Etude de réalisation du jardin botanique de la Wilaya d’El-Oued


Travail de Projet (scientifique-pratique), 2009
16 Pages, Note: 20

Extrait

Table of Contents

1. Introduction

2. Méthodologie
2.1 Étapes de l’étude

3. Notions sur les jardins botaniques
3.1 Définition
3.2 Fonctions du jardin botanique
3.3 Orientations du jardin botanique
3.4 Principes généraux de conception
3.5 Un jardin botanique dans les normes

4. Présentation du site
4.1 Situation
4.2 Etat des lieux
4.3 Climat de la région
4.4 Sol
4.5 Ressources en eau
4.6 Agriculture et végétation

5. Résultats et analyse
5.1 Conception du jardin botanique

Bibliographie

Annexes

Résumé

Conformément aux normes internationales de conception des jardins botaniques, aux données recueillies lors de nos investigations sur le périmètre et toute la région du Souf et des notions sur la faune et la flore du Sahara et du Souf, nous avons réussi à établir un plan d’aménagement du jardin botanique de la Wilaya d’El-oued, avec un parcellaire détaillé et justifié. Nous avons réussi aussi à remédier aux contraintes du périmètre par des solutions adéquates et réalisables. Le choix des espèces de faune et de flore s’est basé sur les anciens inventaires d’espèces sahariennes et du grand Erg oriental avec introduction d’espèces exotiques selon les normes et exigences. Un inventaire annexé des espèces de faune au nombre de 61espèces et de flore 373 espèces.

1. Introduction

L’étude et la réalisation du jardin botanique est un projet de la direction des forêts de la Wilaya d’El-Oued, sous-traité par le centre de recherche scientifique et technique des régions arides – Biskra (CRSTRA) à travers notre équipe pluridisciplinaire (Agronome botaniste paysagiste, architecte URBAS), pour le compte du centre d’études et de réalisations en urbanisme – Sétif (URBAS), Vu l’intérêt que porte le projet pour les zones arides et surtout la région exceptionnelle du Souf (Wilaya d’El-oued)

El-Oued est une ville Saharienne du Sud-est algérien, occupe une bonne partie du grand Erg oriental entourée de plusieurs chotts, est l’une des zones des plus vulnérables, elle présente des fléaux où l’être humain subsiste difficilement ; Sols instables toujours charriés par les vents, d’énormes dunes de sables sur un fond argileux, remontée de la nappe phréatique jusqu’à ennoiement, salinité… et comme tout le reste du Sahara, chaleur torride, pluviométrie faible…

C’est avec sagesse que les habitants d’El-Oued ont façonné et modelé la zone pour pouvoir subsister. Ils ont créées de petits jardins de palmiers (Ghout) au milieu des dunes pour s’y abriter, cultiver, élever… ils creusaient une forme d’entonnoir de 3 à 4 ha pour se rapprocher de la nappe phréatique. Sur les bords du ghout, ils installaient des palissades en palmes sèches en vue de la protection contre l’ensablement.

Dans cette zone, nous allons agir comme les habitants d’El-Oued, mais cette fois ci, à cause de l’ennoiement, résultant de la remontée de la nappe phréatique, nous allons nous y éloigner par des remblais, pour créer un lieu d'étude, d'observation et d'information sous la forme d'un Jardin botanique didactique, d'agrément et de conservation, présentant la flore et la faune de la région et du Sahara algérien.

Personne ne doutera de l'utilité et de l'efficacité d'un jardin botanique pour mieux faire connaître le riche patrimoine naturel. Profitons alors de cet élan pour offrir à la société saharienne un jardin d'initiation à la nature, un lieu où l'on apprend à respecter et à protéger le monde végétal et animal.

- Le premier objectif de notre étude est de remédier aux contraintes du milieu (dunes de sable, remontée de la nappe, salinité, accès difficile…
- Le deuxième objectif est de confectionner un plan adéquat avec un parcellaire permettant la protection des espèces.
- Le troisième objectif est le choix des espèces.

