La relation entre la fille et sa mère dans deux romans maghrébins. Une comparaison de "Au commencement était la mer" et "La jeune fille et la mère"


Dossier / Travail, 2018

24 Pages, Note: 1,0


Extrait

Table de matieres

1. Introduction
1.1 Methode
1.2 Les plots et la narration des livres

2. La relation entre la fille et sa mere dans Au commencement etait la mer
2.1 L'aspect du rejet
2.2 L'aspect du mensonge
2.3 L'aspect de la fermeture et de l'ouverture mentale

3. La relation entre la fille et sa mere dans La jeune fille et la mere
3.1 L'aspect des projets de la mere et de leurs consequences
3.2 L'aspect de l'humiliation
3.3 L'aspect de complicite

4. Conclusion : Comparaison des relations
4.1 Les similarites
4.2 Les differences
4.3 Conclusion et pistes de recherche complementaires

Annexe
L'Algerie en contexte
Le role de la femme en Algerie
Annexe
Les dessins

Bibliographie
Articles
Ouvrages
Sources Internet

Note de l'editeur : des parties de l'annexe ont ete supprimees pour des raisons de droits d'auteur.

La relation entre la fille et sa mere dans les romans Au commencement etait la mer et La jeune fille et la mere

1. Introduction

« Liberation glorieuse de 1'espace, reveil des corps dans la danse, la depense, le mou- vement gratuit. [La] porte en est grande ouverte et la lumiere y entre ruisselante : il n'y a meme plus de servante espionne, simplement une autre femme, espiegle et dansante », dit Assia Djebar (1980, 186) en reaction au tableau Les femmes d’Alger de Picasso, qui nous servira d'inspiration pour ce memoire. L'reuvre de Picasso est une reponse critique a Delacroix Les femmes d’Alger dans leur appartement, ou les femmes sont representees immobiles et objet des hommes au bout d'un long couloir noir (annexe, p.21). En revanche, Picasso peint des femmes de maniere abstraite. Cela leur donne une certaine mobilite, de la couleur, de la vie et un esprit libre (cf. Teets, 2014).

Pour notre analyse, nous allons nous servir des romans « Au commencement etait la mer »1 de Maissa Bey et « La jeune fille et la mere »2 de Leila Marouane. Pareillement, dans les deux romans, les caracteres feminins principaux repondent d'une certaine mesure critique- ment a leur culture avec la volonte d'emancipation et de revolte contre les structures du sys- teme traditionnel. Les narrateurs des deux romans racontent respectivement une histoire fic- tive de la vie d'une fille adolescente qui grandit en Algerie. Ces deux filles ressentent un sen­timent de desir sexuel et prennent le risque de le vivre bien que leurs familles leur interdisent tout contact avec les hommes. Dans les deux romans, le motif de la relation familiale est tres present. Les narrateurs appuient sur l'importance de la relation entre la fille et sa mere. Cela nous mene a tirer nos problematiques. Comment les narrateurs presentent-ils les filles et leurs meres dans leurs romans ? Comment sont presentees les relations entre la mere et la fille dans les deux romans ? Dans quelle mesure peut-on comparer la relation « fille-mere » dans ces deux histoires ? Nous aimerions aborder ces problematiques sous trois plans et reparti- rons ce memoire en cinq parties.

En premiere partie, il sera d'interet de dresser les methodes utilisees pour ce memoire et de donner une breve introduction dans la narration et les plots des romans. Une breve exposition de la situation historique, politique et religieuse de l'Algerie et du role de la femme en Algerie sera donnee en annexe. Egalement dans l'annexe, une tres breve presentation des ecrivaines sera faite pour contextualiser les romans. La deuxieme partie proposera une ana­lyse de la relation entre la mere et la fille dans Au commencement etait la mer. Nous nous concentrerons sur le sentiment de rejet des deux caracteres. Puis, nous en tirerons comment reagit surtout la fille a ce sentiment. Enfin, nous analyserons les consequences qui se mani­festent surtout dans une fermeture mentale.

En troisieme partie, nous nous pencherons sur la relation entre la mere et la fille dans La jeune fille et la mere. Nous etudierons l'element perturbant cette relation, qui resulte des visions et de 1'actionnisme de la mere. Puis, nous examinerons 1'aspect d'humiliation et der- nierement l'aspect de complicite entre la mere et la fille. En quatrieme partie, nous realiserons une comparaison des deux relations. D'abord, il sera question des similarites et ensuite des differences. Pour finir, la cinquieme partie exposera les conclusions principales et identifiera des pistes de recherche complementaire.

