Acteurs et logiques d'appropriation des tics dans les prestations commerciales au marche Dantokpa au Bénin


Mémoire de Maîtrise, 2017
88 Pages, Note: 15/20

Extrait

SOMMAIRE

SOMMAIRE

DEDICACES

REMERCIEMENTS

LISTES DES SIGLES ET ACRONYMES

LISTE DES TABLEAUX ET GRAPHIQUES

INTRODUCTION

RESUME

SUMMARY

PREMIERE PARTIE : CADRES THEORIQUE ET METHODOLOGIQUE DE LA RECHERCHE

CHAPITRE I : CADRE THEORIQUE DE LA RECHERCHE

CHAPITRE II : CADRE PRATIQUE ET METHODOLOGIQUE

DEUXIEME PARTIE : LOGIQUES D’UTILISATION DES TICS ET PRESTATIONS COMMERCIALES

CHAPITRE III : TICS ET ENJEUX COMMERCIALES : CONSTRUCTION SOCIALE DES TICS A DANTOKPA

CHAPITRE IV : L’ETAT FACE A LA GOUVERNANCE DES TICS DANS LE DEVELOPPEMENT DES PRESTATIONS COMMERCIALES

CONCLUSION

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

ANNEXES

TABLE DES MATIERES

DEDICACES

-Abbildung in dieser Leseprobe nicht enthalten A mon père et à ma défunte mère qui m’ont toujours appris que tant qu’on vit, il faut persévérer et se battre jusqu’au dernier souffle pour conserver sa dignité.
-Abbildung in dieser Leseprobe nicht enthalten A mon épouse et à tous mes enfants, ceci est le fruit de notre sacrifice commun ;

REMERCIEMENTS

Mes sincères remerciements vont à l’endroit :

- De tous les enseignants-chercheurs du département de Sociologie- Anthropologie qui, durant quatre ans n’ont ménagé aucun effort pour nous encadrer lors des Travaux dirigés, dispenser des cours et donner des conseils pour faire de nous de futures cadres compétents ;
- Du Maître Assistant NANGBE Florentin, enseignant-chercheur du département de Sociologie-Anthropologie, notre directeur de mémoire pour son suivi permanent et ses divers conseils qu’il ne cesse de nous prodiguer ;
- De tous les acteurs de près ou de loin qui ont participé à la réalisation de ce document.

LISTES DES SIGLES ET ACRONYMES

Abbildung in dieser Leseprobe nicht enthalten

Liste des tableaux et graphiques

Tableau 1: Répartition des enquêtés suivants les groupes cibles et la taille de l'échantillon

Tableau 2: Planning de la recherche

Graphique 2: Utilisation du téléphone à Dantokpa

Graphique 3: Usages du téléphone fixe et du portable à Dantokpa

Graphique 4: Utilisation de l'ordinateur

Graphique 5: Usages de l'ordinateur

Graphique 6:Utilisation de l'internet à Dantokpa

Graphique 7: Raisons de non utilisation de l'internet à Dantokpa

RESUME

Les technologies de l’information et de la communication (TICS) apparaissent aujourd’hui comme un puissant outil économique, social et politique. Grâce aux prestations qu’ils offrent en permettant aux plus défavorisés d’avoir accès en un temps record aux informations, les traiter et les diffuser efficacement et sur une échelle sans précédent. Cette situation a transformé les systèmes commerciaux au point où on assiste au développement de nouvelles techniques et prestations commerciales. C’est dans ce contexte qu’une recherche a été effectuée. Elle a recouru aux modalités de fonctionnement et à la nature des rapports sociaux entre les acteurs impliqués ainsi qu’à leur perception pour appréhender leur degré d’implication et les logiques qu’ils développent autours des TIC. S’appuyant sur une démarche de type qualitatif transversal, 200 acteurs à divers niveaux ont été entretenus. Les résultats montrent que les tics favorisent l'émergence du changement de mode de travail en relation avec la mise en œuvre et l'appropriation d'une nouvelle pratique technologique. Elles conditionnent le développement de nouvelles formes d'activités coordonnées, par la médiatisation de la communication et l'échange d'informations. Les rapports sociaux construits aux tics laissent entrevoir le fonctionnement social et communicationnel de l'organisation au travers de l'usage des tics.

En effet, les tics permettent de modifier la manière habituelle d’envisager l’organisation du travail. Ils sont des outils de coordination et surtout de production. L’efficacité de leurs usages nécessite la prise en considération des conditions de la mise en œuvre du dispositif et l’accompagnement car, une pratique cohérente et homogène des tics est essentielle pour atteindre le développement humain durable.

Motsclés : acteur, logiques, appropriation, tics

SUMMARY

The technologies of information and the communication (TICS) appear today like a powerful economic, social and political tool. Thanks to the benefits that they offer while allowing the most under privileged to have access on the news in one record time, to treat them and to distribute them efficiently and on a scale without precedent. This situation transformed the commercial systems to the point where one attends the development of new techniques and commercial benefits. It is in this context that a research has been done. She/it resorted to the modes of working and the nature of the social reports between the implied actors as well as to their perception to fear their degree of implication and the logics that they develop around of the TWITCH. Leaning on a gait of transverse qualitative type, 200 actors to various levels have been maintained. The results show that the tics encourage the emergence of the change of fashion of work in relation with the setting in work and the appropriation of a new technological practice. They condition the development of new shapes of activities coordinates, by the mediatization of the communication and the exchange of information. The social reports constructed to the tics let glimpse the social working and communicational of the organization through the use of the tics.

