Analyse du fonctionnement discursif de l'humour dans le journal humoristique numérique "El Manchar"


Thèse de Master, 2019

97 Pages


Extrait

TABLES DES MA TIÈRES

Introduction générale

Motivation et choix du sujet

L'état de l'art

Problématique

Hypothèses

Plan de travail

Chapitre 1 : Socle théorique et outils d' investigation
Introduction
I- Définition des notions clés
1- Le discours
1- 1- Les caractéristiques du discours
2- Le discours numérique
2- 1- Le numérique
2- 2- Le discours numérique
2-3- Les caractéristiques du discours numérique
3- Analyse du discours numérique
4- Internet, une définition possible?
5- Le discours médiatique
6- L'humour
7- Le discours humoristique
7- 1- Thématique
8- L'humour noir
9- Le sarcasme
10- La satire
11- La théorie de l'énonciation
11-1- L'énoncé
11-2-Énoncé / énonciation
11-3- L'énonciateur
11-4- La subjectivité en linguistique
11-5- Les différents marqueurs linguistiques de subjectivité
11-6- Les pronoms personnels/ Déictiques de personnes
11-7- Les déictiques spatiaux-temporels
11-8- Les modalisateurs
12- Le contexte

Chapitre 2 : Cadre méthodologique et analyse du corpus
Introduction
1- Définition du corpus
2- Présentation du corpus
I- Outils d'analyse du corpus
1- L'implicite
1-1- Le présupposé
1-2- Le sous-entendu
1-2-1- Distinction présupposé/ sous-entendu
1-3- Les tropes
1- 3-1- Les tropes classiques majeurs
1-3-1-1- La métaphore
1-3-1-2- L'ironie
1-3-1-3- La comparaison
2- Les stratégies discursives
2- 1- Stratégie de dénonciation
2-2- Stratégie de dérision
3- La grille d'analyse

Chapitre 3 : L'analyse du corpus 50
1- Analyse des implicites
1-1- Les sous-entendus
1-2- Les présupposés
1-3- Les tropes
1-3-1- L’ironie
1-3-2- La métaphore
1-3-3- La comparaison
2- Analyse des stratégies discursives
3- Synthèse

Conclusion Générale

Bibliographie

Introduction Générale

L'humour c'est lorsque l'on rit d'une connerie.

La connerie, c'est lorsque l'on se sent concernépar cet humour! Franck Somkine1

Ces dernières années, l’Algérie a été marquée par des événements socio-historiques, socio-économiques et sociopolitiques qui ont engendré une vague de réactions du monde médiatique en se positionnant pour ou contre ces événements. En l’occurrence, nous citons : les quatre mandats successifs du président Bouteflika, l’exploitation du gaz de schiste, le chomage, la crise de logements, la loi de finances, la loi des hydrocarbures, la dévaluation du dinar, la chute du prix du pétrole, la corruption dans le secteur de l’économie et récemment la propagation d'une pandémie mondiale 'Covid-19' etc. Certains discours sociaux notamment le discours humoristique usent des procédés énonciatifs et des stratégies discursives afin de tourner en dérision les événements les plus marquants et les situations les plus dramatiques de l'actualité en visant la mise en place des critiques, des remises en cause...etc.

L'humour est considéré comme un genre discursif assez intéressant pour mettre en avant des stratégies de dérision ou de dénonciation et meme les deux a la fois pour dire les tares de la société. Les humoristes qui se sont fixés ces objectifs sont nombreux, nous citons des humoristes connus tels que Fellag, Gad El Maleh, Djamel Debouz, Nawal Madani, AbdelKader Secteur, Boubegra, Rouiched, Lakhder,...etc.

Par ailleurs, avec l’avènement des réseaux sociaux, nous remarquons l’émergence des humoristes maghrébins anonymes sur des pages Facebook connues sur internet. La plupart publie leur texte sur des journaux en ligne tels que, El Manchar, TNT Humour Explosif, Boudjghlelou, Dz Daft Minds, 9waleb, WATV, El 9ahwadji, Algeria The Last Meme.etc.

Avant d’aller plus loin, nous proposons une définition de l’humour qui dans ce travail est le genre du discours que nous avons choisi d’analyser. Selon Larousse, l’humour est défini comme une «Forme d'esprit qui s'attache a souligner le caractère comique, ridicule, absurde ou insolite de certains aspects de la réalité ; marque de cet esprit dans un discours, un texte, un dessin, etc.»2, cette définition rejoint les propos du philosophe Nietzche qui atteste que « L ’homme souffre si profondément qu ’il a du inventer le rire »3, Charlie Chaplin également approuve que « L ’humour renforce notre instinct de survie et sauvegarde notre santé »4. En effet, celui-ci représente une vraie thérapie, un libérateur de pulsions, un réducteur de stress, il agit comme un anti dépresseur, une échappatoire, mais encore, un amorceur de choc, un geste d'apaisement de la gravité que porte les informations sur divers événements. Ainsi nous comprenons que l’humour est un genre de discours qui vise plusieurs stratégies, celles sur lesquels nous allons nous attarder ne sont pas celles qui sont citées plus haut.

Donc, pour analyser les stratégies que véhiculent l’humour nous nous inscrivons en analyse du discours, et plus précisément, dans le domaine de l’analyse de l’énonciation. Nous nous proposons de mener une analyse minutieuse du discours humoristique numérique, afin de cerner et de démontrer le fonctionnement de l’humour a travers les procédés linguistiques qui le sous-entendent.; dans le journal numérique parodique El Manchar.

Notre corpus est formé a partir de multiples articles hétérogènes dans le but de détenir beaucoup de matière a analyser et arriver a une conclusion plus au moins pertinente afin d'apporter réponses a notre problématique.

Pour mener a bien notre réflexion qui porte sur l'analyse discursive d'un discours humoristique numérique, nous faisons appel essentiellement a l'approche énonciative en premier lieu ensuite nous nous pencherons sur les travaux de Marie-Anne Paveau afin de définir la notion du discours numérique.

