Capitaine Cook dans le Pacifique et la rencontre avec l'autre

Histoire, méthode, comparaison


Élaboration, 2018
27 Pages

Extrait

Abstracts

L’autore riflette sull’incontro tra il Capitano Cook e i “nativi” delle isole del pacifico, ragionando sulle difficoltà di comprensione dovute all’alterità reciproca tra i due gruppi, con ampi riferimenti ai diari di viaggio dell’epoca. In una seconda parte del lavoro argomenta sulla percezione dell’alterità culturale attraverso le fonti storiche, partendo dal dibattito tra Marshall Sahlins e Gananath Obeyesekere e dalla riflessione sul metodo che emerge da quel confronto, per arrivare ad una comparazione con un altro caso di studio molto rilevante, quello preso in esame da Tzvetan Todorov in La Conquête de l'Amérique : la question de l'autre.

L'auteur réfléchit sur la rencontre entre le capitaine Cook et les "indigènes" des îles du Pacifique, en pensant aux difficultés de compréhension dues à l'altérité mutuelle entre les deux groupes, avec de nombreuses références aux documents de l'époque. Dans la deuxième partie de l'ouvrage, il argumente sur la perception de l'altérité culturelle à travers les sources historiques, à partir du débat entre Marshall Sahlins et Gananath Obeyesekere et de la réflexion sur la méthode qui émerge de cette confrontation, pour arriver à une comparaison avec une autre étude de cas très pertinente, celle examinée par Tzvetan Todorov dans La Conquête de l'Amérique : la question de l'autre.

The author reflects on the meeting between Captain Cook and the "natives" of the Pacific Islands, thinking about the difficulties of understanding due to the mutual otherness between the two groups, with extensive references to documents of the time. In the second part of the work he argues about the perception of cultural otherness through historical sources, starting from the debate between Marshall Sahlins and Gananath Obeyesekere and from the reflection on the method that emerges from that confrontation, to arrive at a comparison with another very relevant case study, the one examined by Tzvetan Todorov in La Conquête de l'Amérique : la question de l'autre.

Réfléchir sur un cas historique complexe comme la rencontre entre les Européens et les natifs du Pacifique pendant les voyages du Capitaine Cook est en soi très problématique. Le thème pose une série de questions sur la méthode et les sources qui ont été les protagonistes d'innombrables travaux et débats. Mais plus précisément cette complexité reflète le grand intérêt de ces sujets pour les chercheurs. Dans ce court article, j’ai décidé de me concentrer sur une brève présentation de deux cas, le premier est l'arrivée de Cook aux îles Vanuatu lors de son deuxième voyage et les relations avec les indigènes de l’archipel ; le deuxième cas concerne le troisième voyage de Cook et les événements se déroulent sur les îles hawaïennes, qui vont conduire le capitaine à la mort. Mon objectif est celui de reconstruire brièvement les études importantes sur ce sujet et fournir une brève analyse comparative avec un autre cas historiographique bien connu. Vu l'ampleur des sujets traités, dans la réalité j'ai essayé de me concentrer sur un aspect particulier de la rencontre entre Cook, ses équipages et les natifs des îles du Pacifique, celui de la représentation réciproque. Je suppose dans cet article que devant le « inconnu », l'altérité mutuelle et le problème cognitif que cela impliquait, les deux groupes (indigènes et européens) essayaient d‘ « expliquer » l'autre à travers leur propre façon de penser. Les insérant dans un système de croyances et de connaissances qui pouvait en quelque sorte « ramener » l'altérité dans leur culture. Un processus complexe et non linéaire qui a certainement connu un développement différent même dans les deux cas que je vais essayer d'examiner. Il peut être utile de souligner comment, dans la représentation réciproque, les Européens utilisent aussi leur culture pour décrire les autochtones et expliquer leur comportement. Certainement avec leur spécificité culturelle des hommes du XVIIIème siècle, recourant aussi à des exemples et des modes de pensée typique de leur temps. Je pense qu'il est nécessaire de considérer le problème des sources, beaucoup a été écrit sur l'histoire des peuples sans écriture, se demandant s'il est possible de comprendre leur histoire en se basant uniquement sur des documents d'origine occidentale. Personnellement, je ne veux pas sous-estimer ces problèmes, qui ouvrent effectivement de grandes questions sur la méthode de la recherche historique et la nécessité de développer une critique philologique de l'utilisation des sources, mais je pense que Sahlins a raison quand il dit que nier la valeur de toutes les sources parce que écrites par les Occidentaux signifie en réalité nier la possibilité de faire l'histoire de ces peuples1.