Indeed, the tics permit to modify the manner usual to consider the organization of work. They are tools of coordination and especially of production. The efficiency of their uses requires the consideration of the conditions of the setting in work of the device and the accompaniment because, a coherent and homogeneous practice of the tics is essential to reach the lasting human development.

Key words: actor, logical, appropriation, tics

INTRODUCTION

L’avènement des technologies de l’information et de la communication fait partie des innovations fondamentales qu’a connues le monde entier ces derniers siècles et qui a induit des mutations considérables dans le développement socioéconomique des sociétés humaines. Les tics redéfinissent aujourd’hui les fonctions de l’information, son parcours, son utilisation au sein des sociétés.

Ainsi, l’organisation du travail, les cultures, les rapports sociaux,… sont affectés par la redéfinition des notions d’espace et de temps, la transformation des manières de produire, d’échanger, de communiquer et d’apprendre. Avec l’insertion de l’internet et la vulgarisation croissante des équipements multimédias au cours des années 1990, les tics sont comme un outil, une opportunité pouvant impulser le développement de l’Afrique en général et du Bénin en particulier (Dakouré, 2014). Dès lors, l’engouement autour de leur insertion et l’augmentation de leur utilisation sont devenus important.

Le Bénin fait partie des pays dont l’économie est prédominée par le secteur tertiaire et informel. Ses marchés, notamment Dantokpa, est au cœur des systèmes commerciaux et, grâce aux mutations qu’elle a connues, constitue aujourd’hui un centre de création de richesse et un important support de croissance économique. Il constitue un générateur de recettes locales et un véritable pôle de dynamisme économique pour le Bénin. Dans ce cadre, il assure trois fonctions essentielles. La première concerne la fonction économique ; le marché demeure un lieu de transactions commerciales et par ricochet, un pôle d’emploi. La deuxième est la fonction sociale du fait qu’il établit un lieu de rencontre et d’échange entre les citoyens. La troisième s’articule autour de la fonction urbaine et politique car, les marchés constituent des axes de centralité à proximité des équipements collectifs (AFD, 2015).

Autrefois, l’absence de connectivité limitait l’accès à des informations sur le marché ainsi qu’aux services financiers, sanitaires et éducatifs. Aujourd’hui, les tics constituent une importante plateforme de distribution et de fourniture des services publics et privés en zones rurales et urbaines, locales, nationales et internationales. Ils sont alors considérés comme l’élément pouvant insuffler l’augmentation de la productivité et l’efficacité des marchés. Ils contribuent à l’émancipation des populations et leur permettent d’améliorer le niveau et la qualité de leur vie. Ainsi, les tics doivent être utilisés judicieusement, notamment dans les secteurs responsables de l’économie du pays. Dantokpa représente l’un des plus grands pôles économiques du Bénin. Ce marché est apprécié dans la sous-région et même à l’international. Marché à vocation sous régionale voire internationale, il attire bien de commerçants et acheteurs de plusieurs pays de la sous-région.

Cependant, des clients ont du mal à localiser le marché Dantokpa, à visiter pour s’enquérir des produits voulus dans ce dernier. Même s’il existe un plan du marché, il n’est pas toujours facile de repérer les emplacements du commerçant spécifique ou du produit désiré dans ce marché. Cette situation peut s’expliquer par une sous exploitation des tics dans le développement de ce marché et du développement de son ouverture sur la population. Il urge de cerner les logiques autour de l’appropriation des tics et les usages s’y afférentes dans les prestations commerciales. A cet effet, ce mémoire est subdivisé en deux parties. La première présente le cadre théorique et méthodologique tandis que la deuxième présente les logiques d’utilisation des tics et les prestations commerciales.

Première partie : Cadres théorique et méthodologique de la recherche

Chapitre I : Cadre théorique de la recherche

I- Cad r e théorique

Toute investigation scientifique part le plus souvent d’un constat, d’une observation empirique, d’une intuition, d’un intérêt personnel, parfois un présupposé, voire un a priori La recherche en sciences sociales se spécifiant dans une approche conceptuelle, le cadre théorique et conceptuel permet de circonscrire le sujet en faisant ressortir le problème spécifique auquel il fait référence ainsi que l’orientation stratégique de la recherche.

Problématique

La problématique est dans une certaine mesure le fil conducteur de la recherche. Elle est un exercice itératif qui part de l’élucidation du problème étudié à l’ensemble des hypothèses et des orientations du problème. Elle constitue l’approche ou la perspective théorique adoptée pour traiter le problème abordé dans la recherche. Elle s’articule autour de l’élucidation du problème étudié ainsi que les objectifs qui y sont assignés.

Problème central

Les technologies de l’information et de la communication (TICS) apparaissent aujourd’hui comme un puissant outil économique, social et politique. Grâce aux prestations qu’ils offrent, les plus défavorisés peuvent accéder en un temps record aux informations, les traiter et les diffuser efficacement et sur une échelle sans précédent. Cette situation a transformé les structures de marché et les formes de concurrence (Capiez , 2001) au point où on assiste au développement de nouvelles techniques et prestations commerciales. Les tics favorisent l'émergence du changement de mode de travail en relation avec la mise en œuvre et l'appropriation d'une nouvelle pratique technologique (Comtet, 2007). Ils conditionnent le développement de nouvelles formes d'activités coordonnées, par la médiatisation de la communication et l'échange d'informations. Les rapports sociaux construits aux tics laissent entrevoir le fonctionnement social et communicationnel de l'organisation au travers de l'usage des tics.