Motivation et choix du sujet

L’humour et le rire sont omniprésents, ils occupent une place importante dans notre société, notamment dans les pays du Maghreb. Nos motivations sont les suivantes :

1- Nous éprouvons un intéressement fort important pour tout ce qui est comique et qui suscite le rire et le sourire en écoutant des chroniques humoristiques ou en lisant des articles qui usent l'humour. Nous visionnons souvent des films comiques, des sketchs et des one-man-shows hilarants... l’humour est omniprésent dans notre quotidien en tant que jeunes.
2- L'humour et le rire choisis comme des objets de recherche en sciences du langage. Ils peuvent se manifester grâce a plusieurs procédés et plusieurs stratégies en fonction de l'objectif que s'est fixé l'humoriste.
3- En tant qu’usagers d'internet et du web et en ayant des connaissances des interfaces, plateformes, réseaux sociaux...etc, nous portons un intéret certain pour le discours humoristique numérique dans la mesure ou ce dernier pour faire passer un message, exprimer une idée, une opinion partagée, un mécontentement contre une loi ou une réforme use des procédés humoristiques tels que l’ironie, le sarcasme etc.
4- Nous avons également un intéret particulier pour le journal « El Manchar » car nous le consultons régulièrement. Celui-ci possède une certaine liberté dans le traitement de l'information par le biais du rire et donc de l'humour. Son traitement de l'information est assez spécifique dans le sens ou il est subtil dans sa manière de rire sur ce qui se passe dans la société algérienne.

L’état de l’art

Le travail de recherche que nous nous appretons de mener n’est pas le premier de son type. Maintes travaux ont fait l’objet d’études sur, que ce soit, le discours humoristique, la notion comique ou encore la distinction entre les différents types d’humour.

Beaucoup de travaux ont été effectués sur la question du discours humoristique et cela meme en sociolinguistique car l’intéret porté au discours humoristique et le comique est important.

Le travail de recherche que nous avons décidé de mener n’est pas inédit vu l’intéret porté par plusieurs chercheurs a ce sujet autour de la question du comique dans le discours humoristique dans lequel l’ironie est considérée comme un procédé humoristique.

Nos investigations ont démontré que notre sujet de recherche, qui s’inscrit en analyse de discours, a déja fait l’objet de nombreux travaux, cependant notre objectif de recherche sera different de ce qui a été fait au préalable.

Parmi les travaux qui selon nous se rapprochent le plus de notre thématique nous citons celui de Hadj Mimoune IKRAM (2015-2016) qui s’est intéressée a « L’hétérogénéité linguistique et culturelle dans le discours humoristique de Mohamed Said Fellag, cas des deux spectacles « le dernier chameau » et « Bateau pour l’Australie » ». Son étude a portée sur la description des différents procédés linguistiques mis en reuvre dans les pratiques langagières du comédien Mohamed Said Fellag, ainsi que l’interprétation des unités linguistiques employées dans son discours afin d'expliquer ses particularités linguistiques.

De son coté MOUSSAOUER Abderahim s’est focalisé plutot sur le « Contact de langues et créativité lexicale néologique dans le discours humoristique de Fellag : le cas des trois spectacles Cocktail Khorotov, Bateau pour l’Australie et Djurdjurassic Bled », pour but d’expliquer et d’interpréter le phénomène de contact de langues, ainsi que la description des modalités de la créativité lexicale néologique dans les trois spectacles Cocktail Khorotov, Bateau pour l’Australie et Djurdjurassic Bled de Fellag.

Le binome AHHADAD Nacima et ADOURI Sonia ont réalisés une « étude sémiopragmatique du discours Humouristique de Mohamed FELLAG, cas des deux spectacles « Bateau pour l’Australie » et « Djurdjurassique bled » (2015-1016), elles avaient pour visée d’identifier les propriétés spécifiques du matériel verbal humoristique dans une dimension énonciative et pragmatique.

Quant a Mokhtar FARHAT lors d’une thèse du Doctorat en Sciences du Langage (2010/2011) a réalisé une étude sur « ANALYSE DU VERBAL, DU PARA VERBAL ET DU NON-VERBAL DANS L’INTERACTION HUMORISTIQUE a travers l’ étude de trois one-man-shows d'humoristes francophones d’origine maghrébine : Fellag, Gad El Maleh et Jamel Debbouze » la recherche a pour motif, l’analyse du lexique (l’insertion des mots arabes dans la langue fran^aise, les créations lexicales et les jeux de mots).

Nous nous sommes reposés sur toutes ses recherches pour nous inscrire dans le meme domaine, mais en fixant d’autres objectifs et en ayant en perspective d'approfondir la réflexion sur l'humour et de cerner le fonctionnement de l’un de ses types a savoir « le sarcasme » dans le journal électronique « El Manchar » afin d'estimer la dimension du ludique.

Problématique

Pour analyser l'humour dans le discours humoristique électronique, nous formulons la problématique suivante :

- Comment l’humour se manifeste-t-il dans les articles choisis ? quels sont les procédés linguistiques qui le véhiculent ?
- Quelles sont les stratégies humoristiques usitées par le rédacteur ?

Hypothèses

Afin de répondre a cette problématique nous proposons les hypothèses suivantes :

- L’humour se manifeste dans le journal par le sarcasme. Plusieurs procèdes linguistiques le véhiculent tels que l’ironie, la métaphore, les implicites, etc
- Les stratégies dominantes sont la dérision et la dénonciation dans le journal « El Manchar ».

Nous notons que notre travail de recherche s'inscrit dans une recherche qualitative, et pour réaliser notre travail nous avons adopté la méthode hypothético déductive qui consiste a déduire des conséquences aux hypothèses émises plus haut soit en les réfutant ou bien en les confirmant. Nous rappelons que l'objectif principal de notre étude est d'analyser le fonctionnement de l'humour, de quelle manière il se manifeste dans les articles et déduire les procédés et stratégies linguistiques exploités par les rédacteurs tout en déterminant leur but.

Notre objet d'étude se trouve au creur de l'analyse du discours, qui représente un champ pluridisciplinaire et l'énonciation y figure. Cette dernière s'avère etre l'approche sur laquelle nous allons nous focaliser afin d'effectuer notre recherche.

Plan de travail

Le plan théorique regroupera dans un premier lieu les définitions des notions théoriques et afin de les opérer nous les étayerons d'abord avec des définitions récoltées des dictionnaires tels que Larousse ou Le Robert, ensuite nous nous dirigerons vers les travaux et ouvrages de certains chercheurs, nous évoquerons Dominique Maingueneau en ce qui concerne la notion du discours, Marie-Anne Paveau pour cerner et éclairer la notion du discours numérique et l'analyse du discours numérique.