1. Le deuxième voyage de James Cook et la rencontre avec les habitants du Vanuatu

Deuxième voyage de James Cook a eu lieu entre 1772 et 1775. Commandé par le gouvernement britannique en consultation avec la Royal Society2, a été organisée pour le tour du monde à la latitude la plus méridionale possible pour établir, une fois pour toutes, s’il existe ou non une grande masse continentale méridionale, ou Terra Australis. Durant ce voyage, Cook a pris le commandement du voilier HMS Resolution, l'autre navire la HMS Adventure a été confié au commandement de Tobias Furneaux. En plus de tout l'équipement nécessaire pour le long voyage, ils ont été amenés à bord de divers outils (come des couteaux et des haches) et des babioles (comme des perles, des rubans, des médaillons) à utiliser pour le troc ou comme cadeau pour les indigènes3. A son commandement sur l'aventure avait un équipage de quatre-vingt-un hommes qui comprenait Joseph Shank premier officier, et Arthur Kempe en seconde. Il y avait douze soldats de la marine commandés par le lieutenant James Scott, et comme Master John Rowe. L'astronome embarqué était William Bayly. Les scientifiques à bord étaient Johann Reinhold Forster et son fils George. La Résolution transportait un équipage de cent douze hommes. Robert Cooper et Charles Clerke étaient des officiers supérieurs, George Vancouver et James Burney étaient des officiers subalternes. Le Master était Joseph Gilbert. L'astronome était William Wales et William Hodges l'artiste. Il y avait quatre-vingt-dix marins à bord et dix-huit soldats de la marine4. Le voyage commence le 13 juillet 1772. La Resolution a jeté l'ancre à Cape Town le 30 octobre. C'est ici que le suédois Anders Sparrman a rejoint l'expédition en tant que botaniste5. Les navires quittèrent le Cap le 22 novembre 1772 et se dirigèrent vers la zone de l'Atlantique et le Pacifique du Sud. Cook voulait conduire les navires au sud pour traverser le cercle polaire antarctique. Mais après plusieurs semaines de voyage, le 8 février 1773, la Resolution et l'Adventure se sont retrouvées séparées des brumes antarctiques. Furneaux a dirigé l'Adventure au point de la rencontre organisée de la Queen Charlotte Sound, en Nouvelle-Zélande. L’Adventure est arrivée à Queen Charlotte Sound le 7 mai 1773. Cook a continué ses explorations vers le sud-est, à la recherche de la mythique Terra Australis. De Juin à Octobre, les deux navires ont exploré le Pacifique Sud, pour atteindre Tahiti le 15 Août, où Omai originaire de l'île de Raiatea est monté à bord de l’Adventure (Omai est devenu plus tard la deuxième habitant d’une île du Pacifique, après Ahu-Toru, à visite l'Europe)6. Après être venus aux Tonga dans les îles de l'amitié, les navires sont retournés en Nouvelle-Zélande, mais ils ont été à nouveau séparés, cette fois à cause d’une tempête, le 22 octobre. À cette occasion, le rendez-vous à Queen Charlotte Sound a été raté. Cook a laissé un message enfoui dans le sable où il a exposé son plan pour explorer le Pacifique Sud et retourner ensuite en Nouvelle-Zélande. Furneaux a décidé de retourner en Grande-Bretagne et enterré une réponse à cet effet. En Nouvelle-Zélande, Furneaux a perdu certains de ses hommes lors d'un affrontement avec les Maoris, et a finalement navigué vers la Grande-Bretagne, arrivant en Angleterre le 14 juillet 17747. Cook continua plutôt à explorer l'Antarctique. Après plusieurs jours de voyage et de nombreuses traversées du cercle polaire. Cook s'est ensuite dirigé vers le nord pour compléter une énorme parabole dans l'océan Pacifique, et arriver en Nouvelle-Guinée. Il est arrivé à Tonga, à l'île de Pâques, à l'île de Norfolk et en Nouvelle-Calédonie pour arriver enfin au Vanuatu8. Cook et son équipage ont traversé l'archipel pendant six semaines entre le 18 Juillet et le 1er Septembre 1774. Les plus longs contacts avec les indigènes étaient sur les îles de Malakula (dans un lieu qu'il a nommé Port Sandwich, 21-23 Juillet) et Tanna (dans une baie qu'il appelle Resolution). Au milieu, il y a eu une brève mais violente réunion sur Erromango. Ce voyage est très intéressant non seulement pour sa longue durée et parce qu'il a impliqué de nombreuses interactions avec les populations locales, mais aussi parce que nous avons de nombreux documents et un débat beaucoup plus développé autour de ces sources, textes et images. J'ai trouvé très intéressantes les différentes lectures de la présence de Cook au Vanuatu dans les différents textes que je pouvais consulter. En particulier, les différentes lectures données par deux anthropologues comme Anne Salmond et Margaret Jolly en réponse à la question de savoir comment les autochtones ont interprété l'arrivée de l'équipage de Cook et comment les Européens interprètent le comportement des indigènes. Dans son livre « The Trial of the Cannibal dog » Anne Salmond propose une reconstruction des trois voyages du capitaine Cook dans les mers du Sud. Le travail montre comment l'auteur a étudié en profondeur les documents relatifs aux voyages de Cook et une sélection de sources secondaires, avec une forte sensibilité anthropologique sur les cultures du Pacifique. De la lecture, il est clair que le texte est destiné à être accessible à un lecteur non spécialiste. Le style narratif progressif utilisé par Salmond tend à atténuer certaines des différences entre les diverses sources, dans l'intérêt d'une histoire plus compréhensible des événements racontés. Son travail est une « nouvelle », qui met en évidence pas la conquête et le colonialisme qui a suivi le sentier des voyages de Cook, mais la « qualité onirique » de ces rencontres extraordinaires dans lesquelles « deux mondes » est ils se sont affrontés. Tout en reconnaissant la violence de cette collision, particulièrement dans le troisième voyage de Cook, elle soutient la profondeur interculturelle de la rencontre et la transformation mutuelle qu'elle a permis. Alors, elle ne considère pas Cook, soit le héros ou le méchant d'une imagination impérialiste, mais comme un homme qui est devenu de plus en plus polynésien, non seulement aux yeux des peuples du Pacifique, « notre ancêtre Kuki », mais dans sa propre perception. Le « grand navigateur » est plutôt vu comme l'incorporation de « l’autre » comme faisant partie de lui-même9. Le livre ne consacre que quelques dizaines de pages du chapitre treize à l'histoire des rencontres au Vanuatu. Ici Salmond offre un résumé des diverses sources primaires et des idées des commentateurs ultérieurs10. Mais comme Margaret Jolly soutient dans son article « The Sediment of Voyages : Re-membering Quirós, Bougainville and Cook in Vanuatu » Salmond, comme Beaglehole et d'autres avant elle, est enclin à être déterminé à imposer des significations et des motivations aux indigènes et, parfois, trop confiant sur l'autorité ethnographique de ses sources ultérieures11. A propos des premières rencontres à Malakula :