En effet, les tics permettent de modifier la manière habituelle d’envisager l’organisation du travail. Ils sont des outils de coordination et surtout de production. L’efficacité de leurs usages nécessite la prise en considération des conditions de la mise en œuvre du dispositif et l’accompagnement car, une pratique cohérente et homogène des tics est essentielle pour atteindre l’efficacité encourue.

Selon le PNUD (2001), pour l’accélération de la croissance économique, les tics occupent une place importante à caractère transformateur et induisent des changements profonds et significatifs. A Dantokpa, pôle économique du Bénin, force est de constater que la plupart des acteurs (commerçants, acheteurs, courtiers….) utilisent aujourd’hui le téléphone sans fil qui constitue l’un des tics. A l’ère de l’internet où on note la naissance de l’économie numérique axée sur la visibilité des échanges commerciaux sur les plates-formes virtuelles, très peu de commerçants de Dantokpa laissent entrevoir leurs produits pour faire des prestations commerciales virtuelles.

Or, cet état permet de rationaliser l'activité pour économiser le temps et augmenter la réflexivité (Comtet, 2007). Les tics rendent visibles et fixent les transformations des relations sociales et des prestations commerciales qui s’effectuent grâce à elles (Proulx, 2001). Dans la mesure où la disponibilité des tics est effective mais son insertion dans les activités économiques demeure moindre, il importe de savoir la question de l’appropriation et des usages et prestataires du marché Dantokpa.

Selon Delmato (2004), les tics provoquent aujourd’hui le commerce en ligne et incitent de ce fait les acteurs du secteur organisation à adopter de nouvelles façons de faire pour mieux exploiter les nouvelles possibilités de circulation des connaissances et par ricochet augmenter le gain de productivité.

Le premier Sommet mondial sur la société de l’information à Genève du 10 au 12 décembre 2003 a consacré les tics comme principale levier de développement. La disposition d’équipements technologiques et l’appropriation des tics sont devenues alors des enjeux importants pour les institutions internationales (La France et al, 2010). Dans ce cadre, le Bénin à l’instar d’autres pays de la sous-région a mis en place des stratégies en vue de l’insertion des tics au service du développement. Dans la mesure où, Dantokpa représente son monopole économique, il importe que l’utilisation des tics intervienne dans les prestations commerciales. Les outils technologiques se diffusent avec une rapidité sans précédent (Mc Lean : 2009), en Afrique en général et au Bénin en particulier.

En effet, le téléphone portable est devenu depuis quelques années le fer de lance de la révolution numérique africaine (Compiègne, 2011) au point où la construction et l’exploitation efficace des réseaux GSM s’étendent jusqu’aux communautés rurales les plus reculées (Senghor, 2007).

Mais pour que les tics répondent aux objectifs, il faut d’abord une appropriation et des usages en faveur de ces derniers. Ces usages sont fonctions des pratiques et représentations des objets techniques et matrices culturelles et contextes sociopolitiques (Proulx, 2001). La question se pose alors de savoir quelles sont les logiques autour de l’appropriation des tics dans les prestations commerciales à Dantokpa ?

Pour répondre à cette préoccupation fondamentale, la présente recherche se base sur les hypothèses et objectifs suivant.

Hypothèses et objectifs

- Hypothèses

Les hypothèses qui sous-tendent cette recherche sont :

H1: Les usages des tics dans les prestations commerciales à Dantokpa sont fonction des représentations sociales des commerçants de ses applications.

H2: Le contexte mondial actuel et les défaillances au sein des politiques publiques influent sur l’insertion des tics dans les pratiques commerciales.

- Objectifs

Vue la préoccupation de cette recherche, les objectifs poursuivis par cette recherche sont les suivants.

- Objectif général

L’objectif général de cette recherche est de déterminer les logiques autour de l’usage des tics dans les prestations commerciales à Dantokpa.

- Objectifs spécifiques

Conformément aux hypothèses ci-dessus mentionnées, les axes spécifiques de cette recherche sont :

OS1 : identifier les représentations sociales des outils technologiques en relation avec les prestations commerciales ;

OS2: cerner les limites des politiques publiques et l’aspect du contexte mondial qui influence l’insertion des outils de technologies dans les pratiques commerciales à Dantokpa.

Justification du choix du sujet

Le choix d’un sujet de recherche est fonction d’un certain nombre d’observations et/ou de motivations. Ceux qui sont la base du choix de celui-ci s’énoncent comme suit.

Du contexte

La présente recherche s’inscrit dans le cadre de la rédaction d’un mémoire de fin de formation au Département de Sociologie et d’Anthropologie à la Faculté des Lettres, Arts et Sciences Humaines de l’Université d’Abomey- Calavi. Elle est un paramètre servant à valider l’obtention du Diplôme de Maîtrise ès Lettres Sociologie-Anthropologie. Cette recherche permet de juger les potentialités du chercheur à travers son analyse des logiques autour de l’utilisation des tics dans les prestations commerciales à Dantokpa.