Par ailleurs, nous nous polariserons également sur les travaux de Patrick Charaudeau afin d'apporter des définitions plus au moins claires de l'humour, du discours humoristique et médiatique.

Notre analyse requiert la convocation d'une approche fondamentale qu'est l'approche énonciative, cette approche vise a prendre en considération les éléments internes et les facteurs externes en analysant un énoncé. Pour pouvoir la définir, nous opterons pour les travaux d'Emile Benveniste, Dominique Maingueneau et Catherine-Kerbrat Orecchioni.

L'étape qui suit comporte le socle méthodologique qui comporte la présentation de notre corpus avec plus de détails ainsi que la justification de notre choix.

En définitive, l'étape de l'analyse dans laquelle nous convoquerons l'analyse énonciative afin de comprendre et d'interpréter notre thème.

Nous avons donc réparti notre travail en trois chapitres distincts :

Le premier chapitre concerne la délimitation du socle théorique dans lequel nous nous attacherons a définir les concepts clés qui se rapportent a notre thème a savoir le discours, le discours numérique, le discours médiatique, l'analyse du discours numérique, l'humour, le discours humoristique et en dernier la théorie d'énonciation et les notions liées a cette dernière, en dernier nous définirons le contexte. Notons que ces concepts théoriques nous ont servis dans notre l'analyse.

En second lieu, nous présenterons le socle méthodologique dans lequel nous exposerons notre corpus de manière détaillée tout en justifiant notre choix.

En dernier lieu, le socle pratique consacré a l'analyse des données du corpus présélectionné pour pouvoir donner des réponses a notre problématique et aux hypothèses avec des résultats concrets.

Chapitre 1: Präsentation du Socle Théorique

" Depuis l'avènement de l'ordinateur, certains dispositifs techniques ont permis la communication a distance avec d'autres individus par l'inter médiaire des réseaux informatiques (...) Aujourd'hui, des millions d'individus se sont appropriés ces environnements pour y développer une pratique d'échanges interpersonnels."

Jean Francois Marcotte : " Interaction en réseaux et communautés virtuelles".2001.

Introduction

Dans ce premier chapitre, nous tenterons d'exposer et de définir les notions et concepts théoriques qui se rattachent a notre thématique. Notre requete s'inscrit en analyse du discours, cela dit nous définirons son objet a savoir le discours par la suite nous présenterons le discours numérique et l'analyse du discours numérique selon Marie- Anne Paveau.

En second lieu, nous mettrons en avant l'approche énonciative en se reposant essentiellement sur les travaux de Catherine Kerbrat-Orecchioni.

En somme, étant donné que notre travail repose sur l'analyse d'un discours humoristiques, nous apporterons différentes acceptions afin d'éclairer la notion de l'humour.

I- Définitions des concepts clés

1- Le discours

Le discours est avant tout considéré comme l'objet fondamental dans les travaux de recherche en sciences du langage notamment pour l'analyse du discours. Le mot discours désigne un globe de maints propos et de compositions qui émanent de la pensée de manière écrite ou orale. Il se manifeste sous toutes formes récit, dialogue, texte, article...etc.

Le discours, se manifestant réellement ou virtuellement, demeure un objet de fascination pour les chercheurs. Etant donné que notre travail se base essentiellement sur l'analyse discursive précisément humoristique, il semble nécessaire de présenter primordialement les réflexions autour de la notion de discours et les difficultés liées a la définition du discours en analyse du discours. La première difficulté, vient de la diversité des définitions proposées autour de cette notion.

Tout d'abord dans l'usage courant le discours est exprimé dans un contexte précis. Le dictionnaire Larousse définit le discours comme étant : "Un développement oratoire, sur un sujet déterminé, dit en public, et en particulier lors d'une occasion solennelle, par un orateur"5 6 7 ou encore "Un ensemble d'énoncés liés entre eux par une logique spécifique et consistante, faite de règles et de lois qui n'appartiennent pas nécessairement a un langage naturel, et qui apportent des informations sur des objets matériels ou idéels."

Dans les sciences du langage, il est difficile d'appréhender une définition unique du discours car tantot il est synonyme de la parole au sens saussurien, tantot il désigne un message pris globalement.

Benveniste (1966) définit le discours comme "toute énonciation supposant un locuteur et un auditeur et chez le premier l’intention d’influencer l’autre en quelque manière" (p.242). Tandis que du point de vue de Dominique Maingueneau (1976), "le discours n’est pas un objet concret offert a l’intuition, mais le résultat d’une construction (...), lo, e résultat de l’articulation d’une pluralité plus ou moins grande de structurations transphrastiques, en fonction des conditions de production" (p.16)8

Selon Dominique Maingueneau (1989: 18) <<tout discours peut ëtre défini comme un ensemble de stratégies d'un sujet dont le produit sera une construction caractérisée par des acteurs, des objets, des propriétés, des événements sur lesquels il s'opère. >> (1989:18) 9

Cette stratégie dans le cas de notre travail est intéressante a analyser dans la mesure oü elle peut etre dans le cas de l’humour une stratégie de dérision ou de dénonciation.

1-2- Les caractéristiques du discours

Dominique Maingueneau, propose une taxinomie des caractéristiques du discours que nous présentons ci-dessous :

Le discours est transphrastique : sa structure va au dela de la phrase.

Le discours est orienté : car il impacte sur autrui.

Le discours est une forme d'action: cela entraine que tout acte énonciatif constitue un acte de langage qui vise a apporter des modifications sur les énonciataires alias il provoque une réaction chez l'autre.

- Le discours est interactif: C'est a dire qu'il suppose voire meme impose un échange, une réaction ou une réception, il est coopératif.
- Le discours est contextualisé: Le sens du discours dépend des éléments extralinguistiques- contexte dans lequel il a été conçu.
- Le discours est pris en charge par un sujet: Le sujet endosse la responsabilité de son énonciation.
- Le discours est régi par des normes: Il est soumis a des lois et des règles qu'il doit de respecter.
- Le discours est pris dans un inter-discours: il est construit a l'intérieur d'un univers composé d'autres discours, il est en relation avec eux.