« These people spoke a language unlike any they had previously encountered, constantly using the word “Tomarr”, meaning “ancestors.” According to later accounts, they understood the Europeans to be the ghosts of their forebears and approached them with caution, for such spirits could be malevolent »12

Plus tard dans le texte, après un rapport de la violence entre les hommes Erromango et les équipes de Cook, qu'ils ne pouvaient pas accoster, elle écrit: « Now that these ‘ghosts’ had shown themselves to be hostile, they wanted to drive them away, and they succeeded »13. Enfin, sur l'île de Tanna, elle interprète des offrandes alimentaires aux étrangers comme des offrandes rituelles : « Paowang and two other elders piled up some bunches of plantains, a yam and two taro roots marked by four small reeds as an offering to the white-skinned ‘ghosts’ »14.

Ainsi, la théorie de Salmond est que la traduction originale de « Tomarr » comme ancêtres, fantômes ou mauvais esprits a migré avec Cook de Malakula à Erromango, à Tanna. Cependant, comme Salmond le reconnaît elle-même, la communication des mots et des gestes lors de ces premières rencontres était caractérisée par une grande incertitude, un doute et parfois une déformation totale. Leur guide et interprète tahitien, Tupaia, qui avait été si utile dans beaucoup d'autres îles du Pacifique dans lequel les langues polynésiennes ont été parlées, il était de peu d'utilité en tant que traducteur des langues très différentes qui ont été parlées sur les îles de Vanuatu. De plus, sur chaque île on parlait des langues différentes (pas des dialectes) parmi elles non intelligibles15. Ainsi, malgré les efforts courageux de Johann Reinhold Forster pour rédiger un dictionnaire, il y a souvent eu des traductions erronées, des malentendus et peut-être même des tromperies délibérées dans cette tentative incertaine de communication. Le nom même de l'île de Tanna provient d'une mauvaise traduction. En demandant comment s'appelait l'île, Johann Reinhold Forster a indiqué le terrain, et ses interlocuteurs tannés ont répondu par le mot « tanna », qui signifie terre dans l'une des langues tannaises16. Ensuite, il est rapporté par Salmond un exemple encore plus frappant de malentendu mutuel :