Des raisons subjectives et objectives

Les tics constituent des enjeux de développement à l’ère de la mondialisation et de la globalisation. Dans le cadre du renforcement des échanges inter et intra-entreprises, sur le plan national et international, la conception et la mise en place de dispositifs informatiques d'information et de communication se sont amplifiées. Les produits tics disponibles aujourd’hui sont largement diversifiés suivant des gammes spécifiques. La problématique de l'usage des TIC dans les échanges professionnels voire commerciales influe aujourd’hui sur la résonnance de l’économie pour la visibilité et la compétitivité mais aussi sur le contexte social. Les Tics favorisent aujourd’hui la communication à distance. Leurs usages permettent de maintenir et d'accroître la capacité de production et l’amélioration voire le développement de nouvelles formes d'activités. Mais pour que ceci soit effectif, la question de l’appropriation est primordiale. Grâce aux prestations qu’offrent les TIC, les plus défavorisés peuvent accéder en un temps record aux informations, les traiter et les diffuser efficacement et sur une échelle sans précédent. Cette situation peut favoriser le développement de nouvelles techniques et prestations commerciales.

Dantokpa représente au Bénin et même dans la sous-région, le plus haut lieu où s’égrènent chaque jour plusieurs prestations commerciales. De par l’affluence que connait ce marché, des problèmes de sécurité s’y posent chaque jour. En effet, l’incivisme est un fléau qui aujourd’hui sévi de façon grandissante dans notre pays et surtout dans les lieux d’échanges commerciales. Ce phénomène est d’autant plus allégeant qu’il empêche d’une certaine manière l’essor de l’économie du secteur informel que représente en grande partie, le marché Dantokpa. Ces incidents sont tous autant dus aux problèmes liés aux techniques commerciales qu’au non maitrise de la localisation de chacun des services fournis par le marché. Bon nombre de clients se font arnaquer chaque jour dans ce marché, du fait qu’ils n’arrivent point à situer les véritables prestations fournies par chacun des usagers. Cette situation les amènent à avoir des prestations en dessous de la qualité normales qui est sensée leur convenir. Dans ces conditions, une meilleure visibilité sur le marché s’impose. Aujourd’hui, la SOGEMA tente une restructuration et une modernisation du marché vu les incohérences qui y sont observées. Ce projet d’envergure ne peut point donner une meilleure satisfaction qu’en recourant à l’insertion des TIC et utilisation des applications s’y afférentes dans ce marché. Or, bon nombre d’outils TIC sont utilisés dans ce marché qui représente aussi un haut lieu de distribution de ces outils. De point de vue subjectif, ce sont ces situations observées qui ont suscité la curiosité scientifique qui se matérialise à travers le choix de ce sujet de recherche.

Pour ce qui est des raisons objectives, la déconstruction du fait social renvoie forcément à une démarche méthodologique rigoureuse et bien élaborée par l’observateur avertie et attentionnée. La sociologie dans sa dimension fondamentale se propose d’analyser l’appropriation des tics dans les prestations commerciales à Dantokpa à travers les logiques et usages des acteurs. Cette recherche est un canal pouvant servir à l’élargissement des capacités d’écritures scientifiques et d’articulation des paradigmes sur la question des usages sociaux des tics. L’analyse de l’appropriation des Tics à savoir ce qu’en font réellement les commerçantes de Dantokpa constitue une entrée méthodologique pour identifier les logiques d’appropriation à l’œuvre derrière les usages dont les TIC font l’objet au sein de cette région du continent. Selon Ndiaye, (2008) «une description précise ainsi qu’une analyse voire une compréhension du phénomène de l’appropriation des objets techniques permet de saisir les façons de penser, d’agir et de se comporter propres aux individus et aux groupes sociaux ». Tel que mentionné par Proulx (2005), il y a des facteurs techniques au même titre que des éléments du social qui interviennent dans l’articulation des usages des TIC. C’est dans l’articulation entre environnements sociaux, identités des usagers et objets techniques que se joue l’enjeu de l’appropriation. Du point de vue objectif, telles sont les paramètres ayant conduit au choix de ce sujet.

Approche conceptuelle

Le concept est une représentation mentale de quelque chose réduite à l’essentiel. Ainsi, c’est une construction et n’a de sens réel que pour celui qui l’emploie. Il est alors important de le disséquer et le clarifier pour avoir une compréhension exacte. L’approche conceptuelle consiste, dans le cas de ce travail, à présenter le cadre conceptuel et la clarification conceptuelle.

Le cadre conceptuel est l’ensemble des connaissances, théories, qui ont un rapport avec le sujet de la recherche. Celles-ci sont fondées sur des principes qui organisent la réflexion à propos d’un objet ou d’une situation. Il oriente et enrichit la problématique en fécondant les hypothèses pour leur donner toute l’envergure de leur signification à travers l’élucidation des idées directrices. Le cadre conceptuel est le lieu de l’articulation de sens contenu dans les variables. Il consiste à présenter le problème qui fait la centralité de la recherche et les différentes variables afférentes aux hypothèses de travail. L’objectif est de rendre plus visible les relations entre les variables et le problème et permettre la définition et l’orientation que les concepts prennent dans la recherche. Le cadre conceptuel organise la recherche en orientant la démarche de pensée et la logique des différentes étapes. Le cadre conceptuel de cette recherche se présente comme suit :

Les concepts n’ont point un sens univoque et ne contentent pas de nommer et de décrire des pratiques et des réalités sociales. Ils orientent et participent au processus de construction de la réalité sociale dont ils sont sensés rendre compte. Ils méritent donc d’être pris au sérieux, car ce sont les témoins qui se font souvent mieux entendre que des documents. C’est pourquoi l’une des caractéristiques importantes de toute communication est le consensus sur la perception des mots utilisés. Porteurs de sens, ils varient selon le contexte car, ils sont des représentations mentales, générales et abstraites des phénomènes et de leurs relations. Il est donc crucial de les définir en référence au contexte de leur usage. Vu la pertinence de cette démarche, les explications ont été empruntées au domaine de la Sociologie, de l’Anthropologie et tenant compte du contexte de la présente recherche afin de mieux élucider les concepts suivant : acteur, logiques, appropriation, tics.