Pour Kerbrat-Orecchioni, il s’agit de "langage mis en action" (dans Bougnoux, 1993, p.219)10 11, elle ajoute que « Parler, c’est sans doute échanger des informations ; mais c’est aussi effectuer un acte, régi par des règles précises, qui prétend transformer la situation du récepteur et modifier son système de croyance et/ou son attitude comportementale. »n (Kerbrat-Orecchioni, 1980, p. 84).

Selon Adam, Bourdieu, Ducrot, Ghiglione, Kerbrat-Orecchioni |3||3|Respectivement 2005, 1982, 1998, 1986., etc., "un discours ne se contente pas de décrire un réel qui lui préexiste mais construit la représentation du réel que le locuteur souhaite faire partager par son allocutaire. Il en résulte que pour la plupart des spécialistes du langage, énoncer un discours, c ’est vouloir agir sur autrui. Le discours a ainsi un objectifperformatif: c’est un acte volontariste d’influence"12.

2 - Le discours Numérique

2-1- Le numérique

En préambule, nous ouvrons une petite parenthèse afin d'éclairer la notion du numérique. Suite a sa présence massive dans notre environnement le numérique a révolutionné notre fa?on de communiquer, d'échanger d'interagir ce qui a engendré des changements des modes de communication.

En effet, Depuis l'émergence de l'univers numérique dans les sociétés contemporaines nous remarquons le déploiement d'une grande quantité d'activité discursive dans l'environnement numérique. Ce dernier représente le lieu de la circulation des discours technologiques issus du web et développés sur des supports numériques qui les promeuvent, on parle alors de discours numérique.

2-2- Le Discours numérique

Le discours numérique est formé d'un recueil d'énoncés et d'investigations verbales et élaborées en ligne qui se manifestent et qui émanent d'un énonciateur dans une situation bien-définie, édités et publiés sur des sites, des pages, des applications via des appareils de partage, des supports technologiques, plateformes ou autres.

Le discours numérique comprend toutes les productions élaborées en ligne dans la sphère virtuelle qui consiste en la mise en mot dans un environnement technologique. Les travaux qui se font autour du discours numérique sont de plus en plus récurrents dans le domaine des sciences du langage car les formes numériques du discours inondent la toile médiatique et occupent une place importante dans la société. Les discours dans le monde 2.0 régissent directement des moyens et supports de communication des internautes, entre autres : ordinateurs, téléphones smartphone, tablettes... C’est le cas pour les rédacteurs du journal humoristique numérique El Manchar dont les articles sont édités et publiés exclusivement dans la sphère numérique.

Marie-Anne Paveau définit le discours numérique dans son ouvrage intitulé « analyse du discours numérique » comme étant : " l'ensemble des productions verbales élaborées en ligne, quels que soient les appareils, les interfaces, les plateformes ou les outils d’écriture".13

Marie-Anne Paveau propose dans son colloque IMPEC (Interactions multimodales par écrans) en 2016 a l'université de Paris, une seconde définition du discours numérique natif comme étant des "Productions discursives en contexte numérique sur appareil connecté au sein des écosystèmes d'écritures des services de l'internet"14 . On parlera alors de technodiscours, dans toute agglomération et métissage entre le technique et le langage constitutif du discours.

2-3- Les caractéristiques du discours numérique

Suite a notre documentation autour de l' « analyse du discours numérique » nous avons identifié six aspects du discours numérique natif :

1. Composition : Le discours numérique natif est composite et hétéroclite formé a partir d'un assemblage indissociable entre le technique et le langagier, sa nature est pluri-sémiotique et techno-langagière. On parle cependant de :

a- Techno-mots, nous notons par exemple la manifestation du hashtag, des tags, du pseudo Twitter ou encore des mots cliquables.
b- Techno-signes a l'instar des boutons de like, partage...etc
c- Techno-genres tel que les demandes d'amitiés sur facebook.

Composite = Langagier + Technique

2. Délinéarisation : car il ne respecte pas obligatoirement l'axe pragmatique spécifique du discours par des liens hypertexte ce qui affecte la combinatoire phrastique.
3. Argumentation : il autorise l'intervention et l'investigation des locuteurs par une écriture collective en s'identifiant.
4. Relationalité : il s'inscrit dans la réticularité du web et dans une relation matérielle a l'instar de la relation avec les appareils, les énonciateurs, destinataires, écrilecteurs et les énoncés entre eux.
5. Investigabilité : il est trouvable par le biais des moteurs de recherches, de redocumentisation et de partageabilité. Le discours numérique est investigable alias collectable et exploitable pour d'éventuelles productions.
6. Imprévisibilité : le discours numérique est produit par un programme et des algorithmes sur le plan de sa forme ou du contenu ce qui fait qu'il est impossible de prévoir sa forme (élaboré de manière imprévue).

3- Analyse du discours numérique

Pour Saussure, fondateur de la linguistique moderne la langue est envisagée en elle- meme et pour elle-meme, c'est a dire que les travaux se centrent uniquement sur l'ongle langagier en analysant un discours spécifique sans pour autant se soucier des éléments qui l'entourent et le produisent, d'ailleurs les travaux antérieurs sur les discours numériques natifs épargnent la dimension technique et se focalisent seulement sur la matière langagière.

Les requetes qui ont été élaborées sur le phénomène du discours numérique natif isolent entièrement la dimension technique et se focalisent uniquement sur le champ langagier, "Isabelle Pierozak" dit a ce sujet que ce sont des travaux qui exploite internet "for corpus" et non "as corpus", autrement dit ces travaux se servent d'internet seulement pour avoir un corpus, ils ne l'adoptent pas comme corpus a exploiter et a analyser.

Le fait de considérer la machine (supports techniques) comme un élément extralinguistique nous éloigne de l'étude des traits du discours numérique natif. Dominique Boullier " plaide pour des sciences sociales de troisième génération, qui s'emparent de ces nouveaux phénomènes (numériques ) pour les qualifier : il faut inventer des concepts, des outils et limites de validité sur ces nouvelles données, ces traces auxquelles nous n'avions pas accès"( Boullier 2015 : en ligne).15 Ce que Dominique dit correspond parfaitement au fait qu'il est nécessaire d'innover et d'adopter de nouveaux concepts, théories et outils en sciences du langage notamment en analyse du discours.