1.1 Methode

Pour l'analyse de texte nous allons nous servir de litterature primaire. Nous allons tra- vailler de maniere immanente aux textes. Pour la contextualisation et les interpretations nous allons nous servir de litterature primaire et secondaire. La recherche de litterature se base sur des sources internes de l'universite voire des sources externes comme des prets interbiblio- theques et des sources Internet comme JStore et cairn.info. Les interpretations seront faites suivant la methode hermeneutique. Il faut noter que nous nous trouvons dans une approche de sciences culturelles dont nous approuvons aussi de la theorie de litterature feministe3. Ce memoire n'a point l'interet de generaliser.

1.2 Les plots et la narration des livres

Commen^ons a presenter le plot du roman Au commencement etait la mer.4 Le person- nage principal est Nadia, une jeune fille. Elle passe ses vacances au bord de la mer ou elle rencontre Karim, son premier amour. Leur relation amoureuse secrete continue encore apres les vacances, a Alger. Ils couchent ensemble, Karim rompt avec Nadia, qui est tombee en­ceinte. Elle avorte en secret. L'histoire finit en catastrophe. Nadia est lapidee par son frere islamiste radicalise. Continuons en relevant le plot du roman La jeune fille et la mere. Le per- sonnage principal est Djamila, une jeune fille qui grandit egalement en Algerie. Son pere l'at- trape au parc avec un gar^on a qui elle est lie en relation sexuelle. Le pere l'amene secrete- ment chez une femme qui verifie sa virginite. Il organise un mariage mais la mere dit non aux marieuses. La mere decouvre le crime de sa fille et la fait esclave de la maison, lui fait raser les cheveux par ses fils et l'enchaine a un arbre. Elle la fouette presque jusqu'a la mort. Elle est sauvee par ses freres. L'histoire finit avec la mere et la fille a l'hopital.

Les deux histoires sont racontees au passe. Concernant le temps, l'ordre des histoires cadre est chronologique. Il y a des prolepses et des analepses, ainsi que des ellipses et des pauses. Les recits sont representes a la fois en style sommaire et scene. Les moments cles sont ecrits en style scene.5 C'est pour que le lecteur puisse mieux s'identifier aux douleurs de la fille.6

Dans Au commencement etait la mer, la voix du narrateur est heterodiegetique et la perspective avec laquelle il raconte l'histoire est la focalisation zero. Pourtant, le lecteur ap- prend surtout les pensees de Nadia. En analysant la relation entre la mere et la fille, il faut alors se rendre compte de cette subjectivite qui est engendree expres par le narrateur. Nous en savons plus sur la fille que sur la mere et repartirons subsequemment d'un point de vue subjectif de la fille. Surtout quand la mere est decrite, le lecteur a 1'impression que le narrateur repart de la perspective de Nadia pour renforcer le contraste entre les deux caracteres (cf. p.25). Contrairement, dans La jeune fille et la mere, la voix du narrateur est homodiegetique. Le mode du discours est surtout dramatique ce qui rapproche le lecteur des personnages de l'histoire. La perspective du discours est la focalisation zero. Elle laisse apprendre le lecteur non seulement sur la vie de Djamila mais aussi des autres caracteres, particulierement de la mere.

Le fait que les deux histoires soient racontees en focalisation zero souligne l'idee que l'auteur nous rapproche a la realite en Algerie. En plus, il y a cette distance narrative en meme temps que dramatique. Les discours directs montrent la distance dramatique des recits et sur- tout dans Au commencement etait la mer, les pensees de Nadia sont demontrees en style indirect libre (cf.p.108). Les contes sont balises de moyens rhetoriques, ce qui les rend extre- mement litteraires et poetiques. Les contes apparaissent donc de maniere tres realiste et vi- vante.

2. La relation entre la fille et sa mere dans Au commencement etait la mer

Tout d'abord, l'homophonie du mot « mer » avec « mere » est interessant a analyser. Si la mer est un sujet determinant dans l'histoire, la mere l'est tout autant. Le livre pourrait ega- lement etre nomme « Au commencement d'une tragedie est la mere ». D'un cote, cela nous fait penser a l'avortement de Nadia. Pour Nadia, etre mere implique la mort. Elle est donneuse de mort et pas de vie. Sur l'autre, cela nous fait penser a la relation dysfonctionnelle entre elle et sa mere, qui peut aussi etre vue comme declencheur du conflit interieur de Nadia.

