Une analyse étymologique. Les mots français "balcon", "rire" et "sale"


Dossier / Travail de Séminaire, 2017
5 Pages, Note: 6,0 (CH-System, 6=Bestnote)

Extrait

(1) “plateforme en saillie sur la façade d’un bâtiment et qui communique avec les appartements par une ou plusieurs ouvertures, baies ou fenêtres” [Petit Robert]
(2) “galerie d’une salle de spectacle s’étendant d’une avant-scène à l’autre” [Petit Robert]
(3) “rambarde avant et arrière d’un bateau, assurant la sécurité” [Tlfi]

Étymologie:

-ital. balcone (issu du longobard *balko) (1) (XIVe s.) “plateforme en saillie” [Tlfi]
-afr. baucon (1) (1404) “saillie construite sur la façade d'un bâtiment et entourée d'une balustrade” ([FEW15/1,39b]/[Tlfi])
-fr. balcon (1) (1567) «saillie construite sur la façade d'un bâtiment soutenue par des colonnes ou des consoles et entourée d’une balustrade”; (2) (1829) “petite galerie placé de chaque côté de l’avant-scène en avant et au-dessous des loges de théâtre” [FEW15/1,39a]; (3) (1969) “rambarde avant et arrière d’un bateau, assurant la sécurité” [Tlfi]

Développement étymologique:

Le mot français balcon est un emprunt de l’italien balcone (qui est issu de longobard *balko) [Tlfi]. Le nom peut être classifié comme un emprunt alloglotte. Les italianismes appartiennent “surtout entre le 14e et le 16e siècle dans le vocabulaire des arts et de l’architecture, dans la terminologie musicale, militaire et des banques” (Glessgen 2012, p. 305f.).

Changement morphologique:

Il s’agit d’un mot simple. Ainsi une affixation n’est pas possible et le mot n’a pas subi des changements phonétiques complexes. Cependant, la terminaison de balcone est adaptée au français par la chute du e final.

Changement sémantique:

-passage de (1) à (2) par changement taxinomique: Plus précisément, il s’agit d’une spécialisation, puisque la signification (1) ne précise pas l’emplacement du balcon pendant que la signification (2) se limite aux balcons de théâtre qui se trouvent à l’intérieur d’un bâtiment.
-passage de (1) à (3) par métonymie: Puisque la signification (3) se limite à la rambarde des bateaux, on peut considérer le contiguïté entre les significations(1) et (3) comme une relation partie-tout.

fr. RIRE (DE) verbe

(1) “exprimer la gaieté par l’expression du visage, par certains mouvements de la bouche et des muscles faciaux, accompagnés d’expirations saccadées ou moins bruyantes”; “se réjouir, s’amuser” [Petit Robert]
(2) “se moquer” [Petit Robert]
(3) “ne pas parler ou ne pas faire qqch. sérieusement (soit pour faire rire autrui, soit par ironie ou moquerie)” (ex.: «Cette affaire ne fait plus rire personne, elle est maintenant prise au sérieux.») [Petit Robert]

Étymologie:

-lat. RĪDĒRE (dès IVe s. RĪDĔRE) [FEW 10,395b] (1) “rire, se réjouir”
-afr. rire [Tlfi]) (1) (ca. 1100) “marquer un sentiment de gaieté”; (1269-78) “avoir une expression, un aspect joyeux, agréable”; 1415-18) “se réjouir, se divertir”; (2) (ca. 1165) “se moquer”
-fr. rire (3) (1678 [FEW 10,396a]) “ne pas parler sérieusement”; (4) (1559 [FEW 10,395a]) “avoir un aspect gracieux, qui plaît”

Développement étymologique:

Le mot français rire est hérité du latin RĪDĒRE (au plus tard dès IVe s. RĪDĔRE). Le verbe a survécu dans toute la Romania (par exemple: rum. rîde; it. ridere; frl. ridi; sp. reir; pg. rir). [FEW 10,399b] On peut expliquer le changement du mot avec les lois de la phonétique historique: Entre le 1e et le 4e siècle, des occlusives intervocaliques ont souvent subi un amuïssement (ou dans des autres cas une sonorisation). Dans ce développement, le /-d-/ du verbe latin RĪDĔRE s’amuït. Par conséquence, l’avant-dernière syllabe du mot latin se perd en français pendant que le reste de voyelles et consonnes est conservé.

Changement morphologique:

Il s’agit d’un mot simple. Cependant, le verbe rire est souvent utilisé dans des idiomes et des phraséologies. Il a subi le changement phonétique qui est mentionné dans le paragraphe précédent.