Rares sont les approches qui impliquent la machine et ses techniques, nous citons majoritairement IMPEC (Interactions Multimodales par écrans) qui se sont reposés sur trois principes fondamentales de la médiation :

"La machine + la langue + l'environnement numérique"

Le terme "Natif" désigne toute investigation élaborée et naissantes en ligne de manière directe qui contribuent a la production et la constitution d'un discours numérique, caractérisé par un fonctionnement spécifique. Par conséquent, les énoncés du discours numérique natifs possèdent des traits particuliers qui rendent obsolète les grilles d'analyses traditionnelles, d'ailleurs, c'est ce que Marie Anne Paveau tente de faire dans son livre intitulé "Analyse du discours numérique."

Cependant Marie-Anne Paveau a mené un bon nombre des travaux sur l'univers numérique. D’ailleurs son dictionnaire des formes et des pratiques est l'une des muvres dans lesquels nous puiserons pour définir l'analyse du discours numérique. Selon Marie-Anne Paveau travailler sur l'analyse du discours numérique natif c'est " affirmer que les discours numériques natifs ne sont pas d'ordre purement langagier, que les déterminations techniques co-construisent les formes techno-langagières, que les perspectives logos- et anthropos-centrées doivent ëtre écartées au profit d'une perspective écologique intégrative qui reconnaisse le role des agents non humains dans les productions langagières."16

Par ailleurs nous retenons une seconde définition de l'analyse du discours numérique toujours selon Marie Anne Paveau :

L'analyse du discours numérique natif correspond a "La description et l'analyse du fonctionnement des productions langagières natives d'internet, et plus particulièrement du web 2.0 dans leurs environnements de production, en mobilisant a considération égale les ressources langagières et non langagières des énoncés élaborés. "17

4- Internet, une définition possible

Littéralement, « Internet » vient du néologisme anglais « internetting » qui désigne le fait d'interconnecter des réseaux.18 Internet est considéré ces dernières décennies comme un phénomène unique dans son genre mondialement. Apparu a la fin des années 1990, son ambition est de relier des ordinateurs entre eux dans le monde, c'est un système de réseaux d'échanges mondiaux interconnectés comprenant des réseaux privés, publics, professionals, universitaires, gouvernementaux. Etc. reliés par des technologies guidées, sans fil et a fibres optiques.

Internet est un réseau qui subsiste et se propage a une vitesse phénoménale car il n'y a pas un coin dans le monde qui échappe a ce monde virtuel. Ce dernier propose plusieurs services notamment le partage de fichiers et de données, la messagerie instantanée, facilite la télécommunication, l'envoi de courrier électronique.etc Ce réseau a suscité l'émergence d'un nouveau type de langage qu'il lui ait propre, cependant A.Dejond souligne que " Depuis l'avènement de l'internet et son utilisation par un plus grand nombre, un nouveau langage, propre au degré oratoire, onomatopées, néologismes, abréviation, phénomène, ellipses, icones, un véritable code, propre au médium, semble né."19

Il est frappant de voir que ce réseau est exploité principalement par de nombreux réseaux sociaux nous notons les plus populaires, Facebook, Instagram, Twitter... etc qui sont en vogue sur les plateformes techniques, ainsi nous témoignons l'émergence d'un nouveau genre discursif dénommé le discours numérique grâce a l'exploitation des technologies numériques et les matérielles du web, il ne faut pas oublier également qu'internet est un des principaux supports de diffusion et transmission d'opinions. Etant donné que notre corpus est issu du net, c’est donc un discours numérique. Nous précisons cependant qu’il s’agit d’un discours numérique médiatique, nous nous résolvons d'apporter une définition du discours médiatique.

5- Le discours médiatique

Le terme discours désigne un ensemble d'énoncés médiatiques. Il vient du mot média, l'étymologie de ce dernier tient du latin medium (dont il est le pluriel), moyen, milieu, lien, pour Kaufmann "le média se présente comme un simple médiateur entre le public et la vérité nue. "20

Un média est un moyen de communication, un outil privilégié de publication vaste et collective d'information, un objet d'agglomération d'opinions et de documents écrits, visuels, sonores ou audiovisuels par le biais de certains supports par exemple : la radio, la télévision, l'internet, la presse, les livres, etc. Il permet de diffuser des informations vers un très grand nombre d'individus sans qu'il y ait possibilité de personnaliser le message.21

Les productions langagières publiées sur un des supports principaux de transmission et de circulation d'informations qu'est internet sont nommés discours médiatique numérique.

Selon Patrick Charaudeau dans son article "Une éthique du discours médiatique est­elle possible ?", la vie sociale est organisée a partir de diverses sphères, économique, politique, éducative, juridique, scientifique, religieuse ou encore médiatique. L'activité de ces sphères ce définit selon une double logique :

Abbildung in dieser Leseprobe nicht enthalten

Par la suite, Patrick Charaudeau évoque la sphère médiatique et énonce que sa logique symbolique est de se mettre "idéalement au service de l’opinion publique et de la citoyenneté en l’informant sur les événements qui se produisent dans l’espace public et en contribuant au débat social et politique par la mise en scène de la confrontation des idées",22 quant a la logique pragmatique, elle désigne la " captation du public car pour pouvoir survivre, tout organe d’information doit tenir compte de la concurrence sur le marché de l’information ce qui l’amène a tenter de s’adresser au plus grand nombre en mettant en auvre des stratégies de séduction qui entrent en contradiction avec le souci de bien informer."23

Pour Patrick Charaudeau le discours médiatique est déterminé par un dispositif, nous citons ci-dessous ses caractéristiques :

- une instance de production composite avec détermination de roles spécifiques (auteur, journaliste, rédacteur...) ce qui complique l'attribution de responsabilité des propos.
- une instance de réception, elle aussi composite mais plus floue et vague car il n'y a pas de détermination de roles, certes difficile a saisir mais pas impossible a cerner par des sondages et des enquetes.

En définitive, on peut conclure que la notion de discours médiatique constitue les informations et écrits édités ensuite diffusés sur la sphère médiatique.

6 - L'humour

Qu'entendons-nous par l'humour?