2. Méthodologie

Pour aboutir au principal de nos objectifs, nous nous sommes basés sur 2 critères dans notre étude pour enfin concrétiser le plan du jardin.

- Normes et références internationales de création de jardins botaniques.
- Exploitation des données recueillies sur la région et le périmètre.

2.1 Étapes de l’étude

- Une analyse détaillée du périmètre du point de vue conditions favorables et défavorables à la mise en place de la végétation.
- Proposition d’un plan d’aménagement.
- Détail du plan d’aménagement avec les espèces choisies pour le jardin.

3. Notions sur les jardins botaniques.

3.1 Définition.

Un jardin botanique est une institution qui rassemble des collections documentées de végétaux vivants à des fins de conservation, de recherche scientifique, d'exposition et d'enseignement .BGCI botanicgardens conservation international (1999). Les jardins botaniques sont souvent dotés d'installations spécialisées pour la conservation d'espèces non adaptées au climat local.

3.2 Fonctions du jardin botanique.

Les principales missions du jardin botanique sont au nombre de trois ; conservation, recherche et enseignement

3.2.1 Conservation.

Collecte et conservation de plantes locales aussi la protection d'espèces menacées d'extinction (conservatoire botanique).

3.2.2 Recherche

Le travail scientifique effectué dans le jardin botanique inclut la taxonomie, l'étude de la botanique mais aussi l'adaptation d'espèces exotiques hors de leur milieu d'origine, ces institutions sont aussi le lieu où se constituent des herbiers, banque de gènes ...

Aujourd’hui les jardins botaniques s'orientent vers l’écologie, mettant l'accent sur l'étude de la végétation locale, pour approfondir la connaissance de l'écologie des plantes sauvages, et développer des recherches dans le cadre de la restauration ou création de biotopes.

3.2.3 Enseignement

Les plantes étant étiquetées présentent une aide pour l'enseignement de la systématique, de même l'accueil de groupes scolaires.

3.3 Orientations du jardin botanique.

3.3.1 Sciences et horticulture.

Les jardins botaniques sont des centres de ressources pour la recherche scientifique, facilitent l'accès aux données scientifiques et horticoles et sont en même temps des centres de taxonomie, visent la conservation de la biodiversité, locale, nationale ou internationale.

3.3.2 Culture et tourisme.

Il est fort intéressant de faire apprécier les paysages et l'architecture paysagère des jardins botaniques pour en faire connaître et promouvoir les bibliothèques, herbiers, musées, collections artistiques et autres des jardins botaniques en tant qu'éléments à part entière de la culture et du patrimoine local.

Les jardins botaniques doivent garantir la pérennité des collections, l'identité des origines des spécimens présentés, les collections doivent être entretenues, et enfin le jardin botanique doit être ouvert au public au moins à temps partiel, ou encore sur rendez-vous.

Il y a possibilité de faire des échanges de matériel végétal entre jardins botaniques.

3.4 Principes généraux de conception.

Lors de la conception d'un jardin botanique, il est utile de prendre en considération certaines normes internationales; pour la création ou reconstitution de jardins.

- Il faut séparer les zones publiques des zones privées (où le public n'est pas admis).
- Les entrées, circulation ainsi que la répartition des bâtiments doivent être organisés en conséquence
- Les jardins botaniques doivent répondre à une grande diversité de situations écologiques avec conservation ou reconstitution des habitats préexistants sur le site.
- Le sol étant la base du jardin et sa qualité importe beaucoup dans le choix des espèces, la qualité de l’eau l’est aussi.
- Enfin l’état de la faune (terrestre, arboricole, aérienne et aquatique) doit être inventoriée et introduite dans le jardin dans la mesure du possible.

3.5 Un jardin botanique dans les normes.

Chaque jardin peut avoir sa propre logique, mais ici, on va citer les éléments indispensables à son fonctionnement.