L’acteur se rapporte à tout individu qui agit selon ses propres desseins, suivant ses propres motivations. Il est l’individu qui prend une part active, joue un rôle important, remplit des fonctions, selon des motivations pour des fins qui lui sont, en tout ou partie, personnelles. Il est, comme le souligne Kpatchavi (2005), « celui qui joue un rôle incontournable dans l’arène sociale, celui qui se trouve au centre des enjeux de par sa position et sa fonction sociale ».

Le mot logique vient du mot grec logos qui signifie discours . La logique renvoie à la rationalité derrière toute action ( Amblard, 1996 ). C’est l’ensemble des expressions ou explications relatives aux conséquences d’un raisonnement qui repose sur une cohérence. Les logiques sont issues des discours des acteurs. Elles ne relèvent pas nécessairement d’une rationalité scientifique mais aussi du sens pratique voire sociale. Dans la présente recherche les logiques d’appropriations sont les raisonnements qui justifient les usages des tics et applications tics dans les prestations commerciales.

L’appropriation est définie par Breton et Proulx(2002) comme la maîtrise cognitive et technique d’un minimum de savoir-faire permettant éventuellement une intégration significative et créatrice de celle-ci dans la vie quotidienne de l’individu et de la collectivité. Pour Ndiaye (2008), les usagers, en tant qu’acteurs dotés d’un minimum de savoir-faire nécessaire pour rendre les tics opérationnels, sont à la base de la notion d’appropriation. Dans le cadre de cette recherche, elle désigne le processus par lequel un individu ou une communauté intègre les tics à leurs besoins en leurs assignant des fonctions et des finalités propres à ces besoins (Erwin et Taylor, 2005). Selon Proulx (2005) l’appropriation nécessite trois conditions essentielles que sont : un minimum de maîtrise technique et cognitive face à l’objet technique, l’intégration de l’objet technique dans ses pratiques quotidiennes et la participation indirecte ou directe des usagers au processus innovant à travers l’usage répété de la technologie. Ainsi, l’appropriation d’une technique doit impérativement se trouver en synchronie avec des moments de transformation significative de pratiques considérées comme subjectivement importantes par les individus concernés (Granjon et al 2009). Selon Chéneau-Loquay (2010), la participation au processus innovant crée les conditions propices à une accélération des changements induits et attendus des tics et revêt différentes formes. Ces dernières témoignent de la capacité des acteurs à adapter les tics à leurs spécificités locales, à leurs manières de faire en créant ainsi leurs propres usages créatifs de ces dispositifs techniques. La réunion des trois conditions essentielles permet l’appropriation des tics et par ricochet, la production d’un effet de levier qui conduit ultimement à l’autonomisation des usagers (Proulx, Rueff et Lecomte, 2007).Le phénomène de l’appropriation fait ressortir le vécu des usagers, en l’occurrence leur statut social, leur personnalité, leurs trajectoires d’usages des outils technologiques, le contexte social dans lequel ils vivent, etc. (Charest et Bédard, 2013). Le système technique devient ainsi l’objet d’un investissement symbolique, soit « l’occasion d’une cristallisation de représentations sociales et individuelles » que l’usager associe et projette vers la technologie (Proulx, 2005).

Le concept de TIC englobe une vaste réalité (Castoriadis, 2011).Faisant l’objet d’une multitude de définitions, tantôt élargies, tantôt plus restrictives, les tics représentent de façon générale « l’ensemble des technologies numériques issues de la convergence de l’informatique et des techniques évoluées du multimédia et des télécommunications » (Office québécois de la langue française, 2013). L’avènement de la société de l’information est en effet associé à l’émergence de nouvelles TIC, telles que les ordinateurs, le courriel électronique, les téléphones cellulaires, les scanneurs, les consoles de jeu, etc., indissociables toutefois de l’évolution d’Internet. Ne constituant qu’une facette des TIC, le téléphone mobile de même qu’Internet, et son principal support d’accès et de consultation, l’ordinateur, représentent les tics les plus utilisées par le grand public dans les sociétés actuelles (Bonjawo, 2011). Les technologies «traditionnelles », qui sont entrées progressivement dans les habitudes et les modes de vie quotidiens des populations et qui regroupent essentiellement la radio, la télévision et le téléphone fixe, sont quant à elles exclues du concept de TIC par les chercheurs (Thioune, 2003; Webb et Young, 2006; Buskens et Webb, 2011; Rhodes, 2005). Aujourd’hui, ce n’est plus tant la détention de l’information et du savoir qui confère du pouvoir aux citoyens, mais leur capacité à s’approprier les TIC et à en développer de nouveaux usages. Cette recherche s’est limitée à l’ordinateur, à l’utilisation de l’Internet et au téléphone portable. Ces trois tics sont reconnues par plusieurs chercheurs comme les dispositifs dont les Ouest-Africaines sont le plus susceptibles de s’approprier du fait que leur accès s’est largement démocratisé dans cette région du continent et qu’ils font l’objet d’usages créatifs et innovants par les citoyens à un rythme très soutenu (Buskens etWebb, 2011; Steeves, 2008).