2.1 L'aspect du rejet

Premierement, nous nous concentrerons sur l'aspect du rejet que ressent Nadia et l'im- pact de ce sentiment sur la relation avec sa mere. Nadia grandit dans une famille nombreuse. Elle a perdu son pere. Sa mort etait pour elle « un abandon inacceptable » (p.43). Comme une autre grande blessure, le narrateur depeint la rupture de son grand-pere a qui elle tenait aussi beaucoup. Elle donne toute faute pour cette rupture a sa mere. Nadia se « sentait trahi doublement » (p.43) : par son pere parce que de son point de vue, il les a quittes, par sa mere parce qu'elle « etait separee des etres et des lieux qui lui etaient les plus chers » (p.43). De ce sentiment resulte une colere silencieuse et un rejet de sa mere. Les sentiments de Nadia sont presentes comme tranches. En meme temps ses « blessures incessantes [...] lui donnent envie de se battre mais la laissent surtout meurtrier et vulnerable » (p.13). En plus, le narrateur nous fait apprendre qu'elle se sent desesperee et pourtant elle a encore des desirs et des reves (cf.p.56). Les deceptions la rendent subsequemment froide, introvertie et silen- cieuse.

En meme temps son desir vigoureux de ne pas se laisser soumettre la rend plus forte (cf.p.80). Elle a une volonte de lutter activement « envers et contre tous » (p.88). Elle a un tres fort desir de liberte et de vivre sans reserve (cf. p. 80). La premiere comme la derniere scene dans l'histoire decrivent comment elle court, esprit ouvert, les bras etendus (cf. p.10 et 168). Courir avec les bras en air est un symbole de liberte et renforce cette image.7 Nadia nous est presentee comme figure courageuse. Elle ose poser des questions mais elles lui sont toutes refusees (cf.p.36). Son entourage, y compris sa mere lui retiennent ses idees et pensees et lui disent de s'adapter (cf.p.36). Elle est si courageuse et curieuse qu'elle se permet de tomber amoureuse de Karim et de vivre son desir sexuel avec lui (cf.p.51 ;86 ;91 ;106). Or, chaque fois qu'elle prend le courage, elle est rejetee. Le narrateur peint une image d'une liberte im­possible dans la societe ou vit Nadia. Quand elle court, son frere l'arrete. Quand elle pose des questions, on lui dit de se taire. Quand elle tombe amoureuse, on rompt avec elle. Quand elle veut rendre visite a son grand-pere, elle apprend qu'il est deja mort et que lui aussi l'a rejetee8 (cf.p.164). On lui interdit alors de bouger, de parler et de penser.

Nadia ressent des attentes de sa famille et de la societe auxquelles elle ne veut ni ne peut se soumettre (cf. p.13 ; 80 ;108). Elle se sent extremement limitee par ceux qui veulent « regir sa vie » et par la pensee de « ce qui se fait et ce qui ne se fait pas » (p.13). Tout comme Nadia, la mere a egalement ete rejetee par la famille de son mari apres la mort de celui-ci (cf.p.41). Le narrateur nous raconte qu'elle a subi chaque humiliation en silence (cf.p.41). Con- trairement a Nadia, la mere est decrite plutot de caractere faible. Elle semble avoir abandonne a la vie et donne ainsi l'impression d'etre desesperee et impuissante (cf.p.72). En conse­quence, la mere ne semble pas avoir la force d'etre autoritaire avec ses enfants et les fait passer beaucoup.

2.2 L'aspect du mensonge

L'aspect de la reaction de Nadia et surtout l'aspect du mensonge seront abordes dans la deuxieme partie. Pour pouvoir voir Karim, Nadia apprend a mentir (cf.p.85). Sa vie est decrite par le narrateur comme « vaste, immense mensonge » (p.167). Elle invente des his- toires et ment sur les raisons de ses retards. La mere semble accepter toute excuse. Particu- lierement concernant ses etudes, la mere ne lui fait aucun reproche.9 Nadia peut dire que les cours avaient dure plus longtemps ou qu'elle avait encore un travail a finir et la mere l'accepte (cf.p.85). Nous pourrions interpreter que la mere ne tient pas a ce que sa fille obtienne une education. Peut-etre qu'elle espere un avenir instruit pour sa fille. Pourtant, nous ne pouvons pas savoir et uniquement faire une hypothese. Il est concevable aussi que la mere a justement perdu tout desir de vie et ne s'interesse pas aux etudes ni meme a la vie de Nadia. On pourrait supposer cela, parce que la mere ne lui pose plus de questions quand elle rentre tard (cf. p.85).