« On 15 August when Johann Forster was in the forest collecting plants, he came across a nutmeg tree where some pigeons were feeding. He asked his guide the local name of this tree, and thinking that Johann was pointing at the birds, the man told him ‘guanattan’ (yawinatuan or ‘green pigeon’ in his dialect). Upon returning to the landing place, Johann showed the leaves from this tree to another group of people, who gave it another name altogether. When Johann testily insisted that this was a ‘guanattan,’ the guide tried to get his fellow islanders to agree, in an effort to placate the stranger. As soon as Johann realised what was going on, he flew into a rage, yelled that he was being cheated, and according to William Wales, shoved the guide with his foot and spat in his face for giving him false information »17

Cet incident a provoqué aussi une violente dispute entre Johann Forster et le capitaine Clerke18. Cet épisode suggère que la traduction des mots et des signes n'était pas une science exacte. En conséquence de ce raisonnement, Margaret Jolly est encline à douter de la théorie de Salmond selon laquelle les Malakuliens, les Erromangans et les Tannes ont perçu tous les Européens comme les "fantômes" de leurs ancêtres, revenus de la mort dans leur apparence malveillante19. Le 21 juillet 1774, alors que les navires approchaient l'île de Malakula, les Européens se sont retrouvés en attente sur la côte des hommes avec des clubs, des arcs et des flèches dans leurs mains, mais aussi agitaient des branches vertes. Après avoir exploré la côte, Cook trouva une baie abritée par un récif de corail et décida d'y jeter l'ancre (dans un endroit qu'il appela Port Sandwich). Les Britanniques ont été approchés par plusieurs hommes dans des canoës qui agitent des branches vertes, plongeant leurs mains dans la mer et versant de l'eau sur leurs têtes et leurs visages.

Voici quelques extraits du « Journal of the Resolution’s Voyage in 1771–1775 » de John Marra :

« The ship was scarce moored before the natives came off in their canoes from the East side of the bay, and many swam from the West side; the distance not above a quarter of a mile. They were of the negroe kind,quite black and woolly headed, poor mean despicable looking wretches, but armed with bows and poisoned arrows, with everyone a club made of hard wood flung over his shoulders. […] As soon as they approached the ship, or came near any of the crew, they sprinkled water over their heads, patted their heads with their open hands, crying Towmarro, Towmarro; but offering no kind of rudeness nor misbehaviour of any kind. They kept about the ship, with lights, after it was dark, and when they had sufficiently gratified their curiosity, they went quietly away »20

Le texte de Sparrman « Voyage Round the World With Captain James Cook » offre encore plus d'informations sur le langage des mots et des signes :

« They were remarkable for their cleverness and quick-wittedness, and they could at once grasp and repeat clearly whatever English or any words I spoke. We, on the other hand, had far more difficulty in imitatingeven a few of their words, which were rich in consonants, and expressed with noise and puffing, as, for instance, Assumbrassum, Bruhmmbrhum and Psoh, the latter being pronounced with an explosion and a shooting forward of the head, not unlike the grimace of an ape. Sometimes they used a hissing sound like that of geese. One of them said he was called Mambrum, another Bonombrooai. I remember that they often uttered a word rich in vowels – tumora »21

Et dans un autre passage :

« As a sign of friendship and peace, they poured water on their heads with their hands, and seemed very satisfied when anyone replied to them with the same ceremony. Do these savages worship the watery element, as the Persians worship its opposite, fire? Have they perhaps some conception of water as an emblem of cleansing, purity, and truth for body and soul or morals, as among the Egyptians and Jews? Or was their self-baptism reminiscent of an ancient rite which was performed and preached far and wide by the disciples of John and Christ for reform and chastity? »22