- Deux entrées dont l'une de service et l'autre réservée aux visiteurs avec des voies publiques, des voies de service et des sentiers.
- Un bâtiment d’accueil, près de l’entrée, avec la billetterie et la boutique des souvenirs (pour le public).
- Un bâtiment administratif, et un dortoir.
- Une salle de conférence.
- Une salle d’exposition et d’orientation.
- Une bibliothèque et un laboratoire.
- une salle de cours et réunion.
- Une graineterie et un ou plusieurs ateliers de stockage de matériaux.
- Une ou plusieurs serres, une pépinière et une station météorologique.
- Des zones tampons, un habitat naturel conservé ou reconstitué.
- Un jardin d’agrément, une aire de pique-nique.
- Kiosques, café, restauration rapide, librairie et des toilettes.

4. Présentation du site.

4.1 Situation

Le périmètre est situé dans la zone appelée chott, plus précisément dans la partie Nord d’El-Oued, en face de l’université, tous les deux séparés par la route communale n°110. Il occupe une superficie de 15ha en vue d’une extension de 5ha.

Abbildung in dieser Leseprobe nicht enthalten

Figure 1 , 2 et 3 : situation du périmètre . Google earth (2009).

4.2 Etat des lieux.

Abbildung in dieser Leseprobe nicht enthalten

Figure 4, 5, 6 et 7 : Etat des lieux. Originale (2008).

Le périmètre est un milieu dunaire, à (-6m) par rapport à la route, les dunes sont de différentes altitudes (de 93 à 100m), végétation éparse sur les dunes (Salsola, Zygophyllum, Tamarix …), des lacs d’eau, provenant de la remontée de la nappe phréatique, entourés d’halophytes, de plantes de rive marécageuse (Phragmites, Typha …) et de psammophytes. Ces étendues d’eau occupent les dépressions inter dunaires. On trouve aux alentours du site, les périmètres de mise en valeur.

4.3 Climat de la région.

La région est caractérisée par un climat de type continental désertique (faibles températures hivernales, hautes températures estivales, vents de sable violents, humidité atmosphérique faible, pluviométrie entre 0 et 150mm durant la période hivernale).

Les vents dominants sont de direction et de vitesse différentes selon les saisons, les vents de Février à Juin sont violents (en tempêtes de sable) et de Juin à Septembre, le sirocco prédomine (2.7m/s, la première période, de direction Sud-Ouest contre 4.9m/s durant la deuxième période, de direction Nord-Est).

(2.1 Jours) de gel enregistrés durant la période de février à décembre.Le minimum de température est de 5.2ºC en janvier et le maximum est de 49ºC à partir du mois de juillet, les amplitudes thermiques sont importantes.

4.4 Sol.

La formation et l'évolution des sols de ces régions sont principalement conditionnées par le climat et la salinité. Le climat très aride influe sur la pédogenèse par une forte évaporation, ce qui a engendré dans certaines zones de très fortes accumulations salines, surtout après la mise en irrigation. Ce phénomène est aggravé le plus souvent par une topographie généralement plane, qui ne facilite pas le drainage des eaux excédentaires, et par une eau d'irrigation relativement chargée en sels.

Les sols de la région du Souf sont occupés par des plateaux rocheux (regs et hamadas), des accumulations sableuses (Grand Erg oriental) et des dépressions salées (chotts) impropre à l’agriculture. Les aires les plus favorables à celle-ci se situent dans les vallées fossiles des oueds, certaines dépressions (dayas) et certaines plaines sableuses.

4.4.1 Caractéristiques des sols et contraintes

Les types de sols de la région sont constitués surtout par une seule formation d’apport éolien. Halomorphes par la présence d’une nappe phréatique à faible profondeur. Ils se situent dans des dépressions où la nappe est proche de la surface du sol à une profondeur inférieure à 2 mètres. La cause de ce phénomène s’explique par l’ascension capillaire et les pertes par évaporation. Sur le terrain, la salinité se traduit par une végétation de type halophile et le plus souvent par l’apparition d’efflorescences salines blanchâtres en surface. La texture grossière empêche le développement de la structure. Il y a cependant une légère tendance à la structure massive, particulaire et fondue. La faible capacité totale d’échange et les fortes teneurs en calcium (carbonate de calcium et gypse) empêchent l’alcalinisation du complexe absorbant.

