Mise en place d’un système de surveillance électronique des Accidents Exposants au Sang pour pallier le phénomène de la sous-déclaration


Mémoire (de fin d'études), 2017
69 Pages, Note: 16.75

Lire gratuit en ligne

Table des matieres

1 Introduction

2 Problematique

3 Objectifs

4 Etat actuel des connaissances
4.1 Le dossier medical
4.1.1 Niveaux dinformatisation du dossier medical
4.1.2 Modele du dossier medical en version papier
4.1.3 Modeles des dossiers medicaux informatises
4.2 Definition dun accident exposant au sang
4.3 Definition de la surveillance epidemiologique
4.4 Objectifs de la surveillance
4.5 Types de systeme de surveillance epidemiologique
4.6 Revue de la litterature sur la surveillance des AES
4.7 Exemples des systemes de surveillance des IAS
4.8 Revue de la litterature sur la sous-declaration des AES
4.9 Les raisons de la non-declaration des AES selon la litterature

5 Aspect reglementaire
5.1 Recueil des textes legislatifs et reglementaires des AES en Algerie
5.2 Informatisation du secteur de sante algerien
5.3 Bases juridiques du secret medical dans le droit algerien

6 Materiel et Methode
6.1 Materiel
6.2 Population
6.3 Criteres deligibilite
6.3.1 Criteres dinclusion
6.3.2 Criteres dexclusion
6.4 Materiel
6.4.1 Traitement statistique
6.4.2 Description de la methode
6.4.3 Definition de lapplication a realiser
6.4.4 Deroulement du travail
6.4.5 Structure de loutil

7 Resultats
7.1 Resultats conceptuels de lapplication AES-Clic
7.1.1 Le niveau conceptuel
7.1.2 Le niveau organisationnel
7.1.3 Le niveau physique
7.2 Finalisation et utilisation de lapplication AES-Clic
7.3 Resultats statistiques
7.3.1 Resultats de la surveillance conventionnelle des AES (2014 - 2016) . .
7.3.2 Description de la population surveillee par AES-Clic

8 Discussion
8.1 Limites de letude
8.2 Discussion des resultats statistiques
8.3 Comparaison des resultats avec la litterature

9 Conclusion

Table des figures

1 Le papyrus medical dEdwin Smith (Planches VI et VII)

2 Les etapes dun processus de surveillance (dapres Astagneau P. 2011)

3 Capture decran du site Web-AES du GERES/RAISIN

4 Calendrier du deroulement de notre etude sur un echeancier de 11 mois ...

5 Schema conceptuel de loutil AES-clic

6 Capture decran de linterface de demarrage de lapplication AES-Clic

7 Capture decran de lespace de creation dun compte AES-Clic

8 Capture decran dun compte AES-Clic creer avec envoi dun E-mail informatif

9 Capture decran de lespace Utilisateur de lapplication AES-Clic

10 Capture decran de lespace Administrateur de lapplication AES-Clic

11 Capture decran dun rapport mensuelle des AES sous forme dun fichier Excel

12 Capture decran des etapes a suivre pour ajouter une fiche AES et envoyer une alerte a lAdministrateur par loutil AES-Clic

13 Capture decran des alertes AES captes dans la boite de reception a partir de loutil AES-Clic

14 Capture decran dune alertes AES captes dans la boite de reception contient les renseignements de la victime

15 Capture decran dune fiche des renseignements sur laccident exposant au sang, imprimee a partir de loutil AES-Clic, remise en mains propres de la victime .

16 Capture decran dun bulletin des AES enregistres

17 Capture decran dun bulletin des comptes AES-Clic enregistres

18 Capture decran de lespace de developpement des Macros de lapplication AES- Clic

19 Capture decran de la surveillance nationale des AES RAISIN GERES Rapport d’incidence CHU de Batna 2014

20 Capture decran des resultats de la surveillance nationale des AES RAISIN GERES CHU de Batna 2014

21 Evolution mensuelle du nombre des AES recenses par Web AES, Chu de Batna, 2014 (n=34)

22 Le nombre des AES recenses au niveau du CHU de Batna par les differents participants, 2014

23 La surveillance des AES documentes sur dossiers medicaux, par mois et par annee, CHU de Batna, 2014-2016,(n=100)

24 Evolution du taux dincidence des AES pour 100 lits dhospitalisation, et par 100 personnels de soins par annees, entre 2013 et 2016, CHU de Batna. ...

25 Repartition de la population surveillee par AES-Clic selon le sexe (n=249) .

26 Repartition du personnel surveille par AES-Clic selon les categories profes- sionnelle

27 Repartition du personnel surveille par AES-Clic selon la specialite

28 Repartition temporelle des AES selon leur declaration en medecine du travail ou leur captation par AES-Clic, du 1er Avril au 31 juillet 2017, CHU de Batna (n=14)

29 Resultats dun test de comparaison (bilaterale) des proportions des AES sur- veilles avec et sans logiciel, du 01 Avril-31 Juillet 2017, CHU de Batna

Liste des tableaux

px

Tableau 1 : Taux dincidence des dAES par 100 lits dhospitalisation, et par 100 personnels de soins- annees, entre 2013 et 2016, CHU de Batna

px

Tableau 2 : Tableau recapitulatif du taux dincidence des AES par 100 lits dhospitalisa­tion, et par 100 personnels de soins-annee et par mois, et lincidence moyenne de 2013 a 2016, CHU de Batna

px

Tableau 3 : Caracteristique generale de la population surveillee par AES-Clic (n=249)...37 px

Tableau 5 : Nombre des AES captes par AES-Clic et documentes en medecine du travail, CHU de Batna, entre le mois dAvril et juillet 2017

px

Tableau 6 : Nombre des AES selon le type de la surveillance (avec ou sans logiciels) et le taux de declaration standardise, CHU de Batna, (01 Avril-31 Juillet 2017

px

Tableau 7 : Tableau recapitulatif des taux dincidence des AES chez le personnel sur- veille par AES-Clic ou par dossiers medicaux entre 01er Avril 31 Juillet 2017, CHU de Batna

px

Tableau 8 : Tableau comparatif des taux dincidences par 100 lits dhospitalisation et par 100 PS par ans et par mois, de 2013 a 2017, CHU de Batna

px

Liste des abreviations

Abbildung in dieer Leseprobe nicht enthalten

Resume

px

Introduction : la litterature rapporte un taux de non declaration des AES entre 50 et 90 % chez lensemble des professionnels de sante. Le recueil des AES aupres des services de medecine du travail a pu entrainer un biais de chiffre. Le nombre des AES declares ne reflete pas le nombre reel des cas. Pour cette raison il est important que le systeme de surveillance, de recensement et donc de declaration des AES soit performant afin de repondre a la question de la sous declaration et/ou la sous-estimation des AES. Objectifs : developpement dune application dite AES-Clic dediee a la captation des AES a la source. Determiner le taux de la sous declaration et de lincidence reelle des AES chez les travailleurs du CHU de Batna pour pallier le probleme et savoir definir les trajectoires de la surveillance des AES par cet outil. Materiels et methode : apres le developpement de lapplication n AES-Clic z, nous avons realise une etude epidemiologique descriptive realisee en deux etapes : en premiere, lenquete porte sur lincidence des AES a partir des declarations a la medecine du travail, durant trois ans (du 01er janvier 2014 au 31 decembre 2016) et en deuxieme temps, cest une enquete sur lincidence des AES durant une periode de quatre mois (du 01er Avril au 31 Juillet 2017) utilisant deux sources dinformations representees par les donnees captees grace a lapplication AES-Clic comparer avec les AES recueillis a partir des declarations a la medecine du travail. Resultats : une approche de surveillance electronique des AES nous a amene a creer loutil AES-Clic z. Des cas AES ont ete captes instantanement en temps reel grace a cet outil, avec un taux de sous declaration de 35.71 % et une incidence de 1.51/100 PS-mois (contre 0.36/100 personnel de soins-mois des AES declares sans logiciel), un seuil qui na ete jamais atteint durant quatre ans de surveillance (2013- 2016), un test Exact de Fisher donne (p = 0.02) entre la declaration des AES et l’utilisation du logiciel AES-Clic. Conclusion : cette etude a fourni des preuves empiriques pour traquer les sources dinefficacite de la surveillance conventionnelle des AES grace aux nouvelles technologies.

px

Mots cles : px Accidents exposants au sang (AES) ; sous declaration; systeme de surveillance; informa­tisation

Abstract:

Introduction : the not-reporting of exposure to blood borne and body fluids (BBF) between 50 % and 90 % among all health professionals. The collection of NSIs from occupational health services may have resulted in a number bias. The number of registrants does not represent the actual number of cases. For this reason, it is important that the system of monitoring, census and therefore reporting of BBF exposure performs well in order to answer the question of underreporting and / or the underestimation of BBF exposure. Objectives : development of a software called AES-Clic dedicated to the capture of BBF exposure at the source. To determine the rate of underreporting and the actual impact of BBF exposure among the workers of the University Hospital of Batna in order to overcome the problem and to define the trajectories of the monitoring of BBF exposure by this tool. And Method : After the development of the software AES-Clic, we carried out a descriptive epidemiological study carried out in two steps : BBF (1st January 2014 to 31th December 2016) and secondly, a survey of the incidence of NSIs over a period of four months (from April 1 to July 31, 2017) using two sources of data represented by the data captured through the AES-Clic statements to occupational medicine. Results : an approach of electronic monitoring of the NSIs has brought us to create the tool AES-Clic . BBF exposure cases were captured instantly and in real time with an underreporting rate of 35.71 % and an incidence of 1.51 / 100 PS-months (against 0.36 / 100 health care workers-months of BBF exposure reported without software) (P-value = 0.02) between the reporting of BBF exposure and the use of the AES-Clic software. Conclusion : This study provides empirical evidence to track the sources of inefficiency of conventional BBF exposure monitoring with new technologies.

px

Keywords : px Exposure to blood and body fluids (BBF) ; underreporting; monitoring system; compu­terization

1 Introduction

px En 2003, l’organisation mondiale de la sante (OMS) estime que trois millions de professionnels de sante sont exposes a des piqures d’aiguille et des blessures par objets tranchants chaque annee et que les accidents exposants au sang en milieu de travail represente 40 % des infections par le VHB et 2 a 3 % par le VHC dans le monde. (1) px

Les Center of Disease Control(CDC) estiment que 385 000 piqures d’aiguilles et autres blessures par objets pointus surviennent chez le personnel hospitalier chaque annee. px

L’exposition professionnelle a des agents pathogenes transmis par le sang est un probleme grave 1, causants des accidents avec exposition au sang qui representent une menace reelle, mais souvent evitable 2 (2) et devrait

etre eliminee. (3) px

LAES est assimile a une urgence medicale3 (4), et son prise en charge medicale inclut des etapes successives : des premiers soins, suivi immediatement par une evaluation du risque, puis une declaration obligatoire de laccident au niveau du service de medecine du travail. px

Mais, la sous-declaration des AES a ete discutee dans la litterature scientifique, et presente un grand defi. L’organisation internationale du Travail (OIT) et l’organisation mondiale de la sante (OMS) soulignent que leurs chiffres sous-estiment considerablement les chiffres reels des maladies et des accidents du travail dans le monde. (5) px

Toutefois, une grande partie des statistiques disponibles sur les AES utilisent des donnees provenant d’incidents declares officiellement aupres des services de medecine du travail et cela peut ne pas refleter le nombre reel des evenements survenus au travail (1) px

Donc, la surveillance des AES est difficile par le fait de la sous-declaration des evenements, ou par la sous-estimation du risque par le professionnel expose, car cela entrave la connaissance de la situation epi- demiologique et, par consequent, entrave la proposition des pistes securitaires et preventives specifiques. (6)

px

Pour un bon fonctionnement d’un systeme de surveillance epidemiologique, il est donc essentiel de signaler tous les AES et capter tous les cas a la source; une demarche integrer dans un processus systematique de collecte, d’analyse et d’interpretation de donnees pour fournir les preuves necessaries pour les strategies de prevention.

px

Il est aussi indispensable que le systeme de surveillance des AES est oriente vers lalerte (par le lancement des alertes instantanees) faisant mobiliser les medecins du travail pour tenter de maitriser la situation dans les brefs delais, est conditionne par la rapidite du traitement de l’information (pour eventuelle declaration ou traitement antiviral).

2 Problematique

px La revue de litterature est foisonnante en resultats denquetes concernant le recensement des decla­rations dAES. Mais toutes les etudes sont unanimes et montrent un accord commun que les accidents avec exposition au sang sont souvent sous-declarees (est denonce un taux de non declaration entre 50 et 90 % chez lensemble des professionnels de sante). px

Les raisons de la non-declaration des AES selon la litterature sont multiples, et comprenaient l’opinion selon laquelle le processus de declaration etait non seulement long (7) (8) mais aussi l’eloignement du service de medecine du travail et l’oubli qui sont cependant decrits (22,94 ,21,07 % successivement) a travers une etude CAP ciblant le personnel de l’E.P.H de Telagh (Algerie), et que 100 % des enquetes estiment que la mise en place d’un registre de declaration des AES au niveau de chaque service faciliterait la declaration. (9) px

Il a ete rapporte aussi a travers une etude faite par DERRI F et Coll. ciblant le personnel du CHU de Bab El Oued Alger (1997) que le phenomene de la sous-declaration est rattache a un dysfonctionnement du systeme de surveillance des A.E.S, representer par la difficulte de recueil et de captation des donnees (car les victimes dA.E.S ne se presentent pas systematiquement en medecine du travail) et les registres de declaration mis a la disposition des services sont vides. (10) px

Dans la meme reflexion de capter les donnees a la source, une etude a ete faite au niveau du CHU de BAB El Oued, par la mise en place dans les differents services de lhopital des registre de declaration des AES, mais 05 ans apres ils ont constataient que les registres de declaration sont vides, (11) avec la persistance cependant dune importante sous-declaration. px

Au niveau du CHU de Batna, (Boussaha et Coll.) a recueillis des donnes des AES par la mise en place de 25 registres (deposes prealablement dans differents services et unites) de letablissement sous la responsabilite des coordinateurs des services concernes, et elle a rapporte une sous declaration des AES non chiffree. (12) Mais une annee apres nous avons constate que seulement 18/25 registres ont ete trouves mais vides et 07/25 ont disparu. px

Dapres (Kadir MY et coll. 2008-2010), une synthese des enquetes devaluation des connaissances, attitudes et pratiques sur les AES, realisees aupres du personnel de sante du CHU Batna a montre des taux de sous declaration varies entre 18.3 et 33.3 %. px

Donc, nous navons connaissance du nombre reel des AES que par le recueille des cas declares officiellement aupres des services de medecine du travail et documentes a partir des dossiers medicaux ou des registres dactivite quotidienne qui constituent la principale source dinformation, ce qui constitue un biais de chiffre. px

Lanalyse des resultats de ces enquetes fait ressortir les elements suivants :

- Absence de signalement des AES par le personnel soignant pour des raisons multiples; telles que leloi- gnement du service de medecine du travail, loubli, le manque de temps et le processus de declaration qui est long - La non-captation des AES a la source engendrant le phenomene de la sous declaration.

