L'identité narrative selon Ricoeur chez "Manèges" de Laura Alcoba


Essai, 2019
9 Pages, Note: 1,0

Extrait

Essai sur l’identité narrative selon Ricoeur chez Manéges de Laura Alcoba

* L‘introduction

La littérature n’est pas seulement « un terrain de jeu » pour les recherches littéraires mais aussi pour les écrivains.

Les recherches littéraires ont toujours pour but de trouver dans les reuvres traitées une dimension personnelle qui renvoie a l’identité de l’auteur ou a certaines caractéristiques d’une époque.

En outre, la littérature est pour ceux qui veulent faire face a leur environnement et a leur « intérieur », une possibilité de réflexion.

Déja dans les années 1990, Paul Ricoeur a reconnu l’importance de la littérature pour l’identité et a créé le concept de l’identité narrative montrant comment l’identité peut être complétée a l’aide de la narration.

Pour des raisons sociologiques et philosophiques, la littérature contemporaine se concentre de plus en plus sur le processus de mémoire et sur la recherche d’une propre identité.

En tant que professeure de littérature a la Sorbonne, Laura Alcoba s‘est aussi très tot aperque du potentiel de la narration pour le processus de la mémoire. Or, elle écrit son roman Manéges pour une autre raison - pour oublier. Néanmoins, elle nous offre avec son roman un best-seller qui montre combien la littérature peut être efficace pour réfléchir sur sa propre identité.

* L’ identité narrative selon Paul Ricoeur

Le terme identité vient du latin idem et signifie du même. Il peut également être trouvé dans les encyclopédies portant plusieurs définitions : (1) l’identité comme l’authenticité d’une personne ou d’une chose, (2) l’identité comme l’accordance de l’idée personnelle avec ce qu’on est ou avec ce que les autres pensent que l’on est et (3) enfin l’identité comme « unité intérieure », disant que la propre personnalité forme la symbiose d’un tout.

Paul Ricoeur essaie avec le concept de l’identité narrative de clarifier comment l’identité est reconstruite au moyen d’un récit fictif avec une base autobiographique, en proposant un modèle qui déchiffre cette identité dans son ensemble.

Pour cela, il se réfère a la troisième définition d’une identité « comme unité intérieure » et explique qu’elle ne consiste pas seulement avec l’idem au centre des choses mais surtout en le combinant avec le sens de l’ipse. Le terme ipse vient ainsi du latin et signifie identique. Pourtant, les deux termes avec ses sens ont une grande importance pour la construction identitaire.

En ce sens, il différencie l’identité dans son ensemble entre deux usages qui impliquent chacune d’autres qualités/caractéristiques. Pour lui l’identité narrative se compose de « l’identité comme mêmeté [(même)] et [de] l’identité comme soi [(ipséité)] ». Cependant, « V ipséité n’est pas la mêmeté. » (p. 296).

Le soi est en effet la notion non réfléchie d’une personne, c’est-a-dire que le Je sait qu’il a une identité, mais il ne sait pas suffisamment la définir. Alors, le soi n’est pas nommé explicitement dans la narration, mais on le constate de manière permanente dans la vie réelle (Beständigkeit).

Le même par contre n’est pas forcement l’opposé du soi, mais il révèle l’autre face de l’identité narrative en représentant l’idée réfléchie d’un être. De ce fait, le même d’une identité narrative soulève inconsciemment la réelle identité cachée du narrateur ou bien de l’écrivain justement a l’aide de l’écriture.

Sachant que l’identité ne se forme jamais toute seule et qu’elle est toujours ancrée au concept de pluralité, alors dans l’environnement de la personne, la mêmeté et l’ipséité complètent ensemble « l’unité intérieure » comme accord entre la mémoire subjective d’un individu et la mémoire collective d’un groupe.

La recherche d’identité dans le processus narratologique s’inscrit directement sous le contexte de pluralité. Autrement dit, l’écrivain est le narrateur de la situation sociale et de l’environnement social dans lequel il se trouve et son identité se produit selon les émotions ajoutées. Alors que le soi comme cöté émotionnel sera toujours difficile a expliquer et a compléter de manière objective pour le lecteur.

Ricoeur reconnait la narration comme un processus de (re-)production sociale a l’aide de laquelle le narrateur découvre et transforme son identité. Par conséquent, la narration est évidemment une recherche de réponses a la question « Qui suis-je ? ». Toutefois, en voulant répondre a cette question, le narrateur ne peut pas éviter deux autres questions qui y sont automatiquement liées - le « quoi » et le « pourquoi ».

Le « quoi » met le soi au centre du débat et le « pourquoi » se concentre sur l’environnement comme donneur d’indices pour le concept d’« identité », donc la mémoire collective liée a la mémoire subjective.

La difïiculté de cette construction est aussi grande que sa conception. Une identité qui se forme a partir des réponses du « quoi » et du « pourquoi » ne pourra pas être homogène en soi, en effet le « pourquoi », en d’autres termes, l’influence dominante de l’environnement social sur la formation de l’identité, apportera effectivement une distorsion émotionnelle.

[...]

Fin de l'extrait de 9 pages

Résumé des informations

Titre
L'identité narrative selon Ricoeur chez "Manèges" de Laura Alcoba
Université
University of Wuppertal
Note
1,0
Auteur
Année
2019
Pages
9
N° de catalogue
V509379
ISBN (ebook)
9783346073358
Langue
Français
mots-clé
Laura Alcoba, Manèges, identité narrative, Ricoeur
Citation du texte
Carla Correia (Auteur), 2019, L'identité narrative selon Ricoeur chez "Manèges" de Laura Alcoba, Munich, GRIN Verlag, https://www.grin.com/document/509379

Commentaires

  • Pas encore de commentaires.
Lire l'ebook
Titre: L'identité narrative selon Ricoeur chez "Manèges" de Laura Alcoba


Télécharger textes

Votre devoir / mémoire:

- Publication en tant qu'eBook et livre
- Honoraires élevés sur les ventes
- Pour vous complètement gratuit - avec ISBN
- Cela dure que 5 minutes
- Chaque œuvre trouve des lecteurs

Devenir un auteur