Pourquoi la France et l'Allemagne n'ont-elles pas la même réaction face à un euro à 1,5 US $


Exposé Écrit pour un Séminaire / Cours, 2008
16 Pages, Note: 1,7

Extrait

Table des Matières

1. Introduction

2. Historique

3. La Monnaie unique l’euro

4. L’évolution de l’économie Allemande et Française
4.1 L’Allemagne
4.2 La France

5. Influence du taux de change sur les deux économies

6. Les conflits entre les deux gouvernements et la BCE

7. Conclusion

8. Liste des documents référencés

1. Introduction

Malgré l’introduction de l’euro comme monnaie commune depuis 1999 sur les marchés financiers et depuis 2002 en espèces sonnantes et trébuchantes dans la zone euro, l’euro monnaie qui devrait offrir un cadre économique et monétaire stable contrer la suprématie et la fluctuation du dollar divise les classes politiques de la zone à cause de la hausse du taux de change de l’euro par rapport au dollar. En prenant de près deux pays la France et l’Allemagne Etats membres de la zone euro qui affichent une divergence dans la balance commerciale. En analysant leurs économies, nous pouvons voir les causes réelles de cette différence et nous pourrons répondre à cette question :’ Pourquoi la France et l’Allemagne n’ont-elles pas la même réaction face à un euro à 1,5 US $.’

2. Historique

L’Union européenne (UE) est une union intergouvernementale et supranationale composée de 27 États. Elle est née le 7 février 1992, lors de la signature du traité sur l'Union européenne à Maastricht par les douze États membres de la Communauté économique européenne (CEE)[1].

Le traité sur l'Union européenne est entré en vigueur le 1er novembre 1993, se constitue de trois piliers, qui se distinguent par le mode de décision employé, selon les domaines concernés :

- 1er pilier: les Communautés européennes (CECA, Euratom et CE,). Par ailleurs, la CEE devient la Communauté européenne (CE). Il s’agit d'un pilier supranational relatif aux politiques intégrées (Politique Agricole Commune, union douanière, marché intérieur, Euro, etc.). Pour les matières relevant de ce pilier, les États membres ont transféré une partie relativement importante de leurs compétences à l’Union européenne.
- 2e pilier: la Politique étrangère et de sécurité commune (PESC), coopération intergouvernementale, en matière d'affaires étrangères et de sécurité. L'ensemble des règles relatives à la PESC figure dans le Titre V du traité sur l'Union européenne.
- 3e pilier: la coopération policière et judiciaire en matière pénale, coopération intergouvernementale. Les matières relevant du troisième pilier sont communément appelées les matières JAI (Justice et Affaires Intérieures), même si le traité d'Amsterdam a modifié l'appellation du Titre VI du traité sur l'Union européenne pour rendre compte pour l'essentiel du transfert de matières non pénales (visas, asile, immigration) dans le premier pilier communautaire.[2]

Le but de la CE est d'établir une union économique et monétaire parmi ses membres. Elle se fonde sur « quatre principes » :

- Libre circulation des marchandises : les marchandises peuvent circuler librement, sans taxe, quota ou restriction, entre les États membres.
- Libre circulation des services : les personnes et les entreprises d'un État membre sont libres de fournir des services à d'autres États membres.
- Libre circulation du capital : les personnes d'un État membre peuvent librement investir dans d'autres États membres et sont libres de transférer des fonds entre ces pays.
- Libre circulation des personnes : les citoyens d'un État membre peuvent librement résider et travailler dans un autre État membre.[3]

Pour Bela Balassa, l’union économique et monétaire correspond à la cinquième et ultime phase d’intégration économique avec la création d’une monnaie commune. Elle est généralement précédée de 4 étapes intermédiaires :

1. la zone de libre-échange qui correspond à une suppression des droits de douanes et des limitations quantitatives d’importations entre les pays membres ;
2. l’union douanière qui est une zone de libre-échange dotée d’un tarif extérieur commun (TEC) ;
3. le marché commun, une union douanière où les facteurs de production peuvent circuler sans entraves d’un pays à l’autre ;
4. l’union économique, un marché commun marqué par l’harmonisation des politiques économiques des différents États-membres.

On peut remarquer que bien qu’étant parvenu à réaliser une union monétaire, l’Union européenne peine toutefois à harmoniser les politiques économiques des États-membres[4].