- Lutilisation des registres de declaration des AES deposes dans les differents services (comme capteurs dinformation) a prouve son inefficacite.

La reflexion sur la mise en place dun systeme de surveillance electronique des AES est nee a partir de ces notes, en proposant comme solution une application capable de capter les donnees a la source, lancer des alertes instantanees et dameliorer le systeme de declaration des AES. px

Nous nous sommes pose ces problemes pour les quels notre etude se veut donc une reponse : Sagit-il de sous-declarations ? Est-ce que linformatisation de la declaration des AES va-t-elle changer lexercice medical par rapport a la surveillance classique grace aux documents en version papier ? px

Toutes ces questions nous amenent a centrer notre etude sur lhypothese suivante : la sous declaration des AES est lie principalement a la non informatisation du systeme de declaration, vu leloignement du service de medecine du travail, le manque de temps, la procedure longue et aussi loubli

3 Objectifs

px Le but est de ce travail est de mettre a la disposition du medecin un outil informatique qui permettrait une aide a mieux valoriser les donnees recueillis qui existent mais qui sont a lheure actuelle difficilement exploitables par loptimisation et le renforcement la surveillance epidemiologique des AES passant de la surveillance dite passive (remontee de donnees existantes a partir des dossiers medicaux) a la surveillance active (par un outil informatique orientee vers lalerte).

Pour cela nous nous fixons comme objectifs a atteindre px

1. Determiner le taux de la sous declaration des AES chez les travailleurs du CHU de Batna par lutilisation px de lapplication AES-Clic.
2. Determiner lincidence reelle des AES chez les travailleurs du CHU de Batna. px
3. Comparer les resultats de la surveillance des AES collectes par outil informatique avec celles recueillis a partir des dossiers medicaux en medecine du travail. px
4. Proposer un modele de surveillance des AES basee sur la collecte active des donnees (dite a la source) et alerter instantanement (en temps reel) le medecin referent par un outil informatique.

4 Etat actuel des connaissances

px En interrogeant le moteur de recherche de Google sur le (Dossier Medical), on retrouve plus dun million et demi de pages web, et ce sont seulement les pages en Frangais, ce qui signiiie que le sujet est plus quimportant.

4.1 Le dossier medical

px Le papyrus chirurgical d’Edwin Smith4, remonte a pres de cinq millenaires, est le plus ancien texte medical connu et contient les premieres descriptions connues des meninges, du liquide cephalo-rachidien et du cerveau. Le papyrus decrit 48 cas et donne les premiers recits de plusieurs formes de lesions cerebrales et leurs complications associees. (13) px

Abbildung in dieser Leseprobe nicht enthalten

FIGURE 1 - Le papyrus medical dEdwin Smith (Planches VI et VII)

px

Alors que les premieres traces du dossier medical datent du 9eme siecle, epoque a laquelle des medecins musulmans, tels que Ar-Razi (865-925), Ibn Sina (930-1037) ont rassemble, redige et conserve les cas interes- sants sous forme darticles medicaux, de registres, tandis que le dossier etait une simple prise de notes. (14) (15) px

Cest au 19eme siecle lors de la creation des hopitaux modernes que le dossier medical apparait : il inclut des donnees medicales (ordonnances, comptes rendus, rapports medicaux, resultats de laboratoire, images medicales, radiographies,...). px

Longtemps, il etait un outil professionnel, pour le seul usage du medecin. II avait la forme dun document papier jusqua larrivee de loutil informatique qui a modifie lactivite des professionnels et change profondement leurs pratiques dacc6s et lutilisation de linformation dans un contexte professionnel. (14)

Actuellement, le domaine de linformatique medicale est lun des plus grands secteurs de recherches scien- tifique, et il traite principalement les bases de donnees, lintelligence artificielle et les reseaux informatiques afin de supporter le stockage, l’acces, le partage et la surveillance de linformation relative aux patients.

4.1.1 Niveaux dinformatisation du dossier medical

px Le dossier medical electronique est loin d’etre une version electronique du dossier papier, (The Medical Record Institute) definit plusieurs niveaux d’informatisation du dossier medical :

- Le dossier medical automatise : Il depend toujours du dossier papier, une partie des informations relatives au patient est generee par ordinateur puis imprimee pour etre jointes au dossier papier.

px

- Le dossier medical informatise : Il consiste a scanner les documents papier et les conserver sur support informatique.

px

- Le dossier medical electronique : Il est appele encore dossier medical personnel ou partage (DMP), c’est un dossier entierement informatise et unique pour un patient donne. Il est generalement heberge sur un centre serveur avec un acces securise, il devient ainsi consultable par chaque professionnel autorise et par le patient lui-meme.

px

4.1.2 Modele du dossier medical en version papier

px En prenant comme exemple les dossiers medicaux en medecine du travail qui constituent la principale source dinformation dans lactivite hospitaliere mais aussi de recherche clinique. Ces dossiers contiennent generalement des donnes ecrites. Dans notre pratique quotidienne lenregistrement des cas daccident avec exposition au sang vus en consultation est realise manuellement avec une terminologie non standardisee, non uniformisee avec des differents aleas de fautes, doubli et le manque dinformation sur ce support papier qui nest pas forcement voulu, ni explicite alors que le probleme est davantage apparent. Lexploitation des donnees medicales pour des fins de recherche ou de surveillance clinique est hasardeuse, complexe et surtout non fiable en raison des donnees manquantes ou non structures. Ainsi la gestion de donnees est tres difficile en utilisant le papier qui est une methode archaique comparee aux outils informatiques.

4.1.3 Modeles des dossiers medicaux informatises

px Les dossiers medicaux informatises (DMI) ont prouve leur interet en matiere de resultats cliniques, organisationnels et sociaux pour de nombreux hopitaux. Dans les pays a faible et moyen revenu, la volonte de disposer de DMI continuera a progresser a mesure que les taux croissants de traumatismes et de maladies infectieuses exigent une tenue de dossiers adequate afin dassurer un suivi efficace. (16) px

Cent quatorze pays travaillent actuellement a la mise en place de DMI nationaux, certains utilisant a la fois un systeme de DMI complet (Clinicom) ainsi quun systeme de documents au format papier scannes et ajoutes a une base de donnees. (16) px

Une grande partie de la litterature s’est concentree sur lactualite et lutilite dutiliser le DMI, y compris les systemes daide a la decision medicale, les systemes informatises de saisie et dechange d’information dans le domaine de la sante. Les DMI sont de plus en plus adoptes par les systemes de sante dans le monde entier pour ameliorer l’efficacite et la pratique clinique et des outils de surveillance ont ete mis en place. (17) px

Aux Etats-Unis, la Loi (HITECH 5 ) de 2009 sur la technologie de l’information sanitaire pour leconomie et la sante represente la plus importante initiative americaine a ce jour congue pour encourager l’utilisation generalisee des DMI (18) px

A la lumiere des changements prevus dans le cadre de cette initiative strategique une etude americaine resume un cadre conceptuel pour l’application et la mise en evidence des principes et des outils des DMI appliques a l’echange d’informations dans le domaine de la sante (17), et illustre l’etat actuel des connaissances en ce qui concerne les avantages de DMI. (17) Dans l’ensemble, les experts et les decideurs estiment que des avantages importants pour les patients et la societe peuvent etre realises lorsque les DMI sont largement adoptes et utilises de maniere significative. (18) px

Autre experience de neuf ans a l’Universite du Michigan (Etats-Unis) dans le developpement et l’utilisation d’un systeme, appele (EMERSE) congu pour faciliter la recuperation de l’information a partir de documents stockes dans des DMI. (19) A ce jour, dans plusieurs etudes devaluation, EMERSE a demontre des niveaux tres eleves de sensibilite et de specificite. (19) px

En France, le programme Hopital numerique 2012-2017 a ete mis en uvre dans le cadre d’un plan strategique de modernisation des technologies de l’information en sante (HIT), y compris la promotion de l’utilisation generalisee du DME. (20) Ils6 ont pu verifier les avantages presumes potentiels de l’utilisation du DME sur les performances organisationnelles (20) dans les hopitaux frangais. px

Depuis 2007, les medecins frangais peuvent certifier les deces par voie electronique par un systeme elec- tronique d’enregistrement des deces (EDRS), les ethologies de deces sont transmises directement en temps reel a CepiDc 7 - France. (21) Le deploiement de l’EDRS est d’un interet majeur pour la sante publique, et pour le developpement d’un systeme de surveillance d’alerte en temps reel. (21) px

En Thailande, le systeme de surveillance electronique (ESMS) a ete cree via une application web, est utilise principalement pour le secteur de la sante. Ce systeme comporte trois fonctions : la fonction d’alerte pour l’equipe de surveillance et d’intervention rapide, la surveillance pour l’inspection et devaluation. Avec les fonctions d’importation et d’exportation qui sont capables de recuperer les donnees. Le programme est congu pour soumettre des rapports automatiques au ministere de la Sante. (22) px

LAlgerie aussi simplique avec les partenaires de sante des pays etrangers pour un systeme de sante plus performants. En collaboration avec lunion europeenne, lEHU dOran qui a ete choisi en 2012 comme site pilote pour la mise en uvre du projet (DxCare) qui permet la saisie et la gestion des documents (numerisation), module de rendez-vous (calendrier) et un acces distant a partir dune connexion Internet. (23) px

Le projet concerne dans un premier temps le deploiement de quatre services pilotes au sein de lEHU pour un montant de 1,345 million d’euro, puis il est elargi a tous les services. px

A larrivee du patient dans letablissement, un DME est cree en presence du patient par le service admi­nistrate a laccueil de letablissement au bureau des entrees en lui donnant un NIP : Numeros Identifiant de sante unique du Patient; ou par la declaration de la personne qui accompagne le patient en cas durgence. Au moment de lhospitalisation du patient, son dossier est systematiquement alimente par des documents utiles pour la coordination des soins par les professionnels de sante.et ca necessite la connaissance du NIP. Et lacces au DME est reserve aux professionnels de sante selon les droits et les conditions en vigueur et par codification. (Chaque utilisateur a son propre code). Chacun des acces est trace (date et heure de lacces, nature de consultation ou ajout de document). Le DEM est evolutif et est un service qui est destine a evoluer en fonction des usages, pour proposer davantage de services a valeur ajoutee a ses utilisateurs. (23) px

4.2 Definition dun accident exposant au sang

px Le Groupe dEtude sur le Risque dExposition des Soignants aux agents infectieux (GERES) definit ( un accident exposant au sang (AES) comme tout contact avec du sang ou un liquide biologique contenant du sang et comportant soit une effraction cutanee (piqure ou coupure) soit une projection sur une muqueuse (il, bouche) ou sur une peau lesee ). (24)

4.3 Definition de la surveillance epidemiologique

px Le dictionnaire Larousse definit litteralement la surveillance comme l’action de (veiller avec attention, autorite et souvent avec defiance, de controler) (A. D. Langmuir, 1950, CDC). Selon lepidemiologiste polonais, Jean Kostrzewski : (la surveillance, c’est de l’information appelant l’action ). px

P. ASTAGNEAU : ( cette definition academique du terme surveiller renvoie a une notion ancienne de la surveillance epidemiologique au temps ou surveiller etait synonyme de se proteger contre les maladies conta- gieuses (peste, cholera, etc.). En fait, il n’y a pas de definition standardisee de la surveillance epidemiologique.

On peut neanmoins proposer des definitions communement admises et utilisees dans la pratique ). (25) px

Dans les annees 1950, les Centres for Disease Control americains (CDC) proposent de definir la surveillance epidemiologique comme ( un processus systematique de collecte, d’analyse et d’interpretation de donnees ). (25) px

A partir de cette definition nous pouvons souligner trois points importants : - La surveillance est un processus, continu dans le temps, et le recueil de donnees prend un caractere systematique (on parte de systeme de surveillance). (25) px

- la temporalite de la circulation des informations suppose un retour (retro-information) plus ou moins rapide vers les acteurs du systeme de surveillance. (25) px

- Pour un bon fonctionnement d’un systeme de surveillance epidemiologique moderne il est indispensable de fournir des informations servant plus ou moins directement a la prise de mesures de prevention ou de controle d’un probleme de sante publique.