Etat de la question et modèle d’analyse

Dans une logique de recherche scientifique, on est rarement le premier à entreprendre. Le champ thématique est souvent balisé par d’études appropriées ou d’études voisines. Il est important de cerner les aspects déjà abordés afin de mieux se positionner dans un cadre s’analyse spécifique. Il est question ici de faire l’état point des problématiques déjà abordées et de faire ressortir la perspective dans laquelle s’insère cette présente recherche.

Revue de littérature

La revue de littérature constitue une étape cruciale pour tout chercheur. Les recherches sur l’utilisation des tics ont amorcé leur essor entre 1990 et 2000 où divers auteurs s’y sont intéressés ainsi que leur rôle important dans les transformations qui affectent les sociétés contemporaines. Pour Castells (2000), les transformations entraînées par les TIC interviennent dans un contexte de globalisation. Les technologies numériques ont favorisé la réorganisation en profondeur du mode de production et de consommation (Klein et al, 1999; Proulx, 2002).

Au début du 21èmesiècle, les tics ont été qualifiés de « moteurs du progrès humain » (Ndiaye, 2008). Le PNUD (2001) soutient que les outils technologiques sont ‘’des outils sans précédents’’ qui permettent aux différentes classes sociales d’avoir accès à l’information au même moment grâce à l’internet et suppriment ainsi les obstacles aux opportunités économiques. Dans ce cadre, la déclaration finale du 1er sommet mondial sur les sociétés de l’information stipule que bien utilisées, les TIC améliorent la qualité de vie, stimulent la participation politique et promeuvent la cohésion sociale et l’égalité dans toutes les régions du monde (PNUD, 2003). Cependant, la mondialisation et l’avènement des TIC favorisent les sociétés urbaines, où se retrouvent concentrés les flux de capitaux, d’information et des avoirs, au détriment des pays du tiers-monde. (Mottin-Sylla, 2005). Dans ces pays dont le Bénin, l’accès aux outils technologiques est beaucoup plus restreint (Veltz, 1999).

Aujourd’hui, l’Afrique occupe la seconde place au niveau mondial, après l’Asie, en termes de nombre de connexions. Cette situation est due à plusieurs facteurs dont le fait que l’usage du téléphone sans fil est beaucoup mieux adapté au contexte des pays en développement où le développement du téléphone fixe nécessite des lignes terrestres dont le coût est prohibitif (Mbarika et al.,2007). De ce fait, toutes les couches et classes sociales se sont appropriées le téléphone portable comme instrument de communication (Jorge, 2006; Holvo et et al, 2007) au point où 80% des africains possèdent leur propre cellulaire (Loukou, 2012). Aussi, l’internet a connu son essor en Afrique. On note une évolution ascendante des utilisateurs (Krook, 2013) même si le nombre d’utilisateurs d’Internet demeure relativement faible par rapport à ceux qui disposent d’un téléphone mobile. Pour Bessette (2007), le faible taux d’utilisation de l’internet en Afrique en général et au Bénin en particulier s’explique par une infrastructure Web médiocre et insuffisante. Paradoxalement, la profonde évolution du marché des télécommunications africain a montré que la libéralisation et la privatisation dans le secteur des télécommunications ont attiré d’importants flux d’investissements qui ont permis de construire et d’exploiter efficacement de nouveaux réseaux qui s’étendent jusque dans les communautés rurales les plus reculées (Senghor, 2007). Aussi, c’est sur le continent africain que l’on trouve le coût d’abonnement à Internet le plus élevé au monde (Bonjawo, 2011).L’usage d’Internet est en hausse constante et la progression du nombre de connexions au Web demeure impressionnante.

Selon plusieurs auteurs, la récente explosion des tics en Afrique en général et au Bénin en particulier, y a introduit des transformations socioéconomiques. Pour Dahmani (2007), le secteur de la pêche au Bénin connaît une meilleure organisation du circuit de distribution des produits grâce au téléphone portable. Il a noté qu’ avant même le retour des piroguiers, ces derniers pouvant aviser les commerçants de la quantité de poissons rapportée avant de toucher terre. Pour Brännström (2011), le cellulaire permet aux agriculteurs des zones rurales du Kenya d’être informés du prix des aliments au marché sans être obligés de se déplacer en ville via l’application mobile Food Net, créée par une société américaine, qui leur envoie par message les prix de gros et de détail des produits agricoles. Pour ce même auteur, le téléphone portable favorise la reconnexion de la famille élargie en Afrique subsaharienne qui est caractérisée par une société à forte tradition orale. Pour ce faire, le téléphone portable s’impose comme un outil précieux de sociabilité, facilitant les échanges familiaux entre ceux qui demeurent en ville et ceux éloignés des grands centres. Ainsi, l’utilisation de l’internet et du téléphone portable a sensiblement amélioré les conditions de vie de certains citoyens d’Afrique en général et du Bénin en particulier.