La série de questions rhétoriques de Sparrman se transforme en une sorte de vertige ethnographique. Mais il n'est pas seul dans son sens de la perplexité. Et cette perplexité et cet émerveillement pour l'étrangeté des étrangers étaient partagées par les ni-Vanuatu. À côté du mot «tomarr» souvent rappelé parmi les Malakuliens, plus tard à Tanna, beaucoup de sources de voyage portent un autre mot, transcrit de diverses manières comme «hibao» ou «hebow». Marra dit: « When these people make a wonder at anything, they cry Hebow, and shake their right hand»23. Sparrman décrit un épisode sur Tanna, quand Cook a donné à un vieillard dans un canoë un miroir, dans lequel il regardait souvent avec stupeur alors qu'il ramait à terre avec son canoë. Là, il était entouré de nombreux autres hommes:

« and while they were looking at themselves in the mirror, there were thousands of shrill outcries of ‘hibao’, for with this the Tannese announced their wonderment over anything strange that they noticed among us, such as our white faces, clothing, weapons».24

[...]


1 M. Sahlins, Capitan Cook, per esempio Le Hawaii, gli antropologi, i « nativi », Donzelli editore, Roma, 1995, p.195-202.

2 A. Salmond, The trial of the cannibal dog Captain Cook in the south seas, Penguin books, London, 2004, p.167.

3 J.C. Beaglehole, The Exploration of the Pacific, Stanford University Press, Stanford, 1966, p.135.

4 Ivi p. 140.

5 A. Salmond, The trial of the cannibal dog Captain Cook in the south seas, cit., p.177.

6 Ivi, p. 207.

7 Ivi, pp. 230-231.

8 Ivi, p. 264.

9 Ivi, pp. 430-432.

10 Ivi, pp. 264-277.

11 M. Jolly, The Sediment of Voyages: Re-membering Quiros, Bougainville and Cook in Vanuatu, In S. Tcherkézoff et D. Tryon (eds ), Oceanic Encounters: Exchange, desire, violence; ANU Press, Canberra, p. 84.

12 A. Salmond, The trial of the cannibal dog Captain Cook in the south seas, cit., p. 265.

13 Ivi, p. 268.

14 Ivi, p.270.

15 M. Jolly, The Sediment of Voyages: Re-membering Quiros, Bougainville and Cook in Vanuatu, cit., p. 85.

16 Ivi, p. 12.

17 A. Salmond, The trial of the cannibal dog Captain Cook in the south seas, cit., p. 274.

18 Ivi., p. 275.

19 M. Jolly, The Sediment of Voyages: Re-membering Quiros, Bougainville and Cook in Vanuatu, cit., p. 85.

20 J. Marra, Journal of the Resolution’s Voyage in 1771–1775, London, 1775, p. 260-262.

21 A. Sparrman, A Voyage Round the World With Captain James Cook in H.M.S. Resolution, Robert Hale, London, 1953, p.135.

22 A. Sparrman, A Voyage Round the World With Captain James Cook in H.M.S. Resolution, Robert Hale, London, 1953, p.136.

23 J. Marra, Journal of the Resolution’s Voyage in 1771–1775, cit., p. 275.

24 A. Sparrman, A Voyage Round the World With Captain James Cook in H.M.S. Resolution, Robert Hale, London, 1953, p. 143.

Fin de l'extrait de 27 pages

Résumé des informations

Titre
Capitaine Cook dans le Pacifique et la rencontre avec l'autre
Sous-titre
Histoire, méthode, comparaison
Université
EHESS
Auteur
Année
2018
Pages
27
N° de catalogue
V426548
ISBN (ebook)
9783668709850
ISBN (Livre)
9783668709867
Taille d'un fichier
596 KB
Langue
Français
mots-clé
capitaine, cook, pacifique, histoire
Citation du texte
Daniele Argenio (Auteur), 2018, Capitaine Cook dans le Pacifique et la rencontre avec l'autre, Munich, GRIN Verlag, https://www.grin.com/document/426548

Commentaires

  • Pas encore de commentaires.
Lire l'ebook
Titre: Capitaine Cook dans le Pacifique et la rencontre avec l'autre


Télécharger textes

Votre devoir / mémoire:

- Publication en tant qu'eBook et livre
- Honoraires élevés sur les ventes
- Pour vous complètement gratuit - avec ISBN
- Cela dure que 5 minutes
- Chaque œuvre trouve des lecteurs

Devenir un auteur