De prime abord nous proposons une définitions psychologique, le DSM IV24 (1996, p. 880) définit l’humour en tant que mécanisme de défense individuel de la manière suivante : « Humour : mécanisme par lequel le sujet répond aux conflits émotionnels ou aux facteurs de stress internes ou externes en faisant ressortir les aspects amusants ou ironiques du conflit ou des facteurs de stress. »25

L’humour est un phénomène fréquent dans la société algérienne notamment dans les conversations quotidiennes, cela dit il demeure une notion ambigüe et ambivalente puisqu’il y a d'innombrables définitions entièrement différentes : certains chercheurs l’associe a l’ironie par contre d'autres le dissocie complètement de l’ironie, nous notons aussi que "L’ironiste rit des autres. L’humoriste, de soi ou de tout. Il s’inclut dans le rire qu’il suscite. C’est pourquoi il nous fait du bien, en mettant l’ego a distance. L’ironie méprise, exclut, condamne ; l'humour pardonne ou comprend. L’ironie blesse ; l’humour soigne ou apaise. "26

Il est vrai que ces deux notions sont tantot enchâssées et confondues et tantot opposées, cela dit après l'exploitation de certains ouvrages notamment ceux de Patrick Charaudeau, des catégories pour l'humour ? nous constatons que l'humour est un acte délibérée émis sciemment par un émetteur qui parfois incarne lui-meme le role du récepteur ( autodérision) ou bien adressé a un récepteur quelconque afin de révéler les réalités du monde en amor^ant leur pénibilité, il déclenche le rire et le sourire, en revanche selon Aristote, l'ironie consiste a dire le contraire de ce qu'on pense et ce que l'on veut faire entendre afin d'enclencher le rire .

Henri Morier dans son dictionnaire de poétique et rhétorique atteste que l'humour et l'ironie sont deux catégories distinctes car l'humour provoque uniquement le sourire tandis que l'ironie enclenche le rire, nous appuyions ces dires avec cette citation : « L’ironie blesse; l’humour guérit. L’ironiepeut tuer; l’humour aide a vivre. L’ironie veut dominer; l’humour libère. L’ironie est impitoyable; l’humour est miséricordieux. L’ironie est humiliante; l’humour est humble. »27

Or, les discours que produisent les rédacteurs du journal El Manchar dans le monde virtuel s’apparente au discours humoristique que nous envisageons d'analyser. Qui dit discours humoristique, dit l'exploitation de l'humour dans des contextes précis, des thématiques différentes et variées issues de l'événementiel. Notre recherche sur l'humour nous a confronté a une multiplicité d'acceptions. Nous constatons qu'il est difficile de définir l'humour a priori de fa?on catégorique car il est susceptible d’etre diversement interprétée, selon les circonstances de son émission et de sa réception. Cependant nous mettons en avant la définition de l’humour selon le dictionnaire Le Robert qui l'interprète comme une « forme d'esprit qui consiste a présenter la réalité de manière a en dégager les aspects plaisants et insolite avec un certain détachement. »28.

Selon le dictionnaire du littéraire "l'humour participe du comique, de l'esprit, de la distance a l'égard du monde, et contribue a la promotion de l'absurde, une vision qui saccage une autre. Des choses ou ne règne plus d'harmonie. Il manifeste une crise du sens - la perte des valeurs fondées sur la transparence et sur la cohérence du discours - a laquelle adhère aujourd'hui unpublic toujoursplus large"29.

Henri Morier dans son livre « Dictionnaire de poétique et de rhétorique » donne de l'humour la définition suivante :

« L’humour est l’expression d’un état d’esprit calme, posé, qui, tout en voyant les insuffisances d’un caractère, d’une situation (...) s’en accommode avec une bonhomie résignée et souriante, persuadée qu’un grain de folie et dans l’ordre des choses (...) »30. Précisons qu’Henri Morier dissocie l’humour de l’ironie, selon lui cette dernière jouerait sur l'antiphrase et enclenche le rire tandis que l'humour jouerait sur des oppositions qui ne seraient pas antiphrastiques et enclenche uniquement le sourire.

Dans un autre ordre d’idée, Robert Escarpit, ajoute que l'humour est "un art d'exister" et il fusionne l’humour et l’ironie : « le paradoxe ironique est au caur mëme de tout processus humoristique par la mise en contact soudaine du monde quotidien avec un monde délibérément absurde »31 (P2). Par ailleurs il juge que ces deux notions sont similaires par le fait que l'ironie serait destructrice et l'humour serait un correcteur subtil.

En puisant dans l'article de Patrick Charaudeau, des catégories pour l'humour? Nous constatons que l'humour ne déclenche pas systématiquement et forcément le rire car l'acte humoristique cible le destinataire qui, ce dernier finit par etre soit complice de l'acte humoristique dans le cas ou il partage et accepte l'acte en émettant une réaction positive ou une réaction négative dans le cas ou il se froisse et se vexe.

Il est compliqué voire meme quasiment impossible d'appréhender une taxinomie pour l'acte humoristique car il subsiste maintes sous-types et procédés humoristiques, ironie, satire, sarcasme, dérision, moquerie, raillerie...etc. Cela dit nous nous baserons sur les travaux de Patrick Charaudeau afin de compléter notre travail notamment sur son article "Des catégories pour l'humour?"

7- Le discours humoristique

Tout acte humoristique est susceptible de s'inscrire dans diverses situations de communications a savoir publicitaire, politique, médiatique, conversational. D'après Patrick Charaudeau l'acte humoristique suppose la mise en scène de trois protagonistes le locuteur, destinataire et la cible.

A- Le Locuteur :

Il s'inscrit dans une situation de communication prédéfinie avant d'énoncer tout acte humoristique, il peut incarner plusieurs roles tel qu'un animateur de radio ou émission de télé ou autre.

Le locuteur doit d'emblée se disposer d'une légitimité qui lui octroie le droit d'émettre un acte humoristique énonciatif expliqué et justifié face a son interlocuteur. Dans le cas contraire il risque une mal considération et compréhension par son interlocuteur car le locuteur ne s'est pas donné les moyens nécessaires pour justifier son acte humoristique.