3. La Monnaie unique l’euro

a. Le but de l’euro

En 1992, le traité de Maastricht prévoit la mise en place d'une union politique et monétaire. Ce sera chose faite avec l'entrée en vigueur officielle de l'Euro en 1999 et la circulation de pièces et billets européens en 2002. L'Euro, c'est une vraie monnaie, "sonnante et trébuchante", qui sera émise par une seule banque, la B.C.E (Banque Centrale Européenne) installée à Francfort en Allemagne. La monnaie unique représente le complément logique et indispensable du marché unique.[5]

Le principal enjeu de l'Euro est donc économique et monétaire. La mission des gouvernements européens consiste désormais à agir de façon préventive en offrant un cadre économique et monétaire stable. L'ambition de l'Euro est de contrer la suprématie du billet vert. Mais la bataille autour de l'Euro est également politique. La monnaie unique est perçue de l'intérieur comme un puissant moyen d'intégration européenne. Vue de l'extérieur, c'est aussi un moyen de contraindre un nouveau dialogue entre le Vieux et le Nouveau Monde.[6]

b. Les États membres

La zone euro (ZE15) comprend la Belgique, l'Allemagne, l'Irlande, la Grèce, l'Espagne, la France, l'Italie, Chypre, le Luxembourg, Malte, les Pays-Bas, l'Autriche, le Portugal, la Slovénie et la Finlande.

L’euro est la monnaie commune de 15 États membres de l'Union européenne, qui forment la zone euro. Certains États ou territoires utilisent cette monnaie de facto, comme le Monténégro ou le Kosovo, de par l'influence des pays de la zone euro, ce n'est donc pas leur monnaie officielle. Mis en circulation le 1er janvier 2002 sous sa forme fiduciaire, mais en usage dès 1999, il succédait à l’European Currency Unit (ECU), soit « l’unité de compte européenne », mise en service en 1979.[7]

c. La Zone euro

La zone euro a vu le jour en janvier 1999 lorsque les banques centrales nationales de onze États membres de l’Union européenne (UE) ont transféré à la BCE leurs compétences en matière monétaire. La Grèce a adhéré à la zone euro en 2001, la Slovénie en 2007 et Chypre et Malte en 2008. La création de la zone euro et d’une nouvelle institution supranationale - la BCE - a constitué une étape importante du long et difficile processus d’intégration européenne.[8]

d. La Banque centrale européenne

Depuis le 1er janvier 1999, la Banque centrale européenne (BCE) est responsable de la mise en œuvre de la politique monétaire dans la zone euro - la deuxième économie mondiale après les États-Unis. [9]

Le traité instituant la Communauté européenne et les statuts du Système européen de banques centrales et de la Banque centrale européenne constituent le fondement juridique de la politique monétaire unique. En vertu des statuts, la BCE et le Système européen de banques centrales (SEBC) ont été institués le 1er juin 1998. La BCE est placée au cœur de l’Eurosystème et du SEBC. Conjointement, la BCE et les banques centrales nationales accomplissent les missions qui leur ont été conférées. La BCE, en vertu du droit public international, est dotée de la personnalité juridique.[10]

[...]


[1] http://fr.wikipedia.org/wiki/Union_europ%C3%A9enne

[2] http://fr.wikipedia.org/wiki/Union_europ%C3%A9enne

[3] http://fr.wikipedia.org/wiki/Communaut%C3%A9_europ%C3%A9enne

[4] http://fr.wikipedia.org/wiki/Union_%C3%A9conomique_et_mon%C3%A9taire

[5] http://sgenevois.free.fr/lecon7.html

[6] http://sgenevois.free.fr/lecon7.html

[7] http://fr.wikipedia.org/wiki/Euro

[8] http://www.ecb.eu/ecb/orga/escb/html/index.fr.html

[9] http://www.ecb.eu/ecb/orga/escb/html/index.fr.html

[10] http://www.ecb.eu/ecb/orga/escb/html/index.fr.html

Fin de l'extrait de 16 pages

Résumé des informations

Titre
Pourquoi la France et l'Allemagne n'ont-elles pas la même réaction face à un euro à 1,5 US $
Université
University of Siegen
Note
1,7
Auteur
Année
2008
Pages
16
N° de catalogue
V140984
ISBN (ebook)
9783640482283
ISBN (Livre)
9783640482214
Taille d'un fichier
468 KB
Langue
Français
mots-clé
Pourquoi, France, Allemagne
Citation du texte
Mayunga Simbi (Auteur), 2008, Pourquoi la France et l'Allemagne n'ont-elles pas la même réaction face à un euro à 1,5 US $, Munich, GRIN Verlag, https://www.grin.com/document/140984

Commentaires

  • Pas encore de commentaires.
Lire l'ebook
Titre: Pourquoi la France et l'Allemagne n'ont-elles pas la même réaction face à un euro à 1,5 US $


Télécharger textes

Votre devoir / mémoire:

- Publication en tant qu'eBook et livre
- Honoraires élevés sur les ventes
- Pour vous complètement gratuit - avec ISBN
- Cela dure que 5 minutes
- Chaque œuvre trouve des lecteurs

Devenir un auteur