendants –aventuriers ou non- et éloigne le mariage vers des sphères très lointaines. Le mariage de celles-ci est donc similaire à une souffrance vaine ou alors un chemin de croix. Certaines femmes se verront même en train d’usurper le titre parce qu’elles veulent être madame à tout prix, comme c’est le cas dans le roman avec Delphine AYISSI, l’héroïne.

On constate donc que le mariage des femmes haut-gradées, bureaucrates, modernes est un véritable combat permanent, étant donné que plusieurs facteurs socio-culturels empêchent la victoire contre lui. C’est sans doute ce que l’auteure veut ressortir dans ce roman avec cette main portant une alliance, qui apparaît sur la première de couverture.[17]

[...]


[1] Je veux nommer ici certains auteurs à l’instar d’Aimé Césaire, Frantz Fanon et quelques Haïtiens.

[2] Il s’agit ici de la littérature lusophone et anglophone, où les auteurs ont été à certaines périodes les plus prolifiques et percutants de la scène littéraire. On pourra par exemple faire allusion à l’écrivain nigérian Wole Soyinka, prix Nobel de la littérature 1986 avec sa pièce de théâtre the Lion and the Jewell (Le lion et la perle)

[3] Conf. Siegfried J. SCHMIDT, Die Wirklichkeit des Beobachters , in: Klaus MERTEN, Siegfried J. SCHMIDT, Siegfried WEICHENBERG (Hrsg.), Die Wirklichkeit der Medien. Eine Einführung in die Kommunikationswissenschaft, Opladen, Westdeutscher Verlag, 1994, P.4, cité par: Larissa Sulamite MBOBDA MBOBDA, Zum Bild afrikanischer Frauen in deutschen Zeitungen zwischen 2000-2010. Eine empirische Untersuchung am Beispiel von süddeutsche.de und bild.de, 2013, Magisterarbeit. Traduction par moi-même FOGANG TOYEM.

[4] Ibid.

[5] Il faut noter ici que le constructivisme est d’abord un courant philosophique, une manière de penser tandis que le réalisme dont je fais allusion ici est un courant littéraire. Mais les deux peuvent être associés en vue d’une écriture plus optimale et plus solide. Pour plus d’informations à ce sujet voir : www.google.com/réalisme et Theodor FONTANE, Realismus. In Theorie des bürgerlichen Realismus, eine Textsammlung. Herausgegeben von Gerard PLUMPE, Philip Reclam Verlag, Stuttgart, 1985, P.147. Ceci ne veut pas toutefois insinuer que les auteurs du réalisme (français ou allemand) ont été constructiviste.

[6] Stefan WEBER, Was heißt „ Medien konstruieren?“ Von einem ontologischen zu einem empirischen Verständnis von Konstruktion, In: Medienimpulse. Beiträge zur Medienpädagogik, Heft Nr. 40, Juni 2002, Wien.

[7] Conf. Larissa Sulamite MBOBDA MBOBDA, op. cit.

[8] WEBER en divisant le constructivisme élaborait en général cinq courants qu’il a appelés Konstructivistische Strömungen. Parmi ceux-ci on a de manière stratifiée et graduelle l’instance ou unité construisant, sorte de jeux du constructivisme ; le cerveau ou encore le constructivisme neurobiologique (Gerard ROTH); le système cognitif/observateur (V. HUMBERTO, R. MATURAMA), caractérisé de bio épistémologie ; le système social, la communication liés au système de théorie auto poétique (Niklas LUHMANN, Peter FUCHS et al.) ; la culture ou encore constructivisme culturaliste (Peter JANICH).

[9] Je veux parler ici de ce courant lié à l’association entre la négritude et la migration en période d’après-guerre où les auteurs(es) africains qui avaient migré vers l’Europe furent marqués par ce courant révolutionnaire(Damas) et libérateur(Césaire) et humaniste (Senghor), qu’est la Négritude.

[10] Conf. Annan-YAO, 2005, P.5

[11] Conf. Leslie OGUNDINE, 1987, P. 6

[12] Puisque celui-ci a essayé de ressortir la vie sentimentale de la femme comme un ressort dramatique

[13] Je vais m’abstenir ici de les énumérer, puisqu’elles dépendent du contrat conjugal.

[14] Puisque dans les sociétés patriarcales, il ne donne pas la parole à la femme.

[15] Mais seulement tout ce qui brille n’est pas or !

[16] Notons que le mot trouve son sens dans les sociétés obscurantistes des pays sous-développés.

[17] Certains passages de ce texte ont été publiés antérieurement sur les pages web du Cercle Littéraire des Jeunes du Cameroun, CLIJEC (http://assoclijec.e-monsite.com/); par exemple : ‘LA PROBLÉMATIQUE DU CÉLIBAT PERMANENT DES FEMMES MODERNES DANS APPELEZ-MOI MADAME OUMAROU DE LÉONTINE LONGBOU FOPA par Fogang Toyem, http://assoclijec.e-monsite.com/blog/la-problematique-du-celibat-permanent-des-femmes-modernes-dans-appelez-moi-madame-oumarou-de-leontine-longbou-fopa.html#WFFSez0hY2Ye7AEx.99.

10 of 10 pages

Details

Title
L'image de la femme dans la littérature négro-africaine. De la construction à la reconstitution
College
University of Yaoundé I  (Département d'études germaniques et culturologie)
Course
Littérature et culture
Author
Year
2016
Pages
10
Catalog Number
V349935
ISBN (Book)
9783668377479
File size
858 KB
Language
French
Tags
Image-constructivisme-construction
Quote paper
Fogang Toyem (Author), 2016, L'image de la femme dans la littérature négro-africaine. De la construction à la reconstitution, Munich, GRIN Verlag, https://www.grin.com/document/349935

Comments

  • No comments yet.
Read the ebook
Title: L'image de la femme dans la littérature négro-africaine. De la construction à la reconstitution


Upload papers

Your term paper / thesis:

- Publication as eBook and book
- High royalties for the sales
- Completely free - with ISBN
- It only takes five minutes
- Every paper finds readers

Publish now - it's free