Aspects des modèles d'arrangement des constituants en français


Essai Scientifique, 2006
12 Pages, Note: "manque"

Extrait

Content

Introduction

1. Le modèle stratifié de l’énoncé

2. Quelques caractéristiques de l'arrangement des constituants en français

Conclusion

Introduction

Dans cet article, il est question de quelques propriétés inhérentes au phénomène de l'ordre des constituants en français à la lumière des principales hypothèses et argumentations relatives à ce sujet, formulées dans le cadre du Modèle Néerlandais de Grammaire Fonctionnelle (MNGF), et plus précisément, du Modèle Stratifié de l’Énoncé[1] (MSE), cf. Dik[2] (1989/ 97) et Razky[3] (2001).

Mais avant d’entamer cette tâche, nous estimons qu’il est primordial de présenter brièvement les principaux aspects inhérents à l’organisation de la grammaire dans le modèle linguistique en question afin de bien mettre en évidence le va-et-vient entre les volets théorique et pratique.

1. Le modèle stratifié de l’énoncé

Le traitement des caractéristiques formelles et sémantiques des expressions linguistiques avec respect du principe de l'adéquation typologique nécessite la description de chacune d'elles en fonction d'une structure sous-jacente abstraite de l’énoncé désignant la forme réelle de l'expression linguistique correspondante grâce à un système de règles d'expression dont le rôle est de spécifier la forme, l'ordre et le type d'intonation des constituants de cette structure sous-jacente, d'où le schéma (1) :

(1) Structure sous-jacente de l’énoncé → Règles d'expression →

Expressions linguistiques

La structure sous-jacente abstraite de l’énoncé est une structure stratifiée dans la mesure où plusieurs strates ou niveaux d'organisation formelle et sémantique sont distingués.

Les énoncés sont ainsi représentés au moyen d'un modèle de l’énoncé hiérarchisé en multistrates dont le format général est donné dans Dik et Hengeveld[4] (1991 : 232) comme suit :

(2) La représentation des énoncés

Abbildung in dieser Leseprobe nicht enthalten

π1 : opérateurs de prédicat π3 : opérateurs de proposition

π2 : opérateurs de prédication π4 : opérateurs d'illocution

Dans le modèle (2), il y a deux niveaux contenant chacun plusieurs strates :

(i) Le niveau supérieur (interpersonnel)

Il désigne les moyens linguistiques employés par le locuteur dans le but de provoquer un certain effet communicatif chez l'allocutaire.

(ii) Le niveau inférieur (représentationnel)

Il indique les moyens linguistiques utilisés par le locuteur pour fournir à l'allocutaire une description de l'état de choses (EC) ou procès.

Le niveau supérieur a comme structure de base un cadre illocutionnaire abstrait, postulé par Hengeveld[5] (1990 : 9), qui détermine les relations entre un locuteur (S), un allocutaire(A), et le contenu du message communiqué (X).

Le niveau inférieur, quant à lui, est formé à partir d'un cadre prédicatif spécifiant une propriété d'une entité ou une relation entre plusieurs entités (x).

Dans (10), un contenu propositionnel (X) est communiqué à l'intérieur d'un acte de langage (E) où il y a référence à l'état de choses (e) dans lequel des entités participent.

Ainsi, les strates suivantes, comportant chacune sa propre variable, sont distinguées dans Dik et Hengeveld[6] (1991 :232) :

(3) STRATES

"Clause" : (E1: [ILL (S) (A) (X1: etc (X1))] (E1))

proposition : (X1: [(e1:etc: (e1))] (X1))

prédication : (e1: [Predß(x1) n ] (e1))

terme : (x1: PredN (x1))

Chaque strate peut être modifiée par des opérateurs.

2. Quelques caractéristiques de l'arrangement des constituants en français

Dans la description des langues particulières, et dans le souci de satisfaire à la condition de l'adéquation typologique, une théorie ne doit pas être trop concrète, pour pouvoir produire des grammaires de langues particulières, ce qui veut dire que ses hypothèses doivent être applicables à d'autres langues ; elle ne doit pas non plus être trop abstraite afin de ne pas dépasser son objectif consistant à ne pas définir la plupart des généralisations d'une langue.

Ce souci du MNGF de chercher un juste-milieu entre le concret et l'abstrait se voit dans sa formulation de la structure sous-jacente où coexistent des éléments concrets particuliers et des éléments abstraits universels (universaux). Les premiers sont les unités lexicales pouvant être réalisées dans la langue soumise à l'étude ; les seconds sont, en général, les opérateurs et les fonctions sémantiques, syntaxiques et pragmatiques, d'où le fait que dans le MNGF, on remarque que, si les langues ont divers modèles d'ordre des constituants, leurs structures sous-jacentes de l’énoncé peuvent avoir une forme commune.

Comme exemple d'adéquation typologique, citons celui de l'ordre des constituants :

Dans le MSE, la structure sous-jacente de l’énoncé n'est pas ordonnée linéairement, i.e. que l'ordre réel des constituants de la structure de surface de l’expression linguistique, n'est pas encore spécifié. En d'autres termes, entre les unités lexicales figurant dans cette structure sous-jacente s'instaurent des relations sémantiques, syntaxiques et pragmatiques, sans que ces unités soient mises en ordre.

[...]


[1] Ce modèle est également appelé «modèle stratifié de la «clause»» où «clause» désigne une proposition dotée d’une force illocutionnaire.

[2] Dik, S.C. 1989. The Theory of Functional Grammar. Part 1: The structure of the clause. Dordrecht: Foris.

Dik, S.C. 1997. The Theory of Functional Grammar. Part 2: complex and derived constructions. Berlin, New-York : Mouton de Gruyter.

[3] Razky, A. 2001. "Le modèle stratifié de la "clause."Revue de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Tétouan 11. 91-116.

[4] Dik, S.C. and Hengeveld, K. 1991. "The hierarchical structure of the clause and the typology of perception-verb complements."Linguistics 29, 2. 231-259.

[5] Hengeveld, K. 1990. "The hierarchical structure of utterances" In: Nuyts, J.and al. (eds.). 1-23.

[6] Dik, S.C. and Hengeveld, K. 1991. "The hierarchical structure of the clause and the typology of perception-verb complements."Linguistics 29, 2. 231-259.

Fin de l'extrait de 12 pages

Résumé des informations

Titre
Aspects des modèles d'arrangement des constituants en français
Note
"manque"
Auteur
Année
2006
Pages
12
N° de catalogue
V434747
ISBN (ebook)
9783668771284
ISBN (Livre)
9783668771291
Taille d'un fichier
562 KB
Langue
Français
mots-clé
ordre constituants-, principe d'ordre préférentiel, saillance pragmatique, structures positionnelles
Citation du texte
Abdelkhalek Razky (Auteur), 2006, Aspects des modèles d'arrangement des constituants en français, Munich, GRIN Verlag, https://www.grin.com/document/434747

Commentaires

  • Pas encore de commentaires.
Lire l'ebook
Titre: Aspects des modèles d'arrangement des constituants en français


Télécharger textes

Votre devoir / mémoire:

- Publication en tant qu'eBook et livre
- Honoraires élevés sur les ventes
- Pour vous complètement gratuit - avec ISBN
- Cela dure que 5 minutes
- Chaque œuvre trouve des lecteurs

Devenir un auteur