Un processus , illustrant les differents niveaux de la surveillance a partir des sources de donnees a la prise de decision en passant par la collecte, la compilation et lanalyse des donnees est represente par le schema ci-dessous : px

Abbildung in dieser Leseprobe nicht enthalten

Figure 2 - Les etapes dun processus de surveillance (dapres Astagneau P. 2011)

px

4.4 Objectifs de la surveillance

px Les 03 principaux objectifs de la surveillance epidemiologique sont : decrire, alerter et evaluer. px

Un systeme d’alerte epidemiologique peut detecter un signal faisant suspecter l’apparition de cas d’une maladie. Il peut alors soit donner l’alerte et mobiliser les moyens pour tenter de maitriser le phenomene. px

4.5 Types de systeme de surveillance epidemiologique

px Selon la temporalite du phenomene a etudier et lobjectif poursuivi, il existe 02 systemes :

- Systemes orientes vers lalerte, c’est-a-dire la detection des phenomenes aigus tels que les epidemies ou lemergence de pathologies nouvelles qui demande une reponse urgente. px

- Systemes orientes vers levaluation des tendances des maladies (transmissibles ou non transmissibles) sur une periode donnee, ou limpact dun programme de sante sur le devenir dune population donnee. px

Les systemes de surveillance sont orientes, en general vers lune de ces 02 approches, comme ils peuvent poursuivre les objectifs a savoir lalerte et levaluation. px

Nous nous interessons ici plus specifiquement a la notion d’alerte. Et on comprend bien que la notion d’alerte est liee a la decision d’une action rapide. Elle est egalement liee a la capacite de detection et a la reactivite du systeme de surveillance.

4.6 Revue de la litterature sur la surveillance des AES

px Dans de nombreux pays, il n’a pas ete possible de mettre en uvre des strategies preventives des accidents avec exposition au sang parce qu’aucune estimation n’a ete disponible sur la morbidite des AES. (1) Le nombre exact des AES est encore inconnu, en raison du manque de donnees de surveillance systematiques et de la sous-declaration. (6) px

Une grande partie des statistiques disponibles sur les accidents avec exposition au sang utilise des donnees provenant des cas declares officiellement (passent generalement par le service de medecine de travail) et cela peut ne pas refleter fidelement les evenements survenus au travail. (1) (26) px

Une sous-declaration importante des AES dans les hopitaux apparait egalement comme un probleme important dans tous les pays. Les differences entre les taux d’incidence rapportes entre les pays sont liees a la disponibilite des donnees des AES non declarees, le taux le plus faible en France, en Italie et en Espagne, refletant uniquement les cas enregistres par les systemes de surveillance hospitaliere. En revanche, pour l’Allemagne, le Royaume-Unis et les Etats-Unis, cette derniere incluent certaines estimations pour les cas non captures par les systemes hospitaliers. (7) px

Chez les travailleurs taiwanais 82 % des AES ne sont pas signales, et le taux de declaration tres faible suggere que le systeme actuel de notification exige une simplification et les systemes de declaration doivent egalement comporter un volet de gestion plus reactif. (27) px

En Thailande, une etude montre que l’amelioration du systeme de declaration devrait etre une priorite. Cela peut accroitre la sensibilisation a la necessite de declarer les AES a l’hopital. Le systeme de declaration devrait etre plus simple et comporter egalement une composante de gestion des reponses rapides. (28)

4.7 Exemples des systemes de surveillance des IAS

px Une etude quasi experimentale a ete faite en Iran en 2016 visant a evaluer l’efficacite d’un systeme de surveillance des AES sur le Web chez les travailleurs de la sante. Apres la mise en place de ce systeme a l’hopital A, le nombre d’expositions a diminue par rapport a l’hopital B (groupe temoin). Les resultats ont montre que les innovations dans les technologies de l’information et de la communication peuvent etre utilisees comme un outil efficace pour l’education et la securite des travailleurs de la sante (p <0,001). (29) px

Une autre enquete a ete faite aux Etats-Unis par examen retrospectif dune base de donnees des AES dans le service de medecine du Travail en 2 periodes (du 1er septembre 2012 au 30 avril 2013 et du 1er septembre 2013 au 30 avril 2014) dans lesquelles 2 protocoles de declaration differents (call center vs pager 8 ) ont ete utilises. Cette enquete a ete realisee pour evaluer les expositions declarees et non declarees au cours d’une periode de 12 mois. (30) px

Dans le cadre de la surveillance electronique des infections associees aux soins, un systeme d’information a ete developpe en Taiwan pour surveiller les infections urinaires associees aux soins (IUAS) (appele iHAU- TISIS 9 ) base sur les systemes de dossiers medicaux electroniques (DME) existants pour ameliorer l’efficacite du travail des professionnels de la prevention des infections dans un hopital a Taiwan. L’iHAUTISIS peut automatiquement collecter des donnees pertinentes a la surveillance des IUAS a partir des differents systemes DME et fournit un tableau de bord de visualisation qui aide a ameliorer leurs plans de surveillance et facilite leur travail. (31) px

Les resultats de l’etude ont montre que l’iHAUTISIS avait un meilleur rendement en termes de gain de temps. De plus, l’iHAUTISIS a adopte une technologie Web qui permet aux professionnels de la prevention d’acceder en ligne aux informations de surveillance des patients a l’aide d’ordinateurs portables ou appareils mobiles. Par consequent, notre systeme peut encore faciliter la surveillance et reduire la charge de travail. (31) px

En France, la surveillance des AES etait une priorite nationale depuis 1998, sous legide du Reseau d’Alerte, d’Investigation et de Surveillance des infections nosocomiales (RAISIN)

Risque dExposition des Soignants aux agents infectieux (GERES), par lutilisation des methodes harmonisees au niveau national depuis 2002. px

En 2010 la Societe frangaise dhygiene hospitaliere (SFHH) a publiee de nouvelles recommandations pour la surveillance et la prevention des infections associees aux soins. Ce guide encourage linformatisation du systeme de surveillance des AES et lutilisation des outils plus modernises comme supports. px

A partir du 1er janvier 2012, la saisie en ligne des donnees de la surveillance AES est assuree par un outil informatique Web-AES 10. px

px

Depuis le 1er janvier 2016, la surveillance des AES nest plus assuree par le Raisin. En effet, celle-ci nest plus consideree comme une des surveillances prioritaires au niveau national. (32) Il a ete decide de concevoir un nouvel outil (Web-AES v2) pour permettre aux etablissements souhaitant poursuivre leurs AES gratuitement et de maniere autonome (saisie des donnees et edition du rapport automatique) des le 1er janvier 2018. (32) px

En Algerie, peu de donnees sont disponibles sur la surveillance des AES, en dehors de quelques enquetes parcellaires. La plus part des etudes qui ont ete publiees montraient que les donnees etaient recueillies a partir des registres de declaration de medecine du travail (une surveillance passive des AES declares volontairement par le personnel de sante). px

Au CHU de Sidi Bel Abbes, (2005-2006) un systeme de recueil des AES a ete mis en place et entrepris un certain nombre de mesures en vue dameliorer la declaration et la prise en charge des victimes (33) representer par la mise en place dun registre sur les lieux memes et la designation dune personne pour la notification des cas pourrait faciliter cette operation. (34; 11) px

Nous decrivons aussi Experience du CHU de BAB El Oued, faite par la mise en place dans les differents services de lhopital des registre de declaration des accidents benins , sous la responsabilite du surveillant medical charge denregistrer tous les accidents benins, notamment les A.E.S. (11) Mais 05 ans apres ils ont

Abbildung in dieser Leseprobe nicht enthalten

Figure 3 - Capture decran du site Web-AES du GERES/RAISIN

constate que les registres de declaration mis a la disposition des services sont vides (11) avec la difficulte de recueil des donnees car les victimes dA.E.S ne se presentent pas systematiquement pour la declaration en medecine du travail. (11) px

Au niveau du CHU de Batna, le recueil des donnes des AES durant lannee 2013 a ete faite par la mise en place de 25 registres (deposes prealablement dans differents services et unites) de letablissement sous la responsabilite des coordinateurs des services concernes; mais une annee apres nous avons constate que seulement 18/25 registres ont ete trouves et 07/25 ont disparu. Sur les 18 registres nous avons recenses 16 AES sur un nombre total de 39 AES recueillis au niveau du service de medecine du travail dont 03/16 cas

sont declares et 13 /16 AES recenses mais non declares; ce qui reflete une nette sous declaration des AES. px

Durant la periode allant du premier janvier 2014 au 30 juin 2014, une experience de saisie des donnees des AES des salaries du CHU de Batna recenses par le medecin du travail (n=20) a ete faite sur une Plate-forme electronique frangaise : Web-AES du GERES/RAISIN. px

4.8 Revue de la litterature sur la sous-declaration des AES

px L’organisation mondiale de la sante (OMS) estime que plus de deux millions de travailleurs de la sante subissent un evenement stressant dun accident exposant au sang Chaque annee 25-90 % d’entre eux ne sont pas signales. (35) px

Par ailleurs, les travailleurs de la sante pensent generalement que les expositions professionnelles doivent etre signalees, mais il existe des lacunes dans la procedure de declaration. (36) px

Dans la litterature, le taux de non-declaration est extremement eleve dun pays a lautre, cependant aux Etats-Unis, la sous-declaration a ete estimee a 43 % pour les travailleurs de la sante et de 45 a 65 % pour les etudiants en medecine. (7) En Allemagne, des etudes indiquent que 6.3 % a 14.7 % des AES sont declares. (7) Dans les interviews realisees avec des chirurgiens en France, 45 % ont declare qu’ils avaient vecu un AES, mais les deux tiers d’entre eux ne l’ont jamais declare. (7) Les taux estimes de non-declaration au Royaume-Uni sont de 13 % a 85 %. D’autres taux estimes de non-declaration en Italie variaient de 40 % a 65 % et de 40 % a 60 % en Espagne. (7) En Afrique du Sud, 29 1 expositions au sang (82,0 %) n’ont pas ete signalees (1). D’autres etudes ont revele des taux de declaration plus eleves : (57 %) aux Philippines et (42,9 %) en Malaisie. (28) px

Malgre ce qui precede, diverses etudes, tant internationales que locales, ont signale des taux eleves de sous-declaration des accidents avec exposition au sang chez les travailleurs de la sante. px

Au (Maroc), Younes Azzouzi et Coll. ont rapporte que durant la carriere des personnels soignants ; 64,38 % avaient ete victimes dau moins un accident avec exposition au sang dont 7.77 % ont declare les accidents a la medecine du travail (26). Par ailleurs des taux encore moins, 5,3 %, 4 % ont ete rapporte dans deux autres etudes marocains chez les professionnels de sante. (26) Il a ete estime selon (Laraqui et coll. en 2003) que 58,9 % du personnel soignant a fait au moins un AES au cours des 12 derniers mois, dont 5,8 % ont ete signales. (37) px

En Tunisie (1997), Pr Abdelmadjid Ben djemaa et Coll. ont estime que le taux dAES est de 46 % (588 accidents de travail / 272 AES) a travers une etude portant sur 5 CHU et entre (1999-2003) ils ont signale 555 accidents de travail declares dont 342 (62%) sont des AES avec une incidence moyenne de 3%, avec un pourcentage des antecedents dAES non declares de 34.21 % (Au moins un AES Non declare dans les ATCD). (38) px

En Algerie, peu de donnees sont disponibles, en dehors de quelques enquetes parcellaires ciblant le person­nel soignant de differents centres hospitaliers du pays, mais refletant lexistence dune realite epidemiologique, rapportee par des etudes CAP montrant une frequence sous-estimee et une sous declaration. px

Il a ete estime selon Benali Beghdadli et Coll. la persistance cependant dune importante sous-declaration du fait que 56,5 % (34) Chez les victimes qui ont ete questionnees sur les antecedents dAES non-declares durant les 12 derniers mois, soit un total de 126 AES non declares, parmi lesquels 31 (28,7 %) sujets avaient eu un AES, 15 sujets (13 %) deux AES, 4 sujets (3,7 %) trois AES, 6 sujets (5,6 %) quatre AES et 4 sujets (2,7 %) cinq AES ou plus lannee precedente. (34) Cette sous-declaration est notee egalement chez le personnel medical de meme que chez les chirurgiens et les dentistes (aucune declaration). (34) Labsence de declaration des AES chez les dentistes prives du fait essentiellement quils ne soient pas couverts par la medecine du travail. (39) px

Il a ete rapporte a travers une etude faite par DERRI F et Coll. ciblant le personnel du CHU de Bab El Oued Alger (1997) que le phenomene de la sous-declaration est rattache a un dysfonctionnement du systeme de surveillance des A.E.S, representer par la difficulte de recueil des donnees (car les victimes dA.E.S ne se presentent pas systematiquement pour le declarer en medecine du travail) et aux registres de declaration mis a la disposition des services qui sont vides. (10) px

Il a ete rapporte a travers une etude CAP ciblant le personnel de l’E.P.H de Telagh (a Sidi Belabes, Algerie) reparti en 10 services. Afin de determiner la survenue ou non d’un AES durant les 12 derniers mois, le nombre d’AES, les motifs de non declaration, et l’utilite ou non d’un registre de declaration au niveau de chaque service a partir dun questionnaire individuel a montre que 292 AES ete enregistre sur l’ensemble de ces AES 279 n’ont pas ete declares et que les chirurgiens-dentistes representent la frange la plus exposee 95,54 % des AES non declares. (9) px

Une autre enquete transversale descriptive faite par (Beghdadli et Coll.2008) sur les accidents d’exposition au sang (AES) chez les dentistes de l’ouest algerien dans le secteur prive et public a montre une frequence elevee des AES 49 AES/105 repondant de lenquete; aucune declaration par les prives, seulement 2 dentistes (4,1%) ont declare lAES en accident du travail. Deux dentistes du secteur public ont declare lAES a la caisse de securite sociale (39). Cela reflete limportance du phenomene de la sous declaration par les dentistes. px

Une etude analytique a posteriori realisee en 2013 a Batna par Boussaha et Coll. a rapporte que la sous declaration des AES aux autorites administratives peut sexpliquer par les difficultes administratives, la sous-estimation de risque, la serologie negative de patient source et parfois la negligence de la victime. (12) px