B- le Destinataire :

Tout acte humoristique énoncé par un locuteur positionnerait l'interlocuteur comme complice ou victime de l'acte humoristique. Complice, dans le cas ou ce dernier partage une complicité intellectuelle avec le locuteur - un destinataire témoin- qui a la possibilité de co-énoncer. Interlocuteur- victime, cas des situations dialogales ou il s'avère etre un interlocuteur cible car il est susceptible d'etre agressé par un acte humoristique.

C -la Cible :

Troisième protagoniste de l'acte humoristique, la cible pourrait etre adressée a une personne comme a une entité, elle contribue a l'accomplissement de l'acte en mettant en cause les visions normées du monde en adoptant différentes stratégies.

7-1- La thématique

Le discours humoristique peut etre porteur de multiples thématiques notamment, des questions qui touchent la destinée et la métaphysique a l'instar de l'enfer et du paradis, des thèmes jugés tabous par la société nous notons les maladies, handicaps ou encore évoquer l'actualité politico-sociale par exemple évoquer les élections présidentielles..etc.

8- L'humour noir

Selon le dictionnaire fran^ais l'internaute l'humour noir est défini comme un humour dénon^ant l'absurdité du monde de manière cruelle et désabusée. Selon Patrick Charaudeau nous jugeons que l'humour lorsqu'il est exploité pour évoquer des thématiques qui touchent a des valeurs négatives a l'instar de la pauvreté...etc. Qui représentent des domaines sérieux.

9- Le Sarcasme

Pour ce qui est des procédés humoristiques notamment le sarcasme (ou raillerie) et satire, ces derniers font l’objet de plusieurs définitions. En ce qui concerne le sarcasme, il s'avère un terme qui provient du latin sarcasmus, bien que son origine plus lointaine réside dans la langue grecque. L’étymologie du mot peut se traduire par « couper ou mordre un morceau de viande »32.

Le concept désigne toute plaisanterie cruelle et acerbe portant offense ou maltraitant quelqu’un ou quelque chose, raison pour laquelle son origine est liée a « mordre de la viande » (de la personne victime du commentaire sarcastique). Selon Patrick Charaudeau dans son article "des catégories pour l'humour?" le sarcasme est plus sérieux et violent que l'ironie.

« Le sarcasme est une sorte d’ironie ou de blague. Il fait appel a l’humour avec ingéniosité, mais il est malintentionné dans la mesure ou il a pour but de blesser le destinataire. Le sarcasme peut s ’exprimer de manière évidente ou par une critique indirecte ou dissimulée »33.

Le sarcasme est souvent associé a l’ironie, comme le mentionnent Dumarsais et Fontanier : « l’ironie consiste a dire par manière de raillerie, tout le contraire de ce qu’on pense ou de ce que l’on veut faire penser aux autres »34. En revanche, Patrick Charaudeau déclare que le l’ironie et le sarcasme sont souvent confondus, alors que le second est plus violent et agressif que la première.

10- La Satire

Quant a la satire, D'après le dictionnaire littéraire la satire est un genre visant a dénoncer les vices et les folies des hommes dans une intention morale et didactique. celle-ci est omniprésente dans pratiquement tous les articles du journal numérique El Manchar, d’autant plus que celui-ci se définit comme étant satirique. Le terme « satirique » est défini dans le dictionnaire Larousse : « enclin a la médisance, a la raillerie : qui tient de la satire. »35 et dans la littérature comme : "Une satire est un texte dans lequel un auteur critique, en les ridiculisant (souvent au moyen de la caricature), les mwurs de ses contemporains, des défauts humains ou des situations.36

Analyser les discours médiatique numérique suppose de recourir a une théorie analytique du discours. Notre choix s’est posé sur l’approche énonciative car elle sied le mieux a notre recherche.

[...]


1 Franck Somkine, Le Parisien[En ligne]. Le parisien libéré SAS, Disponible sur : https://citation- celebre.leparisien.fr/citations/48651 Consulté le 20 mai 2019.

2 Dictionnaire Larousse en ligne URL : https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/humour/40668#:~:text=Citations- ,D%C3%A9finitions,ses%20propres%20m%C3%A9saventures%20avec%20humour. consulté le 25 mai 2019.

3 Friedrich Nietzsche, Le Parisien[En ligne]. Le parisien libéré SAS. Disponible sur : https://citation- celebre.leparisien.fr/auteur/friedrich-nietzsche?theme=rire , consulté le 03 mars 2019.

4 Charlie Chaplin, Le Monde[En ligne]. Disponible sur: https://dicocitations.lemonde.fr/citations/citation- 45588.php, consulté 03 mars 2019.

5 Dictionnaire Larousse en ligne. Disponible sur https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/discours/25859, consulté le 6 janvier 2019.

6 Op Cit, URL : https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/discours/25859.

7 Analyse-du-discours.com, la notion de discours. URL : http://www.analyse-du-discours.com/la-notion-de- discours, consulté le 13 mai 2019.

8 Idem, URL : http://www.analyse-du-discours.com/la-notion-de-discours, consulté le 13 mai 2019.

9 Idem URL : http://www.analyse-du-discours.com/la-notion-de-discours, consulté le 13 mai 2019.

10 Catherine Kerbrate-Orecchioni, dans Bougnoux, 1993, p.219. URL : https://sites.google.com/a/analyse-du- discours.com/www/la-notion-de-discours#:~:text=Tant%C3%B4t%2C%20il%20est%20synonyme%20de,242). consulté le 26 mars 2019.

11 Catherine Kerbrat-Orecchioni, L'énonciation de la subjectivité dans le langage,1980, p.84.

12 Seignour Amélie. Méthode d'analyse des discours. Mis en ligne sur Cairn.info le 19/04/2011. Revue franqaise de gestion 2011/2 (n° 211), pages 29 ä 45. URL : https://www.cairn.info/revue-francaise-de-gestion-2011-2- page-29.htm#no5, consulté le 27 juin 2019.

13 Marie-Anne Paveau, L'analyse du discours numérique. Dictionnaire des formes et des pratiques, Paris, Hermann 1876, page 08. Consulté le 05 Juin 2019 .

14 Marie-Anne Paveau, colloque IMPEC (Interactions multimodales par écrans), 2016 â l'université de Paris. URL : https://www.youtube.com/watch?v=-Gs4mi35OsQ.Consulté le 05 Juin 2019.