Changement sémantique:

-passage de (1) à (2) par changement taxinomique (spécialisation) et changement évaluatif (péjoration): Se moquer implique qu’on se divertit aux dépens d’autres personnes. Cela implique que la signification (2) comprend d’une part une façon spécifique de s’amuser et d’autre part, une dégradation du sentiment de gaieté.
-passage de (1) à (3) par métonymie: On peut reconnaître une relation de succession entre les deux significations, parce que l’acte de ne pas parler ou faire quelque chose sérieusement a pour effet qu’on rit, ou par contre qu’on a plus rien à rire.
-passage de (1) à (4) par métonymie: Le rire peut entraîner qu’on perçoit une personne comme plus gracieuse. Ainsi, on peut reconnaître une relation de succession, puisque dans la signification (4), l’acte de rire peut provoquer une perception positive.

fr. SALE adj., m. et f.

(1) “dont la netteté, la pureté est altérée par une matière étrangère, au point d’inspirer la répugnance ou de ne pouvoir être utilisé de nouveau sans être nettoyé” [Petit Robert]
(2) “une personne qui manque d’hygiène, se lave insuffisamment” [Petit Robert]
(3) “qui est impur, souillé moralement”; “qui blesse la pudeur par son caractère obscène, ordurier” [Tlfi]
(4) “qui provoque d'importantes retombées radioactives” [Tlfi]

Étymologie:

-frq. *salo (1) “trübe, schmutzig” (12e s. [Petit Robert]/[FEW17,12b])
-afr. sale (1) (1176) “qui a perdu sa netteté”; (2) (ca. 1210) “mal tenu, qui se lave insuffisamment (d'une personne)”; (3) (mil. du 13e s.) “pensée sale” [Tlfi]
-fr. sale (4) (1968) “qui provoque d'importantes retombées radioactives” [Tlfi]

Développement étymologique:

On présume que l’adjectif français sale est emprunté du francique * salo. Le mot avait existé dans le celtique et germanique (“schmutzig”: air. sail; ahd. salo; mhd. sal; ags. salo). Il s’agit ainsi d’un emprunt alloglotte. Puisque le a n’a pas changé pour e, le mot français sale n’est probablement pas emprunté du celtique, mais du francique. [FEW17,14b])

Changement morphologique:

L’adjectif sale est un mot simple. Ainsi une affixation n’est pas possible et le mot n’a pas subi des changements phonétiques à part de la voyelle finale (/o/ > /e/).

Changement sémantique:

-passage de (1) à (2) par changement taxinomique (spécialisation): Pendant que la signification (1) peut décrire un objet quelconque, la signification (2) se limite aux personnes.
-passage de (1) à (3) par métaphore: La signification (3) ne décrit pas l’état effectivement sale d’une personne ou d’une chose, mais elle souligne son caractère négatif et impur.
-passage de (1) à (4) par changement taxinomique (spécialisation): En parlant d’une bombe atomique, la signification (4) de sale se réfère à un objet spécifique.

Bibliographie

FEW, Le dictionnaire étymologique et historique du galloroman, https://apps.atilf.fr/lecteurFEW/index.php/ [20.11.2017].

Gleßgen, Martin-Dietrich (22012), Linguistique romane. Domaines et méthodes en linguistique française et romane, Paris, Colin.

Le petit Robert de la langue française, Dictionnaires le Robert, Paris, 2010, https://pr.bvdep.com/robert.asp> [20.11.2017].

Trésor de la langue française informatisé [= TLFi ], Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS). Recherche des mots (ATILF), Nancy, <http://atilf.atilf.fr/dendien/scripts/tlfiv4/showps.exe?p=combi.htm;java=no> [20.11.2017].

[...]

Fin de l'extrait de 5 pages

Résumé des informations

Titre
Une analyse étymologique. Les mots français "balcon", "rire" et "sale"
Université
University of Zurich
Note
6,0 (CH-System, 6=Bestnote)
Auteur
Année
2017
Pages
5
N° de catalogue
V417042
ISBN (ebook)
9783668680937
Taille d'un fichier
516 KB
Langue
Français
Citation du texte
Adina Kuhn (Auteur), 2017, Une analyse étymologique. Les mots français "balcon", "rire" et "sale", Munich, GRIN Verlag, https://www.grin.com/document/417042

Commentaires

  • Pas encore de commentaires.
Lire l'ebook
Titre: Une analyse étymologique. Les mots français "balcon", "rire" et "sale"


Télécharger textes

Votre devoir / mémoire:

- Publication en tant qu'eBook et livre
- Honoraires élevés sur les ventes
- Pour vous complètement gratuit - avec ISBN
- Cela dure que 5 minutes
- Chaque œuvre trouve des lecteurs

Devenir un auteur