4.9 Les raisons de la non-declaration des AES selon la litterature

px Les motifs de non declaration sont bien identifies par les travaux du GERES et corrobores par certaines etudes (4). Les principales raisons de la non declaration des accidents avec exposition au sang etaient du a la consideration des AES comme des accidents mineurs (38 % en Italie (7),77,3 % au Pirou (40)) ; le risque est faible (un patient a faible risque) ou l’instrument etait propre (2) (6) (40) (41) (8) (la banalisation du risque), a la negligence des victimes (26), a l’auto evaluation du risque de transmission apres un AES sous-estime le risque reel (4) (40), a la conviction d’avoir une protection suffisante contre le VHB (19 % en Italie) (7) et immunise contre le virus de l’hepatite B (12,4 % au Taiwan) (27), au manque de temps (1) (7) (40) (42) (41) (12 % en Italie (7),42,7 % en Afrique du sud (1),14,9 % au Taiwan (27), 9.1 % au Pirou (40), 35.1 % en Ethiopie (41)), a lignorance des modalites de declaration et aux difficultes administratives. (26) (40) (Ils ne connaissaient pas le protocole; et la paperasse prendrait trop de temps (2) (42) (41)) et a la presence dun systeme de declaration complique (10 %). (7) (28) px

Les raisons donnees par les travailleurs de la sante pour la non declaration des AES comprenaient aussi l’opinion selon laquelle le processus de declaration etait non seulement long (7) (8) mais aussi futile, de meme que la crainte de confirmer une infection transmise par le sang (7) et de la peur des consequences des AES (31 %). (4) (8) Ils pensent generalement que les expositions professionnelles doivent etre signalees, mais il existe des lacunes dans la pratique. (43) (44) Une etude frangaise realisee dans un CHU Parisien en 2009 demontre aussi que (plus on subit dAES, moins on les declare). (45) px

Selon une etude CAP ciblant le personnel de l’E.P.H de Telagh (Sidi Bel-Abbes, Algerie) sur les motifs de non declaration, elle a montre les causes suivantes : la benignite de l’accident (25 %), l’eloignement du service de medecine du travail (22,94 %) et l’oubli (21,07 %). lignorance que l’AES est un accident du travail (18,57 %) et 100 % estiment que la mise en place d’un registre de declaration des AES au niveau de chaque service faciliterait la declaration. (9) px

Une enquete transversale descriptive (Beghdadli et Coll.2008) a ete conduite a laide dun questionnaire administre aux dentistes exergant dans le secteur prive et public dans quatre communes de la wilaya de Sidi Bel-Abbes a montre que seulement 2 dentistes (4,1 %) ont declare lAES en accident du travail. Deux dentistes du secteur public ont declare lAES a la caisse de securite sociale et aucune declaration par les prives. Et que les raisons de non-declaration invoquees etaient le manque de temps et dinteret. Seul 19 % des dentistes prives etaient conventionnes avec un service de medecine du travail. (39)

5 Aspect reglementaire

5.1 Recueil des textes legislatifs et reglementaires des AES en Algerie

px La legislation algerienne est tres riche en matiere de textes reglementaires relatifs a la protection, a la promotion de la sante et la prevention de transmission dagents infectieux vehicules par le sang ou les liquides biologiques lors des soins dans les etablissements de sante. Ces textes detaillent desormais les mesures qui simposent a tout employeur basees sur des principes fondamentaux concernant la vaccination des personnels, les precautions standards, la prevention au bloc operatoire, la prise en charge et la surveillance des AES. px

- Loi 85-05 du 16-02-1985 relative a la Promotion et la Protection de la Sante px
- Decret executif n 92-276 du 06-07-1992 portant Code de Deontologie Medicale px
- Decret n 69-88 du 17 juin 1969 rendant obligatoire certaines vaccinations. px
- Loi 85-05 du 16 fevrier 1985 relative a la protection et a la promotion de la sante px
- Arrete du 25 avril 2000 relatif a la vaccination contre l’hepatite virale B. px
- Instruction n 14 du 10 septembre 2002 relative a l’obligation de la vaccination contre lhepatite virale B px
- Instruction ministerielle n 18 du 27 octobre 2002 relative a la protection de la sante des personnels de sante. px
- Instruction ministerielle n 19 du 19 novembre 2002 relative a la prevention des hepatites virales, du VIH et des accidents dexposition au sang en pratique dentaire. px
- Instruction n 138 MSPRH/DP/ Du 06 juin 2005 relative a la prevention des accidents dexposition au sang (AES) en milieu de soins. px
- Instruction ministerielle du 21 mars 2006 relative a la prevention de la transmission du virus de lhepatite virale B et C en milieu de soins. px
- Instruction n 09 du 23 Novembre 2013 Relative au renforcement des actions de lutte contre les infections associees aux soins et a l’amelioration de la gestion de l’environnement hospitalier px
- Instruction n 01 Du 15 janvier 2015 relative aux modalites de vaccination dans les cabinets medicaux et les etablissements hospitaliers prives px
- Instruction n 06 Du 17 fevrier 2016 Relative a l’application des directives nationales concernant l’hygiene en milieux de soins. px

5.2 Informatisation du secteur de sante algerien

px En application des instructions de Monsieur le Ministre de la sante, de la population et de la reforme hospitaliere concernant linformatisation du secteur de la sante, les directions de la sante et de la population ont procedes aux actions suivantes (46) : px

- Lancement dun projet detude et de realisation des reseaux locaux (LAN) des etablissements de sante, dont le but est de faciliter le recueil des informations. px
- Lancement dun logiciel de gestion des RDV des citoyens (GPRC) au niveau de ladministration de chaque etablissement de sante. px
- La creation dun logiciel de gestion des RDV pour les consultations specialisees a ete egalement developpee au sein des etablissements de sante. px
- La mise en marche du logiciel (Patient ) aux bureaux des entrees a travers les EPH, EHS et CHU. px
- Lancement dun Systeme dInformation Sanitaire(SISdz) a partir dun site internet qui permet la mise a jour du fichier national des fonctionnaires du secteur de la sante. px
- Le logiciel registre du cancer (RegCan5) version Avril 2014 est en cours dexploitation px
- Un site web de la direction de la sante et de la population est en cours de realisation avec le systeme de gestion de Contenu. px

5.3 Bases juridiques du secret medical dans le droit algerien

px Le secret medical est un sujet assez vaste, qui couvre lensemble des informations concernant la personne, parvenues a la connaissance du professionnel de sante. Il couvre egalement le dossier medical et la sphere privee du patient. Le caractere confidentiel des donnees du malade est garanti par la loi et lacces et la communication de linformation medicale sont soumis a differentes regles legales et deontologiques visant toutes a proteger le secret professionnel : px

- La Loi relative a la Promotion et la Protection de la sante (loi 90.17 date du 31 Juillet 1991, modifiant et completant la loi 85.05 du 16 Fevrier 1985) dans : px

Larticle 206-alinea 1 : (Le respect de la dignite du malade est la protection de sa personnalite sont garanties par le secret professionnel auquel est tenu l’ensemble des medecins, chirurgiens-dentistes et pharmaciens). px

Larticle 206-alinea 2 : (Le secret couvre egalement la protection des dossiers medicaux, sauf en cas de mandat judiciaire de perquisition). px

- Le decret executif n 92/276 du 06 Juillet 1992 portant le Code de Deontologie Medical, notamment au chapitre II. du paragraphe 2 portant sur le secret professionnel, dans ses articles (36-37-38-39-40-41 ) px

- Le Code Penal qui prevoit dans son article 301 alinea 1 : (Les medecins, chirurgiens-dentistes, pharma- ciens, sage femmes ou toutes autres personnes depositaires, par etat ou profession ou par fonctions perma- nentes ou temporaires, des secrets qu’on leurs contient, qui hors le cas ou la loi les oblige ou les autorise a se porter denonciateurs ont revele ces secret, sont punis d’un emprisonnement d’un a six mois et dune amende de 500 a 5000 DA.)

px

6 Materiel et Methode

6.1 Materiel

6.2 Population

px Notre etude sest deroulee sur deux periodes : px

- La premiere allant du 01er janvier 2014 au 31 decembre 2016 couvrant tous les travailleurs exergant dans le CHU de Batna (toutes categories confondues N= 1886) qui ont beneficie dune surveillance des AES a partir des declarations a la medecine du travail. px

- Et la deuxieme allant du 1er Avril 2017 au 31 juillet 2017 couvrant tout le personnel de soins exergant dans les services hospitaliers suivants : hematologie, chirurgie generale, neurochirurgie, laboratoire de biochimie et de microbiologie du CHU de Batna (N= 249) a beneficie dune surveillance des AES par le logiciel AES-Clic.

6.3 Criteres deligibilite

6.3.1 Criteres dinclusion

Tous les travailleurs en poste (medical, paramedical, du service technique et administratif) exergant dans : px

- le CHU de Batna durant la periode de surveillance des AES a partir des declarations a la medecine du travail. (durant la premiere etape) px

- les services hospitaliers suivants : hematologie, chirurgie generale, neurochirurgie, laboratoire de bio- chimie et de microbiologie du CHU de Batna durant la periode de surveillance des AES par lapplication AES-Clic. (durant la deuxieme etape) px

6.3.2 Criteres dexclusion

px Sera exclu de notre enquete, tout travailleur absent (a cause dun arret de travail, conge de maternite ou depart en retraite), ou les personnels de soins qui refusent la participation a lenquete ou a la declaration des AES

6.4 Materiel

px Pour repondre aux objectifs precedemment cites, une etude epidemiologique longitudinale descriptive et analytique realisee en deux etapes : px

- Dans un premier temps nous avons realise une enquete sur lincidence des AES a partir des declarations a la medecine du travail, durant trois ans (du 01er janvier 2014 au 31 decembre 2016) dans le CHU de Batna, sur une population incluant tous les travailleurs exergant au niveau du CHU de Batna (toutes categories confondues).

px

- Dans un deuxieme temps, cest une enquete sur lincidence des AES et sest deroulee durant une periode

de quatre mois allant du 01er Avril au 31 Juillet 2017, utilisant deux sources dinformations : px

les donnees captees par AES-Clic chez le personnel de soins du CHU de Batna exergant dans les services

hospitaliers suivants : hematologie, chirurgie generale, neurochirurgie, biochimie et microbiologie px

- et les AES recueillis a partir des declarations a la medecine du travail. px

6.4.1 Traitement statistique

px Toutes les analyses ont ete realisees a laide du logiciel : Microsoft Excel 2010. px

- Une analyse descriptive analytique avec le test Exact de Fisher-Freeman-Halton (une alternative au test de Chi-deux vu un effectifs attendus inferieurs a 5) px
- le test de comparaison (bilaterale) de proportions pour deux echantillons non appariees grace au tableau de contingence. px
- les taux dincidences sont standardises par la methode directe (afin deliminer leffet des differences entre leffectif des deux echantillons) px
- le calcul des Intervalles de confiance avec un seuil de signification de 5 %. px
- Les resultats sont presentes sous forme de graphes, tableaux et captures decrans. px

6.4.2 Description de la methode

px Apres avoir aborde la question de la sous declaration des AES dans sa dimension theorique, nous consacrons cette partie pour decrire notre projet comme solution allant de la conception de lapplication AES- Clic , illustration de ses fonctionnalites, formation des secretaires medicaux (comme agents coordinateurs en AES) puis son implantation dans les differents services hospitaliers. px

6.4.3 Definition de lapplication a realiser

px Une approche dergo-surveillance des AES nous a amenee a creer une application informatique ; avec un seul clic le medecin du travail sera informe en temps reel de lAES et peut reperer laccidente. Et ce qui

permet a la fois de capter les cas AES a la source, ainsi que de collecter les informations pertinentes. px

Cette application est nommee AES-Clic en rapport avec lenchainement temporal du processus de la surveillance; tout accident exposant au sang doit etre suivi par un simple clic afin dalerter la survenue de levenement. px

La conception et le developpement de lapplication AES-Clic a ete realisee apres une formation autodidacte en langage de programmation Microsoft Visual Basico 6 durant trois mois. Certains points ont ete privilegies lors du developpement (cahier des charges) : px

- Utiliser un langage de programmation Microsoft Visual Basic 6 px
- Assurer un niveau de securite eleve dauthentification a lapplication (par une gestion des utilisateurs et de leurs permissions dacces) et de securise lacces a la base des donnees. px
- Conceptualiser une application a interface agreable et ergonomique. px
- Utiliser un questionnaire (pour ajouter les nouveaux cas AES) standardiser inspirer du celui du GERES/RAISIN. px
- Automatiser certaines taches pour rendre loutil simple et fluide. px
- Equiper loutil par des fonctionnalites importantes telles que : lenvoi dalerte en cas dAES, envoi et impression de la BD a ladministrateur, la consultation de la conduite a tenir devant AES, la recherche dans la BD et lutilisation des boites de dialogue daider a la discision. px

6.4.4 Deroulement du travail

px Nous avons mis en place un planning pour le developpement du projet, il sest deroule sur un calendrier de 11 mois comme le montre l’illustration suivante : px

Abbildung in dieser Leseprobe nicht enthalten

Figure 4 - Calendrier du deroulement de notre etude sur un echeancier de 11 mois

6.4.5 Structure de loutil

px

Un schema representatif de loutil AES-clic montrant les differents espaces dutilisation (administrateur / utilisation) de lapplication et les niveaux dacces pour chaque partie : px

Abbildung in dieser Leseprobe nicht enthalten

Figure 5 - Schema conceptuel de loutil AES-clic

7 Resultats

7.1 Resultats conceptuels de lapplication AES-Clic

px Selon le cahier des charges 11 auquel lapplication devra repondre; voici donc nos resultats avec les differents niveaux que devra remplir lapplication :

7.1.1 Le niveau conceptuel

px La realisation dune interface graphique est lun des points necessitant le plus de temps dans le- laboration de lapplication AES-Clic. Afin que lutilisation soit facile et agreable, nous avons utilise Adobe Photoshop Illustratoro pour conceptualiser les interfaces, images, logo et les icones qui, lorsquelles sont cli- quees, au passage de la souris elles deviennent coloriees ou encore permettent dacceder a differentes fenetres. Un logo caracteristique (sous forme dun il schematise en bleu et blanc donnant limpression de lil qui sur- veille) est place a gauche de lecran daccueil, dans le but de donner a lapplication une identite et une certaine homogeneite. Ces elements visuels rendent linterface plus intuitive. px

px

Lecran de gestion de la base de donnees (des AES ou des comptes AES-Clic) est masque des le demar- rage de lapplication grace a un code execute au chargement de la page daccueil. Ce qui permet d’eviter la manipulation par erreur les donnees, aussi par respect du secret medical. Par ailleurs seulement la fenetre d’accueil ou dauthentification est ouverte donnant le choix soit a la creation dun compte AES-Clic ou bien lacces a lapplication AES-Clic par les utilisateurs prealablement inscrits par la saisie du pseudonyme, du mot de passe, numero de telephone, E-mail et le service ou lunite hospitaliere. px

Ce type de restrictions dacces, est realise grace a la possibilite de creer des comptes des utilisateurs apres une permission du medecin du travail (Administrateur de loutil) par la saisie du code dauthentification qui va permettre lacces au formulaire de creation du compte dutilisateur. px

Abbildung in dieer Leseprobe nicht enthalten

Figure 6 - Capture decran de linterface de demarrage de lapplication AES-Clic

Abbildung in dieer Leseprobe nicht enthalten

Figure 7 - Capture decran de lespace de creation dun compte AES-Clic

px

Une fois que tous les champs sont correctement remplis, un simple clic sur le bouton : creer va enregistrer le nouveau compte dans la base de donnees et envoyer un message informatif (E-mail) a ladmin. Il contient toutes les informations du compte precedemment creer, et une boite de dialogue sera lancee mentionnant que le compte est creer avec succes ou au contraire une erreur de saisie si faute de frappe dans les champs de saisie.