On peut penser que dans ces régions les propriétés physiques du sol(Granulométrie) jouent un rôle d’autant plus important que les conditions d’aridité sont plus contraignantes et la qualité des eaux plus mauvaise. Les sols sableux, profonds sur substratum perméable sont ceux qui peuvent supporter une culture. Les sels ne s’y fixent pas et en sont facilement éliminés. La mise en culture de ces sols filtrants, pauvres et à faible capacité de stockage des éléments nutritifs et de l’eau, est délicate. Elle suppose un suivi régulier du niveau de la fertilité, du déficit en eau et de la salinité. Le sol dans la région du Souf repose sur un substratum imperméable, ils se trouvent engorgées par les eaux de la nappe phréatique qui affleure.

4.5 Ressources en eau.

En plus de la nappe phréatique qui a toujours été utilisée en irrigation et qui se trouve à faible profondeur, à exploitation facile et qui ne l’est plus, à cause de sa contamination par les eaux usées, viennent s’ajouter les eaux de profondeur, le continental intercalaire et le complexe terminal.

4.6 Agriculture et végétation

L’économie de la région est basée essentiellement sur la phoeniciculture, dont la plus grande partie localisée dans les ghouts qui avoisinent le nombre de 10.000. Cote (2006)

Toutes les cultures sont pratiquées (Potiron, navet, carotte, radis, aubergine, gombo, cantaloup, melon, pastèque, pomme de terre, tomate, pois chiche, pois, fève, piment, poivron,…) avec un intérêt spécial pour la pomme de terre, les arachides, le tabac et l’olivier. Le volet des plantes médicinales, condimentaire, aromatiques et industrielles est trop apprécié dans la région (fenugrec, anis, nigelle, cumin, carthame, basilic, coriandre, menthe, Tabac, coton, tournesol, maïs, henné …).

La floriculture pour la production de cosmétiques tels que (le jasmin, le rosier, le géranium…).

Les fruitiers comme les agrumes, vigne, pommier, poirier, figuier, grenadier, pêcher…

La partie Est d’El Oued, vers la frontière tunisienne, est une zone de parcours pour le camelin surtout, mais la région présente aussi l’élevage caprin et ovin. La faune du Souf est plus ou moins importante (Gerbille, dromadaire, (rat des sables, rongeur), Ganga (oiseau), fennec, …)

La région présente trois groupements de végétation spontanée, végétation d’erg :Drinn (Aristidapungens), Ephedraalata, Genistasaharae, Retamaretam et Calligonumazel…

Groupement végétal des dépressions non salées : Tamarix articulata,T.aphylla ,Zygophyllum album, Phragmites communis...

Groupement végétal des sols salés : Tamarix articulata, Frankenia florida, Sonchus maritimus,…

[...]

Fin de l'extrait de 16 pages

Résumé des informations

Titre
Etude de réalisation du jardin botanique de la Wilaya d’El-Oued
Note
20
Auteur
Année
2009
Pages
16
N° de catalogue
V428081
ISBN (ebook)
9783668732018
Taille d'un fichier
6390 KB
Langue
Français
Annotations
mots-clé
Mots clés : Conception, jardins botaniques, Wilaya d’El-oued, Sahara, choix d’espèces, faune, flore
Citation du texte
Moufida Maaoui (Auteur), 2009, Etude de réalisation du jardin botanique de la Wilaya d’El-Oued, Munich, GRIN Verlag, https://www.grin.com/document/428081

Commentaires

  • Pas encore de commentaires.
Lire l'ebook
Titre: Etude de réalisation du jardin botanique de la Wilaya d’El-Oued


Télécharger textes

Votre devoir / mémoire:

- Publication en tant qu'eBook et livre
- Honoraires élevés sur les ventes
- Pour vous complètement gratuit - avec ISBN
- Cela dure que 5 minutes
- Chaque œuvre trouve des lecteurs

Devenir un auteur