Le narrateur decrit la deception de Nadia concernant le desinteret qu'elle ressent du cote de sa famille : « [ils] s'habituent si vite, si facilement qu'elle s'en etonne. Ce n'est pas de cette liberte-la qu'elle voulait, mais puisque c'est le prix a payer pour avoir le droit de vivre ses reves » (p.85). Il semble que Nadia a besoin d'attention et d'amour. Que quelqu'un s'interesse a elle. L'attention que lui donne sa mere, elle la ressent sous une forme de surveillance (cf.p.30 ;80). Le narrateur nous rappelle plusieurs fois a travers le conte que Nadia n'aime pas vivre sous le regard de sa mere (cf.p.85 ;150). Elle ne se sent pas bien de voir son visage, parce qu'il signifie pour elle son quotidien insupportable (cf.p.150). Nous apprenons que Nadia se sent coupable et se fait des reproches (cf. 98). Elle pense constamment qu'elle trompe sa mere en sachant qu'elle ne satisfait pas ses attentes (cf.p.99). Le narrateur nous apprend qu'en ayant une re­lation sexuelle, elle enfreint le « commandement absolu » (p.98) de ne pas disposer de son corps. Nadia se sent coupable de tout (cf.98). Le narrateur renforce le fait qu'elle ressente un poids enorme sur elle en declarant : « [l'honneur] de toute une famille tient a une membrane » (p.99). Quand Nadia tombe enceinte, elle ne voit qu'une seule option. Elle doit avorter pour que personne ne decouvre la perte de sa virginite (cf.p.128). Nadia a tellement peur que quelqu'un decouvre son crime qu'elle fait tout pour que personne ne le sache (cf.p.140). Par- ticulierement a-t-elle peur que sa mere l'attrape et le narrateur repete : « [sa] mere surtout » (p.142).

2.3 L'aspect de la fermeture et de l'ouverture mentale

Dans la troisieme partie il sera question de relever l'aspect de fermeture et d'ouverture mentale. Egalement sera-t-il d'interet analytique quel impact cela a sur la relation entre la fille et sa mere sera egalement d'interet analytique. En reponse a son sentiment de culpabilite et de rejet, Nadia se renferme dans le vrai sens du terme. Elle s'enferme dans sa chambre (96 ;115) et s'enferme mentalement. Elle s'ouvre seulement a sa seule amie (cf.p.127). Pourtant, le motif de la solitude va a travers l'histoire. Nadia se sent seule dans son combat en tant que moins seule et elle tient beaucoup a ses livres qui sont plus tard brules par son frere radical. Elle va a l'universite et elle semble de se rendre bien compte que l'acces a une education est un premier pas dans une vie plus emancipee (cf.pp.78).

1 Version poche, editions de l‘Aube de 2011

2 Editions de Seuil, 2005

3 Feministische Literaturtheorie

4 Toutes declarations concernant la narration se basent sur les theories de Genette.

5 Par exemple la rupture avec Karim oil quelques moments pendant l'avortement dans Au commencement etait la mer

6 Les histoires contiennent de l'intertextualite. Dans Au commencement etait la mer, Nadia lit Antigone, une tragedie grecque classique. Dans ce style de drame est reparti le discours aussi. Comme les dieux dans Antigone, le narrateur sait tout.

7 Dans la premiere scene elle court sans le voile et dans la derniere le voile tombant avec le vent. Le voile peut ici etre interprete comme symbole de sa vie limitee « sous les regards qui jugent, qui jaugent, qui agressent, qui condamnent » (p.13).

8 Car ses derniers mots etaient le nom de son grand frere.

9 Nadia aime lire et est bonne a l'ecole. Le motif de la lecture est assez tranchant a travers l'histoire. La lecture la laisse sentir

Fin de l'extrait de 24 pages

Résumé des informations

Titre
La relation entre la fille et sa mère dans deux romans maghrébins. Une comparaison de "Au commencement était la mer" et "La jeune fille et la mère"
Université
University of Göttingen  (Romanistik)
Note
1,0
Auteur
Année
2018
Pages
24
N° de catalogue
V1243051
ISBN (Livre)
9783346669834
Langue
Français
mots-clé
narration, fille, mère, féminité, rejet, mensonge, Maghreb, Algérie, femme, complicité, relation, humiliation, rapport sexuel
Citation du texte
Mona Berns (Auteur), 2018, La relation entre la fille et sa mère dans deux romans maghrébins. Une comparaison de "Au commencement était la mer" et "La jeune fille et la mère", Munich, GRIN Verlag, https://www.grin.com/document/1243051

Commentaires

  • Pas encore de commentaires.
Lire l'ebook
Titre: La relation entre la fille et sa mère dans deux romans maghrébins. Une comparaison de "Au commencement était la mer" et "La jeune fille et la mère"



Télécharger textes

Votre devoir / mémoire:

- Publication en tant qu'eBook et livre
- Honoraires élevés sur les ventes
- Pour vous complètement gratuit - avec ISBN
- Cela dure que 5 minutes
- Chaque œuvre trouve des lecteurs

Devenir un auteur