A partir de la page daccueil, lacces a lapplication necessite une authentication a laide : dun identifiant (nom dutilisateur) et dun mot de passe qui doivent etre saisies correctement. Un clic sur le bouton Entrer lance une boucle (fonction VBA) de verification de lidentifiant et le mot de passe pour permettre lacces ou le refus dauthentification. Cette boucle va examiner chaque tentative dacces et controler lidentifiant qui doit etre concordant avec le mot de passe quil convient, et qui permettent dacceder a lapplication. Si lun et/ou lautre de ces 2 elements est mal saisi, un message derreur apparait et lui applique eventuellement un lancement dune boite de dialogue mentionnant une erreur ou faute de frappe. px

Abbildung in dieser Leseprobe nicht enthalten

Figure 8 - Capture decran dun compte AES-Clic creer avec envoi dun E-mail informatif

px

Une fois lidentifiant et le mot de passe sont correctement saisis, un clic sur le bouton Entrer donnant acces a un environnement utilisateur (mentionnant sur le haut de la fenetre le nom dutilisateur, la date et lheure dacces, et le statut internet connexion ou deconnexion). px

Cette page decline les fonctionnalites (bandeau a droite) qui offrent a lutilisateur lajout dune nouvelle fiche AES, un guide dune conduite a tenir devant un AES et une fiche de contact de medecine du travail.

Une plage en haut a droite montrant deux zones de saisie de lidentifiant (de ladministrateur) et son mot de passe pour acceder a lespace administrateur ou se trouve autres fonctionnalites plus detaillees par la suite. px

Au milieu de lecran Espace Utilisateur se trouve un cadrant a bords saillants equiper par des boutons de certaines fonctionnalites, interactifs, colores en vert a chaque passage de la sourie. Et des icones claires et explicites reconnus plus rapidement que du texte (des symboles familiers). px

Une plage en haut a droite montrant deux zones de saisie de lidentifiant (de ladministrateur) et son mot de passe pour acceder a lespace administrateur ou se trouve autres fonctionnalites plus detaillees par la suite. px

Au milieu de lecran Espace Utilisateur se trouve un cadrant a bords saillants equiper par des boutons de certaines fonctionnalites, interactifs, colores en vert a chaque passage de la sourie. Et des icones claires et explicites reconnus plus rapidement que du texte (des symboles familiers). px

A droite Dans lecran Espace Utilisateur se trouve un bandeau contient : - un bouton dedie a la creation px

dune nouvelle fiche AES, equipe par un ensemble de boutons et icones (validation des donnees, impression du formulaire et envoi du formulaire AES a ladministrateur). Ils representent des indicateurs detapes (pour une navigation guidee), autant delements qui favorisent une bonne incitation. px

Les champs de saisis dans le formulaire AES sont regroupes en items pour faciliter leurs remplissages et favoriser une meilleure distinction et reconnaissance des elements. Lors du clic, ils sont devenus jaune pour indiquer clairement la zone de traitement en cours. px

En haut une icone autorise et facilite le retour en arriere et la sortie du formulaire. px

- Un bouton dun Guide AES souvre sur une nouvelle fenetre sous forme dune conduite a tenir devant un AES menu dune barre de defilement vertical de plusieurs images de hautes qualites conceptualisees a laide dun logiciel de traitement dimage. Un simple clic dedans la fenetre suffit pour en sortir. px

- Un autre bouton de renseignement sur ladministrateur Contactez-nous, affiche sur lecran principal une

fiche de contact contenant les informations suivantes : le numero de telephone, lE-mail et les horaires du travail du medecin du travail. px

Un petit bouton anime par une icone speciale, il permet de quitter lapplication. px

px

Lacces a la page Espace Administrateur est assure a travers une interface dauthentification, en rensei- gnant le nom dadministrateur (login) et le mot de passe. Ces informations vont aussi permettre de connaitre le role de la personne qui souhaite acceder a cet espace : administrateur ou simple utilisateurs, afin de pouvoir gerer les droits dacces aux differentes fonctionnalites. px

Une fois lauthentification est acceptee, la page Espace Administrateur apparait avec une interface ergonomique associant de multiples elements (couleurs, image de fond, et placement des boutons) bien choisis : px

Abbildung in dieer Leseprobe nicht enthalten

Figure 9 - Capture decran de lespace Utilisateur de lapplication AES-Clic

- Les couleurs choisies apportent une harmonie a lunivers visuel, pour rendre la fenetre Espace Admi­nistrateur plus confortable et plus conviviale.

px

- Une image de fond de haute qualite centree par un il signifiant la surveillance . px

- Les boutons interactifs sont repartis sans encombrement de lespace de travail. px

Abbildung in dieser Leseprobe nicht enthalten

Figure 10 - Capture decran de lespace Administrateur de lapplication AES-Clic

px

7.1.2 Le niveau organisational

px II nous a done fallu securiser un peu plus la structure de la base de donnees, tout en ayant la possi­bility dacceder toujours aussi faeilement a la partie programmation grace a une autorisation dacces delivree seulement a lAdministrateur. Ainsi, pour chaque personne accedant a la base de donnees, une identification avec un identifiant et un mot de passe doit-etre exige. px

Lorsque un utilisateur souhaite acceder a sa session, une page d’accueil lui sera affichee, dans laquelle saisit ses propres coordonnees d’authentification (login et mot de passe). Par la suite le systeme procede a la verification des informations introduites, si le login et le mot de passe sont valides sa session lui sera alors ouverte, sinon un message d’erreur est affiche. px

Apres une authentification reussie, la fenetre principale souvre en plein ecran avec la capacite de minimiser lapplication par un simple clic sur un bouton dans le coin. Lecran principal est un espace de travail fait dun Espace Utilisateur anime par un logo specifique et des boutons daction de certaines fonctionnalites telles que : px

- Une bande dannonce en haut de la page principale mentionnant le statut internet et la connectivite, le Nom de lutilisateur de lapplication, la date et lheure dacces. - la recherche dun AES par nom dans clic sur le bouton Rechercher AES. px

- la possibilite de contacter lAdministrateur px

- une option de verification de la connectivite a linternet px

- et aussi lenvoi de la BD a ladministrateur a chaque fin du mois sous forme dun fichier Excel. px

Un clic sur longlet Rechercher AES permettant louverture dune nouvelle fenetre dedier a laffichage de tous les cas AES enregistres. Nous choisissons loption Fenetre independante 12 . Aussi nous pouvons faire une recherche dun AES dans la BD par nom de la victime. A louverture de la fenetre Rechercher AES, il devrait afficher le nombre total des cas AES enregistres dans la BD avec mise a jour a chaque consultation. px

La possibilite de contacter lAdministrateur a laide dun simple clic sur le bouton CHAT, une nouvelle fenetre souvre dans lEspace Utilisateur, qui permet lenvoie des soucis, des commentaires ou bien des pieces jointes via internet a lE-mail de lAdministrateur apres une verification de la connectivite au depart. px

Si lutilisateur est bien connecte, les champs de saisie seront visibles et donnant la permission decriture, aussi bien le bouton denvoi devient visible, le cas contraire, une disparition des champs de saisie et opacifica­tion du bouton denvoi avec apparition dune image symbolise la deconnections pour informer les utilisateurs de leur connectivite. px

Un quadrant bien limite contient une serie detapes permettant a lutilisateur denregistrer la BD sous forme dun fichier Excel puis lattacher sur un chemin defini prealablement ensuite lenvoyer a lAdministrateur a chaque fin du mois comme bulletin ou rapport de tous les cas AES captes dans ce service. px 9

Abbildung in dieer Leseprobe nicht enthalten

Figure 11 - Capture decran dun rapport mensuelle des AES sous forme dun fichier Excel

px

A droite de lecran principale se trouve un bandeau equipe par des boutons telles que : - Lajout dune fiche px

AES Ajouter : Fiche AES

px

- Un guide : conduite a tenir devant un AES px

- Le contact du medecin du travail px

Pour ajouter une nouvelle fiche AES, nous avons mis un espace de saisi sous forme dun formulaire inspire de celui du Geres / Raisin. Afin dobtenir une saisie facilitee, nous avons cree des tables qui vont contenir des informations enregistrer prealablement dans la base de donnees telle que (specialites, services, fonctions, nature daccident, materiel en cause, statut vaccinal, serologies de la source) px

De plus, ces tables contiennent des donnees permettant de creer des listes de choix. Ces listes offrent la possibilite a lutilisateur daccelerer la saisie en : px

- proposant de choisir directement entre plusieurs occurrences. px

- la possibilite de hierarchiser les donnees et de les categoriser. px

- proposant demblee un element de la liste a partir des premieres lettres saisies : cette propriete se nomme auto-etendre.

px

Pour ajouter cette nouvelle fiche AES ; un simple clic sur longlet Ajouter : Fiche AES situe dans un bandeau a droite de lecran Espace Utilisateur. Une fiche vierge de recueil dAES (ou formulaire) souvre. Pour creer cette fiche AES, il faut remplir les differents champs. Par defaut, les champs date / heure et numero de suivi sont pre-remplis et generer automatiquement par le systeme. px

Le numero de suivi est un numero identifiant, attribue de fagon systematique et aleatoire a la fiche de surveillance des AES lors de sa creation. Chaque fiche de recueil AES doit avoir un numero unique avec un code barre. Ce numero permet de retrouver facilement la fiche papier qui lui correspond et de completer les informations le cas echeant. px

Tous les items a remplir dans le formulaire sont des champs obligatoires. Nous ne pouvons pas valider la fiche si un de ces items nest pas renseigne. px

En plus, chaque clic dans une case du formulaire, la rend jaune ce qui signifier que le curseur est bien localise dans cette case. Apres le remplissage de toutes les cases nous pouvons valider cette fiche AES en cliquant sur le bouton Valider pour que toutes les informations soient enregistrees dans une base de donnees (si une ou plusieurs cases ne sont pas remplies, une boite de dialogue souvre mentionnant lendroit de la case vide).

px

Abbildung in dieser Leseprobe nicht enthalten

Figure 12 - Capture decran des etapes a suivre pour ajouter une fiche AES et envoyer une alerte a lAdmi- nistrateur par loutil AES-Clic

Apres la validation de la fiche AES, une icone Envoi va apparaitre pour envoyer un message dalerte (E-mail) a lAdministrateur qui contient le nom, le prenom de la victime, son service, sa fonction, le statut

serologique de la source, la date et lheure de laccident avec le numero de suivi. px

Puis autre icone Imprimer va apparaitre pour lancer limpression dune feuille de renseignements (une fiche recapitulative de lensemble des donnees saisies). Elle est anonyme notifiee seulement par le numero de suivi et un code barre; Remis en mains propres de la victime pour la presenter au medecin du travail. Le cas echeant nous pouvons convoquer la victime dans les proches delais a partir des renseignements captes par E-mail pour completer la procedure de declaration proprement dite. px

Pour retourner a lespace Utilisateur nous pouvons cliquer sur licone de Retour dans le formulaire en haut et a droite de la fiche de surveillance des AES.