15 Marie-Anne Paveau, L'analyse du discours numérique. Dictionnaire des formes et des pratiques, Paris, Hermann 1876, page 08. Consulté le 08 Juin 2019 .

16 Colloque IMPEC 2016 : Marie-Anne Paveau (Université Paris 13) URL : https://www.youtube.com/watch?v=- Gs4mi35OsQ, consulté le 19 juin 2019.

17 Marie-Anne Paveau, L'analyse du discours numérique. Dictionnaire des formes et des pratiques, Paris, Hermann 1876, page 26. Consulté le 10 Juin 2019 .

18 Cognix Systems, URL : https://www.cognix- systems.com/internet.php#:~:text=Litt%C3%A9ralement%2C%20%C2%AB%20Internet%20%C2%BB%20vient% 20du,donc%20un%20r%C3%A9seau%20de%20r%C3%A9seaux.&text=Internet%20ayant%20%C3%A9t%C3%A9 %20popularis%C3%A9%20par,par%20un%20public%20non%20averti., consulté le 16 avril 2019.

19 A.Dejond, La cyberlangue fran^aise, la renaissance du livre, Belgique, 2002.p.17

20 Laura Calabrese Steimberg, L'acte de nommer : nouvelles perspectives pour le discours médiatique, dans Langage et société 2012/2 (n° 140), pages 29 ä 40. URL : https://www.cairn.info/revue-langage-et-societe- 2012-2-page-29.htm#pa21, consulté le 17 avril 2019.

21 La toupie, URL : http://www.toupie.org/Dictionnaire/Media.htm, consulté le 28 septembre 2019.

22 Patrick Charaudeau, Une éthique du discours médiatique est-elle possible ? revue Communication Vol.27, N°2, Editions Nota Bene, Québec, 2009. Disponible sur : http://www.patrick- charaudeau.com/Une-ethique-du-discours-mediatique,168.html consulté le 20 février 2020.

23 Patrick Charaudeau, Une éthique du discours médiatique est-elle possible ? revue Communication Vol.27, N°2, Éditions Nota Bene, Québec, 2009. Disponible sur : http://www.patrick- charaudeau.com/Une-ethique-du-discours-mediatique,168.html, consulté le 20 février 2020.

24 Le DSM-IV, le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders), a été publié par l'American Psychiatric Association en 1994. Le DSM catégorise l'ensemble des troubles mentaux (ou psychiatriques) reconnus par l'association et décrit leurs critères diagnostiques. Il est largement adopté internationalement. http://www.psychomedia.qc.ca/lexique/definition/dsm-iv

25 Christophe Panichelli, L'humour en psychothérapie,Le recadrage peut-il étre recadrole?.Dans Thérapie Familiale 2006/4 (Vol. 27), pages 399 ä 418. URL : https://www.cairn.info/revue-therapie-familiale-2006-4- page-399.htm, consulté le 22 février 2020.

26 Escher Theater, URL : https://theatre.esch.lu/de-la-definition-simple-de-lhumour/,consulté le 03 février 2020.

27 Christophe Panichelli, L'humour en psychothérapie, Le recadrage peut-il ètre recadrole?.Dans Thérapie Familiale 2006/4 (Vol. 27), pages 399 ä 418. URL : https://www.cairn.info/revue-therapie-familiale-2006-4- page-399.htm, consulté le 13 mars 2020.

28 Dictionnaire le Robert, Paris, 2005, définition de l'humour p.223, consulté le 15 mars 2020.

29 Dictionnaire littéraire fran^ais, 2001, définition de l'humour.

30 Patrick Charaudeau, Des catégories pour l'humour. Précisions, rectifications, compléments, Humour et crises sociales. Regards croisés France-Espagne, L'Harmattan, Paris, 2011, page2. Consulté le 23Juin 2019.

31 Patrick Charaudeau, Des catégories pour l'humour. Précisions, rectifications, compléments, Humour et crises sociales. Regards croisés France-Espagne, L'Harmattan, Paris, 2011, page2. Consulté le 23Juin 2019.

32 Les définitions, URL : https://lesdefinitions.fr/sarcasme#:~:text=Sarcasme%20est%20un%20terme%20qui,mordre%20un%20morcea u%20de%20viande%20%C2%BB.. Consulté le 02 avril 2020.

33 Les définitions, URL : https://lesdefinitions.fr/sarcasme#:~:text=Sarcasme%20est%20un%20terme%20qui,mordre%20un%20morcea u%20de%20viande%20%C2%BB.. Consulté le 03 avril 2020.

34 Patrick Charaudeau, Des catégories pour l'humour. Précisions, rectifications, compléments, Humour et crises sociales. Regards croisés France-Espagne, L'Harmattan, Paris, 2011, page2. Consulté le 23Juin 2019.

35 Larousse dictionnaire de frangais, 1997 , définition de satirique , page 338.

36 Dictionnaire littéraire frangais, 2001, définition de l'humour

Fin de l'extrait de 97 pages

Résumé des informations

Titre
Analyse du fonctionnement discursif de l'humour dans le journal humoristique numérique "El Manchar"
Université
University of Algiers 2
Auteur
Année
2019
Pages
97
N° de catalogue
V935142
ISBN (ebook)
9783346268921
Langue
Français
mots-clé
Sciences du langage, Linguistique, Discours, Discours numérique, discours médiatique, humour, sarcasme, satire, ironie, dérision, dénonciation, marie anne paveau, partick charaudeau, dominique maingueneau, Catherine Kerbrat orecchioni, journal, journal humoristique, El manchar, nazim baya, analyse du discours, l'énonctiation, théorie de l'énonciation, Analyse du discours numérique
Citation du texte
Nidhal Inoughi (Auteur), 2019, Analyse du fonctionnement discursif de l'humour dans le journal humoristique numérique "El Manchar", Munich, GRIN Verlag, https://www.grin.com/document/935142

Commentaires

  • Pas encore de commentaires.
Lire l'ebook
Titre: Analyse du fonctionnement discursif de l'humour dans le journal humoristique numérique "El Manchar"



Télécharger textes

Votre devoir / mémoire:

- Publication en tant qu'eBook et livre
- Honoraires élevés sur les ventes
- Pour vous complètement gratuit - avec ISBN
- Cela dure que 5 minutes
- Chaque œuvre trouve des lecteurs

Devenir un auteur