Les gouvernements africains à l’instar du Bénin, conscients des retombées potentielles des Tics sur leur économie, centrent de plus en plus leurs politiques de développement autour du téléphone portable et de l’internet (Alzouma, 2008). Dans ce cadre, les investissements dans l’e-gouvernance visent à améliorer les performances des administrations africaines et assurer la transparence des processus électoraux (Slater et Kwami, 2005). Toutefois, le point commun à tous les programmes de développement des tics réside dans la certitude que celles-ci permettent aux Africains de faire un pas de géant sur la voie du développement et de l’autonomisation (Alzouma, 2008).L’appropriation des outils numériques semble leur donner des moyens efficaces de prendre part plus activement au développement de leur communauté. Dantokpa constitue l’un des grands marchés béninois qui a évolué au gré des mutations et des besoins d’approvisionnement des consommateurs urbains en produits agricoles et manufacturés (AFD, 2015). Au cœur des échanges commerciaux, il constitue un centre de création de richesses et un vecteur de croissance économique important. Il est un lieu d’interactions fortes entre des communautés et individus différents. Dantokpa représente le support de réseaux de clientèle et de solidarité entre commerçants. Les relations de marchandage s’y tissent jusqu’à l’acheteur final et sont constitutives d’une sociabilité parfois porteuse d’une identité locale et urbaine particulière. (AFD, 2015). Les marchés correspondent à une solution possible d’intégration économique et sociale des personnes les plus vulnérables, au travers d’une multitude d’emplois, majoritairement informels, de commerce ou de manutention. Cependant, le commerce informel, caractéristique du marché Dantokpa, génère également des nuisances liées à la forte concurrence, l’encombrement, les inégalités fiscales. Dans ces conditions l’appropriation des tics dans les prestations commerciales est importante pour mieux juguler.

Modèle d’analyse

Vu la nécessité de mieux appréhender les logiques autour des usages sociaux des tics dans les prestations commerciales, l’analyse des perceptions et représentations urgent d’être cernés. Cette recherche s’inscrit dans la démarche compréhensive. L’analyse des données prend en compte l’individu en relation avec son milieu/son activité commerciale. Les théories utilisées dans l’analyse tiennent compte de la logique d’action et du cadre d’analyse théorique de la sociologie des usages.

La logique d’action est une théorie sociologique de l’action collective qui se réfère à l’articulation entre l’acteur stratégique, historique et culturel d’une part et le contexte ou la situation d’action d’autre part (Amblard et al, 1996). Pour ce postulat, toute action que développe un individu est soutenue par une logique par lequel l'acteur est d'une certaine façon mis en scène et contraint par le système d'activités dans lequel il est, et vis-à-vis duquel il se positionne et établit des stratégies. Ces logiques régissent le système culturel et social et constituent la toile de fond de l'activité de l'acteur, son espace de jeu, et les règles, contraintes, normes qu'il doit prendre en compte pour bâtir sa stratégie et se positionner en tant qu'acteur dans le champ social. Dans cette perspective, la compréhension des actions des acteurs sociaux nécessite la maitrise des logiques autour desquelles elles se forment. Ainsi, la logique d’action explique les phénomènes sociaux en les reliant aux interactions qui permettent aux logiques d’actions de se matérialiser. Il est alors nécessaire de cerner les composantes, tant structurelles que dynamiques et stratégiques qui génèrent les logiques.

La sociologie des usages pose les relations entre les outils de communication et les usagers dans un cadre social (Proulx, 2005). Elle s’intéresse aux utilisateurs des objets techniques non pas comme des individus passifs devant les TIC, mais comme de véritables acteurs. Pour ce faire, elle s’est construite en opposition au modèle de la diffusion des innovations qui repose sur la primauté de l’offre technologique et qui néglige la capacité d’action des usagers (Akrich, 1998; Rogers, 1995; Van Dijk, 2005).Selon de Certeau(1990), l’étude des usages s’occupe des marques laissées par les pratiques des individus dans la société à la suite de leur consommation de la technologie. Pour ce faire, elle analyse les utilisations sociales particulières d’un bien, d’un instrument ou d’un objet afin de mettre en relief les significations culturelles complexes de ces conduites de la vie quotidienne (Proulx, 2005). Dans ce cadre, le lien unissant la technique et l’usager ne se réduit pas à une relation de déterminisme technologique plaçant l’instrument ou l’objet au cœur du concept d’usage et les individus en périphérie. Bien au contraire, les facteurs sociaux interviennent dans l’articulation des usages des TIC au même titre que les facteurs techniques (Proulx, 2006).La perception d’une pertinence d’usage de tel ou tel objet technique est fonction des prédispositions cognitives et du capital économique, social et culturel des personnes confrontées à ces objets (Proulx, 2002). Dynamiques, la construction des usages met donc en jeu des processus d’acquisition de savoirs et d’habiletés pratiques (Jouët, 1998).Les usagers s’étant familiarisés antérieurement avec des objets techniques du même type se voient avantagés pour apprivoiser les niveaux dispositifs (Compiègne, 2011). Le niveau d’instruction et l’accès à ces outils de même qu’à des ressources pour apprendre à les maîtriser jouent donc un rôle clé dans la dynamique des usages. Les utilisateurs développent les usages des objets techniques en interagissant en réseau au sein de leur environnement par le biais d’un processus dynamique d’inter relations entre acteurs et objets techniques nommé « bricolage du récepteur » par de Certeau (1990).Les usages sont ici considérés comme une construction sociale des facteurs déterminant les utilisations particulières des TIC développés par les usagers (Proulx, 2002).

Chapitre II : Cadre pratique et méthodologique

En sciences sociales en général et en Sociologie et Anthropologie en particulier, la recherche s’harmonise autour de la pratique du terrain. Ce chapitre vise à présenter d’une part le champ d’investigation. D’autre part, il fera ressortir la démarche méthodologique utilisée.