Abbildung in dieer Leseprobe nicht enthalten

Figure 13 – Capture décran des alertes AES captés dans la boite de réception à partir de loutil AES-Clic

Abbildung in dieer Leseprobe nicht enthalten

Figure 14 - Capture decran dune alertes AES captes dans la boite de reception contient les renseignements de la victime

px

La permission dacces a la page Espace Administrateur necessite une reussite dauthentification grace

a un login et un mot de passe corrects, ce qui peut servir a lapparition des differents modules : px - Module consultation de la base de donnees : Ce module constitue la partie la plus importante dans Es-

Abbildung in dieer Leseprobe nicht enthalten

Figure 15 - Capture decran dune fiche des renseignements sur laccident exposant au sang, imprimee a partir de loutil AES-Clic, remise en mains propres de la victime pace Administrateur, car il travaille etroitement avec la BD, il permet de visualiser et consulter lensemble des informations concernant la BD des AES saisies, des comptes enregistres et la table du masque de saisi de lapplication.

px

- Module de consultation des comptes enregistres : Avec un simple clic sur le bouton Conslt.Comptes, une petite fenetre souvre en milieu de la page Espace Administrateur donnant des informations sur les comptes prealablement enregistres est contient : Id (nom dutilisateur), le mot de passe, le service ou lunite, E-mail et le numero de telephone de lutilisateur. L’utilisateur peut la faire disparaitre facilement et revient ainsi a sa fenetre principale restee active. px

- Module dimpression des bulletins : Un clic sur les boutons Impression.BDD.AES ou Impres- sion.BDD.Compte lance un message de confirmation ou dannulation dimpression des bulletins des AES saisis ou des comptes enregistres. px

Abbildung in dieer Leseprobe nicht enthalten

Figure 16 – Capture décran dun bulletin des AES enregistrés

Confidentiel : Utilisateur du Web-AES 08/07/2017

Abbildung in dieer Leseprobe nicht enthalten

Figure 17 - Capture decran dun bulletin des comptes AES-Clic enregistres

- Module de contact des utilisateurs via internet : La meme fenetre de CHAT qui souvre a lutilisateur pour contacter ladministrateur mais avec plus doptions, comme la capacite denvoyer un message a tous les utilisateurs du AES-Clic ou bien de selectionner un seul destinataire. px

7.1.3 Le niveau physique

px Lapplication nest pas independante en tant que telle. Il lui faut lenvironnement Microsoft Excel pour fonctionner. Elle est de petite taille moins de 10 Mo, executable directement sans necessite dune installation prealable.

Nous avons eu loccasion dans cette application de separer la base de donnees AES des autres objets (les requetes, les macros, les modules) qui sont stockees sur un dossier accessible seulement par lAdministrateur renforcer par deux niveaux de securite (un lors de lacces a lespace Administrateur et un deuxieme lors de lacces a la page de developpement de lapplication). px

Le systeme dalerte des AES et/ou de communication avec ladministrateur est conceptualise a laide dun gestionnaire de courrier electronique (Microsoft Out-looko) faciles a utiliser avec des fonctionnalites automa- tiques incorporees dans notre application AES-Clic grace a une macro-instruction 13 connecte directement a une boite de reception (un compte E-mail), consultable en temps reel sur des appareils iOS,Android ou Windows.

Abbildung in dieer Leseprobe nicht enthalten

Figure 18 – Capture décran de lespace de développement des Macros de lapplication AES-Clic

7.2 Finalisation et utilisation de lapplication AES-Clic

px A chaque phase du developpement de lapplication AES-Clic, et a chaque ajout ou modification, nous effectuions des tests destines a essayer de prendre en compte toutes les situations. Ces tests nous ont permis :

- De mettre en place une version du logiciel exempte de bugs majeurs et de corriger quelques bugs mineurs. px

- De detecter des erreurs relationnelles qui pouvaient arriver. px

- De realiser une interface conviviale ayant pour but de guider lutilisateur. px

Ces tests ont ete realises aussi lors de la mise en place du lapplication AES-Clic au niveau des services

concernes par la surveillance. Il a ete decide une periode dessai de un mois a compter de premier Mars 2017. px

Cette periode dessai en situation reelle a permis : - De verifier la stabilite et les fonctionnalites de lappli- px cation. px

- De lancer officiellement la surveillance des AES a laide de loutil AES-Clic a partir du 01er Avril 2017. px

7.3 Resultats statistiques

7.3.1 Resultats de la surveillance conventionnelle des AES (2014 - 2016)

On comprend bien que la notion de surveillance conventionnelle des AES est intimement liee aux cas documentes au niveau des services de medecine du travail a partir des dossiers medicaux en version papier. px

Nous decrivons l’experience de trois ans (2014-2016) de surveillance des AES declares au niveau du service de medecine du travail au CHU de Batna. Lenquete portait sur lensemble du personnel du CHU victime dun AES au moment de lexercice de leurs activites. Les donnees recueillis sont saisies et analysees grace a un site informatique Web-AES (2014), puis a laide dun questionnaire standardise (2015-2016) etablit par Raisin- GERES (questionnaire de recueil des circonstances des AES). px

Notre methode nous a permis de fournir les resultats suivants

- En 2014, 34 AES ont ete documentes avec la fiche AES Raisin-GERES et lextraction des donnees issues du site Web AES a permis une analyse plus detaillee, resultats graphiques avec edition automatique : px

- Taux d’AES pour 100 lits d’hospitalisation : 6.13 % px

- Taux d’AES pour 1 000 journees d’hospitalisation : 0.25 px

- Taux d’exhaustivite (nombre d’AES documentes avec la fiche AES Raisin GERES / nombre d’AES declares sur le plan administratif) :85 % px px

Au niveau du CHU de Batna, en (2014), La comparaison des resultats issus des differents moyens de recensement des AES (medecine du travail, registre administratif et les registres deposes prealablement

Abbildung in dieer Leseprobe nicht enthalten

Figure 19 - Capture decran de la surveillance nationale des AES RAISIN GERES Rapport d’incidence CHU de Batna 2014

aux niveaux des services et unites n= 25) a montre une difference importante du nombre dAES recenses

dun moyen a un autre. px

16 cas ont ete captes dans les differents services et unites grace aux registres des AES, dont 03/16 cas

sont declare par les medecins du travail et le reste (13/16 cas) non signales. px

Seulement les AES declare au niveau du service de medecine du travail, et documentes a partir des dossiers medicaux qui ont une valeur medico-legale et administrative, alors que les autres cas nont aucune tragabilite. px

— De 2014 a 2016, 100 AES ont ete documentes et declares en medecine du travail. Le recensement des

Abbildung in dieer Leseprobe nicht enthalten

FIGURE 20 - Capture decran des resultats de la surveillance nationale des AES RAISIN GERES CHU de Batna 2014

Abbildung in dieer Leseprobe nicht enthalten

Figure 21 - Evolution mensuelle du nombre des AES recenses par Web AES, Chu de Batna, 2014 (n—34)

cas a montre une fluctuation heterogene dune annee a une autre. 34 cas en 2014, 29 en (2015) et 37 cas en (2016).

Abbildung in dieer Leseprobe nicht enthalten

FIGURE 22 - Le nombre des AES recenses au niveau du CHU de Batna par les differents participants, 2014

Abbildung in dieer Leseprobe nicht enthalten

Figure 23 - La surveillance des AES documentes sur dossiers medicaux, par mois et par annee, CHU de Batna, 2014.2016,(n=100)

La figure suivante decline Involution du taux dincidence des AES pour 100 fits dhospitalisation, et par 100 personnels de soins annees entre 2013 et 2016 pour lensemble des personnels du CHU de Batna. px

Tableau 1 : Taux dfincidence des d’ AES par 100 fits d’hospitalisation, etpai 100 personnels de soins- annees, entre 2013 et 2016, CHU de Batna.

Abbildung in dieer Leseprobe nicht enthalten

Sur cette periode, le taux dincidence des AES pour 100 fits dhospitalisation a diminue de 63,1 %. Pa-

Abbildung in dieer Leseprobe nicht enthalten

Figure 24 - Involution du taux dincidence des AES pour 100 lits dhospitalisation, et par 100 personnels de soins par annees, entre 2013 et 2016, CHU de Batna.

rallelement, nous notons que son taux pour 100 personnels de soins a diminue de maniere statistiquement significative de 79.0%. px

Tableau 2 : Tableau recapitulatif dutaux d’incidence des AES par 100 lits d'hospitalisation, et

par 100 personnels de soins-annee etparmois, etrincidencemoyenne de 2013 a 2016, CHU de Batna

Abbildung in dieer Leseprobe nicht enthalten

* : (PS) personnel de soins du CHU de Batna, tous corps confondus. px

** : Nombre de lits dhospitalisation selon les statistiques issus du site de la DSP de Batna (46) px

Pendant la periode de surveillance des AES, de 2013 a 2016 nous avons constate une incidence moyenne des accidents avec exposition au sang de 3.80 % avec IC 95% [3.62 3.98] avec une incidence cumulee de 5.81 AES pour 100 PS px

7.3.2 Description de la population surveillee par AES-Clic

Apres une formation des secretaires medicales (comme etant des agents coordinateurs) sur les accidents avec exposition au sang et sur la manipulation de lapplication AES-Clic, nous avons implante cet outil dans des micro-ordinateurs des secretariats des services et laboratoires suivants : Hematologie, chirurgie generale, neurochirurgie, biochimie et microbiologie, durant la periode allant du 1er Avril 2017 au 31 juillet 2017 dans le CHU de Batna. px

Il a ete pris comme echantillon a surveille par AES-Clic une population du personnel hospitalier (n=249) des services et laboratoires du CHU de Batna : Hematologie, chirurgie generale, neurochirurgie, biochimie et microbiologie. px

1. Sexe px

La repartition de la population surveillee par AES-Clic selon le sexe est de 71 (29 %) hommes pour 178 (71 %) femmes avec un sexe ratio de 0,40. px

2. Categorie professionnelle

px

Le corps medical est represente par (les praticiens specialistes), ils sont au nombre de 38 (15.3 %). Alors que le corps paramedical represente presque la moitie de notre echantillon avec un effectif de 124 (49.8 %), les residents 14 sont au nombre de 50 (20.5 %) et le corps administratif, technique et de service (14.5 %). px

Tableau 3 : Caracteristique generale de la population surveillee par AES-Clic (n=249)

Abbildung in dieer Leseprobe nicht enthalten

Figure 25 – Répartition de la population surveillée par AES-Clic selon le sexe (n=249)

Abbildung in dieer Leseprobe nicht enthalten

Figure 26 – Répartition du personnel surveillé par AES-Clic selon les catégories professionnelle

3. Repartition du personnel par secteur dactivite

px

Le personnel surveille est reparti selon le secteur dactivite : le secteur medical represente un effectif de 64 PS (25.7 %), le secteur chirurgical constitue de 120 PS (48.9 %) et laboratoire avec 65 PS (26.1 %). px

Durant la periode allant du 1ier Avril au 31 Juillet 2017, nous avons identifie 05 cas AES survenus dans les services et laboratoires surveilles par loutil AES-Clic.

Abbildung in dieer Leseprobe nicht enthalten

Figure 27 – Répartition du personnel surveillé par AES-Clic selon la spécialité

px

Ces cas AES ont ete captes instantanement et en temps reel par des alertes E-mail dans la boite de reception de lAdministrateur. px

Dans la meme periode de la surveillance par AES-Clic, nous avons recense la declaration de 09 AES (9/1886) provenant de l’ensemble des services et unites du CHU de Batna recueillis a partir du registre de lactivite quotidienne de la medecine du travail. px

Par ailleurs, les cas AES (5/249) qui ont ete captes par notre outil informatique; nont pas ete declares en medecine du travail quapres leurs identifications par loutil AES-Clic. Ces donnees montrent des resultats qui ne sont pas semblables a ceux recueillis aupres du registre de lactivite quotidienne du service de medecine du travail ; ce qui signifier le non signalement des AES. px

Tableau 5 : Nombre des AES captes par AES-Clic et doeumentes en medecine du travail. CHU de Batna. entre le mois d'Avril et juillet 2017

Abbildung in dieser Leseprobe nicht enthalten

Abbildung in dieer Leseprobe nicht enthalten

Figure 28 - Repartition temporelle des AES selon leur declaration en medecine du travail ou leur captation par AES-Clic, du 1er Avril au 31 juillet 2017, CHU de Batna (n=14)

Le calcul des effectifs attendus montre que les conditions dutilisation dun test du Khi2 ne sont pas remplies puisque toutes les cellules ont des effectifs attendus inferieurs a 5. Il est neanmoins possible dutiliser un test Exact de Fisher-Freeman-Halton. px

Donc la P-valeur est egale a 0.02 < 0, 05 (Test significatif) Nous en deduisons donc une dependance significative au seuil de 5 % entre la declaration des AES et l’utilisation du logiciel AES-Clic. px

Nous souhaitons etudier linfluence de lutilisation dun outil informatique sur la declaration des AES, il nous a fallu utiliser un test de comparaison (bilaterale) de proportions pour deux echantillons non appariees grace a ce tableau de contingence : px

Tableau 6 : Nombre des AES selon le type de la surveillance (avec ou sans logiciels) et le taux de declaration standardise CHU de Batna, (01 Avril-31 Juillet 2017)

Abbildung in dieer Leseprobe nicht enthalten

px

Ces resultats nous ont permis de comparer la proportion des AES captes par logiciel (issus dune population surveillee par AES-Clic (N2=249) avec celles declares dans le service de medecine du travail issus dune

Abbildung in dieser Leseprobe nicht enthalten

Figure 29 - Resultats dun test de comparaison (bilaterale) des proportions des AES surveilles avec et sans logiciel, du 01 Avril-31 Juillet 2017, CHU de Batna

Afin deliminer leffet des differences entre leffectif des deux echantillons etudiees, les taux dincidences sont standardises par la methode directe et cela montrait un taux de declaration standardise de 3.65.

Px

Lanalyse du tableau croise (tableau 8) est faite grace a un site internet 15, qui nous a fournis les resultats

suivants : px

On conclue que la difference entre les pourcentages est statistiquement significative. Ce qui permet de rejeter lhypothese H0 que les pourcentages sont egaux : px

H0 : le nombre de declaration est independant de la methode de captation des donnees (soit par logiciels ou spontanement en medecine du travail). Autrement dit, les resultats observes pour notre echantillon nous permettent daffirmer que, dans lensemble des AES declares sont significativement importants avec les cas captes par AES-Clic que les cas documentes sur dossier medicaux en medecine du travail (2.01 contre 0.55%).

px

Tableau 7 : Tableau recapitulatif des taux d’incidence des AES chez le personnel surveille par AES-Clic ou par dossiers medicaux entre 01g Avril - 31 Juillet2017, CHU de Batna

Abbildung in dieer Leseprobe nicht enthalten

px

Tableau 8 : Tableau comparatif des taux d incidences par lOOlits d’hospitalisation et par 100 PS par ans et par mois, de 2013 a 2017, CHU de Batna

Abbildung in dieer Leseprobe nicht enthalten

px

Durant la periode allant du 1er Avril au 31 Juillet 2017, lincidence des AES pour 100 personnel de soins mois (quil soit surveille avec ou sans logiciel) a augmente de fagon statistiquement significative a raison de

1.51 par AES-Clic versus 0.36 sur dossiers medicaux. px

8 Discussion

8.1 Limites de letude

px En depit des points forts de cette etude, mais elle a des limites, tout dabord le petit nombre des cas captes notamment sur une petite periode de surveillance de quatre mois. Aussi la taille de lechantillon surveille grace AES-Clic est un facteur limitant de lanalyse des resultats. px

Letude comporte certaines limites et sources potentielles de biais representees par des problemes tech­niques (non disponibilite de linternet et/ou du materiel informatique). px

8.2 Discussion des resultats statistiques

px Le but de cette recherche nest pas de travailler sur les consequences de IAES mais plutot sur son risque de survenu qui nest quantifiable que par le taux reel des AES constitues, et ce taux etant biaise par la non declaration. px

Nous navons connaissance du nombre dAES que par leur declaration. Pour montrer levolution du nombre dAES dans le temps, nous nous sommes appuyees sur une enquete dincidence menee au CHU de Batna de 2013 a 2016. Au total, 188 AES ont ete declares a la medecine du travail. px

Ce qui interpelle, dans notre suivi, cest le pourcentage variable de declarations dAES dune annee sur lautre comme suit : 15.86 AES par 100 lits dhospitalisation en 2013 contre 6.13 (en 2014), 4.58 (en 2015) et 5.85 (en 2016). px

Dautre part, la surveillance des AES par (BOUSSAHA et Coll. 2013) par la mise en place des registres des AES (au nombre de 25) deposes prealablement au niveau de chaque service et unite de letablissement sur lesquels la victime dAES enregistre son accident. Cest une initiative de captation des cas AES a la source, ce qui permettait le recueil de 88 AES durant lannee 2013 et qui represente un chiffre assez important. px

Ainsi, la surveillance des AES menee en 2014 au CHU de Batna, saisis et analyse sur une plate-forme electronique du groupe Raisin-GERES Web-AES a permet de recueillir 34 AES. Elle montrait un taux d’exhaustivite (nombre d’AES documentes avec les fiches AES Raisin GERES / nombre d’AES declares sur le plan administratif) : 85 %, et nous avons constate que le nombre des registres des AES deposes prealablement au niveau des differents services et unites est de 18 sur 25 (07 registres ont disparus), et malgre ga 16 cas ont ete captes grace aux registres des AES, dont (13 cas /16) recenses mais non vus et non declares a la medecine du travail. px

Donc le nombre des AES recueillis a diminue de 88 (2013) contre 34 (2014), et le taux dincidence des AES par 100 PS-annees a presente un declin de 9.78 (en 2013) contre 1.81 (en 2014) alors que la dynamique decroissante de captation des cas etait presente grace aux registres des AES. px

A la fin de cette surveillance en 2016, nous notons une diminution de lincidence pour 100 personnels de soins de maniere statistiquement significative de 79.0 % ; ce qui explique probablement linteret de ces registres comme moyen de captation des AES a la source et peut offrir beaucoup davantages mais reste insuffisants. px

Cest le moment pour que notre systeme de sante opte vers linformatisation du dossier medicale, et de la surveillance epidemiologique. Cest la raison pour laquelle nous avons propose un projet de surveillance des AES par la mise en place dun systeme de declaration qui soit simplifie et modernise au niveau de chaque service (outil informatique capable de capter les AES a la source). px

Une approche dergo-surveillance des AES nous amene a creer lapplication AES-Clic capable de capter les victimes dAES a la source et avec un simple clic le medecin du travail sera informer en temps reel de levenement et peut reperer laccidente. px

Les services concernes par la surveillance electronique des AES grace AES-Clic etaient choisis selon la disponibilite de linternet, du materiel informatique performant, et aussi la presence des secretaires medicales motivees et formees en AES pour que nous puissions garder laspect ethique du secret professionnel. px

Nous avons surveille par AES-Clic une population du personnel hospitalier du CHU de Batna (n=249) issus des services et laboratoires suivants : Hematologie, chirurgie generale, neurochirurgie, biochimie et microbiologie avec un age moyen de 27 +/- 3 ans et un sexe - ratio de 0,40 en faveur dune majorite feminine (71 %). px

Le corps paramedical constitue la categorie professionnelle la plus importante, et represente presque la moitie de notre population avec un effectif de 124 (49.8 %), alors que le corps medical est represente par (les praticiens specialistes et les residents) qui constituent presque le tiers de notre population (35.8 %) alors que le corps administratif, technique represente (14.5 %). Ce personnel exergait majoritairement dans le secteur chirurgical (48.9 %), alors que le secteur medical et laboratoires ont des pourcentages proches qui sont respectivement (25.7 %, 26.1 %). px

Le nombre total des AES declares dans le CHU de Batna durant la periode allant du premier Avril au 31 Juillet 2017 est de 14 cas. Ce nombre est un parametre qui limite considerablement la puissance de letude notamment pour lanalyse. Dont 09 sur 14 AES (64.28 %) ont ete recueillis a partir du registre de lactivite quotidienne de la medecine du travail et survenus dans tous les services et unites du CHU de Batna. Mais nappartient pas aux services surveilles par lapplication AES-Clic. Par contre 05 sur 14 AES (35.71 %) ont ete captes instantanement et en temps reelle grace a loutil AES-Clic mais malheureusement nont pas ete vus ni declares en medecine du travail quapres leurs identifications par cette application. px

Ce qui signifier une sous declaration de 35.71 % qui correspond a un chiffre assez elever, qui ne pourra etre explique que par la capacite de loutil AES-Clic de recruter des nouveau cas a la base de donnees des AES.

px

Linformatisation de la surveillance des AES grace au capteur de linformation en temps reel est apparue par le decloisonnement de la surveillance, la de-localisation du medecin du travail et par lutilisation de loutil AES-Clic; apportant les cas AES a partir dun simple clic. px

Lanalyse statistique des resultats de notre enquete (du 1er Avril au 31 Juillet 2017) (n =14 AES) montre toutefois des tendances significatives et encourageantes : - Lutilisation du test Khi 2 nest pas possible puisque toutes les cellules ont des effectifs attendus inferieurs a 5. (conditions non remplis) - Lutilisation du test Exact de Fisher donne une valeur de p = 0.0295 < 0, 05 (test significatif), nous en deduisons donc une dependance

significative au seuil de 5 % entre la declaration des AES et l’utilisation du logiciel AES-Clic. px

- Les taux dincidences sont standardises par la methode directe et cela montrait un taux de declaration standardise de 3.65, signifiant quil y a 3.65 plus de chance de capte un AES grace a loutil AES-Clic quavoir une declaration spontanee en medecine du travail. px

- La comparaison des proportions des AES captes par logiciel avec celles declares en medecine du travail montrait une difference qui semble reelle 2,01 % contre 0,55 %, et le calcul de lecart reduit est egal a 2.50 (superieur a 1,96), considerant que lecart des declarations des AES par loutil AES-Clic n’est pas du a une simple fluctuation d’echantillonnage. px

En impliquant la technologie de la communication et le partage de linformation tous au long du cycle de la surveillance des AES, et le recours a linformatisation peut garantir la meilleurs coordination des acteurs : soignant medecin du travail. px

La surveillance des accidents avec exposition au sang par loutil AES-Clic a montre une incidence de 1.51/100 PS-mois (contre 0.36/100 PS-mois des AES declares sans logiciel), un seuil qui na ete jamais atteint durant quatre ans de surveillance (2013- 2016), meme avec lutilisation des registres des AES deposes prealablement au niveau des differents services dont lincidence etait a 0.81par 100 PS-mois (en 2013). px

En revanche, nous constatons que lincidence avait ete divisee par cinq en quatre ans allant de 9.78/100

PS-annee (en 2013) contre 2.05/100 PS-annee (en 2016) avec une incidence moyenne de 0.32. px

Cette etude a fourni des preuves empiriques pour traquer les sources dinefficacite de la surveillance conventionnelle des AES grace aux nouvelles technologies qui permettrait de capter les donnees a la source, lancer des alertes instantanees et de recueillir une quantite dinformation representative. px

8.3 Comparaison des resultats avec la litterature

px Les AES survenant chez le personnel soignant ont ete rapporte par de nombreux auteurs a travers le monde, et une grande partie de la litterature s’est concentree sur le probleme de la sous declaration. px

Il s’avere que les resultats presentes dans notre etude sont assez comparables a ceux de ces vastes etudes epidemiologiques en matiere de sous declaration qui est de 35.71 %. px

Nous avons egalement montre que l’adoption de la technologie de linformation ameliore la surveillance des accidents avec exposition au sang par le lancement des alertes instantanees et la capacite de capter les AES a la source et en temps reel. Nos resultats confirment les donnees de la litterature en ce qui concerne les avantages de l’utilisation des systemes de surveillance electronique. px

Lexamen des donnees de la litterature met en evidence quen 2016 le (ESMS) est utilise en Thailande; il a ameliore la prise en charge des malades par la capacite de lancer des alertes pour l’equipe de surveillance et d’intervention rapide (SRRT). (22) Aux Etats-Unis, l’adoption des dossiers medicaux electroniques est actuel- lement une priorite nationale depuis lintroduction de la Loi sur la sante economique et clinique (HITECH) en 2009, (47) aussi le developpement et l’utilisation du moteur de recherche electronique des dossiers medicaux (EMERSE), (19) disponible gratuitement a des fins academiques, et represente un outil medical a la pointe de la technologie. (19) En France, depuis 2007, le deploiement dun systeme electronique d’enregistrement des deces (EDRS) dedie a la certification des deces par voie electronique avec une surveillance et alertes en temps reel, (21) dont l’efficacite est prouvee. Puis le programme nHopital numerique 2012-2017z a ete mis en uvre dans le cadre d’un plan strategique de modernisation des technologies de l’information en sante (HIT). (20) En revanche, la surveillance electronique des AES a ete publiee dans de nombreuses etudes frangaises, notamment les enquetes GERES, et la surveillance nationale AES-RAISIN. px

9 Conclusion

px LAES est assimile a une urgence medicale 16 (4), et son prise en charge medicale inclut des etapes

successives : des premiers soins, suivi immediatement par une evaluation du risque, puis la declaration de laccident au niveau du service de medecine du travail. px

La surveillance des AES est difficile par le fait de la sous-declaration des evenements, ou par la sous- estimation du risque par le professionnel expose. px

Donc, notre principale problematique est de pouvoir trouver une solution pour captes les donnees des AES a la source. Outre la quete de modernisation des hopitaux qui a ete initiee par le ministere de la sante px

et de la reforme hospitaliere, la mise en place dun systeme de surveillance informatise permet de limiter le phenomene de sous-declaration en poussant davantage les medecins de travail a capter les AES a la source. px

La surveillance electronique des AES est porteuse de riche promesses, defficience et de rentabilite. Et la diffusion de loutil AES-Clic pourrait repondre a ces enjeux et en relevant les defis. A terme, AES-Clic pourrait etre utilise en pratique courante par tous les services des structures hospitalieres, ce qui permettrait de capter les donnees a la source et permettrait de recueillir une quantite dinformation representative, mais une enquete daction sur les freins a la declaration des AES simpose afin de pouvoir evaluer mieux le probleme. px

Dans un avenir proche, grace aux technologies de linformation; la telesurveillance va devenir le moteur dune veritable revolution, et constitue un outil indispensable pour adapter la medecine aux necessites reels de son epoque. px

References px

1. Mbah, Chukwuemeka Collins. Reporting of Accidental Occupational Exposures to Blood and Body Fluids by Doctors and Nurses in the Public Primary Health Care setting of sub district F of Johannesburg metropolitan district. Johannesburg South Africa : University of the Witwatersrand, Johannesburg, 2014.

px

2. CS, Kessler. Underreporting of blood and body fluid exposures among health care students and trainees in the acute care setting. University of Illinois Medical Center, Chicago, Illinois USA : s.n., 2007.

px

3. Pruss-Ustun, Dr Annette. Estimation of the global burden of disease attributable to contaminated sharps injuries among health-care workers. [Protection of the Human Environment, World Health Organiza­tion,] Geneva, Switzerland; : World Health Organization, Geneva, suisse, 2005.

px

4. Noe, Christine. Sous-declaration des accidents dexposition au sang : une situation preoccupante chez les etudiants en soins infirmiers. Centre Hospitalier Perrens, Bordeaux, France : Association de recherche en soins infirmiers (ARSI), 2015/4 . DOI : 10.3917/rsi.123.0049.

px

5. (NIOSH), The National Institute for Occupational Safety and Health. Occupational Safety and Health Risks. suisse : s.n., 2005.

px

6. Tayar, Luiza. Under-Reporting of Accidents Involving Biological Material by Nursing Professionals at a Brazilian Emergency Hospital. [2013, Vol. 19, No. 4, 623629] Brazil : International Journal of Occupational Safety and Ergonomics (JOSE), 2013.

px

7. Saia, Mario. Needlestick Injuries : Incidence and Cost in the United States,United Kingdom, Germany, France, Italy, and Spain. Padua Local Health Unit, Italy : s.n., 2010.

px

8. Choi, Lynn Y. Sharps and Needlestick Injuries Among Medical Students, Surgical Residents, Faculty, and Operating Room Staff at a Single Academic Institution. USA, Department of General Surgery, Albany Medical Center, Albany, New York : s.n., juiltet 2016.

px

9. AL, MOULESSEHOUL F.M.R. Prevalence des accidents exposant au sang au niveau de lE.P.S.P et de lE.P.H de Telagh. Service de medecine du travail, E.P.S.P Telagh, Sidi Belabes Algerie : s.n., 2008.