I. Contexte du terrain et ancrage sociologique

Cadre pratique

La présente recherche se donne pour cadre géographique le marché Dantokpa du Bénin. Marché populatif et socio-économique, Dantokpa est l’un des plus grands marché de l’Afrique de l’ouest. Situé dans le département du littoral, il s’étend sur près de 18 hectares de l’est à l’ouest et se tient en bordure du lac Nokoué précisément sur sa rive ouest à l’entrée du pont qui sépare le nord et le sud de la capitale économique béninoise. Le cadre physique qu’occupe ce marché se situe entre l’extrémité sud du quartier Jéricho de Cotonou jusqu’à la limite sud du micromarché de Missèbo. Mise en place dans les années 1950, il est composé de cinq sites à savoir : le site de Gbogbanou /Missebo, le centre du marché Kpodji, la berge lagunaire, les lieux de marge lacustre sur pilotis et une partie du quartier Hindé. Ce marché est limité au nord par l’Avenue du roi Ghézo et le Collège d’Enseignement Général de Dantokpa, au Sud par le lot 143, à l’Est par le lac Nokoué ; à l’Ouest par l’Avenue Delorme et de nombreux lots d’habitation d’autre part.1. Plusieurs communautés linguistiques occupent ce marché. On y retrouve les wémènou et les yoruba qui sont originaires de l’Ouémé et du plateau, les Adja et les mina du Mono et du couffo, les aizoet les fons de l’Atlantique et du Zou, ainsi que les bariba et dendi originaire du nord du Bénin et des étrangers. Le zonage de ce marché présente 10 secteurs à savoir la zone Khadafi encore appelé Todomè, le complexe Wédémè, la zone escargot nommée Adjégounlè, la zone maquis appelé Hangar 1, la zone Alpha nommée Hangar 2, le complexe New york appelé Missèbo, la zone ambassade appelé Ganhi, la zone ministère appelée Gbogbanou, le batiment central, la zone du lac appelé Agbanon.

Le marché ‘’Tokpa’’ aujourd’hui ‘’Dantokpa’’ à sa création dans les années 1950 était utilisé par les peuples TOFFIN qui y écoulait leurs produits maraîchers et de pêche dont les premières activités sur ce marché remontent à 1964. Dans les années 1963-1964, ce fut la voirie qui gérait les activités de Dantokpa sous l’égide de la mairie de Cotonou. Mais dans les années 1977- 1978, suite à l’agression des mercenaires au temps de la révolution, et autres différentes réforme notées dans la période notamment l’évolution des activités et l’intérêt grandissait qu’accordait l’organisation des marchés la gérance du marché a été confiée à une société de gestion des marchés. Ainsi, il fut procédé à l’organisation de la gestion des marchés de Cotonou qui a été confiée à la Société d’Exploitation des Marchés de Cotonou (SEMAC). Cette société a été créée pour cette cause le 26 Décembre 1976 par le décret N°76-318 pris en Conseil des Ministres. L’objectif y attribué était l’exploitation saine et efficiente de tous les marchés de Cotonou. Ses activités démarrant en mars 1977, le cercle d’action de la SEMAC consistait en l’exploitation des marchés DANTOKPA, GBOGBANOU et GANHI mais aussi le transport, de la vente de sable, du ramassage des ordures et de la location des chaises. Toutes ces activités de la SEMAC se traduisaient par des résultats bénéficiaires. Le retrait des autres marchés aux sous-préfectures et confiés à la SEMAC en 1978 a fait naître des charges supplémentaires à cette dernière qui échoua dans ces multiples services. Face à cet échec, la Société de Gestion des Marchés Autonomes (SO.GE.M.A) fut créée par décret N° 83- 112 le 04 Avril 1983 pourremplacer la SEMAC.

[...]


1 Source : SOGEMA.” Délimitation du domaine du marché lagunaire dit Dantokpa”.

Fin de l'extrait de 88 pages

Résumé des informations

Titre
Acteurs et logiques d'appropriation des tics dans les prestations commerciales au marche Dantokpa au Bénin
Cours
Sociologie des organisations
Note
15/20
Auteur
Année
2017
Pages
88
N° de catalogue
V497493
ISBN (ebook)
9783346028990
Langue
Français
Annotations
Commentaire de l'auteur: Un grand effort de recherche a été fait dans un domaine très peu exploré. L'usage des TICs dans les prestations commerciales repose sur des logiques et des représentations des acteurs que l'étudiant a essayé d'élucider. L'appropriation des TICs dans les prestations commerciales à Dantokpa au Bénin peut être accélérée à partir de l'utilisation rationnelle des résultats issus de ce travail.
mots-clé
ACTEURS-LOGIQUE-TICS-APPROPRIQTION
Citation du texte
T. Ange Armel Akpassoumala (Auteur), 2017, Acteurs et logiques d'appropriation des tics dans les prestations commerciales au marche Dantokpa au Bénin, Munich, GRIN Verlag, https://www.grin.com/document/497493

Commentaires

  • Pas encore de commentaires.
Lire l'ebook
Titre: Acteurs et logiques d'appropriation des tics dans les prestations commerciales au marche Dantokpa au Bénin


Télécharger textes

Votre devoir / mémoire:

- Publication en tant qu'eBook et livre
- Honoraires élevés sur les ventes
- Pour vous complètement gratuit - avec ISBN
- Cela dure que 5 minutes
- Chaque œuvre trouve des lecteurs

Devenir un auteur