px

10. DERRI F., SEMID A. Quelle strategie de prevention du risque accident exposant au sang (A.E.S.) ? Service Medecine du Travail du CHU Bab El Oued Alger Algerie : s.n., 1997.

px

11. F, DERRI. Analyse des accidents exposant au sang declares par le personnel du CHU Bab El Oued. BAB EL OUED - ALGER - : Service de medecine du travail CHU , 2003-2004.

px

12. ROUKIA, BOUSSAHA. Analyse des accidents exposant au sang au CHU de Batna durant lannee 2013. Service de Medecine du Travail, CHU DE BATNA - Algerie : s.n., 2013.

px

13. A, Minagar. The Edwin Smith surgical papyrus : description and analysis of the earliest case of aphasia. USA : Departement de neurologie, Centre de sciences de la sante de l’Universite d’Etat de la Louisiane, 2003.

px

14. CERIST, CENTRE DE RECHERCHE SUR LINFORMATION SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE -. Le bilettin CERISTNEWS - Bulletin dinformation trimestriel. LE DOSSIER. Mars 2012, Huitieme numero.

px

15. A LIEVRE, G MOUTEL . Evolution du dossier medical, nouveaux enjeux de la relation medecins- soignants patients : approche historique, medicale, medicolegale et ethique. Faculte de medecine Paris Ile De France Ouest, Universite Versailles Saint-Quentin : s.n., mai 2010.

px

16. Emmanuel.C. Les dossiers medicaux electroniques dans les pays a faibles et moyens revenus : le cas de lhopital de Khayelitsha, Afrique du Sud. USA : Ohuabunwa Yale School of Medicine, United States, 2015.

px

17. Smith, Timothy Ryan. Developmental Surveillance and Screening in the Electronic Health Record :. USA, Department of Pediatrics, University of Kansas Medical Center, 3901 Rainbow Boulevard, MS 4004, , Kansas City : s.n., August 2016.

px

18. Menachemi, Nir. Benefits and drawbacks of electronic health record systems. Birmingham USA : Department of Health Care Organization and Policy, University of Alabama at Birmingham, Published 11 May 2011.

px

19. Hanauer, David A. Supporting information retrieval from electronic health records : A report of University of Michigans nine-year experience in developing and using the Electronic Medical Record Search Engine (EMERSE). Michigan, Department of Pediatrics, University of Michigan Medical School, Ann Arbor, MI, USA, Ann Arbor, MI, USA : s.n., 2015.

px

20. Plantier, Morgane. Does adoption of electronic health records improve organizational performances of hospital surgical units ? Lyon, Direction de la Recherche Clinique et de lInnovation, Centre de lutte contre le cancer Leon Berard, 28 rue Laennec, 69008 , Lyon, France : s.n., 2016.

px

21. Lassalle, M. Pertinence of electronic death certificates for real-time surveillance and alert, France, 20122014. Saint-Maurice, France : s.n.

px

22. Soontornpipit, Pichitpong. Development of the Electronic Surveillance Monitoring System on Web Applications. Thailande, Department of Biostatistics, Faculty of Public Health, Mahidol University, Bangkok, 10400, Thailand : s.n., 2016.

px

23. Le DEM a l’EHU. www.ehuoran.dz. [En ligne] 9 August 2015. www.ehuoran.dz/DEM/Conduite- DEM.html.

px

24. GERESAES et risques. www.geres.org. [En ligne] 20 September 2017. http ://www.geres.org/aes-et- risques/.

px

25. Astagneau, Pascal. Surveillance epidemiologique : Principes, methodes et applications en sante publique. Paris France : Lavoisier, 2011. ISBN : 978-2-257-20426-4 .

px

26. AZZOUZI, Youness. Les accidents avec exposition au sang chez les soignants : connaissances, attitudes,pratiques et prevention dans la region de Gharb au Maroc. Kenitra, Morocco : Departement de Biologie, Universite Ibn Tofail, 2011.

px

27. JS1, Shiao. Prevalence of nonreporting behavior of sharps injuries in Taiwanese health care workers. Taiwane : Am J Infect Control. , 1999 Jun.

px

28. M.Honda . Sharps Injuries among Nurses in a Thai Regional Hospital : Prevalence and Risk Factors. Thailand : ASEAN Institute for Health Development, Mahidol University, Thailand, Oct 2011.

px

29. Sarbaz, Masoumeh. Effect of modifying the information and training structure on the occupational safety of health care workers in exposure to blood and body fluids : A quasi-experimental study. Iran : University of Medical Sciences, Mashhad, Iran, 12/2016.

px

30. Bush, Cynthia. Bloodborne pathogen exposures : Difference in reporting rates and individual pre­dictors among health care personnel. USA, Department of Epidemiology, College of Public Health, University of Nebraska Medical Center,, Omaha, NE USA : American Journal of Infection Control, 1 April 2017. Vol. 45.

px

31. Lo, Yu-Sheng. Improving the work efficiency of healthcare-associated infection surveillance using electronic medical records. Taiwan, Japon, Graduate Institute of Biomedical Informatics, College of Medical Science and Technology, Taipei Medical University, Taipei, Taiwan : s.n., 2014.

px

32. Paulet, Lionel . Web-AES surveillance RAISIN-GERES. projet.chu-besancon.fr. [En ligne] 6 mai 2017. https ://projet.chu-besancon.fr/aes/index.php.

px

33. A, Leprince. Les collecteurs pour materiels piquants/tranchants : bien les choisir et bien les utiliser. Colloque International n Risques pour la sante des personnels de soins : enjeux pour la prevention.2007.

px

34. Beghdadli, Benali . Le personnel a risque daccidents dexposition au sang dans un CHU de lOuest algerien. Sidi Bel-Abbe, Service de Medecine du Travail, CHU, Algerie : s.n., 2009.

px

35. M, Goniewicz . Injuries caused by sharp instruments among healthcare workers international and Polish perspectives. Unite de medecine d’urgence, Universite medicale de Lublin, Pologne : s.n., 2012.

px

36. P, Leavy. Occupational exposure to bodily fluids in oral and maxillofacial surgery : an evaluation of reporting practices and attitudes among staff at a major teaching hospital in the UK. Sheffield S10 2SZ, UK, Department of Oral Maxillofacial Surgery, Charles Clifford Dental Hospital : s.n., 2016.

px

37. O, Laraqui. Assessing knowledge, attitude, and practice on occupational blood exposure in caregiving facilities, in Morocco. Societe marocaine de medecine du travail, 44, avenue Lalla-Yacout, Casablanca, Maroc : Societe marocaine de medecine du travail, 2003.

px

38. Jemaa, Pr Abdelmajid. Epidemiologie, facteurs de risque et prevention des AES . Rabta Tunisie : s.n., Avril 2014.

px

39. Beghdadli, B. Les accidents d’exposition au sang (AES) chez les dentistes de l’ouest algerien. CHU de Sidi Bel-Abbes; Service de medecine du travail Algerie : s.n., Nov 2008.

px

40. M, Adanaque-Gomez. Underreporting of health personnel accidents caused by sharp objects in a hospital of Piura, Peru. Peru : s.n., 02/2013.

px

41. Bekele, Tolesa. Attitude, reporting behavour and management practice of occupational needle stick and sharps injuries among hospital healthcare workers in Bale zone, Southeast Ethiopia : a cross-sectional study. Oromia, Ethiopie : Department of Public Health, College of Medicine and Health Sciences, Madda Walabu University, 2014.

px

42. Gossage JA, Bailey SR. The reporting of needlestick injuries sustained in theatre by surgeons : are we under-reporting? Royaume-Uni : s.n., 2008.

px

43. P, Leavy. Occupational exposure to bodily fluids in oral and maxillofacial surgery : an evaluation of reporting practices and attitudes among staff at a major teaching hospital in the UK. Department of Oral Maxillofacial Surgery, Charles Clifford Dental Hospital, Sheffield S10 2SZ, UK. : s.n., 2016.

px

44. Leavy, P . Reporting of occupational exposures to blood and body fluids in the primary dental care setting in Scotland : an evaluation of current practice and attitudes. Ecosse : Dental Officer and Scottish Dental Postgraduate Remote and Rural Fellow, 2014.

px

45. Perlbarg J, Huppert T, Seringe E, Astagneau P, Louet M. Evaluation du taux de sousdecla- ration des accidents d’exposition au sang : resultats d’une enquete aupres des professionnels de sante d’un CHU parisien en 2009. Paris , France : s.n., 2009.

px

46. dsp-batna www.dsp-batna.d. [En ligne] www.dsp-batna.dz/index.php/2-non-categorise/8-organisation- par-etablissement.

px

47. T.Carter, Jonathan . Electronic Medical Records and Quality Improvement. USA : Department of Surgery, University of California, San Francisco, San Francisco, USA, 2015.

px

48. Smith, Timothy Ryan. Developmental Surveillance and Screening in the Electronic Health Record. Department of Pediatrics, University of Kansas Medical Center,Kansas City, KS 66160, USA : s.n., 2016.

px

49. Katsevman, G.A. Needlestick injuries among healthcare professionals in training : using the surgical time-out and hand-off protocols to deter high-risk needlesticks. Morgantown, WV„ Department of Neurolo­gical Surgery, West Virginia University, USA : s.n., janvier 2017.

px

50. B Beghdadli, O Ghomari, A Khaled, BA Kandouci. Les accidents d’exposition au sang (AES) chez les dentistes de l’ouest algerien. CHU de Sidi Bel-Abbes; Service de medecine du travail Algerie : s.n., 2008.

px

51. Dabis F, DrukerJ. Epidemiologie dintervention. edit Arnette . 1992.

px

52. Kaddir.MY. Mise en place dun systeme de surveillance des Accidents Exposant au Sang au CHU de Batna.

px

53. Adanaque-Gomez, M. Underreporting of health personnel accidents caused by sharp objects in a hospital of Piura, Peru. Pirou : s.n., 2013.

px

54. Maryam, Amini. Needle-Stick Injuries Among Healthcare Workers in a Teaching Hospital. Iran : Department of Infectious Diseases, Shahed University of Medical Sciences, Tehran, IR Iran, 2013.

px

55. A, Azadi. Frequency and barriers of underreported needlestick injuries amongst Iranian nurses, a questionnaire survey. Iran : Departement des sciences infirmieres, Universite de Tabriz des sciences medicales, Tabriz, Iran., 2007-2008.

px

56. Shu-Chu, Judith. Chinese EPINet and recall rates for percutaneous injuries : an epidemic proportion of underreporting in the Taiwan. Taiwan : J-Occup Health 2009, 2004.

px

57. Gao, Xiaodong. A large-scale survey on sharp injuries among hospital-based healthcare workers in China. Chine : Department of Infection Control, Zhongshan Hospital, Fudan University, 180 Fenglin Road, Shanghai, China, 2011.

px

1 Le papyrus decouvert par le collectionneur Edwin Smith pres de THEBES en 1862, date de 1700 avant Jesus Christ. Cest le plus ancien document connu traitant de chirurgie.

2 The Health Information Technology for Economic and Clinical Health : le ministere de la Sante et des Services sociaux des Etats-Unis depensent 25,9 milliards de dollars pour promouvoir et elargir l’adoption de technologies de l’information sur la sante, il a ete considere comme n la loi la plus importante de la sante a adopter au cours des 20 a 30 dernieres annees z et la n base pour la reforme du systeme de sante z.

3 Le programme Hopital numerique est impulse par le ministere des Affaires sociales, de la Sante et des Droits des femmes avec lappui de lensemble des differents partenaires : HAS, ANAP, DSSIS

4 Centre depidemiologie sur les causes medicales de deces en France.

5 Egalement connu sous le nom de beeper : est un dispositif de telecommunication sans fil qui regoit et affiche des messages alphanumeriques et / ou des messages vocaux.

6 L’iHAUTISIS est un systeme de surveillance electronique des infections qui peut ameliorer l’efficacite du controle, collecter automatiquement les donnees de la surveillance et detecter les cas infectes.

7 Une plate-forme electronique disponible sur Ladresse (URL) : https ://projet.chu-besancon.fr/aes/

8 Les points qui ont ete privilegies lors du developpement de lapplication AES-Clic (voir la page 44)

9 Cela signifie que la fenetre de recherche souvrira en premier plan, dans une fenetre principale.

10 Une serie de commandes qui s’execute automatiquement pour accomplir une tache.

11 En Algerie, le medecin-resident correspond au medecin en formation post-graduee de specialisation (equivalent de linterne en France)

12 http ://www.info.univ-angers.fr

13. Une série de commandes qui s’exécute automatiquement pour accomplir une tâche.

14. En Algérie, le médecin-résident correspond au médecin en formation post-graduée de spécialisation (équivalent de linterne en France)

15. http ://www.info.univ-angers.fr

16 Depuis quil est prouve que ladministration dun traitement antiretroviral dans les heures qui suivent lexposition reduit de 80 % le risque de contamination par le VIH.

69 de 69 pages

Résumé des informations

Titre
Mise en place d’un système de surveillance électronique des Accidents Exposants au Sang pour pallier le phénomène de la sous-déclaration
Note
16.75
Auteur
Année
2017
Pages
69
N° de catalogue
V442771
Langue
Français
mots-clé
Accidents exposants au sang (AES); sous déclaration; système de surveillance; informatisation
Citation du texte
Lamri Gasmi (Auteur), 2017, Mise en place d’un système de surveillance électronique des Accidents Exposants au Sang pour pallier le phénomène de la sous-déclaration, Munich, GRIN Verlag, https://www.grin.com/document/442771

Commentaires

  • Pas encore de commentaires.
Lire l'ebook
Titre: Mise en place d’un système de surveillance électronique des Accidents Exposants au Sang pour pallier le phénomène de la sous-déclaration


Télécharger textes

Votre devoir / mémoire:

- Publication en tant qu'eBook et livre
- Honoraires élevés sur les ventes
- Pour vous complètement gratuit - avec ISBN
- Cela dure que 5 minutes
- Chaque œuvre trouve des lecteurs

Devenir un auteur